"Les Adelphes" sont en ligne!

Date 27 mai 2011

Le commentaire des Adelphes est en ligne. Il comprend le texte de la comédie, selon la version qu'en lit Donat, une nouvelle traduction de la comédie conforme au commentaire, le texte du commentaire et sa traduction inédite.

Les notes sont essentiellement explicatives et nous réservons pour une phase suivante l'examen de toutes les difficultés ecdotiques. Toutefois, en de nombreux passages, nous suggérons déjà des corrections à l'édition Wessner (1902).

C'est désormais l'avant dernière pierre de l'édifice HyperDonat qui est disponible. Le commentaire de L'Hécyre est en cours de relecture et sera prochainement disponible. Nous en aurons alors terminé avec la mise en ligne d'une première version de chacun des cinq commentaires, et nous passerons à la phase de révision, en particulier ecdotique.

Nous vous souhaitons une bonne et instructive lecture et attendons comme d'ordinaire vos remarques et corrections,

Bruno Bureau et Christian Nicolas


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

12 commentaires pour  “"Les Adelphes" sont en ligne!”

  1. Daniel HADAS a dit le 2 août 2011 à 13:49 :

    Merci pour votre très beau travail.
    Une faute à corriger dans le texte du commentaire des 'Adelphes' (vers 518):
    "apud uillam sit subaudiendum et distinguendum, antequem inferas quod sequitur."
    Lire "antequam", bien entendu.
    Une remarque générale - il serait très utile de développer un mécanisme pour que les lecteurs d'Hyper-donat puissent facilement vous sigaler les fautes à corriger. C'est tout l'avantage d'une édition électronique.

    Répondre
  2. Bruno Bureau a dit le 2 août 2011 à 21:11 :

    Merci pour vos encouragements et votre remarque; l'erreur sera corrigée dès que possible. Nous allons effectivement, en même temps que l'indexation, favoriser l'interactivité entre le site et ses lecteurs, afin de faciliter la correction rapide des erreurs qui échappent (encore et toujours) à nos relectures.

    Répondre
  3. Daniel HADAS a dit le 9 août 2011 à 13:31 :

    Une suggestion, cette fois. A propos de la note sur Adelph. 574.

    Je pense qu'il faut conserver le texte de MC, "hoc lentius quidem aliqui legunt, aliqui clarius ut sit 'praecipitato' 'cito descende'". La glose porte sur la question du sens de "te praecipitato". Certains l'interpètent comme signifiant "jette-toi du haut de la colline", et du coup le lisent en aparté. D'autres y voient le sens - plus poli - "descend vite", et du coup le lisent "à voix haute". Si Syrus dit seulement "descend par là", il peut évidemment le dire "clarius". C'est d'ailleurs, à mon sens, ce qu'avait compris Wessner, qui a peut-être aussi raison de voir "quidam aliqui" comme un doublet.

    Répondre
    • bruno bureau a dit le 14 octobre 2011 à 11:18 :

      A notre sens, tout repose sur le fait de considérer ou non "quidam aliqui" comme un doublet, ou une interpolation. Sur la question du doublet, ce serait très exceptionnel chez Donat, ce qui nous laisse perplexe. "quidem" est une possibilité d'enlever le doublet, mais nous semble une correction habituelle au subtil copiste de V qui n'hésite pas à améliorer le texte quand il le trouve difficile. Pour le reste, nous sommes pleinement d'accord avec votre interprétation, mais nous pensons que l'absurdité de la leçon "clauus", paradoxalement, va dans notre sens. Les copistes trouvant dans leur modèle cette remarque qui leur paraît n'avoir aucun sens ont pu facilement interpréter comme nous le faisons, vous et nous, et supprimer ce qui les gênait. Du coup, on n'a plus vraiment besoin de postuler un doublet, mais simplement une remarque ecdotique qui s'est perdue en partie et est devenue une remarque dramaturgique dans une scholie unique là où il y en avait deux. Un tel phénomène est d'ailleurs relativement fréquent chez Donat.

      Répondre
  4. Daniel HADAS a dit le 12 août 2011 à 14:15 :

    A propos de la note sur Adelphes 588 ("ut coquus dixit, qui sciat condicionem quandam magis feruentem placere").
    Ne faudrait-il pas préférer l'orthographe CONDITIONEM? CIO et TIO, on le sait, se confondent au moyen âge. Mais l'usage des lexicographes modernes et d'écrire CONDITIO pour le nom dérivé de CONDIO, et dont, à mon sens, il doit s'agir ici.

    Répondre
  5. Daniel HADAS a dit le 15 août 2011 à 16:00 :

    À propos de votre note 617 sur les 'Adelphes' (sur "discrucior animi", v. 610). Il ne s'agit certainement pas d'un génitif d'exclamation, tournure très rare, et qui ne se construit pas avec un verbe. Votre seconde hypothèse est exacte: nous avons ici, et dans l'exemple de Virgile, le génitif à emploi locatif. Cet usage est bien attesté avec "animi". Cf. Kühner-Stegmann, II.1, p. 446-47.

    Puis une faute de frappe à la note 152. Lire "groupe" pour "gourpe".

    Répondre
  6. Daniel HADAS a dit le 19 août 2011 à 14:00 :

    Sur les Adelphes, vers 647, n. 5: "Pauperculas: nec pauperes saltem".

    Vous avez traduit "et non pas pauvres tout de même", ce qui a suscité une note explicative.

    Mais le sens de "nec saltem" ou de "non saltem" est "même pas". Donat veut dire que Sostrata et Pamphila sont rendues encore plus méprisables par l'utilisation du diminutif: ce ne sont même pas des "pauvres" mais des "petits pauvres". La remarque va donc dans le même sens que le reste du commentaire sur le vers 647.

    Répondre
  7. Daniel HADAS a dit le 22 août 2011 à 14:10 :

    Sur les Adelphes, vers 656, n. 3 (et sic intelligendum NIHIL non "quod taceant", sed "quod nihil confirmantis habeat id quod dicunt").

    Vous avez traduit le dernier élément de cette phrase: "mais qu'il n'a aucun élément qui confirme ce qu'elles disent". Mais je pense qu'il faut plutôt traduire: "mais que ce qu'elles disent n'a rien d'une confirmation" (littéralement: "de celui qui confirme").

    Le problème que veut résoudre Donat, c'est que par la réponse "Nihil", Micio semble indiquer que les femmes n'ont rien dit en réponse à la proposition de mariage. Mais ce ne peut ête le cas, puisque Micio va dire tout de suite que la mère s'y est opposée. Donat propose donc de comprendre que le "nihil" veut dire non pas "elles n'ont rien dit", mais "elles n'ont rien dit de positif".

    Répondre
  8. Daniel HADAS a dit le 22 août 2011 à 14:31 :

    Sure les 'Adelphes', votre note 656.
    Vous écrivez que s. Jérôme utilise "a mane" dans la Vulgate. Mais en fait l'expression se trouve seulement dans le Nouveau Testament (Act.), où Jérôme remanie des traductions existantes, et dans certains livres grecs de l'Ancien Testament (Sirach, Macchabées), où, encore une fois, Jérôme n'est pas le traducteur. Dans les livres hébreux de l'Ancien Testament, ou il fait se propre traduction, "a mane" n'apparaît pas.

    J'ajouterai qu'un peut observer de tels contrastes de vocabulaire maintes fois à l'intérieur de la Bible latine.

    Répondre
  9. Daniel HADAS a dit le 22 août 2011 à 16:09 :

    Sur les Adelphes, votre note 898: "Les ms. de Térence ont "illam", que Donat connaît à titre de variante."

    Si on peut se fier à l'apparat de Kauer-Lindsay, les manuscrits de Donat on tous "illa", et la variante "illam" ne nous est connu que par Donat.

    Répondre
  10. Daniel HADAS a dit le 22 août 2011 à 16:18 :

    Une faute de frappe à la note sur Adelphes 668:

    Et totus hic locus est translatus a Vergilio in quarto Aen. « rquis tibi n., D., c. t. s

    Effacer le "r" de "rquis".

    Répondre
  11. bruno bureau a dit le 14 octobre 2011 à 8:57 :

    nous avons intégré vos remarques et suggestions dans la dernière version à paraître en ligne d'ici quelques jours, nous vous en remercions.

    Répondre

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">