Appel à collaboration

Après avoir traduit en ligne le commentaire de Donat à Térence, nous avons l’intention d’en donner une nouvelle édition critique, reposant sur la tradition manuscrite de ce texte (42 témoins identifiés). De fait, nous avons besoin de collaborateurs pour collationner ces témoins selon les normes de la TEI.

Vous trouverez ci-après quelques informations supplémentaires sur ce projet.

 

En quoi consiste notre projet ?

Ce projet s’inscrit dans la continuité de notre programme en ligne « Hyperdonat, édition électronique du commentaire de Donat aux comédies de Térence » (http://hyperdonat.ens-lyon.fr/ et http://hyperdonat.hypotheses.org/), initié en 2006. Ce projet s’est voulu d’abord seulement une traduction française, accompagnée d’annotations, à partir de l’édition papier de Wessner (Teubner 1902-1905). Mais, au cours de nos travaux, nous avons réalisé que l’édition elle-même restait assez problématique, notamment pour ce qui est du faible nombre de manuscrits effectivement utilisés par Wessner, du trop grand crédit apporté aux conjectures humanistes (surtout celles d’Estienne 1529), et du manque d’attention prêtée au sens des scholies. Pour le seul commentaire du Phormion, l’examen d’une quinzaine de manuscrits nous a conduits, par rapport à l’édition Wessner, à plus de 500 changements (parfois très importants) qui nous font revenir généralement à la tradition manuscrite en dépit des corrections humanistes ou modernes. Nous pensons désormais que les prochaines étapes de notre travail doivent être de :

– donner une nouvelle édition du texte en utilisant à la fois la tradition manuscrite dans son ensemble et des outils d’édition numérique.

– fournir des lectures multi-choix, incluant un ou plusieurs témoins, une ou plusieurs zones de texte, des outils de visualisation et d’indexation.

 

Pourquoi cette édition ?

Nous pensons que le texte de Donat pourrait être un bon échantillon pour poursuivre les recherches dans le domaine de l’édition numérique critique de textes anciens dont la transmission est difficile (grand nombre de témoins, lacunes ou textes corrompus, etc.). Un simple coup d’œil sur les manuscrits montre combien les difficultés sont grandes concernant un texte trop souvent considéré comme non modifiable en raison de :

1- l’ordre et le contenu des scholies,

2-le traitement des matériaux grecs,

3-les frontières floues dans les manuscrits entre scholies et lemmes,

4-la fréquente utilisation de fragments de textes républicains que nous connaissons seulement par cette voie,

5-les lacunes existant dans une partie de la tradition,

6-la dépendance à une tradition de manuscrits aujourd’hui perdus, tels que les Mogontiacus, Carnotensis et Cuiacensis,

7-la datation tardive de la plupart des manuscrits (15e siècle : 40 des 42 témoins), contenant une contamination massive entre les témoins, et des interpolations humanistes,

8-le lien très flou existant entre ce matériau et des gloses sur Térence, incluses dans des manuscrits de Térence.

Pour toutes ces raisons, nous considérons que la nouvelle édition :

1-doit inclure un examen de toute la tradition manuscrite

2-doit fournir une visualisation de l’histoire de ce texte plus que ne le ferait un stemma

3-doit permettre au lecteur de réorganiser les manuscrits en fonction de sa propre vision de la tradition (par exemple, en incluant seulement les lectures ne venant que de tel ou tel témoin) et de visualiser pour chaque demande non seulement le texte mais aussi les différentes lectures et leurs relations mutuelles.

C’est la raison pour laquelle nous estimons qu’une édition critique en ligne permettra aux chercheurs d’améliorer leurs connaissances non seulement du texte de Donat, mais aussi des mécanismes de la tradition concernant la littérature technique au Moyen Age et à la période humaniste. Voir les études de Reeves.

Nous pensons aussi que ce projet pourrait prendre place dans le récent débat sur les méthodes numériques d’ecdotique. Voir le recueil TEI des résumés de Würzburg 2011 (http://www.zde.uni-wuerzburg.de/fileadmin/04100700/_temp_/TEI_Book_of_Abstracts.pdf).

Par exemple, l’utilisation de l’encodage TEI permettra de focaliser l’attention non seulement sur les leçons, mais aussi sur le support lui-même, en signalant la notification des sauts de ligne, des signes délimitant les scènes, les actes, les personnages, les scholies, les mots autonymiques, les abréviations et tous types de notes techniques. Nous pensons qu’une partie de ce matériel peut aider à interpréter les variations importantes dans la tradition manuscrite ou peut permettre de comprendre comment et pourquoi ces variations ont eu lieu. L’utilisation de la visualisation de ces informations, recueillies par le biais de l’encodage TEI des témoins, est un élément essentiel de notre projet. Elle implique le développement d’outils de collecte, de coordination et de recherche de cette information pour des usages dédiés à la recherche.

 

Qui peut collaborer ?

Tout chercheur intéressé par le commentaire latin / grec, l’édition de textes en latin, ou la grammaire antique. Aucune connaissance préalable de l’encodage TEI n’est nécessaire ; feuilles de style et directives seront données à tous les collaborateurs, avec des outils appropriés pour le matériel d’encodage. Un forum en ligne sera créé afin de résoudre presque en direct les difficultés liées à l’usage des outils ou du matériel. Les collaborateurs pourront collationner l’intégralité d’un manuscrit, ou seulement ce qui concerne une pièce de théâtre, ou éventuellement une partie du commentaire d’une pièce sur plusieurs témoins. Nous examinerons chaque proposition avec soin et donnerons dans un court délai une réponse en fonction des propositions.

 

Comment répondre ?

Si vous voulez répondre à cet appel, veuillez envoyer un e-mail à l’adresse suivant :

christian.nicolas@univ-lyon3.fr, en indiquant :

1-Votre nom et votre affiliation

2-Un court CV (qui précise vos travaux précédents ou en cours sur des sujets en lien avec le projet)

3-La part que vous comptez prendre dans notre projet

4-Toute information supplémentaire que vous considérez utile pour nous.

À ce stade, il n’y a pas de véritable date butoir pour l’envoi de vos collations. Les délais et le calendrier du projet seront discutés avec les collaborateurs. Comme le procédé d’encodage peut être long, nous recommandons le choix d’un corpus ciblé.

 

Comment allons-nous travailler ?

1-Les collaborateurs fourniront des classements et des remarques au sujet d’un témoin ou d’une partie de la tradition sur une plateforme privée en ligne, comprenant un forum de discussion en ligne entre collaborateurs. Des photographies numériques ou pdf de manuscrits seront fournis par notre équipe, à nos frais. Si, pour certains manuscrits, aucune reproduction n’est disponible, nous adresserons des demandes, à nos frais, aux bibliothèques concernées pour la numérisation des manuscrits.

Les manuscrits devront être strictement collationnés selon les normes et les règles qui seront incluses dans la feuille de style et le cahier des charges. Les collations effectuées sans respect de ces règles ne seront pas publiées. Chaque note, description et information sur un manuscrit non-inclus dans la feuille de style peuvent être envoyées dans un fichier Word en pièce jointe.

Pour des détails omis dans la feuille de style, vous adresserez vos questions sur le forum dédié, afin de permettre à d’autres membres de la communauté de proposer leurs réponses. Les concepteurs de l’édition choisiront, en conformité avec les réponses fournies, la solution qu’ils trouvent la plus appropriée.

2-Dès qu’elles seront disponibles, les collations pourront être visualisées sur un site privé, dans le but d’être comparées et triées.

3-Lorsque tous les éditeurs se seront mis d’accord sur un texte ou une partie du texte, nous publierons ce texte en tout ou en partie sur notre site. Chaque collaborateur sera inclus dans l’équipe d’édition, en tant que membre, et sa partie du travail sera clairement identifiée. Bien sûr, nous avons également besoin de traductions du texte latin Hyperdonat, principalement en anglais, allemand, espagnol et italien ; les contributeurs sont les bienvenus.

 

 

 

Et enfin l’Hécyre en ligne…

Cette fois, c’est bel et bien fini (…enfin pour une première phase de mise en ligne des cinq commentaires).

Toutes les pièces commentées par Donat sont en ligne avec pour L’Hécyre comme pour Les Adelphes un texte Wessner largement revu, mais non encore définitif, la traduction annotée, le texte de la comédie adapté au commentaire qu’en donne Donat et sa traduction. Le tout est comme d’habitude ici : http://hyperdonat.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique12 . L’Hécyre vient rejoindre la Vita Terenti, les fragments d’Evanthius, L’Andrienne, L’Eunuque, Les Adelphes et le Phormion. Rappelons que le commentaire à L’Héautontimorouménos ne nous est pas parvenu.

Maintenant que cette première phase est achevée, nous vous proposerons d’ici quelques semaines le corpus indexé avec des outils de recherche vous permettant de trouver tout ce qui peut vous intéresser dans le corpus…

en attendant, nous attendons vos remarques et suggestions comme d’ordinaire et vous souhaitons une bonne lecture donatienne,

Christian Nicolas et Bruno Bureau

« Les Adelphes » sont en ligne!

Le commentaire des Adelphes est en ligne. Il comprend le texte de la comédie, selon la version qu’en lit Donat, une nouvelle traduction de la comédie conforme au commentaire, le texte du commentaire et sa traduction inédite.

Les notes sont essentiellement explicatives et nous réservons pour une phase suivante l’examen de toutes les difficultés ecdotiques. Toutefois, en de nombreux passages, nous suggérons déjà des corrections à l’édition Wessner (1902).

C’est désormais l’avant dernière pierre de l’édifice HyperDonat qui est disponible. Le commentaire de L’Hécyre est en cours de relecture et sera prochainement disponible. Nous en aurons alors terminé avec la mise en ligne d’une première version de chacun des cinq commentaires, et nous passerons à la phase de révision, en particulier ecdotique.

Nous vous souhaitons une bonne et instructive lecture et attendons comme d’ordinaire vos remarques et corrections,

Bruno Bureau et Christian Nicolas

Une nouvelle version de l’Eunuque en ligne…

Nous venons de mettre en ligne une nouvelle version du commentaire de l’Eunuque que vous pouvez désormais lire ici : http://hyperdonat.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique12.

Par rapport à la précédente, cette version :

1-corrige de nombreux soucis d’affichage (vers incomplets, espaces, caractères mal sortis etc.) et offre une présentation plus claire et plus lisible.

2-propose surtout une nouvelle traduction intégrale de la pièce mise en conformité étroite avec le commentaire donné par Donat.

Comme toujours nous attendons avec impatience vos commentaires. Bonne lecture de ce nouvel Eunuque.

Christian Nicolas et Bruno Bureau

La Vita Terenti est en ligne.

Nous sommes heureux de vous annoncer que la Vita Terenti, introduction au commentaire des comédies de Térence par Donat, vient d’être mise en ligne, ici : http://hyperdonat.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique12. Vous pouvez d’ores et déjà la lire dans le texte original avec de légères modifications par rapport à l’édition Wessner (1902), sa traduction et des notes ecdotiques et explicatives. Avec cette « Vie » débute la mise en ligne des derniers textes manquants et de la version révisée de notre corpus. A terme la Vita trouvera sa place en tête du corpus, avant les fragments d’Evanthius, là où elle est donnée par les manuscrits qui la contiennent et par l’édition de Paul Wessner.

Comme toujours, vos commentaires, remarques et suggestions sont attendus avec impatience,

Christian Nicolas et Bruno Bureau

Une journée d’études sur les commentaires.

Ce samedi, 26 mars, à Angers, HyperDonat anime une journée de présentation des commentaires latins. Le matin, présentation générale du genre, de son histoire et de son évolution, l’après-midi travail sur textes. Voici l’affiche de cette journée : 13-me_Journee_d etudes_latines

Pour tout renseignement, contacter : blandine.colot@univ-angers.fr

Un Phormion nouveau est arrivé!

Nous avons mis en ligne une nouvelle version du commentaire au Phormion qui se trouve ici :

http://hyperdonat.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique12

(attention, si vous accédez par le portail HyperDonat allez bien dans la rubrique « Lire en ligne », sinon vous ne verrez que la version 1. Les versions 1 disparaîtront quand les versions 2 seront achevées pour le corpus entier).

Par rapport à l’ancienne version, la nouvelle apporte les éléments suivants:

-nous avons entièrement revu le texte en comparant l’édition P. Wessner (1902) avec une quinzaine de manuscrits (liste sur le site), dont certains n’avaient pas été vus par l’éditeur et d’autres très peu utilisés. Nous avons donc établi 561 notes de type ecdotique qui correspondent à nos interventions sur l’édition existante. Certaines sont de taille très considérable et engagent la compréhension de secteurs importants du commentaire, voire son type même, s’agissant en particulier du traitement réservé aux mots grecs ou du recours à certains auteurs archaïques. S’il ne s’agit pas encore, à proprement parler, d’une véritable édition critique, les modifications apportées laissent percevoir la nécessité d’entreprendre, comme nous en avons le projet, une édition sur nouveaux frais du commentaire. Nos interventions, on le verra, vont le plus souvent dans le sens d’un retour au texte de manuscrits valables, là où, parfois faute d’information, Wessner avait cru bon de s’appuyer sur des très nombreuses conjectures d’éditeurs antérieurs, dont Robert Estienne. Il se trouve en réalité qu’il est très rare qu’on ne parvienne pas à expliquer les leçons des manuscrits et à trouver du sens au texte qu’ils transmettent parfois gravement altéré. Par exemple, un certain nombre de nos propositions reposent sur des variantes minimes, et sur une modification de la ponctuation. Parfois cependant, le texte demande une vraie restauration simplement pour devenir traduisible (et donc intelligible). Comme nous le notions dans un billet antérieur, c’est la nécessité de traduire le texte qui stimule et justifie le plus souvent le travail ecdotique fourni ici.

-la traduction du commentaire a été entièrement revue pour être mise en conformité avec les modifications apportées au texte, et pour éliminer un certain nombre d’erreurs de la première version. Cette traduction est accompagnée de 828 notes explicatives, permettant de suivre la démarche parfois tortueuse du commentateur.

-la comédie elle-même a été intégralement retraduite en tenant compte des indications de compréhension que fournit Donat. Il ne s’agit pas de donner une nouvelle traduction de Térence, mais bien de traduire « le Térence » que comprend Donat, c’est-à-dire de traduire en tenant compte du sens qu’il propose, même s’il va à l’encontre du sens généralement admis. Nous avons cru bon de signaler par 120 notes les passages où le Térence de Donat s’éloigne de la plupart des éditions modernes. Nous avons cherché au maximum à produire une traduction vers à vers qui corresponde le plus possible à la répartition des segments de Térence dans le commentaire de Donat. Cela expliquera sans mal quelques lourdeurs ou bizarreries de notre traduction.

Ce travail est actuellement poursuivi sur le nouvelle version de L’Andrienne, sur les mêmes bases. Suivra ensuite L’Eunuque, en version 2.

Par ailleurs nous sommes heureux d’annoncer pour les prochaines semaines la version 1 des commentaires aux Adelphes et à L’Hécyre, ainsi que la traduction de la Vie de Térence, achevant ainsi la mise en ligne de la version 1 de notre corpus complet.

Nous espérons que vous aurez plaisir et intérêt à découvrir cette nouvelle version et nous attendons avec impatience vos remarques (y compris pour des fautes matérielles) sur notre édition, notre traduction et nos notes…

Bruno Bureau et Christian Nicolas

Chantier en cours sur les Adelphes (début)

Le séminaire HyperDonat a repris le 8 octobre, pour une première partie d’année consacrée à la mise en forme de la traduction du commentaire des Adelphes proposée par Christian Nicolas; nous soumettons à votre sagacité deux problèmes que nous avons rencontré dans la compréhension du début du texte, ainsi que la solution que nous avons collectivement élaborée. Toute remarque est évidemment bienvenue et, si nous retenons votre suggestion, nous ne manquerons pas de vous citer comme auteur de cette suggestion.

Difficulté numéro 1: texte Wessner « si quid e contrario »

26 storax nomina personarum, in comoediis dumtaxat, habere debent rationem et etymologiam. etenim absurdum est comicum, <cum> apte argumenta confingat, uel nomen personae incongruum dare uel officium, quod sit a nomine diuersum. hinc seruus fidelis Parmeno, infidelis Syrus uel Geta, miles Thraso uel Polemon, iuuenis Pamphilus, matrona Myrrina et puer uel ab odore Storax uel a ludo et gesticulatione Scirtus et item similia. in quibus summum poetae uitium est, siquidem contra rem repugnans contrarium diuersumque protulerit, nisi per ἀντίφρασιν ioculariter nomen imposuit, ut Misargyrides in Plauto dicitur trapezita.

Notre proposition : Wessner, suivant tous les manuscrits, édite une tautologie : « siquid e contrario repugnans contrarium etc. ». Teuber proposait de corriger « e contrario » en « a charactere » et Ritschl de supprimer le mot « contrarium ». Nous pensons qu’il s’est produit la chose suivante : « siquidem » a été victime d’une mécoupure due à l’abréviation probable en « siquidê », devenant « si quid e », et entrainant mécaniquement la transformation de « contra rê repugnans » en « e contrario repugnans », l’expression « e contrario » étant parfaitement banale. Avec notre texte, la scholie n’est plus du tout redondante. Térence a nommé son personnage contre le référent de son nom et Donat dit : soit il l’a fait exprès par antiphrase et c’est habile, soit il ne l’a pas fait exprès et c’est une faute.

Difficulté numéro 2 : texte Wessner « adiuua », puis  « ne singula +utrûnâ secuta »

45 1 vxorem dvxit recte dicit, non ducere : semel enim hoc fecit Demea. 2 vxorem dvxit uarie per modos. 3 vxorem dvxit adiuuandum (1) pronuntiatione, ne singula utrimque assecuti uideantur

(Wessner édite adiuua qui est donné effectivement par certains manuscrits, mais nous préférons adiuuandum, bien représenté également dans la tradition manuscrite et plus conforme aux habitudes du commentateur. Le sens est identique.

Ce texte est celui édité par Robert Estienne, contre un texte incompréhensible des manuscrits qui conduit Wessner à placer ici une crux devant le mot « utrûnâ », effectivement dépourvu de sens. V nous met sur la voie en conservant « utrimque » qui a pu troubler des copistes. La leçon apparemment absurde de A « feci ita » peut accréditer le pluriel masculin d’Estienne, normalisé ensuite par « accord » avec « singula ».