Y a-t-il vraiment du grec au commentaire de And. 301?

Date 24 mars 2011

Dans son commentaire à And. 301, Donat (dans l'édition Wessner) écrit ceci:

Has personas Terentius addidit fabulae, -nam non sunt apud Menandrum,- ne παθητικόν fieret Philumenam spretam relinquere sine sponso, Pamphilo aliam ducente.

Voici pour cepassage les versions de plusieurs manuscrits importants et de plusieurs éditions:

P: has personas.terentius.adidit fabulae.Nam non sunt aput menandrum. ΝΕΟΠΙΘΕΑΤΟΝ. Fieret filomenam spraetam relinquere sancti sine sponsa/o; Pamphilo. Aliam ducente;

CT: has personas terentius addidit fabulae. Nam non sunt apud menandrum. *****fieret philomenam spretam relinquere sane sine sponsa pamphilo aliam ducentem.

M: has personas terentius addidit fabule nam non sunt apud menandrum  ne ἐπίθετον : fieret  philumenam spretam relinqueres aut sine sponso pamphilo aliam ducente.

K: has personas terentius addidit fabule nam non sunt apud menandrum ***** fieret filumenam spretam relinqueres anthiphme sponso et pamphilo aliam ducente

V: has personas terentius addidit fabulae. Nam non sunt apud menandrum. *****fieret philomenam spretam relinquens. aut sine sponso pamphilo aliam ducente. +

G : has personas Terentius addidit fabule nam non sunt apud menandrum " fieret philomenam spretam relinqueres aut sine sponso pamphilo aliam ducente

U: has personas Terentius addidit fabule. Nam non sunt apud Menandrum . ***** fieret philomenam spretam relinquere. aut sine sponso pamphilo aliam ducente

Calfurnio : has personas Terentius addit fabulae: nam non sunt apud Menandrum ******* fieret Philomenam spretam relinquere aut sine sponso Pamphilo aliam ducente.

Estienne : has personas Terentius addidit fabulae; nam non sunt apud Menandrum, ne τραγικώτερον fieret Philumenam spretam relinquere sine sponso, Pamphilo aliam

[En outre Klotz signale que le manuscrit royal de Lindenbrog (c’est-à-dire le ms. Cujas, aujourd’hui disparu) portait… apud Menandrum. ne AπOΘεΑΤΟΝ…]

Il y a en réalité trois problèmes ecdotiques, dont deux impliquent du grec dans ce passage : 1. quel grec faut-il lire après apud Menandrum ? 2. faut-il lire relinquere, relinquens ou relinqueres ? 3. que faut-il lire juste derrière ce verbe ?

Traitons en premier lieu de ce dernier point. Le ms. K, qui de toute évidence se contente de recopier ce qu’il a sous les yeux, donne une suite absurde relinqueres anthiphme sponso. On peut cependant y voir pourquoi P lit relinquere sancti et pourquoi CT lisent relinquere sane ; on comprend aussi pourquoi toute une partie de la tradition, sans doute celle qui remonte au Mogontiacus ou au Carnotensis (tous deux disparus), lit relinqueres aut sine. De toute évidence, à date très ancienne, ce passage posait gravement problème aux scribes qui ont tenté, comme ils pouvaient, de l’amender avec des mots latins, absurdes chez P, plus ou moins sensés ailleurs. Mais c’est sûrement de la leçon vaguement hellénisante de K avec antiphme qu’il faut partir. Il se trouve alors que sine sponso peut expliquer ce mot grec. Il s’agit peut-être d’une glose interlinéaire ou marginale qui a fini par se glisser dans le texte. Dans ce cas, sous le mot fantôme antiphme, pourrait se lire l’accusatif ἄνυμφον (non marié(e)). A un moment de l’histoire du texte, un scribe a jugé bon de gloser ce mot rare par l’expression sine sponso (sans fiancé), laquelle est entrée dans le texte à la place du segment grec. Ce mot grec est sans doute, implicitement, extrait de la pièce originale de Ménandre, qui connaît l’adjectif (par ailleurs teinté de style tragique) ; voir le fragment 547-548 ἀνυμέναιος ἄθλιος, / ἄνυμφος οὗτος ἐπικαλεῖτ᾽ ἐν τοῖς ἐκεῖ. Cette partie de la scholie s’interprète donc ainsi : « …laisser Philumène dédaignée, ‘anymphos’, puisque Pamphile en épouse une autre ». Dans cette hypothèse, on peut décider de rétablir le mot grec, sans doute ménandrien, et de supprimer la glose latine sine sponso, qui n’était après tout peut-être pas chez Donat. Signalons qu’il serait paléographiquement excellent que Donat (ou Ménandre avant lui) ait utilisé une variante ἀνυμφῆ, accusatif de l’adjectif (rarissime) ἀνυμφής. Mais la rareté de la forme que nous appelons de nos vœux nous incite à la plus grande prudence.

Le deuxième point est de savoir quelle forme de relinquere il faut éditer. Relinquens, isolé chez V, est manifestement une correction spontanée faite par un scribe grammairien assez coutumier du fait ; on peut hésiter en effet entre deux options : soit il y a une seule phrase, et l’infinitif est préférable, en position de sujet de fieret (« laisser Philumène dédaignée deviendrait etc. »), l’attribut manquant étant à suppléer dans la séquence grecque qui précède fieret ; soit il y a deux phrases, et relinqueres est alors le verbe de la seconde (« on laisserait Philumène etc. »). Le s final peut sembler garanti par les leçons sancti ou sane, sans que notre restitution avec ἄνυμφον puisse le justifier de son côté.

Quant au premier point, il est lui aussi fort problématique. Plusieurs manuscrits ont une lacune (ce qui est fréquent là où est impliqué du grec). Les éditeurs modernes postulent παθητικόν (Wessner), voire τραγικώτερον (Estienne), termes que le contexte de la scholie justifient pleinement mais que la paléographie rend fort suspects. Estienne a sûrement postulé τραγικώτερον à partir d’un manuscrit qui portait une lacune, car s’il avait vu P et son ΝΕΟΠΙΘΕΑΤΟΝ, il aurait sûrement cherché une solution plus adéquate, par exemple celle de M qui a ne πίθετον. Cette leçon, plausible paléographiquement, est malheureusement assez faible sur le plan du sens. On peut à la rigueur comprendre « pour éviter que ne soit un ajout le fait d’abandonner Philumène à son triste sort etc. », mais on voit que cela n’est guère satisfaisant.

Nous hésitons du coup entre trois options (au moins) pour sauver à moindres frais la leçon ΝΕΟΠΙΘΕΑΤΟΝ.

1. on peut supposer une finale θεατῶν (de θεατής, « spectateur ») et interpréter le début, comme dans une scholie à Euripide Hec.484 (ἐπ᾽ ὄψει τῶν θεατῶν), ce que la séquence ΟΠΙΘΕΑΤΟΝ autorise (ὄψει θεατῶν, sans article), et NE (peut-être suivi de ἐπ᾽) étant dans cette hypothèse à interpréter comme la conjonction latine, le sens étant alors « pour éviter que ne se produise ‘sous les yeux des spectateurs’… ». Dans ce cas, il faut privilégier relinquere à la place de relinqueres. Mais il y a là, malgré une connivence paléographique importante de la séquence ΟΠΙΘΕΑΤΟΝ au texte postulable ὄψει θεατῶν, quelque chose de forcé : de fait, Philumène n’apparaissant jamais sur scène, il est excessif, voire erroné, de dire que son abandon se fait sous les yeux des spectateurs, avec deux termes, ὄψις et θεατής, qui impliquent sémiquement le sens de la vue. Du coup, peut-être Donat dit-il en grec quelque chose d’affaibli, qui signifie coram populo, devant le public.

Variante : peut-être faut-il lire simplement dans la fin du segment θέατρον (mais que lire dans ce qui précède ?) et interpréter « sur le théâtre » ou au contraire « derrière le théâtre » (donc en coulisses), avec peut-être ὄπισθε θεάτρου ???

2. se cache sous les lettres grecques un adjectif verbal en –τόν, voire en –θεατόν, par exemple δυσθέατον, κακο-, ξιο-… Le sens s’explique assez mal (sauf avec  δυσθέατον, dans un commentaire qui signifierait « pour éviter qu’il ne soit désagréable de voir Philumène dédaignée »). Mais ces mots sont rares (sauf ξιοθέατον, qui fait contresens) et paléographiquement compliqués pour expliquer le début en ΟΠΙ.

3. ce n’est peut-être pas nécessairement du grec. La finale EATON peut tout aussi bien dissimuler (même en alphabet latin, indistinct du grec sur ces lettres-là, en majuscules) l’abréviation du titre EAVTONTIMORVMENVS. On observe en effet dans les manuscrits une tendance à graphier de fait EATONTIMO… etc. et à abréger, de toute manière, derrière la syllabe TON-. Si cette hypothèse est bonne, le segment qui précède n’a aucune raison d’être en grec : c’est par erreur qu’un scribe (dans un état très ancien de la tradition) a cru, à cause de la proximité de apud Menandrum, voir là du grec et a rétabli, comme il pouvait, des caractères grecs sur la séquence NEΟΠΙ et la suite EATON, déjà ambiguë en soi. Quel latin peut-on restituer ? Peut-être ne ut in Eauton. fieret… L’idée est alors que, dans L’Andrienne, Térence évite de faire, comme il le fait dans L’Héautontimorouménos, qu’un protagoniste reste laissé pour compte au dénouement. Dans L’Andrienne (c’est ce qu’explique Donat au ver 301), Térence invente le personnage de Charinus (et de son esclave Byrria) pour que la fille de Chrémès censée épouser Pamphile ne reste pas ‘anymphos’ à la fin de la pièce : c’est Charinus qui se dévouera. Dans L’Héautontimorouménos, Clitiphon, qu’on empêche d’épouser la courtisane Bacchis, refuse un laideron que son père lui propose avant d’accepter la fille d’Archonidès, un voisin, laissant ainsi Bacchis et le laideron repoussé avec dégoût ‘anymphoi’. Malheureusement, nous n’avons pas le commentaire de Donat sur cette pièce. Mais cette fin devait choquer, car le commentateur Eugraphius croit avoir compris que la fille d’Archonidès est éventuellement Bacchis, ce qui, étant donné son statut de courtisane, est proprement invraisemblable. Selon Eugraphius, toutes les femmes et tous les jeunes gens qui jouent un rôle dans la pièce se retrouvent ainsi mariés à la fin.

Nous attendons toutes suggestions à cet égard pour tenter de donner un texte cohérent sur un passage difficile.

CN et BB


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">