Chantier en cours sur les Adelphes (début)

Le séminaire HyperDonat a repris le 8 octobre, pour une première partie d’année consacrée à la mise en forme de la traduction du commentaire des Adelphes proposée par Christian Nicolas; nous soumettons à votre sagacité deux problèmes que nous avons rencontré dans la compréhension du début du texte, ainsi que la solution que nous avons collectivement élaborée. Toute remarque est évidemment bienvenue et, si nous retenons votre suggestion, nous ne manquerons pas de vous citer comme auteur de cette suggestion.

Difficulté numéro 1: texte Wessner « si quid e contrario »

26 storax nomina personarum, in comoediis dumtaxat, habere debent rationem et etymologiam. etenim absurdum est comicum, <cum> apte argumenta confingat, uel nomen personae incongruum dare uel officium, quod sit a nomine diuersum. hinc seruus fidelis Parmeno, infidelis Syrus uel Geta, miles Thraso uel Polemon, iuuenis Pamphilus, matrona Myrrina et puer uel ab odore Storax uel a ludo et gesticulatione Scirtus et item similia. in quibus summum poetae uitium est, siquidem contra rem repugnans contrarium diuersumque protulerit, nisi per ἀντίφρασιν ioculariter nomen imposuit, ut Misargyrides in Plauto dicitur trapezita.

Notre proposition : Wessner, suivant tous les manuscrits, édite une tautologie : « siquid e contrario repugnans contrarium etc. ». Teuber proposait de corriger « e contrario » en « a charactere » et Ritschl de supprimer le mot « contrarium ». Nous pensons qu’il s’est produit la chose suivante : « siquidem » a été victime d’une mécoupure due à l’abréviation probable en « siquidê », devenant « si quid e », et entrainant mécaniquement la transformation de « contra rê repugnans » en « e contrario repugnans », l’expression « e contrario » étant parfaitement banale. Avec notre texte, la scholie n’est plus du tout redondante. Térence a nommé son personnage contre le référent de son nom et Donat dit : soit il l’a fait exprès par antiphrase et c’est habile, soit il ne l’a pas fait exprès et c’est une faute.

Difficulté numéro 2 : texte Wessner « adiuua », puis  « ne singula +utrûnâ secuta »

45 1 vxorem dvxit recte dicit, non ducere : semel enim hoc fecit Demea. 2 vxorem dvxit uarie per modos. 3 vxorem dvxit adiuuandum (1) pronuntiatione, ne singula utrimque assecuti uideantur

(Wessner édite adiuua qui est donné effectivement par certains manuscrits, mais nous préférons adiuuandum, bien représenté également dans la tradition manuscrite et plus conforme aux habitudes du commentateur. Le sens est identique.

Ce texte est celui édité par Robert Estienne, contre un texte incompréhensible des manuscrits qui conduit Wessner à placer ici une crux devant le mot « utrûnâ », effectivement dépourvu de sens. V nous met sur la voie en conservant « utrimque » qui a pu troubler des copistes. La leçon apparemment absurde de A « feci ita » peut accréditer le pluriel masculin d’Estienne, normalisé ensuite par « accord » avec « singula ».