Le compte-rendu des journées « La TEI en France : pratiques et perspectives » est en ligne

Le compte-rendu des journées « La TEI en France : pratiques et perspectives », organisées par MutEC et qui se sont tenues à Lyon du 9 au 11 juin 2010, est en ligne :

http://www.mutec-shs.fr/compte-rendu-des-journees-mutec-2010-la-tei-en-france-pratiques-et-perspectives

Compte-rendu journée d’école d’été ALHiS septembre 2010 Saint-Etienne

Jeudi 9 septembre 2010, une partie de l’équipe Hyperdonat s’est rendue à l’une des trois journées d’école d’été organisées à l’université de Saint-Etienne par l’équipe ALHiS, que nous remercions de son accueil.
Au cours de cette journée, les différentes interventions ont apporté des éléments essentiels de réflexion sur la démarche éditoriale et ses divers aspects. Les conférences de la matinée ont en effet mis en évidence deux points cruciaux: la question de la pérennité de l’édition numérique et celle de la maintenance de ses outils. Ce premier point renvoie, en amont, au problème des garanties de conservation du patrimoine textuel – problème majeur auquel des silos institutionnels mis en place progressivement peuvent aujourd’hui apporter un élément de réponse.
Le deuxième point touche la définition même de l’acte éditorial, qui entraîne une réflexion épistémologique sur l’acte de lecture lui-même. En effet, proposer l’édition d’un texte par le biais d’outils numériques appropriés est un acte inséparable d’un certain parti pris de lecture, ce que l’on pourrait résumer par la formule : « éditer, c’est lire ». De fait, il est évident que le texte ainsi soumis à l’édition ne demeure qu’une forme supposée (on pourrait presque dire un « texte virtuel ») et qui est intimement liée aux choix de ses éditeurs. Autrement dit, pour reprendre l’une des formules heureuses de cette journée« le texte parfait est une chimère ». Ce point de vue est aussi celui du projet Hyperdonat, dont le principal objectif est de proposer non pas un, mais plusieurs parcours de lecture, afin de respecter ces enjeux.
Les ateliers de l’après-midi ont été consacrés à l’édition électronique sous un angle plus technique, ce qui a également permis de confirmer, pour ce qui est de notre projet, l’aptitude de l’outil d’édition et la capacité de nos logiciels à traiter d’autres types de textes présentant une morphologie complexe, tels que des textes juridiques. De plus, la présentation de deux autres projets – l’édition de la correspondance de P. Bayle (A. McKenna et F. Vial-Bonacci) et le projet des dossiers de Bouvard et Pécuchet (S. Dord-Crouslé et R. Tournoy) – a complété la présentation du nôtre, et a permis de souligner, outre l’avantage de nos choix éditoriaux, la nécessité de développer nos outils numériques afin de gagner en clarté et en rentabilité pour ce qui est de l’exploitation des données. Enfin, la présentation du projet des dossiers de Bouvard et Pécuchet a particulièrement retenu l’attention des membres d’Hyperdonat pour ce qui est du travail accompli sur le traitement des images: des réponses techniques ont ainsi été apportées suite à la démonstration d’outils tels que Scalable Vector Graphic, dont la manipulation relative au système d’encodage TEI semble assez facile et adaptable au projet Hyperdonat. Voilà qui vient prolonger une réflexion, déjà amorcée, sur l’insertion ponctuelle et courte de reproductions de manuscrits qui pourraient servir de témoins pour des passages du texte d’interprétation litigieuse. Ce dernier point demeure l’un des chantiers majeurs du projet et demande encore à être approfondi. Sur ce dernier point, nous publierons d’ailleurs bientôt dans ce même carnet une mise au point d’étape sur notre chantier éditorial.