« Les Adelphes » sont en ligne!

Le commentaire des Adelphes est en ligne. Il comprend le texte de la comédie, selon la version qu’en lit Donat, une nouvelle traduction de la comédie conforme au commentaire, le texte du commentaire et sa traduction inédite.

Les notes sont essentiellement explicatives et nous réservons pour une phase suivante l’examen de toutes les difficultés ecdotiques. Toutefois, en de nombreux passages, nous suggérons déjà des corrections à l’édition Wessner (1902).

C’est désormais l’avant dernière pierre de l’édifice HyperDonat qui est disponible. Le commentaire de L’Hécyre est en cours de relecture et sera prochainement disponible. Nous en aurons alors terminé avec la mise en ligne d’une première version de chacun des cinq commentaires, et nous passerons à la phase de révision, en particulier ecdotique.

Nous vous souhaitons une bonne et instructive lecture et attendons comme d’ordinaire vos remarques et corrections,

Bruno Bureau et Christian Nicolas

question pour les ménandristes

Au commentaire des Adelphes, 199, Donat écrit « secundum illud Menandri ». Suit un fragment grec que Wessner considère comme désespéré. Voici l’état dans lequel se présente le texte grec, la version que nous en proposons et la note qui accompagnera notre restitution

texte du grec tel qu’édité chez Wessner: †αιγοστηποιων τοι γοερπατοτον γρωνον οικετην λαβων

restitution partielle que nous proposons †αιγοστηποιων τοι γο† ἑπτακοσίων γρόνθων τὸν οἰκέτην λαβών

traduction de la partie restituée « …de sept cent gnons, et il avait pris son domestique… »

note

L’état du texte grec transmis est trop désespéré pour qu’on en tente une traduction complète. Ce fragment de Ménandre n’a pas été identifié par les éditeurs de ce poète. Néanmoins la finale « οικετην λαβων » (« ayant avec lui un domestique ») est parfaitement lisible et ressemble à la situation de la scène en cours pendant laquelle Sannion s’est fait rosser par Eschine aidé de son serviteur Parménon. Sans doute y a-t-il donc ici un parallèle fait entre la pièce et son modèle. Si le parallèle doit être suivi, on peut être tenté de chercher l’expression d’un grand nombre pour correspondre à « quingentos » et un contexte où il est question de coups. Il existe un mot « γρόνθος » (coup, gifle) qui correspond à « colaphos » et peut représenter le segment « γρωνον ». D’où, peut-être, un trimètre iambique qui, pour « ερπατοτον γρωνον οικετην λαβων », pourrait prendre la forme « ἑπτακοσίων γρόνθων τὸν οἰκέτην λαβών » (…de 700 gnons, en ayant pris avec lui son domestique). Ce génitif pluriel pourrait alors s’appuyer sur « ἄλγος », le premier segment de cette citation (douleur <consistant en 700 coups>). Sinon, pour le début, on peut aussi penser à « αἲ ᾿γώ » (« hélas, moi »), qui correspond bien à « misero homini » et qu’on trouve sous des formes proches chez Ménandre (« αἲ τάλας », « hélas malheureux ! »). Mais le mètre résiste à nombre de nos suppositions…

Se trouvera-t-il quelqu’un pour nous aider à y voir encore plus clair?

CN/BB