Séminaire du 11 octobre : annotations et thesaurus (décidément !)

Dans le billet qu’il a posté sous le titre « Annotation encore », CN revient sur la structuration même des deux textes Térence-Donat comme une succession d’annotations à divers niveaux de commentaire par rapport au texte de départ. Outre que cela confirme l’intuition de François Léger sur la structuration du corpus en vue de lui appliquer la TEI (les vers de Térence reçoivent des notes qui sont le texte de Donat que l’on annote, en particulier par la traduction qu’annotent ces notes que CN définit très précisément comme « notes de traducteur »), cela nous conduit à avancer dans la résolution (au moins jusqu’à ce qu’émerge un nouveau problème) de la question du passage de l’index au thésaurus que je posais ici même dans « Annotation en épaisseur ».

Ce qui est manifeste à la lecture du billet de CN, c’est que tant que nous n’avions pas mené cette réflexion sur la nature même d’une traduction par rapport au texte original, on ne pouvait pas y voir clair sur la structuration finale du thésaurus.

De fait, le plus évident (peut-être est-ce pour cela que nous ne l’avions pas vu), c’est que le thésaurus que nous construisons repose sur deux réalités totalement différentes, un texte original et sa traduction, c’est donc un thésaurus non seulement bi-lingue, mais si on peut utiliser ce mot bi-culturel. Ce constat nous permet maintenant d’y voir plus clair sur le problème que je posais (« Annotation en épaisseur ») de la distinction nécessaire entre les niveaux de connaissance que nous fournit le commentaire de Donat ou que nous lui imposons pour le (faire) comprendre.

Repenser le thésaurus en tenant compte du bilinguisme…

En évaluant à cette aune notre pratique de l’indexation, il est vite apparu que nos choix de départ aboutissaient (involontairement) au résultat exactement contraire à ce que nous recherchions. En privilégiant l’indexation par notion (formulées en français), nous ne pouvions pas rendre compte de cette articulation entre notre discours et celui de Donat, pas plus d’ailleurs que si nous avions procédé exclusivement à partir du latin.

Deux exemples, un pour chaque limitation :

1-indexation d’une notion « aplatissant » une série de termes : lorsque nous utilisions l’entrée d’index « blâme », nous y mettions outre le mot « blâme » lui-même, kakologos (grec), exprobratio, corripere, uituperatio, uituperare (latin). En un sens, nous étions fondés à agir ainsi, car la catégorie du blâme (uituperatio, psogos) est parfaitement circonscrite rhétoriquement (comme élément du genus demonstratiuum, genos epideiktikon), malgré la polysémie qui, selon les auteurs, et parfois selon les pages d’un même auteur, définit cette réalité. D’un autre côté, nous faisions arbitrairement le choix de penser que Donat considérait comme synonymes stricts les quatre notions et les deux langues qu’il utilise. On peut raisonnablement l’admettre pour uituperatio, uituperare (nom et verbe de même étymologie), ce qui fait que je ne parle que de quatre notions alors qu’il y a cinq mots, mais c’est une inférence plus que hasardeuse pour les quatre autres.

2-L’inverse maintenant : indexation par un terme « aplatissant » une série de notions : soit l’entrée d’index grecque elleipsis (ellipse). Il devient très rapidement évident que Donat met sous ce terme deux réalités totalement différentes. D’un côté, il nomme ainsi l’ellipse purement grammaticale, par exemple lorsque j’écris hoc a me dictum au lieu de hoc a me dictum est, et que le commentateur signale à ses élèves, que dictum n’est pas un nom, mais bien une forme verbale elliptique. Mais un peu plus loin, Donat va appeler « ellipse » un phénomène beaucoup plus complexe qui peut s’apparenter à l’ellipse narrative : par exemple il va constater que dans le déroulement chronologique d’une narration, Térence a omis une étape parce qu’elle était bien connue du public ou peu intéressante, et il va dire, « ici il y a la figure d’elleipsis », qui n’a évidemment pas le même statut que plus haut. Or le français traduit immanquablement dans les deux cas ellipse puisqu’il possède la même polysémie.

On voit alors se superposer trois problèmes :

1- pour une notion x, Donat a plusieurs « équivalents » (avec toutes les prudences qu’il faut pour juger des synonymies) : on dira donc x = soit a soit b soit c (mots latins ou grecs)

2-pour un mot latin ou grec, Donat paraît renvoyer à plusieurs notions : a = soit x soit y

cas qui se dédouble lui-même en deux possibilités lors de la traduction :

1- soit le français possède la même polysémie et je traduis par a’ tel que a’ = soit x soit y

2-soit le français ne la possède pas et je me retrouve dans la situation suivante

en latin : a = soit x soit y

devient en français

a’ = x et a » = y

Le risque ici est que, si j’indexe sur les notions, je confonde a et a’ ou a », c’est à dire la notion avec les équivalents linguistiques qu’en propose la traduction.

Exemple: pour le latin argumentum (a) qui désigne à la fois l’intrigue de la pièce (x) et l’élément d’un raisonnement (y), je peux utiliser la polysémie du français et dire « au latin argumentum correspond le français ‘argument’ », ce qu’aucun latiniste ne me reprochera. Mais ce faisant, je ne fais que déplacer le problème, puisque, quand je vais indexer « argument », il faudra d’un côté rattacher certains emplois à la dramaturgie, d’autres à la dialectique, le terme passant de toute évidence d’un champ à l’autre.

Si au contraire je choisis de traduire par « argument », les emplois d’argumentum où le mot désigne l’élément d’un raisonnement et par « intrigue » celui où il désigne l’argument théâtral (traduction qui suppose d’ailleurs  un déplacement de sens assez net, mais passons), je règle en un sens en amont la question de l’indexation (deux entrées : argument et intrigue), mais je la règle contre la pratique même de l’auteur que j’indexe qui, lui, dit pour les deux: argumentum. Dans les deux cas, mon indexation fausse les données du texte. Elle ne rend pas compte de l’architecture conceptuelle du texte, mais d’un discours que je tiens sur cette architecture.

D’où la conclusion :

il faut séparer notions et traductions et disjoindre l’indexation de la traduction.

Plus facile à dire qu’à faire, sans doute mais cela mérite qu’on s’y arrête parce que cela pose une spécificité de l’édition électronique par rapport à l’édition papier.

Au départ, ce que je suggère ici, et que d’un commun accord nous avons décidé de pratiquer, n’a rien de bien dépaysant : il ne s’agit de rien de plus que de créer un index uerborum, et un index rerum, index des mots et des notions, familiers aux éditeurs scientifiques.

La différence fondamentale est que l’outil informatique rend possible ce qui est impossible dans la publication papier, à savoir la superposition hiérarchisée de ces deux index, là où le livre nous oblige à choisir au départ soit l’un soit l’autre, puis à passer de l’un à l’autre, cloisonnant ce qui dans la procédure même d’indexation est en réalité constamment mêlé.

Cela peut alors donner une structure de ce type

Dans cet exemple, on voit comment se résout la question du passage d’une langue à l’autre lorsqu’il n’y a pas stricte adéquation entre les notions : ainsi la notion d’amplification qui aboutit à une traduction par « amplification » peut recouper selon les cas le grec auxesis ou le latin amplificatio mais ces mots dans d’autres contextes vont correspondre à la notion de gradation (traduit « gradation »), mais sans épuiser cette notion même qui s’exprime aussi en latin par gradatim, lui-même renvoyant dans d’autres contextes à la notion dans ce cas dramaturgique de progression. En procédant ainsi, on n’évite certes pas le parti-pris dont CN a bien montré qu’il est indissociable de l’entreprise même de traduction en tant qu’elle est une forme de l’annotation, mais, au moins, on rend visible le processus intellectuel qui nous fait faire tel ou tel choix. On n’échappe peut-être pas à l’arbitraire, mais le lecteur peut reconstituer notre démarche et l’accepter ou la refuser.

Comment concevoir l’interrogation avec ce type de structures ?

A ce moment, il nous a fallu en séminaire passer du côté du lecteur qui aborde notre travail. Il faut évidemment d’abord que ce choix éditorial lui soit expliqué, par exemple dans un avant-propos ou un manuel d’utilisation de notre outil, mais il faut aussi qu’il puisse choisir en fonction de sa recherche ou de sa compétence linguistique quelle requête il va pouvoir faire.

Par exemple, supposons un lecteur non latiniste, mais qui s’intéresse à la rhétorique et singulièrement aux figures de l’amplification. Sa requête sera naturellement « amplification » ce qui lui donnera l’équivalent en traduction de auxesis et amplificatio, mais il faudra que l’outil puisse lui montrer qu’ « amplification » n’est pas la traduction d’un seul mot latin, mais de deux, et que c’est nous qui avons choisi de procéder ainsi…

En revanche le latiniste (en l’espèce également helléniste) qui sait qu’auxesis peut désigner ce fait de langue, cherchera le mot latin ou grec, mais devra voir que notre traduction choisit de rendre ce mot tantôt par l’idée de gradation tantôt par celle d’amplification au besoin en utilisant les notes de traducteur.

Pour l’heure donc, il faut repenser dans cette logique l’organisation et, par suite, le marquage de nos index. Puis réfléchir encore (pour un prochain billet) à l’autre partie du débat, l’interopérabilité de thésaurus venus d’œuvres différentes.

À suivre donc bientôt… le temps de mettre au propre nos entrées d’index, selon ces nouvelles règles…

Non vraiment, comme disait CN, on n’est pas couché…

Ouvrir, mais jusqu’où?

Une question fondamentale se pose à moi depuis quelque temps et nous l’avons effleurée avant-hier, samedi 11 octobre, au séminaire HyperDonat. Faut-il donner à tous les utilisateurs l’accès à toutes les méta-données, à tout le thésaurus et à toutes les fonctionnalités prévues ? Certes, il n’est guère opérant de donner seulement l’accès libre au texte du commentaire et à sa traduction. Mais que reste-t-il aux administrateurs, pilotes et concepteurs du projet, si on ne verrouille rien? Dans beaucoup de sites de niveau universitaire, seuls les administrateurs ont la clé de certains coffres et l’accès à certains trésors (thésaurus, donc). Et eux seuls sont en mesure de faire fructifier leur propre travail préalable en se construisant en quelques secondes tel ou tel document dynamique à partir de leur corpus. Ce privilège peut être considéré comme normal pour ceux (et ceux-là seuls) qui ont peiné pour construire l’outil. Il est sans doute exorbitant, en revanche, pour les chercheurs qui se seront juste donné la peine de trouver le site et qui, devant la facilité d’accès, croyant honnêtement avoir affaire à un outil complètement open et domaine public, s’en serviront sans prendre la peine de même citer leur source. Sans parler des moins scrupuleux…

Je penche pour une solution moyenne entre le très avaricieux et le trop généreux. Mais ça reste absolument théorique et je ne sais pas quelle allure cette solution moyenne peut prendre sur le plan technique: que peut-on bloquer? Quel contrôle peut-on opérer pour traquer les utilisateurs négligents ou malhonnêtes? Débat en cours.

Au séminaire a été aussi évoquée la question d’un thésaurus à interopérabilité constante. BB a parlé d’un système idéal dans lequel l’indexation conforme pour un commentateur d’Aristote aurait des incidences sur l’index pré-existant de Donat, dès lors que des notions se croisent d’un commentaire à un autre sans se recouper strictement. Exemple: la colère peut être indexée chez Donat, en tant qu’élément moteur de l’action comique. Chez un commentateur d’Aristote, la notion « colère » devra être rattachée à celle de « passions ». Et cette nouvelle architecture, due à l’aristotélisme, serait automatiquement intégrée à l’arborescence des index de Donat. Cela me paraît poser plus de questions qu’apporter de réponses.

A suivre, là encore.

CN

Annotation, encore

D’une certaine manière, Donat est un simple annotateur de Térence. Nous pourrions présenter son « commentaire » d’une façon tout autre (sans doute plus conforme à sa présentation dans l’Antiquité) : avec le texte de la comédie de Térence et, vers après vers, des appels de notes. Et c’est dans l’appareil de notes de bas de page de la comédie de Térence que le savant Donat laisserait lire son commentaire. Signalons que cette présentation serait résolument moderne, car il n’y a pas de notes de bas de page chez les auteurs antiques, qui intègrent l’annotation (en général sous la forme d’une courte incise) à l’intérieur même du corps du texte.

L’édition papier de Wessner n’a pas pris ce parti, sans doute techniquement compliqué, car le texte des notes y serait notablement plus long que le texte annoté. Du coup, il ne laisse transparaître Térence que d’une manière rabougrie, avec force abréviations et initiales de mots.

Ce faisant, il transforme les « notes de bas de page » de Donat en texte. Et c’est ce « texte » que nous traduisons et annotons. Nos annotations sont donc bien, d’emblée, des « notes de notes » pour reprendre l’expression de BB dans un billet précédent. Et Donat est l’« auteur » que nous annotons. On voit le glissement : Térence est l’auteur et Donat est le commentateur ; Donat devient l’auteur et nous en sommes les commentateurs. La première conséquence directe est que nous ne nous intéressons pour ainsi dire pas à Térence dans notre hypertexte. La deuxième conséquence est que nous traitons Donat comme il traitait Térence, dans une mise en abyme assez troublante.

Nos méthodes sont comparables en bien des points. Par exemple, comme Donat le faisait avec son poète, il nous arrive de « retraduire » le grammairien, en tâchant de développer ses ellipses pour reconstituer un raisonnement. Donat signale souvent une elleipsis térentienne, dans ce qui prend chez lui le statut d’une note d’explicitation ; nous faisons de même quand nous développons l’argumentaire un peu sec ou tronqué de tel ou tel lemme. La « note » que nous apposons alors à notre commentaire est, elle aussi, une note d’explicitation.

Donat fait souvent de la critique textuelle : legitur et, « on lit aussi », est une tournure récurrente, par laquelle le grammairien fait part de plusieurs leçons des manuscrits qu’il a sous les yeux et de son option de lecture. Ainsi faisons-nous quand nous sommes en désaccord avec Wessner. Comme Donat tâchait de reconstituer un Térence original, nous essayons vaille que vaille d’éditer un texte de Donat compréhensible en en comparant les leçons. Et le legitur et de Donat devient, dans l’hypertexte, une note ecdotique. C’en était déjà une chez le grammairien.

Donat fait aussi de nombreuses citations qui viennent illustrer un propos de son commentaire (parfois un peu abruptement). Certaines sont des citations internes (Térence illustré par Térence), d’autres des externes (Térence illustré par Virgile ou Ménandre). D’autres, toujours anonymes, sont très intimement cousues au texte même du commentaire : ce sont les notices grammaticales où on retrouve des bribes de l’Ars de Donat (auto-citation : le « Donat de Térence » est justifié par le Donat grammairien) ou des morceaux d’un point de doctrine qui fait débat entre grammairiens (Térence otage d’un débat moderne). Que faisons-nous d’autre lorsque, en annotant Donat, nous ajoutons les principales définitions notionnelles qui se trouvent dans l’Ars pour illustrer un propos du commentaire (Donat illustré par Donat) ? Ou quand, si lesdites définitions ne se trouvent pas dans l’Ars de Donat, nous allons les chercher chez un autre auteur technique (Donat illustré par Quintilien ou pseudo-Longin) ? Ou quand nous donnons le point de vue actuel sur une notion technique, faisant de Donat l’otage d’un débat moderne ? Même le cas de Donat le commentateur justifié par Donat le grammairien peut, analogiquement, avoir un correspondant dans notre travail ; car c’est ce que nous faisons après tout ici même : ce carnet de recherche joue le rôle de l’Ars. HyperDonat l’hypertexte est questionné par HyperDonat le carnet de recherche…

Il reste quelques spécificités apparentes du modus operandi de Donat. Donat fait par exemple des remarques purement narratives, lorsqu’il raconte la pièce qu’il commente. Mais c’est un cas à part, car ces notules-là ne se trouvent pour ainsi dire jamais hors de la Praefatio du commentaire. Dans un livre moderne, on trouverait en position inaugurale ces remarques préfacielles, puis on s’attaquerait au texte de Térence avec ses footnotes (qui constitueraient le commentaire stricto sensu). Ces résumés ne sont donc pas des « annotations » mais un autre type de paratexte.

Donat fait aussi de nombreuses remarques sur le théâtre, sur la mise en scène qu’il s’invente de telle réplique ou de telle scène.  L’annotation d’HyperDonat ne le fait pas, puisque l’indication est fournie par Donat. Cela dit nous agissons analogiquement de même chaque fois que nous faisons (ou ferons) une remarque qui concerne l’histoire du genre du commentaire ; car, comme Donat commente la théâtralité de Térence, HyperDonat est invité à commenter la « commentarialité » de Donat.

Inversement, il y a des particularités d’annotation d’HyperDonat. La plus nette sans doute est la note de traducteur. De fait, il nous arrive de signaler un point de traduction, lorsque nous sommes mécontents de notre solution à cause d’un problème proprement traductologique : un jeu de mots dans le texte de Térence ou dans celui d’un autre auteur cité ne peut qu’être expliqué, à défaut d’être traduit ; une étymologie de Donat, par essence intraduisible, mérite une notule ; etc. A priori il ne devrait pas y avoir de note de traducteur chez Donat parce que Donat ne traduit pas Térence. Mais, à la réflexion, ce n’est pas si sûr. Car le latin archaïque de Térence s’apparente à bien des égards à une autre langue pour le tardif Donat. Il n’est donc pas exclu que nous ayons des sortes de NdT dans le texte du commentaire. Le schéma de base serait alors le suivant :

*à un lemme de Térence correspond une équivalence explicite de Donat (sous la forme d’un id est ou d’un quod significat, très fréquents) ; on a donc un schéma Y id est x.

*x est justifié dans la suite du commentaire du lemme Y au moyen de remarques métalinguistiques ; type : Y id est x quia (suit une remarque morphologique ou étymologique par exemple).

*la remarque métalinguistique concerne x mais implique Y.

Si ces trois conditions sont réunies, le commentaire s’apparente bien à une NdT bien qu’il n’y ait qu’un idiome concerné en apparence. Mais c’est qu’il s’agit de deux tranches synchroniques différentes, et même plutôt éloignées, du même idiome.

Récapitulons : Donat fait des notes ecdotiques, des notes génériques, des notes d’explicitation, des notes bibliographiques, des notes de traducteur… Nous aussi. Le risque est donc grand que le commentaire d’HyperDonat (donc notre système d’annotations) souffre des mêmes faiblesses que celui de Donat. Les diverses annotations n’ont pas même statut ni même fonction ; elles s’empilent néanmoins les unes sur les autres dans un évident disparate ; ce disparate est induit par l’ordre des lemmes de Donat, qui s’impose à nous dans sa linéarité, et cet ordre est induit par l’ordre des vers et des scènes de Térence, ce méta-texte que nous n’utilisons pour ainsi dire pas et qui nous dicte indirectement la structure même de notre travail d’annotation.

Le niveau du méta-commentaire, en l’état de notre réflexion et de l’organisation des méta-données,  ne dépasse pas celui du commentaire. Le point le plus gênant se retrouve dans les deux niveaux de façon cruciale : pourquoi Donat ne commente-t-il pas, à l’occasion de tel lemme, un point qui nous paraît capital, alors qu’il s’attarde sur une évidence ? Malheureusement, ce manque et ce trop-plein seront remarqués par chaque lecteur du méta-commentaire (à chaque fois à un endroit différent qui plus est). Car les attentes spécifiques de chacun de nos lecteurs ne peuvent être satisfaites, pas plus que les nôtres, aujourd’hui, ne le sont à la lecture de Donat commentant Térence.

C’est aussi la raison d’être de ce projet et son petit plus par rapport au travail de Donat ou par rapport à une édition papier du commentum. Car, nous, nous pourrons progressivement intégrer de nouvelles notules à l’architecture générale de l’hypertexte, remplir les vides et les lacunes, satisfaire peu à peu (grâce à la participation des utilisateurs) les frustrations des savants d’aujourd’hui. Comme on voit, on n’est pas près de se coucher…

CN

Quand Tiberius Claudius Donatus rencontre Aelius Donatus…

Ce début du mois d’octobre voit l’entrée dans notre base informatique du livre 1 des Interpretationes Vergilianae de Tiberius Claudius Donatus, projet branche d’Hyperdonat dont l’initiative revient à Séverine Clément-Tarantino. Ce commentaire méconnu à l’Enéide de Virgile a vraisemblablement été écrit à la même époque que le commentaire de Donat aux pièces de Térence. Mais derrière l’apparente synonymie des deux Donat se cachent d’énormes différences qui ne sont pas sans poser quelques problèmes d’annotation et qui suscitent en particulier des questions sur la constitution de notre thésaurus.

Pour faire un rapide tour d’horizon des grosses divergences entre les deux ouvrages, le commentaire de Tiberius Donat est un commentaire continu qui ne comporte pas de « sections » : l’auteur se contente de commenter et de gloser (parfois même de paraphraser) le texte de Virgile de façon linéaire. Il suit en cela l’ordre des chants et leur répartition traditionnelle mais n’opère aucun découpage ; de là naît une première difficulté pour nous qui est de sectionner artificiellement le texte en choisissant (peut-être) de le répartir en fonction de grands épisodes dans chaque livre.

Outre cette première difficulté matérielle pour nous, un second problème -beaucoup plus important celui-ci-, se pose et ce dès la lecture de la Préface de Tiberius Donat. On a longtemps reproché au commentateur de Virgile de n’avoir produit qu’une œuvre très pauvre, frôlant sans cesse les limites de la paraphrase et remettant en question la nature même du genre du commentaire antique. Or, dans cet opuscule qu’il dédicace à son fils Tiberius Claudius Maximus Donatianus comme un petit aide-mémoire pour mieux comprendre et appréhender le plus grand de tous les poètes, il apparaît que Tiberius Donat utilise un lexique que nous définirions aujourd’hui comme appartenant au domaine métalittéraire. Ainsi, alors que chez Aelius Donat, le vocabulaire revêtait une coloration nettement grammaticale, Tiberius Donat introduit des notions qui aujourd’hui nous posent problème à nous philologues car elles n’entrent pas dans notre représentation moderne de la rhétorique et des genres littéraires mais qui nous posent également problème dans le cadre de notre travail d’hypertexte puisqu’elle nous renvoient au traitement de notre thésaurus et aux difficultés d’indexation évoquées dans un article précédent. A titre d’exemple, Tiberius Donat utilise l’expression « genus materiae » qu’il nous est difficile de traduire car cela correspondrait plus ou moins à ce que Cicéron ou Quintilien appellent « materia ». Mais alors, cette terminologie est-elle propre à Tiberius Donat ? Et si c’est le cas, comme la franciser au mieux ? Enfin, que faire quand d’un côté nous avons ce que Aelius Donat appelle « materia comicorum », au sens de « attirail auquel les poètes comiques peuvent recourir », et que de l’autre nous avons le « genus materiae » de Tiberius ? Ce « genus materiae » là pourrait se traduire par « genre d’éloquence » puisque Tiberius y inclut le genre épidictique (qu’il appelle au passage laudatiuum). Mais comment l’insérer dans une arborescence qui jusqu’à présent utilisait comme référence principale l’imaginaire, la terminologie et l’univers de pensée d’Aelius Donat ? Les exemples de ce type sont légion et lorsque le monde du théâtre (commenté par Aelius Donat dans une perspective essentiellement grammaticale) rencontre le monde de l’épopée (commenté par Tiberius Donat en termes littéraires et rhétoriques), il y a fort à parier que le choc des deux va nous pousser encore plus loin dans notre approche philologique et sa mise en œuvre informatique…

(Article réalisé par E. Raymond, en collaboration avec S. Clément-Tarantino)

Annotation linéaire, annotation en épaisseur, quel type de notes pour quel type de texte?

Pourquoi annoter un texte qui est déjà une annotation?

Par sa division du texte en lemmes qui sont autant d’appels de notes, le commentaire de Donat se présente moins comme un texte organique que comme une succession de notes sur les comédies (mais voir les réflexions sur l’organicité du texte de Servius par exemple).
Une représentation simple pourrait être d’ailleurs de faire le choix de représenter l’articulation entre le texte de la comédie et celui du commentaire sous cette forme de notes à la comédie. Ce serait en réalité prendre partie contre l’organicité du texte que contredisent d’autres éléments, la présence d’une préface à chaque comédie, et même, par l’absurde, les éléments de liaison qu’introduit la main 2 (et…).
Un autre élément mérite ici d’être pris en compte, celui de l’allusivité qui, d’ailleurs n’est pas sans lien avec la nature même de notes que revêt souvent le texte. Le commentaire par exemple ne fournit pratiquement jamais de définition des figures qu’il identifie dans le texte de Térence, comme il ne précise parfois absolument pas quel est le rapport entre le texte de Térence et telle ou telle citation que le commentateur introduit par une formule lapidaire du type ut Vergilius… Le caractère elliptique d’un texte qui paraît être une sorte de livre du maître, destiné à des utilisateurs qui connaissent parfaitement les références et les définitions qu’il est donc inutile de leur rappeler, appelle donc une certaine forme d’annotation. Il faut toutefois noter que cette finalité (voir notre journée d’études sur les catabases) n’est pas unanimement acceptée, et que la question du public du commentaire demeure entière.

A quel niveau annoter?

Si l’on admet que l’allusivité du commentaire est problématique -ce qu’il est difficile de nier-, se pose la question de ce qu’il faut annoter pour réduire cette allusivité et rendre le commentaire plus aisément compréhensible. Au départ nous avons imaginé deux modes d’annotation : une annotation dite « notes de lecture », destinée à de simples éléments de compréhension (expliquer une construction ou un jeu étymologique peu clair par exemple) et des notes dites « expert » où se développe une sorte de commentaire du commentaire en miniature (étant bien entendu que le but d’Hyperdonat n’est pas de donner une édition commentée au sens strict).
Cette division en apparence simple ne nous satisfait plus vraiment après l’essai réalisé sur l’Eunuque. Loin de clarifier la question de l’annotation, elle induit des débats sur la place de telle ou telle note qui ouvre finalement sur une forme de subjectivité, voire d’arbitraire selon ce qu’on supposera que le lecteur (par principe « honnête homme », notion largement fluctuante) saura déjà en ouvrant le commentaire.
Il faut donc sans doute repenser cette catégorisation, et recomposer autrement notre système d’annotation. A ce point, la question des possibilités ouvertes par le traitement hypertexte du commentaire peut aider à avancer sur cette réflexion.

Annotation et thésaurus.

Dans la phase de prototype, le commentaire est accompagné d’un index dynamique, mais dont les fonctionnalités se limitent à envoyer du texte à l’entrée d’index correspondante et retour. Cet index est d’ailleurs en retrait sensible par rapport à l’articulation des données que nous avons conçue dans l’outil d’écriture, et qui vise à parvenir à un thésaurus organisé et cohérent où les notions s’organisent sous forme d’arborescences dont on verra d’ailleurs qu’elles ne rendent pas compte de l’articulation des connaissances que fournit le texte lui-même.
Le passage de la notion d’index (en tant que répertoire de notions) à celle de thésaurus (en tant que système organisé de notions) représente en elle-même une entreprise d’annotation, puisqu’elle aboutit à rapprocher des éléments distincts dans le texte, en les réunissant sous la forme d’une arborescence. La question qui se pose alors est celle de l’annotation classique (ce que l’on mettrait en bas de page dans une publication papier) par rapport à cette organisation des notions qu’induit le thésaurus.
Je laisse pour l’instant de côté la question des interférences entre les notions qui caractérise le thésaurus que nous construisons à partir des observations de Donat : certaines notions figurent dans plusieurs arborescences voire peuvent figurer dans la même à différents niveaux. Il faudra en reparler au fur et à mesure de l’avancée des outils d’interrogation du thésaurus.
La principale différence qui ressort de cette pratique est, à mon sens, celle du passage d’une annotation à plat à une annotation en épaisseur dont le thésaurus rend compte. Voici un exemple de ce que donne une tentative de structuration du matériau à partir de la notion de discours (état provisoire en mai 2008 corrigé depuis) :

qui se développe en :

Le travail sur le thésaurus nous a montré que la construction d’une arborescence comme celle des notions liées au discours croisait en réalité trois types de connaissances :

1- les liens entre les notions explicitement opérés par Donat du type : « l’éthopée est une figure de pensée ».
2- les liens entre les notions implicites chez Donat, mais explicites ailleurs dans la tradition artigraphique latine… : « la modération est rattachée à la composition du discours », mais dans le corpus hermogénien et non explicitement chez Donat.
3-des liens que nous opérons nous-mêmes pour réaliser une arborescence cohérente, par exemple pour organiser les lieux géographiques entre le cadre même qui est celui des pièces -une Attique de convention-, et d’autres lieux évoqués dans les commentaires, mais distincts du lieu de l’action, comme l’île de Rhodes ou la Carie. On aboutit ici à des choix (ou des refus de choix) nécessaires. Par exemple le participe est une partie du discours selon les Anciens et un mode selon les Modernes. Si donc on l’analyse en termes modernes on le rattachera à la notion de mode au même titre que les notions d’indicatif et de subjonctif, mais si on l’analyse selon la représentation des anciens, on le rattachera aux parties du discours, avec le nom, le verbe, la conjonction etc.

Un autre élément important tient à la nature même des notions que nous rattachons au thésaurus, et qui, dans l’outil d’écriture, ne sont pas brutes, mais susceptibles d’enrichissement. La notion d’ellipse par exemple, est pourvue d’une définition antique tirée de Donat, Ars Maior. Le choix que nous avons opéré pour l’instant de privilégier l’annotation définitionnelle de Donat commentateur par Donat grammairien se justifie évidemment par l’implicite usage de sa propre grammaire dans son commentaire, mais est-elle suffisante? Cela implique (assez arbitrairement vu les habitudes des grammairiens et rhéteurs anciens) que Donat use d’une terminologie absolument cohérente dans ses diverses œuvres, et qu’il ne reprend dans son commentaire un mot que dans le sens qu’il a dans sa grammaire, ce qui reste à prouver. D’autre part, choisir une part de la tradition artigraphique contre une autre sous le prétexte qu’elle est la plus conforme aux données observées dans le texte présente un autre risque : celui de prendre pour norme ce qui peut en réalité s’avérer une exception dans la tradition. On arrive ici dans un cas où l’annotation elle-même (ici portée par le choix définitionnel) appelle une annotation complémentaire.
Cette différenciation des niveaux de savoir dans la constitution du thésaurus a, à mon sens, une double répercussion sur la composition même du système d’annotation où s’oppose une forme traditionnelle (type édition papier) caractérisée par une annotation linéaire et ce que suggère cette utilisation du thésaurus, soit une annotation en épaisseur.

Nouvelles hypothèses d’annotation…

A ce stade de notre réflexion, on pourrait envisager de constituer l’annotation selon les principes suivants.
On ne distingue plus selon le niveau (arbitraire) de connaissance prêtée au lecteur, mais selon des catégories plus objectives : notes ecdotiques (lorsque nous intervenons sur le texte), notes de commentaire (portant non sur la matière même du texte, mais sur son contenu).
Dans la seconde catégorie, il faut garder conscience de l’opération exacte que nous accomplissons en annotant (et donc la matérialiser) de façon à faire apparaître clairement les points où nous relayons le discours de Donat et le discours artigraphique antique par des connaissances ou des notions modernes. Evidemment, dans une note papier, la même distinction s’opère par le passage du discours de l’annotateur à la référence, bibliographique en source primaire ou secondaire, mais cette épaisseur de savoir est en réalité lissée par le support même qui n’a qu’un seul plan de lecture. Or l’hypertexte remet en cause ce lissage, et permet de structurer cette information sous la forme par exemple de notes de notes. Cette structuration plus fine de la connaissance doit permettre ensuite de construire un outil d’interrogation qui permette de faire la part des strates différentes de savoir juxtaposées dans l’annotation : la part de l’annotation où n’intervient que Donat (en quelque sorte se commentant lui-même, soit parce qu’il s’autocite, soit parce qu’il cite sa propre grammaire), la part où nous intercalons entre Donat et notre lecture la tradition artigraphique (selon quels principes et pour quelles raisons, il faut le préciser), la part enfin où nous commentons de notre point de vue moderne les données du commentaire ancien.
On peut représenter ainsi ce parcours d’annotation à construire :

(BB)

Donat à la croisée des chemins…

Pourquoi passer aujourd’hui du carnet papier (notre vieux cahier vert en l’espèce) à ce carnet en ligne?

En mettant en ligne un prototype de notre travail, nous arrivons à la fin d’une première phase, qui nous permet un test grandeur nature. C’est une idée, encore très perfectible de ce que nous voulons obtenir au final, à peine plus qu’une tentative pour représenter concrètement notre idée de départ, mais c’est aussi déjà un premier résultat qui demande une critique non plus interne, mais externe, pour aller plus loin, ou peut-être prendre d’autres directions. Parce que nous sommes sans doute à la croisée des chemins…

Nous avons achevé (agrégation de lettres classique et grammaire obligent) la traduction et la mise en forme du commentaire d’une première pièce, l’Eunuque. Après bien des hésitations et des tâtonnements, nous avons décidé de livrer un état provisoirement arrêté (mais sans doute pas définitif) de ce travail, mais la publication ne se fait pas sans incertitudes et finalement ce produit achevé mais si peu fini suscite plus de questions qu’il ne livre de certitudes.

Ici, la réflexion commune du séminaire ou des groupes de travail ne suffit plus. Publier c’est risquer le regard moins aimable que celui que nous portons sur notre ouvrage, après deux ans passés à le « peaufiner » entre nous. Mais c’est précisément ce que nous attendons maintenant, un retour sur notre lecture, sur notre manière de traduire et d’éditer ce texte, sur la façon dont nous le présentons et les outils que nous employons pour le faire passer du support papier à l’environnement hypertexte.

En même temps, de nombreuses questions subsistent sur les principes et la fonction de l’annotation, sur la création d’outils d’interrogation de nos textes, sur la possibilité aussi d’accueillir d’autres auteurs de commentaires antiques, d’intégrer d’autres langues (le grec, mais aussi des traductions dans d’autres langues que le français), voire d’autres types de commentaires… pour ne rien dire des éléments de l’environnement que nous voudrions voir naître, mais pour lesquels nous cherchons encore les moyens d’une traduction technique satisfaisante.

Finalement, ce que nous savons maintenant c’est que notre idée de départ est viable, mais ce n’est qu’un commencement.

Ce carnet ouvre pour nous une seconde phase du projet qui doit maintenant à la fois se confronter aux lecteurs pour qui il a été créé et se nourrir d’expériences techniques, ecdotiques etc. qui ne sont pas forcément les nôtres… En présentant ici nos avancées, mais aussi nos questionnements et, pourquoi pas, nos doutes ou nos repentirs, nous entendons ouvrir un dialogue avec tous ceux que ce projet intéresse, pour quelque aspect que ce soit de son contenu ou de sa méthode.

Nous voulons donner la possibilité de lire Donat tant aux spécialistes et chercheurs en langues anciennes, qu’à tous ceux (latinistes ou non) que ce texte peut intéresser (on pense en particulier aux historiens du théâtre, voire aux amateurs de théâtre…). L’idée de ce carnet relève de la même logique. Les questions qui viendront pourront interroger d’autres latinistes ou hellénistes, mais sans doute bien d’autres lecteurs. Le mode même de l’édition hypertexte et la constitution de ses outils appelle d’autres expériences / expérimentations, dont nous sommes curieux et avec lesquelles nous désirons ainsi entrer en dialogue.

(Hyper)Donat est bien à la croisée des chemins, mais il y a maintenant tant de chemins possibles qu’il nous faut pour les baliser sans doute plus que nos seules forces…