Séminaire du 18 février 2011

voici ma contribution  sur l’acte IV

Scène 1

517 1 ou est le tic de langage, sur quel mot porte-t-il ? est ce dans la manière de prononcer le terme ‘operis’ ?

521 2 peut etre faudrait il faire une note pour expliquer davantage la situation présente afin que l’on comprenne mieux l’expression : eiusmodi adulescentes.

522 comment peut on expliquer cet atténuissement du sens ? du coup est ce qu’il ne faudrait pas revoir la traduction de Térence et aller dans le sens de Donat en renforçant l’assertive comme il le préconise.

517.                     Ct.-ita ; nam hunc diem

518.                     misere nimis cupio, ut coepi, perpetuum in laetitia degere.

517.                     Ct.-Oui ; car ce jour,

518.                     j’ai méchamment l’intention, comme je l’ai commencé, de le passer tout entier dans le plaisir.

526 il est en effet fait référence au types de comédie, ici le senex, vieillard généralement débile, au sens physique du terme par opposition avec le seruus, qui lui est currens. Cette remarque portant sur l’incongruité de cette réflexion est d’autant plus choquante aux yeux de Donat qu’il est d’avis en 541 que le senex est bien faible physiquement ce qui motive l’invention de Térence d’apres lui.

Scène 2

540 peut etre devrait on changer la traduction de optimum par excellent…

546 note à faire sur l’épanaphore.

547 je ne comprends pas soit la traduction soit la portée du commentaire.

550 en quoi l’ajout de etiam connote-t-il le blâme ?

552 Nom de la figure ? pk eleganter ?

559 il faudrait modifier la traduction en francais notamment les relatives qui donnent un sens bizarre..

565 traduction de parcior.

587 qui parle des libations et offrandes aux divinités hypochtoniennes et les prescriptions qui s’y accompagnaient ?

Apparemment on brûlait entièrement les victimes afin de ne pas mélanger ce qui revient au monde d’en bas et au monde des vivants.

http://ressources.ciheam.org/om/pdf/r29/CI010628.pdf article sur le contenu libations et autres offrandes aux dieux infernaux

588 que dire de l’effet stylistique induit par l’asyndète ?

Scène 3

607 1 pk Donat fait il cette remarque sur ces termes ? est ce que ce vocabulaire tirerait plutôt du côté de la tragédie ?

Scène 4

628 1 traduction de alienum ???

Quelle différence existe-t-il entre les deux expressions ? est ce que ce n’est pas un pléonasme : ad me domum et c’est cette répétition en sorte qui est conforme à son caractère ?

635 2 ou trouve –t-on cette réflexion sur le nombre de pauses ?

Scène 5

638 3 occurence de pepulisti en apparence chez Cicéron, chez Pline mais aussi plus tard chez Boèce.

  • pello, ere, pepuli, pulsum : – tr. – 1 – choquer, heurter, frapper, mettre en mouvement; faire vibrer (un instrument). – 2 – frapper (les sens, l’âme), faire impression sur, toucher, remuer l’âme, ébranler, émouvoir. – 3 – pousser en avant, mettre en branle, lancer. – 4 – pousser dehors, repousser (par les armes), défaire, chasser, bannir, écarter, éloigner.
    – pellere subeuntes : repousser les assaillants.
    – fores pellere, Ter. Ad. 4, 5, 4 : frapper à la porte.
    – (e) foro pellere : chasser du forum.
    – pellere aquam de agro, Plin. 18, 26, 62, § 230: faire écouler l’eau d’un champ.
    – pellere calculos e corpore, Plin. 22, 21, 30, § 64 : expulser les calculs de la vessie.
    – pepulit argentum usus vitri, Plin. : le verre a détrôné l’argent.
    – aliquem ab aliquo pellere : éloigner qqn de qqn d’autre.
    – in exsilium pellere : exiler, bannir.
    – maestitiam pellere : bannir la tristesse.
    – famem pellere : apaiser sa faim.
    – tecta, quibus frigorum vis pelleretur, Cic. Off. 2, 11, 13: maisons propres à nous protéger contre la rigueur du froid.
    – longi sermonis initium pepulisti, Cic. Brut. 87, 297 : <tu as lancé le début d’une long entretien> = tu as entamé le sujet d’un long entretien.
    – lyram pellere : <mettre en mouvement (les cordes de) la lyre> = jouer de la lyre, faire vibrer la lyre.
    – humum pedibus pellere, Cat. 61.14 : frapper la terre du pied, danser.
    – quemadmodum visa nos pellerent, Cic. Ac. 2, 10, 30 (inter. indir.) : … comment nous sommes affectés de ce que nous voyons.
    – fit saepe ut pellantur animi, Cic. Div. 1, 36, 80 : souvent il arrive que les esprits sont impressionnés.
    – species utilitatis pepulit eum, Cic. Off. 3, 10, 41: l’apparence de l’utile fit impression sur lui.

Mais pas d’occurrences en tragédie…

647 3 ajouter une note sur la valeur indéfinie de quaedam qui permet de mieux comprendre le commentaire de Donat.

673 1 En effet, les occurrences de cet adjectif appliqués à la taille concernent des inanimés. On parle de seges grandissima chez Varron ou encore grandis epistula chez Cicéron.

Scène 7

728 on trouve cette expression chez Plaute Aul. Di bene uertant, c’est une invocation en effet fréquente. Est ce quelqu’un d’autre la commente ? est ce qu’on la trouve dans la tragédie ?

735 pourrait on expliciter un peu plus la variatio ???

739 quelle est l’expression remarquable a soulignée ?

752 2 est ce un avis partagé ou bien un réel parti pris de Donat sur la question ?

756 que dire de ce trait d’archaïsme ?

761 pourquoi parle –t-il de coloris ? possède t on le texte de Cécilius sur le sujet ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *