Séminaire du 21 janvier 2011

Voici mes notes de lecture concernant l’acte III

288 1 Il faudrait faire une note en mettant en évidence le passage de la poétique d’Aristote. Cette réflexion de Donat sur le rapprochement de la comédie et de la tragédie est très intéressant puisqu’il s’agit de caractériser un genre de comédie très particulier qui tire de temps à autre du côté de la tragédie sans en être. On peut peut-être rapprocher ces caractéristiques de la tragi-comédie qui a tant fait couler d’encre dans les milieux de la critique littéraire.

3. que veut dire le commentaire ? le commentaire porte-t-il sur la mention de nutrix, rôle incarné par le personnage ? mais dans ce cas quel est le contraste avec la référence à Eschine ?

4. Le commentaire est complexe et porte sur divers plans. Tout d’abord l’emploi du possessif mea qui a pour effet stylistique d’introduire une certaine idée d’affection dans le propos. Il jour en quelque sorte le rôle d’hypocoristique. Donat relève ainsi le contraste opéré par cet emploi avec le reste de la phrase. Mais je ne comprends pas bien le lien qui est fait avec la suite : de fait….

Il est intéressant de noter le rapprochement que fait Donat par la citation de ce passage de l’Eneide qui est du point de vue de l’action dramatique semblable à une tragédie. Qu’est-ce qu’un nom relatif ?

291 1 note grammaticale à faire sur l’emploi de l’adjectif solus, a, um. 2. Ces commentaires portant sur la préparation des caractères répondent au commentaire portant sur la structure du passage. Ici nous sommes dans une phase d’attente.

5. sur quoi porte le commentaire ? 6. Est ce que la scholie n’a pas été déplacée ?

292. 1. Donat reste dans la thématique de la femme excessive qui fait des généralités lorsqu’elle se plaint et se lamente. La précision cède à l’excès du type de la femme.

294. 2 est ce que Donat juge le choix de l’expression pertinente par rapport à l’emploi de ce terme ‘remedium’ qui une fois de plus fait référence à la tragédie, comme si le personnage de tragédie était souffrant.

297 2 ne pourrait-on pas ajouter également le sens de ‘familia’ la maisonnée comprenant également les esclaves et le personnel de maison tandis que gens fait référence aux gens de la même lignée.

3. je ne comprends pas le commentaire c’est plutôt l’inverse : est mis en place une circonstance malheureuse avant le retour du comique ou bien est ce qu’il parle du comique précédent ?

Scène 2

1 il s’agit ici de l’entrée en scène d’un type de personnage bien connu, à savoir le seruus currens hurlant de mauvaises nouvelles et qui permet sur le plan dramatique de lancer la dynamique de l’intrigue comique, jouant ainsi l’élément perturbateur. On rencontre ce type dans d’autres comédies de Térence mais aussi chez Plaute, par exemple Curculio, v. 284-287, entrée fracassante de l’esclave. Ce type de personnage répond au type de senex currens mis en scène à l’acte V, à travers le personnage de Micion.

307 2 je ne comprends pas la traduction

308 3 est ce qu’on ne devrait pas changer la traduction de ignorans et marquer en français que le part porte davantage sur le participe.

314 peut etre faudrait il revenir sur l’étymologie de extinguerem pour comprendre le rapprochement avec le feu.

314 2 il faut peut etre apprécier le choix de la citation par Donat. Pour illustrer le principe des adverbes chronologiques, il choisit un exemple exprimant la vengeance et la torture, peut etre ce qu’il imagine en guise de punition pour celui qui a commis le viol.

318 Donat reprend ici un motif récurrent concernant le motif du regard et des yeux plus précisément. Cf. le regard dans l’Enéide.

319 1 Donat reste encore une fois dans le commentaire ironique envers le personnage. On peut relever l’exemple qu’il donne à propos des cochons. Il ironise en creux sur le personnage par ce rapprochement animalier.

3 ce rapprochement avec Virgile appuie le sentiment burlesque en quelque sorte cf. mélange des genres et des tons.

330 que veut il dire ?

340 je trouve cette alternative douteuse. Que faut il entendre par salutem ? cela n’a pas de sens religieux…

352 3 comment expliquer cet effet stylistique ?

354 commentaire qui relève l’ironie du passage.

Scène 3

369 est ce qu’il ne faut pas plutôt comprendre que la colère était jusqu’à présent contenue, valeur accomplie du participe et que maintenant elle éclate.

395 l’ironie est perçue à travers le procédé de la question oratoire qui contraint le personnage à l’évidence.

407 est ce que l’allitération permet d’appuyer le nom du personnage ? d’ou provient ce phénomène ? est ce une remarque qui concerne exclusivement l’intonation ?

Scène 4

464 que peut on dire sur l’influence philosophique du commentaire ? la question de l’omission est ici posée en creux. Quelle valeur peut on donner à l’acte commis involontairement ?

480 1comment comprendre le parallélisme avec Socrate ?

482 je ne comprends pas le lien avec le commentaire sur les femmes


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *