Chantier en cours sur les Adelphes (début)

Le séminaire HyperDonat a repris le 8 octobre, pour une première partie d’année consacrée à la mise en forme de la traduction du commentaire des Adelphes proposée par Christian Nicolas; nous soumettons à votre sagacité deux problèmes que nous avons rencontré dans la compréhension du début du texte, ainsi que la solution que nous avons collectivement élaborée. Toute remarque est évidemment bienvenue et, si nous retenons votre suggestion, nous ne manquerons pas de vous citer comme auteur de cette suggestion.

Difficulté numéro 1: texte Wessner « si quid e contrario »

26 storax nomina personarum, in comoediis dumtaxat, habere debent rationem et etymologiam. etenim absurdum est comicum, <cum> apte argumenta confingat, uel nomen personae incongruum dare uel officium, quod sit a nomine diuersum. hinc seruus fidelis Parmeno, infidelis Syrus uel Geta, miles Thraso uel Polemon, iuuenis Pamphilus, matrona Myrrina et puer uel ab odore Storax uel a ludo et gesticulatione Scirtus et item similia. in quibus summum poetae uitium est, siquidem contra rem repugnans contrarium diuersumque protulerit, nisi per ἀντίφρασιν ioculariter nomen imposuit, ut Misargyrides in Plauto dicitur trapezita.

Notre proposition : Wessner, suivant tous les manuscrits, édite une tautologie : « siquid e contrario repugnans contrarium etc. ». Teuber proposait de corriger « e contrario » en « a charactere » et Ritschl de supprimer le mot « contrarium ». Nous pensons qu’il s’est produit la chose suivante : « siquidem » a été victime d’une mécoupure due à l’abréviation probable en « siquidê », devenant « si quid e », et entrainant mécaniquement la transformation de « contra rê repugnans » en « e contrario repugnans », l’expression « e contrario » étant parfaitement banale. Avec notre texte, la scholie n’est plus du tout redondante. Térence a nommé son personnage contre le référent de son nom et Donat dit : soit il l’a fait exprès par antiphrase et c’est habile, soit il ne l’a pas fait exprès et c’est une faute.

Difficulté numéro 2 : texte Wessner « adiuua », puis  « ne singula +utrûnâ secuta »

45 1 vxorem dvxit recte dicit, non ducere : semel enim hoc fecit Demea. 2 vxorem dvxit uarie per modos. 3 vxorem dvxit adiuuandum (1) pronuntiatione, ne singula utrimque assecuti uideantur

(Wessner édite adiuua qui est donné effectivement par certains manuscrits, mais nous préférons adiuuandum, bien représenté également dans la tradition manuscrite et plus conforme aux habitudes du commentateur. Le sens est identique.

Ce texte est celui édité par Robert Estienne, contre un texte incompréhensible des manuscrits qui conduit Wessner à placer ici une crux devant le mot « utrûnâ », effectivement dépourvu de sens. V nous met sur la voie en conservant « utrimque » qui a pu troubler des copistes. La leçon apparemment absurde de A « feci ita » peut accréditer le pluriel masculin d’Estienne, normalisé ensuite par « accord » avec « singula ».


3 réflexions au sujet de « Chantier en cours sur les Adelphes (début) »

  1. Notes de lecture des Adelphes.
    Acte 1
    Scène 1
    26. 4 note à faire sur le choix de Donat porté sur l’assertion au lieu de l’interrogation. Est-ce que c’est en lien avec la scène d’exposition qui doit remplir sa fonction informative ?
    28. 1 note grammaticale sur la construction absolue de dicunt. Le pluriel a valeur générique, équivalent du « on » français. Il s’agit donc d’une sorte de sentence qui n’existe que chez Térence ?
    30. 1 traduction de oratio : propos, langage, idées.
    Note à faire sur la citation de Virgile : taciti… uidebant : sens de tacitus : paroles en pensées. Il s’agit du récit de Sinon. On peut s’interroger sur le rapport de cet exemple au reste : le pressentiment est mis en évidence. Le commentaire de Donat porte ici sur un type particulier de pensée, le pressentiment de mauvais augure, la pensée qu’on ne dit pas car elle est néfaste, cf. les idées biaisées que les épouses se font. Sous-jacent : inquiétude, idée terrible confirmée par la citation de Térence : Phormio, v.11
    32. je ne comprends pas l’intérêt du commentaire de Donat sur la colère de la femme.Est ce que Donat hiérarchise le degré des fautes par rapport à l’ordre des idées dans la phrase ? 32. 4 expliquer l’amplification ? gradation : aimer, être aimé, boire et s’entêter. Je ne comprends pas non plus le sens de idiotisme ?
    36. 1 est ce qu’il ne faudrait pas davantage mettre en valeur l’autonymie par la typo par exemple ?
    Je ne comprends pas la comparaison avec les bonnes pensées de la femme ?
    36. 2 La tendresse est souligné surtout par le « ne », qui traduit vraiment l’inquiétude du père pour son fils.
    36. 3 commentaire sur les jeunes enfants ? est-ce que c’était dans l’habitude éducative des pères de ne pas se soucier trop tendrement des enfants dès leur plus jeune âge ? à quelle réalité cela correspond-il ?
    38. 1 Ainsi parlons-nous des évènements, qui nous surprennent mais qui sont le lot de tous.
    Il faut commenter l’usage de la généralité avec l’indéfini qui permet à Térence de se moquer doucement de son personnage, qui s’étonne de ce qui lui arrive alors que cela est commun. L’ironie est perceptible.

    39. commentaire sur le ipse, Donat voit la présence du poète. Dans la comédie, le poète peut faire entendre sa voix. L’illusion comique est sans cesse présente à l’esprit.
    40. 2 où se situe précisément l’emphase ? la préposition appuie davantage l’idée de père géniteur, (accouchement en quelque sorte) que n’implique pas le simple possessif qui peut faire penser à un statut plus juridique, adoption : lien moins fort. Sentiment paternel s’exprime davantage.
    40.5 le pléonasme de adeo réduplique dissimili ??
    42. est ce que Donat fait une sorte d’etymologie de clemens à partir de colit mentem car ce sens de clemens n’existe pas.
    43. 1 peut-etre devrait-on changer la traduction de secvtus sum dans la trad de Térence pr garder comme le suggère Térence l’image de ‘suivre le cours de la vie’, comme le long d’un chemin, ‘suivre un mode de vie’.
    Le célibat Cf. Le célibat dans l’Antiquité romaine de P. Salmon. Référence à Phèdre de Sénèque, réplique d’Hippolye qui recommande la jeunesse au célibat. v. 478
    43 . 4 sur quoi porte le commentaire sur la prononciation ?
    50.1 expliquer l’etymologie par apocopes.
    54. trois natures de l’homme : cf. Aristote Ethique à Nicomaque.
    57. coniugis traduction : par mots liés par le cas ? + commentaire sur l’étymologie homophonique.

    59.1 pk parle-t-il « noua » ? cette expression est-elle rare ? le verbe convenio est d’usage courant ?
    60. est ce que Donat ne fait pas référence au lectio publique, les discours que les orateurs prononçaient dans les assemblées. C’est comme dans les lectiones, ou on invective…
    63. soit faire une note sur le sens de nimium qui justifie la scholie soit changer la trad ‘trop sévères’
    68. je ne comprends pas ce que Donat entend par idiotisme ?
    73. que dire de ces étymologies ?
    77. fait on une note sur l’absence de sujet dans l’infinitive ?
    Scène 2
    81. 2 cf. Article de P. Grimal « l’ennemi de Térence, Luscius Lavinium », comptes-rendus des séances de l’académie des inscriptions et belles lettres p. 284 il cite un passage d’Aulu-Gelle qui explicite cette différence entre les deux poètes : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1970_num_114_2_1251

    89. je ne vois pas en quoi l’affaire serait moins grave si on avait eu lenonis.
    91. pr le sens, il semble que Donat parle de la rumeur de la foule qui s’élève lors du rendu public de a sentence du juge à voir dans les mss.
    93. est ce la meilleure traduction de gentibus ? est ce que ce ne serait pas en opposition avec populo ?
    97. 2 il faudrait trouver trace d’autres situations semblables où le type de mise en scène consiste à montrer du doigt de cette manière.

    99. ne faudrait-il pas trouver une autre trad pour putat ? (imaginer ou s’entêter ?)
    117. on pourrait donner une sorte d’équivalent ‘réfutées vers à vers’ c’est l’idée ?
    121. note à faire sur le sémantisme du préfixe re- qui explique la scholie de Donat sur le pléonasme. Sarcio veut déjà dire ‘raccommoder’

    127. 4 emploi archaîque du futur antérieur mis pour un futur ? exemples ?
    150. est ce que protès ne commente pas la position de credo ? en sorte que nous plaçons devant les idées dont nous ne sommes pas sûrs des modalisateurs ?

  2. Voici mes annotations et remarques sur les actes I et 2 des Adelphes (elles sont incomplètes, il manque quelques annotations qui arrivent bientôt).

    43.2 Le rapprochement entre caelebes et caelites est-il le fait d’une maxime connue ou s’agit-il d’un trait d’esprit d’un auteur isolé? Quintilien penche pour la seconde solution (Inst. I, 6, 26) et qualifie même cette étymologie d’inuentio.
    Qui uero talia libris complexi sunt, nomina sua ipsi inscripserunt, ingenioseque uisus est Gauius caelibes dicere ueluti caelites, quod onere grauissimo uacent, idque Graeco argumento iuuit: ἠϊθέους enim eadem de causa dici adfirmat. Nec ei cedit Modestus inuentione: nam, quia Caelo Saturnus genitalia absciderit, hoc nomine appellatos qui uxore careant ait; Aelius pituitam quia petat uitam.
    « Mais ceux qui ont rassemblés de tels faits dans des livres y ont inscrit leurs noms, et Gavius a cru être intelligent en disant que caelibes (célibataires) s’identifiait à caelites (habitants du ciel), car ils sont tous les deux libérés d’un poids très lourd, et un argument grec lui plut pour affirmer cela: il affirme en effet qu’on fait venir ἠϊθέους (jeunes gens) de la même origine. Et Modeste ne le lui cède pas par l’invention, puisqu’il dit que, puisque Saturne a tranché les parties génitales de Caelus, ceux qui n’ont pas de femme sont appelés par ce nom; Aelius affirme que le pituita (coryza) est appelé ainsi quia petat uitam (parce qu’il attaque la vie). »
    Isidore de Séville est cependant d’un avis différent et propose une étymologie quelque peu différente, même si elle est toujours en rapport avec la racine de caelus, mais qui pourrait expliquer l’emploi par Donat du terme « maximes » pour expliquer ce rapprochement (Etym. X, 34).
    Caelebs, conubii expers, qualia sunt numina in caelo, quae absque coniugiis sunt. Et caelebs dictus quasi caelo beatus.
    « Caelebs (célibataire): qui n’a pas part au mariage, tel que les divinités qui sont dans le ciel, qui n’ont pas le conjoint. Et le caelebs est appelé ainsi comme s’il était caelo beatus (heureux dans le ciel). »
    Nous n’avons malgré tout pas de témoignages littéraires directs permettant d’aller dans le sens de Donat quand il affirme que ce rapprochement est le fait d’une maxime.

    42.2 Par rapport à la question de Cécile: A. N. MICHALOPOULOS, dans Etymologising in common nouns in Catullus. Emerita LXVII 1, 1999, voit un rapprochement entre clementia et mens chez Catulle (LXIV, 136-8)
    Nullane res potuit crudelis flectere mentis
    consilium? Tibi nulla fuit clementia praesto,
    immite ut nostri uellet miserescere pectus?
    « N’y a-t-il donc rien qui puisse fléchir le dessein de ton cruel esprit? N’y avait-il chez toi aucune clémence présente pour que ton cœur sauvage consente à prendre pitié de moi? »
    S’agit-il d’un jeu étymologique ou d’un rapprochement poétique dicté par les sonorités? ERNOULT et MEILLET (DELL) n’excluent pas la première hypothèse puisqu’il leur semble que les Latins considéraient que clemens contenait le mot mens. Si c’est le cas, alors cette affirmation de Donat peut être considérée comme une étymologie.

    48.1 Educare est également attesté chez les anciens, notamment chez Ennius et Plaute, mais, curieusement, pas chez Térence. De là vient peut-être cette affirmation de Donat.

    50.1 Note sur sedulo

    57.2 argumentum a coniugatis: je propose la traduction suivante « argument tiré de la parenté de ces mots »

    90.1 Cette confusion de Donat montre par ailleurs qu’il ignore l’étymologie de Mulciber telle que pouvaient la connaître les Latins, et notamment Macrobe qui écrit dans les Saturnales (VI, 5, 2)
    Mulciber est Vulcanus quod ignis sit et omnia mulceat ac domet.
    « Vulcain est appelé Mulciber, parce qu’il est de feu, et qu’il ramollit et dompte tout. »
    En confondant ces deux verbes, Donat passe également à côté d’un rapprochement étymologique avec mollire, connu des anciens et attesté chez Festus (129, 5)
    Mulciber: Volcanus a molliendo scilicet ferro dictus. Mulcere enim mollire siue lenire est. « Mulciber: Vulcain est bien entendu appelé ainsi parce qu’il ramollit le faire. Mulcere, c’est en effet ramollir ou adoucir. »

    121 Par rapport à la note de Cécile. Note sur préfixe re- et sur idée que resarcio est pléonastique.
    L’idée que resarcio est pléonastique vient du fait que le préfixe re- dénote notamment le fait de faire revenir un objet, une personne ou une chose à son état antérieur.. Sarcio contenant déjà dans son sémantisme l’idée de faire revenir un objet détérioré à son état avant détérioration, il n’était pas besoin d’employer un préverbe pour exprimer cette idée. Ce verbe était sans doute ressenti comme pléonastique par les latins puisqu’il était d’un emploi bien plus rare que sarcio et qu’il était surtout attesté en latin tardif et en latin chrétien.
    (Question à ne pas inclure dans la note: son emploi ne justifierait-il pas par des besoins métriques?)

    153. 1 Première aposiopèse ou aposiopèse de première catégorie?

    178 N’y a-t-il pas là une contradiction? Comment Térence peut-il dire plus en employant attigisses que tetigisses alors qu’attingo est supposé être atténué par rapport à tangere?

    180.1 Le rapprochement étymologique proposé par Donat entre lōrum (les verges) et laurus (le laurier) est quelque peu alambiqué. Il s’explique sans doute par une homophonie semblable à celle qui explique la variation du nom de la portion du mont Aventin plantée de lauriers, Lauretum ou Lōretum, ou celle qui explique, selon Isidore de Séville (Etym. 17, 7), le nom populaire du rhododendron, lorandrum, parce qu’il est semblable aux feuilles de laurier (laurus). Si le lien phonétique entre les deux termes existe, le lien sémantique, bien que détaillé par Donat, est plus discutable.

    180.2 Cette explication de seruus par seruare est reprise dans les Institutiones Iustiniani (I, 3, 3): serui ex eo appellati sunt quod imperatores seruos uendere, ac per hoc seruare, nec occidere, solent; les esclaves (serui) tirent leur nom de ce que les généraux victorieux ont l’habitude de vendre les esclaves, et pour cela de les garder (seruare) et de ne pas les tuer (occidere).

    191.2 Cette explication du nom du Dieu Vertumne est, selon le DELL, une étymologie populaire pour expliquer une déformation possible à partir de l’étrusque Voltumna et Veltune.

    196 Si superus et superius sont évidemment apparentés à supremus, la seconde main va un peu vite que le dernier vient des deux premiers.

    207 La seconde explication de l’origine de mussitare est la plus probable, mais le verbe est sans doute à rapprocher de mutus. Mussitare ne signifie pas uniquement « se taire » ou « supporter en silence » mais également « dire tout bas, marmonner, murmurer ». Il est formé sur une onomatopée formée sur la voyelle mū, comme musso (« murmurer, chuchoter, garder pour soi »), dont mussito est un fréquentatif, ou mutus. S’il ne vient pas de ce verbe, comme l’affirme Donat, il y est cependant apparenté, par le jeu de l’onomatopée sur la voyelle m que le grammairien met en évidence dans son explication.

    214. 1 « Ablatif » et pas « abalatif ».

    237.2 L’important ici n’est pas tant le verbe cité par Donat que l’idée qu’il exprime. En effet, Donat commente le sémantisme du verbe incipere alors que Térence emploie son fréquentatif inceptare.

    239.2 Labasco est effectivement un verbe inchoatif mais ce n’est pas un verbe métaphorique: il est formé sur une racine dont le sens premier est « chanceler , vaciller ». Sur cette racine sont formés, entre autres, labo, are, labor, i, labes, is, lapsus, us…

  3. Notes de lectures Adelphes Acte II
    Scène 1
    155 1 peut-être faut-il faire une note sur les quirites.
    Le terme Quirites est souvent employé au pluriel. Il désigne le corps des citoyens Romains et se colore d’une forte empreinte historique voire légendaire puisque ce terme est à mettre en relation avec l’épisode de l’alliance entre Romulus et Tatius. Par la suite, l’emploi de ce terme est récurrent dans la phraséologie officielle et militaire. De plus, l’archaïsme du terme renchérit sur le caractère sérieux du passage.
    156 3 La traduction n’est pas très jolie.
    158 2 je ne comprends pas cette scholie. On ne fait justement pas des phrases complètes quand on se bat.
    164 3 que veut dire « prononcer d’un mot signifiant » : et le prononcer en appuyant l’expression de ce terme.
    166. Le comique est dans le jeu de mots entraîné par le polyptote. On est dans un comique de répétition qui procède en un renversement et accentue le sentiment d’injustice qui exaspère le personnage.
    168 note à faire sur la syntaxe archaique de enim.
    175 pourquoi ne pas comprendre ibi et maxime proxime : ici et très proche de chez nous. ?
    191 Le dieu Vertumne, dieu d’origine étrusque est symbole du changement de saisons et veillait sur la fécondité des vergers et des fruits. Il possède aussi un don de métamorphose physique. De fait, on comprend mieux l’étymologie de laquelle son nom découle.
    192 expliquez la tournure inédite
    197 peut etre une note sur le changement de registre. En effet, Donat est sensible à l’audace prudente de Térence, qui insère des propos appartenant au vocabulaire tragique dans la bouche de ses personnages comiques afin d’explorer une palette de comiques variés, ici la dérision proche de l’héroï-comique.
    Scène 2
    210 reflexion que l’on peut sans doute élargir au nom des personnages dans les comédies de Molière en tout cas le statut des persos est visible egalement dans le choix qu’en fait leur auteur. Pour un valet sans importance Molière ne donnera pas de noms. Pirandello dans sa pièce six personnages en quête d’auteur ne donne que des statuts : le père, la mère, … Mais cette question touche aussi la scénographie et la mise en scène.
    224 expliquer cet archaïsme du redoublement des mots de liaison.
    Scène 3
    Scène 4
    274 3 ce que relève Donat c’est l’emploi de tam marquant l’intensité devant un diminutif en –ulum. Cela peut paraitre contradictoire.
    277. on allait chercher son argent sur le forum ? dans quel etablissement ? Il n’existe pas de banque à proprement parler avant le IVème siècle av JC. Des changeurs-essayeurs gardaient les avoirs de leurs clients.
    286 que veut dire Donat pas ‘un mot qui a du volume et du poids » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *