question pour les ménandristes

Au commentaire des Adelphes, 199, Donat écrit « secundum illud Menandri ». Suit un fragment grec que Wessner considère comme désespéré. Voici l’état dans lequel se présente le texte grec, la version que nous en proposons et la note qui accompagnera notre restitution

texte du grec tel qu’édité chez Wessner: †αιγοστηποιων τοι γοερπατοτον γρωνον οικετην λαβων

restitution partielle que nous proposons †αιγοστηποιων τοι γο† ἑπτακοσίων γρόνθων τὸν οἰκέτην λαβών

traduction de la partie restituée « …de sept cent gnons, et il avait pris son domestique… »

note

L’état du texte grec transmis est trop désespéré pour qu’on en tente une traduction complète. Ce fragment de Ménandre n’a pas été identifié par les éditeurs de ce poète. Néanmoins la finale « οικετην λαβων » (« ayant avec lui un domestique ») est parfaitement lisible et ressemble à la situation de la scène en cours pendant laquelle Sannion s’est fait rosser par Eschine aidé de son serviteur Parménon. Sans doute y a-t-il donc ici un parallèle fait entre la pièce et son modèle. Si le parallèle doit être suivi, on peut être tenté de chercher l’expression d’un grand nombre pour correspondre à « quingentos » et un contexte où il est question de coups. Il existe un mot « γρόνθος » (coup, gifle) qui correspond à « colaphos » et peut représenter le segment « γρωνον ». D’où, peut-être, un trimètre iambique qui, pour « ερπατοτον γρωνον οικετην λαβων », pourrait prendre la forme « ἑπτακοσίων γρόνθων τὸν οἰκέτην λαβών » (…de 700 gnons, en ayant pris avec lui son domestique). Ce génitif pluriel pourrait alors s’appuyer sur « ἄλγος », le premier segment de cette citation (douleur <consistant en 700 coups>). Sinon, pour le début, on peut aussi penser à « αἲ ᾿γώ » (« hélas, moi »), qui correspond bien à « misero homini » et qu’on trouve sous des formes proches chez Ménandre (« αἲ τάλας », « hélas malheureux ! »). Mais le mètre résiste à nombre de nos suppositions…

Se trouvera-t-il quelqu’un pour nous aider à y voir encore plus clair?

CN/BB

Une nouvelle version de l’Eunuque en ligne…

Nous venons de mettre en ligne une nouvelle version du commentaire de l’Eunuque que vous pouvez désormais lire ici : http://hyperdonat.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique12.

Par rapport à la précédente, cette version :

1-corrige de nombreux soucis d’affichage (vers incomplets, espaces, caractères mal sortis etc.) et offre une présentation plus claire et plus lisible.

2-propose surtout une nouvelle traduction intégrale de la pièce mise en conformité étroite avec le commentaire donné par Donat.

Comme toujours nous attendons avec impatience vos commentaires. Bonne lecture de ce nouvel Eunuque.

Christian Nicolas et Bruno Bureau

La Vita Terenti est en ligne.

Nous sommes heureux de vous annoncer que la Vita Terenti, introduction au commentaire des comédies de Térence par Donat, vient d’être mise en ligne, ici : http://hyperdonat.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique12. Vous pouvez d’ores et déjà la lire dans le texte original avec de légères modifications par rapport à l’édition Wessner (1902), sa traduction et des notes ecdotiques et explicatives. Avec cette « Vie » débute la mise en ligne des derniers textes manquants et de la version révisée de notre corpus. A terme la Vita trouvera sa place en tête du corpus, avant les fragments d’Evanthius, là où elle est donnée par les manuscrits qui la contiennent et par l’édition de Paul Wessner.

Comme toujours, vos commentaires, remarques et suggestions sont attendus avec impatience,

Christian Nicolas et Bruno Bureau

Y a-t-il vraiment du grec au commentaire de And. 301?

Dans son commentaire à And. 301, Donat (dans l’édition Wessner) écrit ceci:

Has personas Terentius addidit fabulae, -nam non sunt apud Menandrum,- ne παθητικόν fieret Philumenam spretam relinquere sine sponso, Pamphilo aliam ducente.

Voici pour cepassage les versions de plusieurs manuscrits importants et de plusieurs éditions:

P: has personas.terentius.adidit fabulae.Nam non sunt aput menandrum. ΝΕΟΠΙΘΕΑΤΟΝ. Fieret filomenam spraetam relinquere sancti sine sponsa/o; Pamphilo. Aliam ducente;

CT: has personas terentius addidit fabulae. Nam non sunt apud menandrum. *****fieret philomenam spretam relinquere sane sine sponsa pamphilo aliam ducentem.

M: has personas terentius addidit fabule nam non sunt apud menandrum  ne ἐπίθετον : fieret  philumenam spretam relinqueres aut sine sponso pamphilo aliam ducente.

K: has personas terentius addidit fabule nam non sunt apud menandrum ***** fieret filumenam spretam relinqueres anthiphme sponso et pamphilo aliam ducente

V: has personas terentius addidit fabulae. Nam non sunt apud menandrum. *****fieret philomenam spretam relinquens. aut sine sponso pamphilo aliam ducente. +

G : has personas Terentius addidit fabule nam non sunt apud menandrum  » fieret philomenam spretam relinqueres aut sine sponso pamphilo aliam ducente

U: has personas Terentius addidit fabule. Nam non sunt apud Menandrum . ***** fieret philomenam spretam relinquere. aut sine sponso pamphilo aliam ducente

Calfurnio : has personas Terentius addit fabulae: nam non sunt apud Menandrum ******* fieret Philomenam spretam relinquere aut sine sponso Pamphilo aliam ducente.

Estienne : has personas Terentius addidit fabulae; nam non sunt apud Menandrum, ne τραγικώτερον fieret Philumenam spretam relinquere sine sponso, Pamphilo aliam

[En outre Klotz signale que le manuscrit royal de Lindenbrog (c’est-à-dire le ms. Cujas, aujourd’hui disparu) portait… apud Menandrum. ne AπOΘεΑΤΟΝ…]

Il y a en réalité trois problèmes ecdotiques, dont deux impliquent du grec dans ce passage : 1. quel grec faut-il lire après apud Menandrum ? 2. faut-il lire relinquere, relinquens ou relinqueres ? 3. que faut-il lire juste derrière ce verbe ?

Traitons en premier lieu de ce dernier point. Le ms. K, qui de toute évidence se contente de recopier ce qu’il a sous les yeux, donne une suite absurde relinqueres anthiphme sponso. On peut cependant y voir pourquoi P lit relinquere sancti et pourquoi CT lisent relinquere sane ; on comprend aussi pourquoi toute une partie de la tradition, sans doute celle qui remonte au Mogontiacus ou au Carnotensis (tous deux disparus), lit relinqueres aut sine. De toute évidence, à date très ancienne, ce passage posait gravement problème aux scribes qui ont tenté, comme ils pouvaient, de l’amender avec des mots latins, absurdes chez P, plus ou moins sensés ailleurs. Mais c’est sûrement de la leçon vaguement hellénisante de K avec antiphme qu’il faut partir. Il se trouve alors que sine sponso peut expliquer ce mot grec. Il s’agit peut-être d’une glose interlinéaire ou marginale qui a fini par se glisser dans le texte. Dans ce cas, sous le mot fantôme antiphme, pourrait se lire l’accusatif ἄνυμφον (non marié(e)). A un moment de l’histoire du texte, un scribe a jugé bon de gloser ce mot rare par l’expression sine sponso (sans fiancé), laquelle est entrée dans le texte à la place du segment grec. Ce mot grec est sans doute, implicitement, extrait de la pièce originale de Ménandre, qui connaît l’adjectif (par ailleurs teinté de style tragique) ; voir le fragment 547-548 ἀνυμέναιος ἄθλιος, / ἄνυμφος οὗτος ἐπικαλεῖτ᾽ ἐν τοῖς ἐκεῖ. Cette partie de la scholie s’interprète donc ainsi : « …laisser Philumène dédaignée, ‘anymphos’, puisque Pamphile en épouse une autre ». Dans cette hypothèse, on peut décider de rétablir le mot grec, sans doute ménandrien, et de supprimer la glose latine sine sponso, qui n’était après tout peut-être pas chez Donat. Signalons qu’il serait paléographiquement excellent que Donat (ou Ménandre avant lui) ait utilisé une variante ἀνυμφῆ, accusatif de l’adjectif (rarissime) ἀνυμφής. Mais la rareté de la forme que nous appelons de nos vœux nous incite à la plus grande prudence.

Le deuxième point est de savoir quelle forme de relinquere il faut éditer. Relinquens, isolé chez V, est manifestement une correction spontanée faite par un scribe grammairien assez coutumier du fait ; on peut hésiter en effet entre deux options : soit il y a une seule phrase, et l’infinitif est préférable, en position de sujet de fieret (« laisser Philumène dédaignée deviendrait etc. »), l’attribut manquant étant à suppléer dans la séquence grecque qui précède fieret ; soit il y a deux phrases, et relinqueres est alors le verbe de la seconde (« on laisserait Philumène etc. »). Le s final peut sembler garanti par les leçons sancti ou sane, sans que notre restitution avec ἄνυμφον puisse le justifier de son côté.

Quant au premier point, il est lui aussi fort problématique. Plusieurs manuscrits ont une lacune (ce qui est fréquent là où est impliqué du grec). Les éditeurs modernes postulent παθητικόν (Wessner), voire τραγικώτερον (Estienne), termes que le contexte de la scholie justifient pleinement mais que la paléographie rend fort suspects. Estienne a sûrement postulé τραγικώτερον à partir d’un manuscrit qui portait une lacune, car s’il avait vu P et son ΝΕΟΠΙΘΕΑΤΟΝ, il aurait sûrement cherché une solution plus adéquate, par exemple celle de M qui a ne πίθετον. Cette leçon, plausible paléographiquement, est malheureusement assez faible sur le plan du sens. On peut à la rigueur comprendre « pour éviter que ne soit un ajout le fait d’abandonner Philumène à son triste sort etc. », mais on voit que cela n’est guère satisfaisant.

Nous hésitons du coup entre trois options (au moins) pour sauver à moindres frais la leçon ΝΕΟΠΙΘΕΑΤΟΝ.

1. on peut supposer une finale θεατῶν (de θεατής, « spectateur ») et interpréter le début, comme dans une scholie à Euripide Hec.484 (ἐπ᾽ ὄψει τῶν θεατῶν), ce que la séquence ΟΠΙΘΕΑΤΟΝ autorise (ὄψει θεατῶν, sans article), et NE (peut-être suivi de ἐπ᾽) étant dans cette hypothèse à interpréter comme la conjonction latine, le sens étant alors « pour éviter que ne se produise ‘sous les yeux des spectateurs’… ». Dans ce cas, il faut privilégier relinquere à la place de relinqueres. Mais il y a là, malgré une connivence paléographique importante de la séquence ΟΠΙΘΕΑΤΟΝ au texte postulable ὄψει θεατῶν, quelque chose de forcé : de fait, Philumène n’apparaissant jamais sur scène, il est excessif, voire erroné, de dire que son abandon se fait sous les yeux des spectateurs, avec deux termes, ὄψις et θεατής, qui impliquent sémiquement le sens de la vue. Du coup, peut-être Donat dit-il en grec quelque chose d’affaibli, qui signifie coram populo, devant le public.

Variante : peut-être faut-il lire simplement dans la fin du segment θέατρον (mais que lire dans ce qui précède ?) et interpréter « sur le théâtre » ou au contraire « derrière le théâtre » (donc en coulisses), avec peut-être ὄπισθε θεάτρου ???

2. se cache sous les lettres grecques un adjectif verbal en –τόν, voire en –θεατόν, par exemple δυσθέατον, κακο-, ξιο-… Le sens s’explique assez mal (sauf avec  δυσθέατον, dans un commentaire qui signifierait « pour éviter qu’il ne soit désagréable de voir Philumène dédaignée »). Mais ces mots sont rares (sauf ξιοθέατον, qui fait contresens) et paléographiquement compliqués pour expliquer le début en ΟΠΙ.

3. ce n’est peut-être pas nécessairement du grec. La finale EATON peut tout aussi bien dissimuler (même en alphabet latin, indistinct du grec sur ces lettres-là, en majuscules) l’abréviation du titre EAVTONTIMORVMENVS. On observe en effet dans les manuscrits une tendance à graphier de fait EATONTIMO… etc. et à abréger, de toute manière, derrière la syllabe TON-. Si cette hypothèse est bonne, le segment qui précède n’a aucune raison d’être en grec : c’est par erreur qu’un scribe (dans un état très ancien de la tradition) a cru, à cause de la proximité de apud Menandrum, voir là du grec et a rétabli, comme il pouvait, des caractères grecs sur la séquence NEΟΠΙ et la suite EATON, déjà ambiguë en soi. Quel latin peut-on restituer ? Peut-être ne ut in Eauton. fieret… L’idée est alors que, dans L’Andrienne, Térence évite de faire, comme il le fait dans L’Héautontimorouménos, qu’un protagoniste reste laissé pour compte au dénouement. Dans L’Andrienne (c’est ce qu’explique Donat au ver 301), Térence invente le personnage de Charinus (et de son esclave Byrria) pour que la fille de Chrémès censée épouser Pamphile ne reste pas ‘anymphos’ à la fin de la pièce : c’est Charinus qui se dévouera. Dans L’Héautontimorouménos, Clitiphon, qu’on empêche d’épouser la courtisane Bacchis, refuse un laideron que son père lui propose avant d’accepter la fille d’Archonidès, un voisin, laissant ainsi Bacchis et le laideron repoussé avec dégoût ‘anymphoi’. Malheureusement, nous n’avons pas le commentaire de Donat sur cette pièce. Mais cette fin devait choquer, car le commentateur Eugraphius croit avoir compris que la fille d’Archonidès est éventuellement Bacchis, ce qui, étant donné son statut de courtisane, est proprement invraisemblable. Selon Eugraphius, toutes les femmes et tous les jeunes gens qui jouent un rôle dans la pièce se retrouvent ainsi mariés à la fin.

Nous attendons toutes suggestions à cet égard pour tenter de donner un texte cohérent sur un passage difficile.

CN et BB

Une journée d’études sur les commentaires.

Ce samedi, 26 mars, à Angers, HyperDonat anime une journée de présentation des commentaires latins. Le matin, présentation générale du genre, de son histoire et de son évolution, l’après-midi travail sur textes. Voici l’affiche de cette journée : 13-me_Journee_d etudes_latines

Pour tout renseignement, contacter : blandine.colot@univ-angers.fr

Séminaire du 18 mars

Mes remarques sur acte V

763. 3 note de grammaire sur ce suffixe diminutif en –iscus.

766 2 Je crois que je ne comprends pas vraiment le commentaire de Donat sur deambulare chez soi ?

769 1 peut-on prendre parti dans cette alternative ? Peut on expliciter la différence de sens entre l’un ou l’autre interprétation ?

772 c’est la succession de questions très brèves, qui laisse à penser que le personnage est ivre certainement.

776 1 le fait de préciser pour Donat ‘haute voix’ est ce une manière de comprendre qu’il n’ ya pas là d’aparté ??

804 http://issuu.com/marie75006/docs/plaquette___couv Erasme parle de cet adage dans ce bouquin, cette citation est reprise apparemment par Socrate et plus tard Cicéron.

843 note sur le sémantisme de ces deux verbes à compléter : traho, il y a l’idée d’une certaine violence.

849 peut on préciser cet idiotisme ? pk remplacer facio par reddo qui n’est pas vraiment un verbe dont le sens est large…

855 je crois ne pas bien comprendre la fin du commentaire concernant le choix du verbe. Entre ducere et subducere, est ce que c’est parce qu’on compte ouvertement et devant tous que l’attention et le soin sont plus grands ???

873 Qu’est ce que Donat entend par ‘un père authentique ?’ est ce qu’il s’agit du père type des comédies ? Ou bien s’agit il de la sincérité du père..

877 on pourrait expliquer le comique ici, qui est accentué par l’usage de ce pluriel.

882 en quoi consiste cette facon caractéristique de ne pas employer le possessif. Que veut dire Donat ?

885 quelles différences de sens y a t il entre natura et consuetudo ? supposition : est ce que la nature, dispositions naturelles est en lien avec l’innée et donc est plus fort et plus révélateur du personnage que l’habitude qui peut etre lié aux pratiques liées aux conventions sociales ou autre et donc moins révélatrices ?

Un Phormion nouveau est arrivé!

Nous avons mis en ligne une nouvelle version du commentaire au Phormion qui se trouve ici :

http://hyperdonat.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique12

(attention, si vous accédez par le portail HyperDonat allez bien dans la rubrique « Lire en ligne », sinon vous ne verrez que la version 1. Les versions 1 disparaîtront quand les versions 2 seront achevées pour le corpus entier).

Par rapport à l’ancienne version, la nouvelle apporte les éléments suivants:

-nous avons entièrement revu le texte en comparant l’édition P. Wessner (1902) avec une quinzaine de manuscrits (liste sur le site), dont certains n’avaient pas été vus par l’éditeur et d’autres très peu utilisés. Nous avons donc établi 561 notes de type ecdotique qui correspondent à nos interventions sur l’édition existante. Certaines sont de taille très considérable et engagent la compréhension de secteurs importants du commentaire, voire son type même, s’agissant en particulier du traitement réservé aux mots grecs ou du recours à certains auteurs archaïques. S’il ne s’agit pas encore, à proprement parler, d’une véritable édition critique, les modifications apportées laissent percevoir la nécessité d’entreprendre, comme nous en avons le projet, une édition sur nouveaux frais du commentaire. Nos interventions, on le verra, vont le plus souvent dans le sens d’un retour au texte de manuscrits valables, là où, parfois faute d’information, Wessner avait cru bon de s’appuyer sur des très nombreuses conjectures d’éditeurs antérieurs, dont Robert Estienne. Il se trouve en réalité qu’il est très rare qu’on ne parvienne pas à expliquer les leçons des manuscrits et à trouver du sens au texte qu’ils transmettent parfois gravement altéré. Par exemple, un certain nombre de nos propositions reposent sur des variantes minimes, et sur une modification de la ponctuation. Parfois cependant, le texte demande une vraie restauration simplement pour devenir traduisible (et donc intelligible). Comme nous le notions dans un billet antérieur, c’est la nécessité de traduire le texte qui stimule et justifie le plus souvent le travail ecdotique fourni ici.

-la traduction du commentaire a été entièrement revue pour être mise en conformité avec les modifications apportées au texte, et pour éliminer un certain nombre d’erreurs de la première version. Cette traduction est accompagnée de 828 notes explicatives, permettant de suivre la démarche parfois tortueuse du commentateur.

-la comédie elle-même a été intégralement retraduite en tenant compte des indications de compréhension que fournit Donat. Il ne s’agit pas de donner une nouvelle traduction de Térence, mais bien de traduire « le Térence » que comprend Donat, c’est-à-dire de traduire en tenant compte du sens qu’il propose, même s’il va à l’encontre du sens généralement admis. Nous avons cru bon de signaler par 120 notes les passages où le Térence de Donat s’éloigne de la plupart des éditions modernes. Nous avons cherché au maximum à produire une traduction vers à vers qui corresponde le plus possible à la répartition des segments de Térence dans le commentaire de Donat. Cela expliquera sans mal quelques lourdeurs ou bizarreries de notre traduction.

Ce travail est actuellement poursuivi sur le nouvelle version de L’Andrienne, sur les mêmes bases. Suivra ensuite L’Eunuque, en version 2.

Par ailleurs nous sommes heureux d’annoncer pour les prochaines semaines la version 1 des commentaires aux Adelphes et à L’Hécyre, ainsi que la traduction de la Vie de Térence, achevant ainsi la mise en ligne de la version 1 de notre corpus complet.

Nous espérons que vous aurez plaisir et intérêt à découvrir cette nouvelle version et nous attendons avec impatience vos remarques (y compris pour des fautes matérielles) sur notre édition, notre traduction et nos notes…

Bruno Bureau et Christian Nicolas

Séminaire du 18 février 2011

voici ma contribution  sur l’acte IV

Scène 1

517 1 ou est le tic de langage, sur quel mot porte-t-il ? est ce dans la manière de prononcer le terme ‘operis’ ?

521 2 peut etre faudrait il faire une note pour expliquer davantage la situation présente afin que l’on comprenne mieux l’expression : eiusmodi adulescentes.

522 comment peut on expliquer cet atténuissement du sens ? du coup est ce qu’il ne faudrait pas revoir la traduction de Térence et aller dans le sens de Donat en renforçant l’assertive comme il le préconise.

517.                     Ct.-ita ; nam hunc diem

518.                     misere nimis cupio, ut coepi, perpetuum in laetitia degere.

517.                     Ct.-Oui ; car ce jour,

518.                     j’ai méchamment l’intention, comme je l’ai commencé, de le passer tout entier dans le plaisir.

526 il est en effet fait référence au types de comédie, ici le senex, vieillard généralement débile, au sens physique du terme par opposition avec le seruus, qui lui est currens. Cette remarque portant sur l’incongruité de cette réflexion est d’autant plus choquante aux yeux de Donat qu’il est d’avis en 541 que le senex est bien faible physiquement ce qui motive l’invention de Térence d’apres lui.

Scène 2

540 peut etre devrait on changer la traduction de optimum par excellent…

546 note à faire sur l’épanaphore.

547 je ne comprends pas soit la traduction soit la portée du commentaire.

550 en quoi l’ajout de etiam connote-t-il le blâme ?

552 Nom de la figure ? pk eleganter ?

559 il faudrait modifier la traduction en francais notamment les relatives qui donnent un sens bizarre..

565 traduction de parcior.

587 qui parle des libations et offrandes aux divinités hypochtoniennes et les prescriptions qui s’y accompagnaient ?

Apparemment on brûlait entièrement les victimes afin de ne pas mélanger ce qui revient au monde d’en bas et au monde des vivants.

http://ressources.ciheam.org/om/pdf/r29/CI010628.pdf article sur le contenu libations et autres offrandes aux dieux infernaux

588 que dire de l’effet stylistique induit par l’asyndète ?

Scène 3

607 1 pk Donat fait il cette remarque sur ces termes ? est ce que ce vocabulaire tirerait plutôt du côté de la tragédie ?

Scène 4

628 1 traduction de alienum ???

Quelle différence existe-t-il entre les deux expressions ? est ce que ce n’est pas un pléonasme : ad me domum et c’est cette répétition en sorte qui est conforme à son caractère ?

635 2 ou trouve –t-on cette réflexion sur le nombre de pauses ?

Scène 5

638 3 occurence de pepulisti en apparence chez Cicéron, chez Pline mais aussi plus tard chez Boèce.

  • pello, ere, pepuli, pulsum : – tr. – 1 – choquer, heurter, frapper, mettre en mouvement; faire vibrer (un instrument). – 2 – frapper (les sens, l’âme), faire impression sur, toucher, remuer l’âme, ébranler, émouvoir. – 3 – pousser en avant, mettre en branle, lancer. – 4 – pousser dehors, repousser (par les armes), défaire, chasser, bannir, écarter, éloigner.
    – pellere subeuntes : repousser les assaillants.
    – fores pellere, Ter. Ad. 4, 5, 4 : frapper à la porte.
    – (e) foro pellere : chasser du forum.
    – pellere aquam de agro, Plin. 18, 26, 62, § 230: faire écouler l’eau d’un champ.
    – pellere calculos e corpore, Plin. 22, 21, 30, § 64 : expulser les calculs de la vessie.
    – pepulit argentum usus vitri, Plin. : le verre a détrôné l’argent.
    – aliquem ab aliquo pellere : éloigner qqn de qqn d’autre.
    – in exsilium pellere : exiler, bannir.
    – maestitiam pellere : bannir la tristesse.
    – famem pellere : apaiser sa faim.
    – tecta, quibus frigorum vis pelleretur, Cic. Off. 2, 11, 13: maisons propres à nous protéger contre la rigueur du froid.
    – longi sermonis initium pepulisti, Cic. Brut. 87, 297 : <tu as lancé le début d’une long entretien> = tu as entamé le sujet d’un long entretien.
    – lyram pellere : <mettre en mouvement (les cordes de) la lyre> = jouer de la lyre, faire vibrer la lyre.
    – humum pedibus pellere, Cat. 61.14 : frapper la terre du pied, danser.
    – quemadmodum visa nos pellerent, Cic. Ac. 2, 10, 30 (inter. indir.) : … comment nous sommes affectés de ce que nous voyons.
    – fit saepe ut pellantur animi, Cic. Div. 1, 36, 80 : souvent il arrive que les esprits sont impressionnés.
    – species utilitatis pepulit eum, Cic. Off. 3, 10, 41: l’apparence de l’utile fit impression sur lui.

Mais pas d’occurrences en tragédie…

647 3 ajouter une note sur la valeur indéfinie de quaedam qui permet de mieux comprendre le commentaire de Donat.

673 1 En effet, les occurrences de cet adjectif appliqués à la taille concernent des inanimés. On parle de seges grandissima chez Varron ou encore grandis epistula chez Cicéron.

Scène 7

728 on trouve cette expression chez Plaute Aul. Di bene uertant, c’est une invocation en effet fréquente. Est ce quelqu’un d’autre la commente ? est ce qu’on la trouve dans la tragédie ?

735 pourrait on expliciter un peu plus la variatio ???

739 quelle est l’expression remarquable a soulignée ?

752 2 est ce un avis partagé ou bien un réel parti pris de Donat sur la question ?

756 que dire de ce trait d’archaïsme ?

761 pourquoi parle –t-il de coloris ? possède t on le texte de Cécilius sur le sujet ?

Séminaire du 21 janvier 2011

Voici mes notes de lecture concernant l’acte III

288 1 Il faudrait faire une note en mettant en évidence le passage de la poétique d’Aristote. Cette réflexion de Donat sur le rapprochement de la comédie et de la tragédie est très intéressant puisqu’il s’agit de caractériser un genre de comédie très particulier qui tire de temps à autre du côté de la tragédie sans en être. On peut peut-être rapprocher ces caractéristiques de la tragi-comédie qui a tant fait couler d’encre dans les milieux de la critique littéraire.

3. que veut dire le commentaire ? le commentaire porte-t-il sur la mention de nutrix, rôle incarné par le personnage ? mais dans ce cas quel est le contraste avec la référence à Eschine ?

4. Le commentaire est complexe et porte sur divers plans. Tout d’abord l’emploi du possessif mea qui a pour effet stylistique d’introduire une certaine idée d’affection dans le propos. Il jour en quelque sorte le rôle d’hypocoristique. Donat relève ainsi le contraste opéré par cet emploi avec le reste de la phrase. Mais je ne comprends pas bien le lien qui est fait avec la suite : de fait….

Il est intéressant de noter le rapprochement que fait Donat par la citation de ce passage de l’Eneide qui est du point de vue de l’action dramatique semblable à une tragédie. Qu’est-ce qu’un nom relatif ?

291 1 note grammaticale à faire sur l’emploi de l’adjectif solus, a, um. 2. Ces commentaires portant sur la préparation des caractères répondent au commentaire portant sur la structure du passage. Ici nous sommes dans une phase d’attente.

5. sur quoi porte le commentaire ? 6. Est ce que la scholie n’a pas été déplacée ?

292. 1. Donat reste dans la thématique de la femme excessive qui fait des généralités lorsqu’elle se plaint et se lamente. La précision cède à l’excès du type de la femme.

294. 2 est ce que Donat juge le choix de l’expression pertinente par rapport à l’emploi de ce terme ‘remedium’ qui une fois de plus fait référence à la tragédie, comme si le personnage de tragédie était souffrant.

297 2 ne pourrait-on pas ajouter également le sens de ‘familia’ la maisonnée comprenant également les esclaves et le personnel de maison tandis que gens fait référence aux gens de la même lignée.

3. je ne comprends pas le commentaire c’est plutôt l’inverse : est mis en place une circonstance malheureuse avant le retour du comique ou bien est ce qu’il parle du comique précédent ?

Scène 2

1 il s’agit ici de l’entrée en scène d’un type de personnage bien connu, à savoir le seruus currens hurlant de mauvaises nouvelles et qui permet sur le plan dramatique de lancer la dynamique de l’intrigue comique, jouant ainsi l’élément perturbateur. On rencontre ce type dans d’autres comédies de Térence mais aussi chez Plaute, par exemple Curculio, v. 284-287, entrée fracassante de l’esclave. Ce type de personnage répond au type de senex currens mis en scène à l’acte V, à travers le personnage de Micion.

307 2 je ne comprends pas la traduction

308 3 est ce qu’on ne devrait pas changer la traduction de ignorans et marquer en français que le part porte davantage sur le participe.

314 peut etre faudrait il revenir sur l’étymologie de extinguerem pour comprendre le rapprochement avec le feu.

314 2 il faut peut etre apprécier le choix de la citation par Donat. Pour illustrer le principe des adverbes chronologiques, il choisit un exemple exprimant la vengeance et la torture, peut etre ce qu’il imagine en guise de punition pour celui qui a commis le viol.

318 Donat reprend ici un motif récurrent concernant le motif du regard et des yeux plus précisément. Cf. le regard dans l’Enéide.

319 1 Donat reste encore une fois dans le commentaire ironique envers le personnage. On peut relever l’exemple qu’il donne à propos des cochons. Il ironise en creux sur le personnage par ce rapprochement animalier.

3 ce rapprochement avec Virgile appuie le sentiment burlesque en quelque sorte cf. mélange des genres et des tons.

330 que veut il dire ?

340 je trouve cette alternative douteuse. Que faut il entendre par salutem ? cela n’a pas de sens religieux…

352 3 comment expliquer cet effet stylistique ?

354 commentaire qui relève l’ironie du passage.

Scène 3

369 est ce qu’il ne faut pas plutôt comprendre que la colère était jusqu’à présent contenue, valeur accomplie du participe et que maintenant elle éclate.

395 l’ironie est perçue à travers le procédé de la question oratoire qui contraint le personnage à l’évidence.

407 est ce que l’allitération permet d’appuyer le nom du personnage ? d’ou provient ce phénomène ? est ce une remarque qui concerne exclusivement l’intonation ?

Scène 4

464 que peut on dire sur l’influence philosophique du commentaire ? la question de l’omission est ici posée en creux. Quelle valeur peut on donner à l’acte commis involontairement ?

480 1comment comprendre le parallélisme avec Socrate ?

482 je ne comprends pas le lien avec le commentaire sur les femmes

Formation TEI

Vous trouverez ci-dessous une vingtaine de pages de notes prises au cours de la formation à la TEI et à l’encodage des textes patrimoniaux que j’ai suivie à Tours du 3 au 5 novembre 2010. Cette formation était dispensée conjointement par le CESR et le SUFCO.

Ces notes sont assez concises, mais elles fournissent un bon aperçu de la richesse et de la qualité de ce stage.

Les supports de formation sont téléchargeables sur la page « Actualités » du site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes.

Bonne lecture!

Initiation à l’encodage des textes patrimoniaux – Formation XML/TEI (S. Laborie)