subvention Région Rhône-Alpes- Cluster 13 recherche

Cécile PARET-PARRAS intègre l’équipe HyperDonat pour une durée de 3 ans. Elle s’occupera plus précisément des manuscrits de l’une des 6 pièces et mettra au point le protocole de collation en travaillant sur des documents au format TEI. Son travail annonce la phase d’édition critique du texte de Donat. Elle débute également une thèse sur le grammairien Philargyrius, dont les problèmes philologiques engagent une réflexion sur les supports manuscrits. Ce projet est financé par la région Rhône-Alpes (contrat doctoral-Cluster 13 Recherche)

le dernier né d’HyperDonat est arrivé: La Vie de Saint Grégoire- Lyon, BM, ms 867

Un premier pas dans l’édition et la valorisation de manuscrit pour HyperDonat du côté de la Vie de Saint Grégoire. Voici un travail d’encodage utile au linguiste et médiéviste, grâce à la parallélisation de versions diplomatique ou régularisée.

a consulter sur le site d’HyperDonat.

colloque-octobre 2013 « Pragmatique du Commentaire »

Le colloque « Pragmatique du Commentaire » est organisé à l’automne 2013 et annonce une programmation sur 3 journées, qui permettront d’aborder le genre du commentaire sous de nombreux aspects: rapports à l’auctorialité, la production écrite, la performance orale et/ou écrite, la réécriture, la lecture etc.

Le colloque compte parmi ses intervenants 3 membres de l’équipe HyperDonat: Bruno Bureau,  Christian Nicolas et Cécile Paret-Parras et de nombreux membres du laboratoire HiSoMA, dont Guillaume Bady, Michèle Brunet, Stavroula Kefallonitis (co-organisatrice) et Daniel Vallat.

Plus d’informations sur ces journées, via ce lien:

http://prasinades.blogspot.gr/2013/08/pragmatique-du-commentaire-colloque.html

 

 

Biblissima- inauguration du projet- 31 mai 2013

Le 31 mai 2013, l’équipex Biblissima a inauguré à l’IRHT le lancement du projet dans les murs de l’IRHT (Iéna, Paris). Le projet prend place dans le campus virtuel Condorcet, disponible à l’adresse suivante: http://www.campus-condorcet.fr/campus-condorcet/La-politique-scientifique/L-Equipex-Biblissima/p-642-Une-nouvelle-bibliotheque-des-bibliotheques-.htm

Le programme de cette journée d’inauguration est disponible sur le site de l’IRHT: Journée Biblissima 31 mai 2013 Invitation déf

HyperDonat s’est rendu à cette journée et vous en propose un compte-rendu. (les informations nécessaires pour répondre à l’appel à projet et constituer le dossier sur le site du campus):

10h30 A.-M. Turcan-Verkek (responsable du projet)

Dans l’idée catalogue de Sanderus puis de Bibliotheca bibliothecarum noua et Montfaucon

Deux définitions majeures pour Biblissima :

–          Un contenant : observatoire

  1. Coordination entre bases de textes : Gallica, bvm et bvh
  2. Cluster de base de données
  3. Boîte à outils conçue comme un atelier d’édition : tutoriels par exemple

–          Un contenu : des données apportées par les partenaires choisis : voir liste sur site

  1. Ces données sont orientées en fonction de thématiques. Pour le partenaire IRHT, projet de mise en ligne des fiches. Les thématiques concernent : les bibliothèques juives d’Europe, bibl. byzantines, archives, catalogue de ventes du 18eme etc
  2. Un appel à manifestation voir ci-joint
  3. Mise en ligne de corpus : inventaire de la bibl du mont saint michel (univ de Caen) et la bible de Montfaucon puis la bible glosée

Idée : éviter la prolifération désordonnée/ Contrepartie pour la BM, organisation d’une école d’été pour mise en valeur et communication sur les travaux.

10H30 M. Bonicel (BnF)

Etude en cours pour les outils fournis par Biblissima

-recensement des sources déjà disponibles à travers : Gallica, BVM, BVH ; editions electroniques en TEI, fichiers d’autorités qui émanent des catalogues de bibliothèques (EAD, MARC) et les bases de données sous forme SQL, XML, Access, PHP,

Le portail Biblissima permettra d’offrir :

-une consultation fédérée

-un dialogue des sources entre elles

Notion clé d’interopérabilité

Moyens ?

Leur étude des exports de données fait ressortir un schéma vertical de la construction des projets : des data images ou texte sont exploitéés par des indexs et des tools, qui sont gérées par un website (une interface)

Leur idée est de croiser les couches et de faire éclater cette verticalité pour pouvoir décoller l’utilisation de la visualisation

Outils ?

Sharedcanvas= modèle de données via un fichier XML

Ce modèle relève du méta et permet de décrire précisément ses propres contenus

Ce canevas va permettre de créer des liens grâce à des identifiants pérennes.

Les modèles proposés sont libres et susceptibles d’évoluer

D’un côté un canevas qui cible (targets) un body text, un body image etc

Les différentes fichiers ou éléments décris sont stockés et appelés « manifestes ».

IIIF (triple IF) = International Image Interoperability Framework

Le gros problème pour les chercheurs: impossible de comparer deux images entre elles

Car il faut pouvoir afficher des fichiers très lourds.

Objectif encore une fois décoller utilisation de la visualisation

Au départ on a un archivage pérenne (TIFF = lourd) et des log de conversion du type JPEG 2000.

Vient un serveur images/Viendrait se greffer API IIIF/ Puis client image= découpage en tuiles qui gèrent les demandes du client /Et visualiseur qui est l’interface

Ce visualiseur doit pouvoir manipuler celui des autres c’est-à-dire qu’une demande dans la british library devrait permettre d’interroger BNF

Leur feuille de route : wiki interne/ ontologie/ tests/ questionnaire d’usage XML/ développement d’un encodeur libre en f° des usages/ prototypes déjà interopérables : Caen, florus dispersus, charles V, mss enluminés

11h30 Florent Palluault (MCC)

Ce qui existe déjà :

  • Signalement et description des mss : Patrimoine écrit (MCC), DRAC, ABES
  • Numérisation (IRHT, BSN 5, Europeana Regia)
  • Edition de docs anciens
  • Projet ANR de corpus

Les objectifs 

alimenter le corpus en ligne, alimenter les données de provenance, création de description, numérisation et mise en ligne, alimentation de corpus textuels.

Opérations :

  1. Numérisation= interopérabilité qui nécessite un traitement de l’information, une conversion des formats
  2. Production de métadonnées descriptives
  3. Création et traitement des données de provenance
  4. Encodage des catalogues anciens

= ce qui est visé c’est l’histoire des textes et la transmission

Appel a manifestation

×        -pas de subvention (c’est Biblissima qui dépense en fonction des projets : l’argent va aux partenaires désignés qui sous traitent les segments d’opération).

×        Budget entre 10000 et 80000 EUR pr les projets sup a 40000 obligation pr la BM ou autre institution détentrice des fonds d’organiser une école d’été

×        Pour 2013 3 à 6 projets retenus

Eligibilité

Etablissements partenaires de conservation et une équipe de recherches

Sélection par le comité de direction et le conseil scientifique qui fixe le montant alloué et la répartition des tâches entre les partenaires

engagements

  • Les porteurs du projet s’engagent à fournir les documents nécessaires au projet et à suivre le déroulement des opérations.
  • Mise en œuvre des partenaires Equipex : vacataires, matériel, plusieurs marchés peuvent être ponctuellement engagés.
  • Pool Biblissima s’engage à fournir outil encodage XML et interopérabilité.

 

 

gestion informatisée des écritures-compte-rendu

Le mardi 21 et mercredi 22 mai ont eu lieu deux journées d’étude, au CESR de Tours,  sur la question des écritures et caractères disponibles pour la transcription numérique:http://gieca.sciencesconf.org/resource/page/id/3

Présent dans l’auditoire, HyperDonat vous propose un compte-rendu de la journée du mercredi:

9h30 Transcribing and Editing Medieval Nordic Sources (Odd Einar Haugen)

À l’initiative de MUFI: http://en.wikipedia.org/wiki/Medieval_Unicode_Font_Initiative

http://www.mufi.info/

projet MENOTA: http://www.menota.org/forside.xhtml

guidelines en ligne, mais annotations avec la version TEI P. 4: http://www.menota.org/HB2_index.xml

plusieurs possibilités de transcription = facsimile/ diplomatique/ normalisée

inscriptions runiques qui contiennent du latin : vita et miracula du king Olaf Haraldsson in ms oxford f.57r

-facsimile pas de traitement editorial, simple reproduction

Pas de distinction des allographes (entre f latin et s insulaire par ex).

(allographe= représentation d’un glyphe qui est à distinguer du caractère).

-diplomatique:  les abréviations sont développées/ possibilité de distinguer certaines voyelles longues ou brèves dans l’analyse

-normalisée: à partir des dicos et grammaires, ponctuation, capitales pr les noms propres, etc; plusieurs niveaux de transcription sous forme d’arborescence : une représentation qui permet de résumer les trois strates/ puis cet encodage est bien sûr transforming an xml file puis av xslt sheet pour html pdf ou autres sorties

autre exemple qui pose un problème pour la transcription diplomatique pour les inscriptions runiques:

Runes compte 81 caractères mais ils sont réversibles et ces variantes ne sont pas dispos dans unicode et pourtant il faut les prendre en compte.

unicode : caractères de base présents pour ts les niveaux mais manques pr la diplomatique : signes réversibles par exemple dans les inscriptions runiques.

10h30 Ontologie des Formes et Encodage des Textes Médiévaux D. Stutzmann irht

écriture médiévale et numérique= voir carnet de recherches : http://oriflamms.hypotheses.org/

écriture médiévale dans sa variabilité a raison de toutes les tentatives de systématisation

ontologie et encodage constituent sans doute une approche plus souple car la variabilité n’est plus un obstacle

épigraphie et linguistique ne doivent ne pas être perdues de vue pr la paléographie aujdh.

Variabilité est au cœur de la conception d’un nouveau projet : oriflamms

limites : ce projet reprend les résultats du projet graphem= analyse d’images. Projet qui a fait l’objet de publications/ voir le site avec les rapports : http://liris.cnrs.fr/graphem/?cat=4

ce projet devait fournir une aide automatisée aux chercheurs : confirmer si deux images relèvent du même type écriture par ex. base : catalogue des mss datés

plusieurs méthodes analyse, mais il était difficile de savoir pk deux images étaient rapprochées

Car pas d’analyse division de chq lettre en traits fondamentaux : ductus décomposé en briques puis comparées.

wordspotting plus concluant (repris dans le projet paradiit) sélection d’une forme à retrouver à l’intérieur des images indépendamment de sa signification

établir des calculs de distance/ évaluation des résultats classifications heureuses et décevants/ développement analyses demandés par Denis Muzerelle et M. Smith : analyse des formes fondamentales

il est certain désormais que l’ordinateur ne pourra pas automatiser une lecture de manuscrits !

des transcriptions opérantes et servent la linguistique vernaculaire :

queste del saint graal qui se sert de MUFI et menota

le projet ORIFLAMMS va reprendre ce qui a été réalisé.

Dans ces projet, chaque mot est encode par balise <w> et un type @rend= ‘aggl.‘ pour indiquer qu’un mot n’est pas séparé= analyse linguistique et graphique mêlées.

leur projet vise aussi des analyses codico et paléo qui reprennent des elements de codicology and paelograohy in the digital: http://kups.ub.uni-koeln.de/4337/

autres projets qui sont dans cette dynamique: late medieval english scribes: http://www.medievalscribes.com/

projet digipal selection des formes de lettre et on deduit des caracteristiques graphiques du scribe :

http://www.digipal.eu/

manque : pas explication allographes/ reconnaissance des caractères= logiciel state des Espagnols

établir le dictionnaire des formes mais ces voies sont insuffisantes pr l’écriture médiévale

projet oriflamms

prise en compte de l’évolution de l’ecriture dans un continuum qui fait sens. Mais il y a un paradoxe : on ne peut pas definir les allographes propres au système d’un manuscrit avant d’avoir lu le ms. On ne sait pas ce qui est pertinent. Donc le projet inverse la tendance en analysant la substance graphique des éditions électroniques déjà réalisées.

Il est important que ces projets coordonnent bien images et textes et ne dissocient pas les deux : l’image est une partie du texte :

association de l’image via le logiciel t-pen qui permet de reconnaître les lignes/ ainsi changement d’échelle= on reflechit en fonction de la ligne/ puis on produit des subdivisions.

CONDITIONS : pour l’instant il faut un texte bien segmenté.

Ex : cartulaire qui présente des mots espaces/ 2eme phase de leur projet vers des txts qui n’ont pas de caractères séparés- corpus vastes imprimes inscriptions etc/ ils reprennent les projets charrette, saint graal, etc/ ils s’inscrivent dans le projet d’ariana ciula 2005 : http://www.digitalmedievalist.org/journal/1.1/ciula/

il s’agit pour eux ensuite d’utiliser la méthode du wordspotting et permettre de réduire les difficultés pr l ordi dans le traitement des différences.

11h Une Police de Caractères Copte scripte pour l’édition scientifique- Jonathan Perez- dessinateur de caractères

Ecole Estienne/ Voir le site typographies.fr http://www.typographies.fr/

fonderie de caractères qui permet : creation pure, encodage, théorie

copte langue religieuse : signes grecs et démotiques

formes cursives basées sur une etude de documents

cursive qui relève d’un ductus autre que la latine

le but d’un créateur de caractères est d’obtenir une stabilité des traits qui permet d’éviter les doutes a la lecture

entre excès de calligraphie (reproduit la cursivité) ou stabilité= recherche équilibre.

Son codage développe un clavier virtuel sur mac uniquement

11h30 « Création d’une Police Adaptée à l’Etude des Ecritures Gothiques » de Julia Joffre- étudiante

Travaux en cours à la demande de D. Stutzmann et M. Smith

Voir albert derolez recencement des allographes

Une police open type permet de créer des jeux stylistiques opérant sur chaque glyphe.

14h- Remi Jimenez- Pour un Inventaire des Caractères Anciens

Ouvrage de référence qui propose un travail disciplinaire croisé :

Nina Catach l’Orhtohraphe Francaise a l’Epoque de la Renaissance

Dans un projet= édition des Canterbury Tales, Robinson et Scopolva évoquent plusieurs niveaux de considération de l’écriture en vue de sa transcription

Voir leurs guidelines : http://www.canterburytalesproject.org/pubs/transguide-MI.pdf

graphique/ graphetique /graphemique/ regularisee

R. Jimenez ajoute la version  modernisée comme dernier niveau

variantes glyphiques peuvent être notées à l’aide : caractères spéciaux/ macros insertion raccourci clavier/ balise c avec type qui decrit la balise mais confusion linguistique /descriptif

concept de typème voir Jacques Andre dans passeurs de texte

insertion dans les niveaux

graphique puis typemique et graphemique etc

le typeme permet d’articuler les differents niveaux qui sont évoqués par R. Stutzamann= codage qui ne bouge pas etat intermediaire sans consideration linguistique

R. Jimenez et J. Andre souhaitent lancer le projet PICA (Projet d’Inventaires des Caracteres Anciens)= inventaire qui doit rester ouvert, pour productions de polices spécifiques car mufi caractères qui manquent

14h30 Pour un Inventaire des Typèmes non Alphabétiques à la Renaissance= méthodologies et problèmes– J. André INRA professeur émérite- univ Rennes

Paleotypographie :

ligatures absentes de mufi

peu ornements chez garamont

signes presents dans les ouvrages techniques arithmetiques zodiacaux, etc

15h Frédérice Rayar- Les logiciels Agora et Retro du projet Paradiit

collaboration cesr fond Renaissance et li-rfai

transcriptions avec mélange texte et images, encre, etc qui posent pb aux logiciels ocr

PARADIIT

projet qui date de 2000

Méthode : numérisation par les institutions détentrices: agora analyse de mise en page et extraction du texte : redondance des caractères/ regroupement des formes similaires par clustering/ utilisateur choisit une forme qui est repercuté dans la transcription/ retro (responsable F. Rayar) transcription logiciel/ logiciels en cascades : resultats intermediaires disponibles et exploitables/ on peut labelliser les segments ce qui a permis au CESR de recenser les lettrines= projet BATYR: http://www.bvh.univ-tours.fr/materiel_typo.asp

 

Revue en ligne Interférences- Ars Scribendi

La revue Interférence-Ars Sribendi a ouvert un portail réactualisé sur revue.org.

Accueillant des articles de format assez libre, elle propose thématiques diverses, centrées sur les phénomènes d’écriture dans le monde romain.

Toute proposition de contribution est bienvenue, les contacts et modalités de proposition sont à consulter sur le site:

http://interferences.revues.org/3384

 

Séminaire du 18 mars

Mes remarques sur acte V

763. 3 note de grammaire sur ce suffixe diminutif en –iscus.

766 2 Je crois que je ne comprends pas vraiment le commentaire de Donat sur deambulare chez soi ?

769 1 peut-on prendre parti dans cette alternative ? Peut on expliciter la différence de sens entre l’un ou l’autre interprétation ?

772 c’est la succession de questions très brèves, qui laisse à penser que le personnage est ivre certainement.

776 1 le fait de préciser pour Donat ‘haute voix’ est ce une manière de comprendre qu’il n’ ya pas là d’aparté ??

804 http://issuu.com/marie75006/docs/plaquette___couv Erasme parle de cet adage dans ce bouquin, cette citation est reprise apparemment par Socrate et plus tard Cicéron.

843 note sur le sémantisme de ces deux verbes à compléter : traho, il y a l’idée d’une certaine violence.

849 peut on préciser cet idiotisme ? pk remplacer facio par reddo qui n’est pas vraiment un verbe dont le sens est large…

855 je crois ne pas bien comprendre la fin du commentaire concernant le choix du verbe. Entre ducere et subducere, est ce que c’est parce qu’on compte ouvertement et devant tous que l’attention et le soin sont plus grands ???

873 Qu’est ce que Donat entend par ‘un père authentique ?’ est ce qu’il s’agit du père type des comédies ? Ou bien s’agit il de la sincérité du père..

877 on pourrait expliquer le comique ici, qui est accentué par l’usage de ce pluriel.

882 en quoi consiste cette facon caractéristique de ne pas employer le possessif. Que veut dire Donat ?

885 quelles différences de sens y a t il entre natura et consuetudo ? supposition : est ce que la nature, dispositions naturelles est en lien avec l’innée et donc est plus fort et plus révélateur du personnage que l’habitude qui peut etre lié aux pratiques liées aux conventions sociales ou autre et donc moins révélatrices ?

Séminaire du 18 février 2011

voici ma contribution  sur l’acte IV

Scène 1

517 1 ou est le tic de langage, sur quel mot porte-t-il ? est ce dans la manière de prononcer le terme ‘operis’ ?

521 2 peut etre faudrait il faire une note pour expliquer davantage la situation présente afin que l’on comprenne mieux l’expression : eiusmodi adulescentes.

522 comment peut on expliquer cet atténuissement du sens ? du coup est ce qu’il ne faudrait pas revoir la traduction de Térence et aller dans le sens de Donat en renforçant l’assertive comme il le préconise.

517.                     Ct.-ita ; nam hunc diem

518.                     misere nimis cupio, ut coepi, perpetuum in laetitia degere.

517.                     Ct.-Oui ; car ce jour,

518.                     j’ai méchamment l’intention, comme je l’ai commencé, de le passer tout entier dans le plaisir.

526 il est en effet fait référence au types de comédie, ici le senex, vieillard généralement débile, au sens physique du terme par opposition avec le seruus, qui lui est currens. Cette remarque portant sur l’incongruité de cette réflexion est d’autant plus choquante aux yeux de Donat qu’il est d’avis en 541 que le senex est bien faible physiquement ce qui motive l’invention de Térence d’apres lui.

Scène 2

540 peut etre devrait on changer la traduction de optimum par excellent…

546 note à faire sur l’épanaphore.

547 je ne comprends pas soit la traduction soit la portée du commentaire.

550 en quoi l’ajout de etiam connote-t-il le blâme ?

552 Nom de la figure ? pk eleganter ?

559 il faudrait modifier la traduction en francais notamment les relatives qui donnent un sens bizarre..

565 traduction de parcior.

587 qui parle des libations et offrandes aux divinités hypochtoniennes et les prescriptions qui s’y accompagnaient ?

Apparemment on brûlait entièrement les victimes afin de ne pas mélanger ce qui revient au monde d’en bas et au monde des vivants.

http://ressources.ciheam.org/om/pdf/r29/CI010628.pdf article sur le contenu libations et autres offrandes aux dieux infernaux

588 que dire de l’effet stylistique induit par l’asyndète ?

Scène 3

607 1 pk Donat fait il cette remarque sur ces termes ? est ce que ce vocabulaire tirerait plutôt du côté de la tragédie ?

Scène 4

628 1 traduction de alienum ???

Quelle différence existe-t-il entre les deux expressions ? est ce que ce n’est pas un pléonasme : ad me domum et c’est cette répétition en sorte qui est conforme à son caractère ?

635 2 ou trouve –t-on cette réflexion sur le nombre de pauses ?

Scène 5

638 3 occurence de pepulisti en apparence chez Cicéron, chez Pline mais aussi plus tard chez Boèce.

  • pello, ere, pepuli, pulsum : – tr. – 1 – choquer, heurter, frapper, mettre en mouvement; faire vibrer (un instrument). – 2 – frapper (les sens, l’âme), faire impression sur, toucher, remuer l’âme, ébranler, émouvoir. – 3 – pousser en avant, mettre en branle, lancer. – 4 – pousser dehors, repousser (par les armes), défaire, chasser, bannir, écarter, éloigner.
    – pellere subeuntes : repousser les assaillants.
    – fores pellere, Ter. Ad. 4, 5, 4 : frapper à la porte.
    – (e) foro pellere : chasser du forum.
    – pellere aquam de agro, Plin. 18, 26, 62, § 230: faire écouler l’eau d’un champ.
    – pellere calculos e corpore, Plin. 22, 21, 30, § 64 : expulser les calculs de la vessie.
    – pepulit argentum usus vitri, Plin. : le verre a détrôné l’argent.
    – aliquem ab aliquo pellere : éloigner qqn de qqn d’autre.
    – in exsilium pellere : exiler, bannir.
    – maestitiam pellere : bannir la tristesse.
    – famem pellere : apaiser sa faim.
    – tecta, quibus frigorum vis pelleretur, Cic. Off. 2, 11, 13: maisons propres à nous protéger contre la rigueur du froid.
    – longi sermonis initium pepulisti, Cic. Brut. 87, 297 : <tu as lancé le début d’une long entretien> = tu as entamé le sujet d’un long entretien.
    – lyram pellere : <mettre en mouvement (les cordes de) la lyre> = jouer de la lyre, faire vibrer la lyre.
    – humum pedibus pellere, Cat. 61.14 : frapper la terre du pied, danser.
    – quemadmodum visa nos pellerent, Cic. Ac. 2, 10, 30 (inter. indir.) : … comment nous sommes affectés de ce que nous voyons.
    – fit saepe ut pellantur animi, Cic. Div. 1, 36, 80 : souvent il arrive que les esprits sont impressionnés.
    – species utilitatis pepulit eum, Cic. Off. 3, 10, 41: l’apparence de l’utile fit impression sur lui.

Mais pas d’occurrences en tragédie…

647 3 ajouter une note sur la valeur indéfinie de quaedam qui permet de mieux comprendre le commentaire de Donat.

673 1 En effet, les occurrences de cet adjectif appliqués à la taille concernent des inanimés. On parle de seges grandissima chez Varron ou encore grandis epistula chez Cicéron.

Scène 7

728 on trouve cette expression chez Plaute Aul. Di bene uertant, c’est une invocation en effet fréquente. Est ce quelqu’un d’autre la commente ? est ce qu’on la trouve dans la tragédie ?

735 pourrait on expliciter un peu plus la variatio ???

739 quelle est l’expression remarquable a soulignée ?

752 2 est ce un avis partagé ou bien un réel parti pris de Donat sur la question ?

756 que dire de ce trait d’archaïsme ?

761 pourquoi parle –t-il de coloris ? possède t on le texte de Cécilius sur le sujet ?

Séminaire du 21 janvier 2011

Voici mes notes de lecture concernant l’acte III

288 1 Il faudrait faire une note en mettant en évidence le passage de la poétique d’Aristote. Cette réflexion de Donat sur le rapprochement de la comédie et de la tragédie est très intéressant puisqu’il s’agit de caractériser un genre de comédie très particulier qui tire de temps à autre du côté de la tragédie sans en être. On peut peut-être rapprocher ces caractéristiques de la tragi-comédie qui a tant fait couler d’encre dans les milieux de la critique littéraire.

3. que veut dire le commentaire ? le commentaire porte-t-il sur la mention de nutrix, rôle incarné par le personnage ? mais dans ce cas quel est le contraste avec la référence à Eschine ?

4. Le commentaire est complexe et porte sur divers plans. Tout d’abord l’emploi du possessif mea qui a pour effet stylistique d’introduire une certaine idée d’affection dans le propos. Il jour en quelque sorte le rôle d’hypocoristique. Donat relève ainsi le contraste opéré par cet emploi avec le reste de la phrase. Mais je ne comprends pas bien le lien qui est fait avec la suite : de fait….

Il est intéressant de noter le rapprochement que fait Donat par la citation de ce passage de l’Eneide qui est du point de vue de l’action dramatique semblable à une tragédie. Qu’est-ce qu’un nom relatif ?

291 1 note grammaticale à faire sur l’emploi de l’adjectif solus, a, um. 2. Ces commentaires portant sur la préparation des caractères répondent au commentaire portant sur la structure du passage. Ici nous sommes dans une phase d’attente.

5. sur quoi porte le commentaire ? 6. Est ce que la scholie n’a pas été déplacée ?

292. 1. Donat reste dans la thématique de la femme excessive qui fait des généralités lorsqu’elle se plaint et se lamente. La précision cède à l’excès du type de la femme.

294. 2 est ce que Donat juge le choix de l’expression pertinente par rapport à l’emploi de ce terme ‘remedium’ qui une fois de plus fait référence à la tragédie, comme si le personnage de tragédie était souffrant.

297 2 ne pourrait-on pas ajouter également le sens de ‘familia’ la maisonnée comprenant également les esclaves et le personnel de maison tandis que gens fait référence aux gens de la même lignée.

3. je ne comprends pas le commentaire c’est plutôt l’inverse : est mis en place une circonstance malheureuse avant le retour du comique ou bien est ce qu’il parle du comique précédent ?

Scène 2

1 il s’agit ici de l’entrée en scène d’un type de personnage bien connu, à savoir le seruus currens hurlant de mauvaises nouvelles et qui permet sur le plan dramatique de lancer la dynamique de l’intrigue comique, jouant ainsi l’élément perturbateur. On rencontre ce type dans d’autres comédies de Térence mais aussi chez Plaute, par exemple Curculio, v. 284-287, entrée fracassante de l’esclave. Ce type de personnage répond au type de senex currens mis en scène à l’acte V, à travers le personnage de Micion.

307 2 je ne comprends pas la traduction

308 3 est ce qu’on ne devrait pas changer la traduction de ignorans et marquer en français que le part porte davantage sur le participe.

314 peut etre faudrait il revenir sur l’étymologie de extinguerem pour comprendre le rapprochement avec le feu.

314 2 il faut peut etre apprécier le choix de la citation par Donat. Pour illustrer le principe des adverbes chronologiques, il choisit un exemple exprimant la vengeance et la torture, peut etre ce qu’il imagine en guise de punition pour celui qui a commis le viol.

318 Donat reprend ici un motif récurrent concernant le motif du regard et des yeux plus précisément. Cf. le regard dans l’Enéide.

319 1 Donat reste encore une fois dans le commentaire ironique envers le personnage. On peut relever l’exemple qu’il donne à propos des cochons. Il ironise en creux sur le personnage par ce rapprochement animalier.

3 ce rapprochement avec Virgile appuie le sentiment burlesque en quelque sorte cf. mélange des genres et des tons.

330 que veut il dire ?

340 je trouve cette alternative douteuse. Que faut il entendre par salutem ? cela n’a pas de sens religieux…

352 3 comment expliquer cet effet stylistique ?

354 commentaire qui relève l’ironie du passage.

Scène 3

369 est ce qu’il ne faut pas plutôt comprendre que la colère était jusqu’à présent contenue, valeur accomplie du participe et que maintenant elle éclate.

395 l’ironie est perçue à travers le procédé de la question oratoire qui contraint le personnage à l’évidence.

407 est ce que l’allitération permet d’appuyer le nom du personnage ? d’ou provient ce phénomène ? est ce une remarque qui concerne exclusivement l’intonation ?

Scène 4

464 que peut on dire sur l’influence philosophique du commentaire ? la question de l’omission est ici posée en creux. Quelle valeur peut on donner à l’acte commis involontairement ?

480 1comment comprendre le parallélisme avec Socrate ?

482 je ne comprends pas le lien avec le commentaire sur les femmes