Donat à la croisée des chemins…

Pourquoi passer aujourd’hui du carnet papier (notre vieux cahier vert en l’espèce) à ce carnet en ligne?

En mettant en ligne un prototype de notre travail, nous arrivons à la fin d’une première phase, qui nous permet un test grandeur nature. C’est une idée, encore très perfectible de ce que nous voulons obtenir au final, à peine plus qu’une tentative pour représenter concrètement notre idée de départ, mais c’est aussi déjà un premier résultat qui demande une critique non plus interne, mais externe, pour aller plus loin, ou peut-être prendre d’autres directions. Parce que nous sommes sans doute à la croisée des chemins…

Nous avons achevé (agrégation de lettres classique et grammaire obligent) la traduction et la mise en forme du commentaire d’une première pièce, l’Eunuque. Après bien des hésitations et des tâtonnements, nous avons décidé de livrer un état provisoirement arrêté (mais sans doute pas définitif) de ce travail, mais la publication ne se fait pas sans incertitudes et finalement ce produit achevé mais si peu fini suscite plus de questions qu’il ne livre de certitudes.

Ici, la réflexion commune du séminaire ou des groupes de travail ne suffit plus. Publier c’est risquer le regard moins aimable que celui que nous portons sur notre ouvrage, après deux ans passés à le “peaufiner” entre nous. Mais c’est précisément ce que nous attendons maintenant, un retour sur notre lecture, sur notre manière de traduire et d’éditer ce texte, sur la façon dont nous le présentons et les outils que nous employons pour le faire passer du support papier à l’environnement hypertexte.

En même temps, de nombreuses questions subsistent sur les principes et la fonction de l’annotation, sur la création d’outils d’interrogation de nos textes, sur la possibilité aussi d’accueillir d’autres auteurs de commentaires antiques, d’intégrer d’autres langues (le grec, mais aussi des traductions dans d’autres langues que le français), voire d’autres types de commentaires… pour ne rien dire des éléments de l’environnement que nous voudrions voir naître, mais pour lesquels nous cherchons encore les moyens d’une traduction technique satisfaisante.

Finalement, ce que nous savons maintenant c’est que notre idée de départ est viable, mais ce n’est qu’un commencement.

Ce carnet ouvre pour nous une seconde phase du projet qui doit maintenant à la fois se confronter aux lecteurs pour qui il a été créé et se nourrir d’expériences techniques, ecdotiques etc. qui ne sont pas forcément les nôtres… En présentant ici nos avancées, mais aussi nos questionnements et, pourquoi pas, nos doutes ou nos repentirs, nous entendons ouvrir un dialogue avec tous ceux que ce projet intéresse, pour quelque aspect que ce soit de son contenu ou de sa méthode.

Nous voulons donner la possibilité de lire Donat tant aux spécialistes et chercheurs en langues anciennes, qu’à tous ceux (latinistes ou non) que ce texte peut intéresser (on pense en particulier aux historiens du théâtre, voire aux amateurs de théâtre…). L’idée de ce carnet relève de la même logique. Les questions qui viendront pourront interroger d’autres latinistes ou hellénistes, mais sans doute bien d’autres lecteurs. Le mode même de l’édition hypertexte et la constitution de ses outils appelle d’autres expériences / expérimentations, dont nous sommes curieux et avec lesquelles nous désirons ainsi entrer en dialogue.

(Hyper)Donat est bien à la croisée des chemins, mais il y a maintenant tant de chemins possibles qu’il nous faut pour les baliser sans doute plus que nos seules forces…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.