Séminaire du 12 décembre

Comme on ne change pas une équipe qui gagne et que l’annotation de l’acte 1 a remarquablement progressé grâce à vos contributions, nous continuons pour le 12 décembre avec les scènes 1 et 2 de l’acte 2. Vos propositions de notes peuvent être jointes en commentaire au présent billet.


7 réflexions au sujet de « Séminaire du 12 décembre »

  1. Bonjour à tous,

    Voici les remarques d’ecdotique sur les scène 1 et 2 de l’acte II. Comme d’habitude, de beaux sujets de débat en perspective… Bonne lecture!

    Sarah

    Ecdotique
    II, 1

    p. 408
    231, 2 : les manuscrits donnent « gratam » , qu’Estienne propose de remplacer par « grauem ». Peut-être peut-on néanmoins conserver « gratam », soit au sens de « qui reçoit bon accueil » (auprès du public, car les manifestations de colère sur scène lui plaisent toujours), soit au sens de « bienvenu » (du point de vue de la cohérence de l’action, car il est logique, étant données les circonstances, que le père du jeune homme se soit mis en colère).
     A confirmer ; modifier, le cas échéant, la traduction.
    231, 2 : Wessner édite « quae non », qui est une conjecture d’Estienne. Le manuscrit V donne « quin », et R, C et O donnent « q [surligné] nuõ ». Or plus loin, R, C, O et V donnent « non euanescat ». « nuõ » n’est peut-être donc pas à lire comme un « non » (ainsi que le fait Estienne), mais comme « numero » (au sens de « vite »), par exemple. On pourrait alors éditer « quae numero…non euanescat ».
     A confirmer
    231, 5 : « quid factum sit…iniuriam factum sit » : notons que toute cette fin de scolie est absente du manuscrit O.
    231, 5 : « quid factum sit » : « quid » est une conjecture d’Estienne. R et C donnent « quod », et V, « et quod ». La leçon « quid » est la seule qui soit syntaxiquement correcte.
    232, 1 : V semble donner «  » au lieu de « rara » ; je me demande si « rara » n’est pas une lectio facilior…
    232, 2 : est une correction de Sabbadini, sans doute à partir du manuscrit de Cujas qui donne « C ».

    p. 409
    232, 2 : une remarque dans l’apparat, à propos de la citation de Virgile, peut peut-être aider à comprendre son emploi ici : « nempe suppl. : « dicam equidem, licet arma mihi mortemque minetur » (= v. 348) ».
    232, 3 : Notons que les manuscrits donnent tous « omitte » comme lemme, et non « age mitto ». Or cette leçon n’est pas mentionnée dans les éditions du Phormion, et est incompréhensible si l’on considère la suite de la scolie telle que l’édite Wessner (« legitur et ac »). Cependant, il faut remarquer que « ac » est une conjecture de Faërnus : V et les deteriores donnent « ieci » ; R, C et O comportent une lacune. Peut-être alors peut-on comprendre que le lemme est bien « age omitte », et la scolie, « legitur et iace ». [encore faudrait-il que iacio, comme omitto, puisse avoir le sens de « laisser tomber »…]. Cette proposition vous semble-t-elle convenir ?
    233, 2 : notons que le fragment de scolie « hic…pudere »ne figure pas dans le manuscrit C.
    234, 4 : « seruum » est une conjecture de Sabbadini ; les manuscrits donnent « suum », ce qui n’a pas de sens.
    234, 4 : le passage qui va de « esse » jusqu’à « habendae » (249, 2) ne figure pas dans les manuscrits R, C et O.

    p. 410
    238, 1 : tous les manuscrits donnent « aliam » ; « aliud c. » semble donc être une conjecture de Wessner, et il faudrait le signaler.
    237 : idem pour « tradere » : tous les manuscrits donnent « tandem ».
    237 : notons que le passage qui va de « adversariis » [fin du lemme] à « tradere » [fin de la scolie] ne figure pas dans les manuscrits V, L et D, mais seulement dans le manuscrit de Cujas.
    237 : Wessner édite « quod plus est », qui est une conjecture de Sabbadini ; mais le manuscrit de Cujas, qui est le seul dont nous disposions ici, donne « quod prius est ». Westerhof propose « quod peius est » et Schoell, « quod prauius est ». C’est la conjecture de Westerhof que nous choisissons d’éditer, car elle est plus proche du manuscrit que celle de Sabbadini.
     A confirmer et modifier la traduction.
    239, 1 : Wessner édite « nam in his uerbis », qui est une conjecture d’Estienne. Tous les manuscrits donnent « cum his uerbis », et c’est cette leçon que nous choisissons d’éditer. (mais il faut modifier la ponctuation et remplacer la virgule par deux points).
    239, 3 : vérifier que « incredibile » est bien « in auctu ». Si ce n’est pas le cas, L propose « in actu », mais cela me semble vraiment un pis-aller…
    239, 4 : tous les manuscrits donnent « ob cuius » ; en admettant qu’on ait ici un emploi tardif de ob avec le génitif, il faudrait construire « reciprocum ob », et cela me semble difficile. Mais je voudrais avoir confirmation.
    239, 4 : Wessner édite « si quis quid boni », qui est une conjecture personnelle. D et L donnent « si quis », et L, « si quid ». « boni » est sans doute tiré d’un « bonum » que l’on trouve seulement à titre d’ajout dans l’editio princeps. Il semble dès lors préférable d’alléger le texte et de revenir, non pas à la leçon des deteriores, mais à celle de V, en éditant « si quid accidisse dicat, non obtigisse » [(la réciproque de cela est que,) quand il dit accidisse, il ne dit pas obtigisse]. Cette version du texte paraît certes moins intéressante du point de vue du sens que si l’on conservait « quis » et « boni », mais elle semble plus fidèle au texte, et surtout plus cohérente avec ce qui précède : dans cette scolie, Donat souligne un strict rapport d’équivalence entre les deux verbes, sans envisager le sens particulier d’obtingo ou de contingo en fonction de la nature positive ou négative de l’événemznt en question.
    240, 2 : « coniecturae » est une conjecture de Wessner qui nous paraît préférable à celle proposée par Schoell (« in cogitatu »), d’une part parce que les manuscrits donnent « cogitatur », et d’autre part parce que l’emploi du participe futur est cohérent avec l’idée d’imminence contenue dans « instituere » et soulignée par la scolie.

    p. 411
    242, 1 : Wessner édite « insaniae », qui est une conjecture de Sabbadini. Nous préférons cependant éditer celle d’Estienne (« insani »), qui nous paraît plus proche du texte donné par tous les manuscrits (« insane »). => traduction à modifier
    243,1 : Schoell propose « iuxta » plutôt que « intermixta », mais je ne suis pas sûre que cela vaille la peine d’être mentionné.
    243, 1 : chercher si la référence de Salluste est attestée ailleurs. L donne « quid », D, « quidem », et V, « quid de » ; « a » ne figure que dans le manuscrit de Cujas. De même, tous les manuscrits donnent « aequor ».
    243, 2 : notons que le passage qui va de « iam » à « rediens » (243, 4) ne figure pas dans le manuscrit V.
    243, 3 : D et L donnent « a singulari ad pluralem », mais Wessner corrige cette incohérence en éditant « ad singularem a plurali ».
    243, 4 : « id est » est un ajout de Wessner qui ne semble pas indispensable.
    244, 1 : notons que le passage « aut morbum…mortem » manque dans le manuscrit D.
    244, 2 : abréviations dans D et L à restituer (suite de la citation de Virgile + quelques abréviations fautives dans L) ?

    p. 412
    246, 2 : V et D donnent « peccatoribus » au lieu de « precatoribus ». Je ne pense pas cependant qu’il faille les suivre car « peccator » est, je crois, un terme exclusivement chrétien. A confirmer.
    247 : « ante eam » est une conjecture d’Umpfenbach (nom exact ?) que nous conservons.
    247 : Wessner édite « pronuntiatiuum posuit », mais « posuit » est un ajout de Schoell qui nous paraît superflu et que nous ne conservons pas.
    248, 1 : notons que le passage « nimis comice…sed incommoda » ne figure pas dans le manuscrit L.
    248, 1 : « quiddam significet » est une conjecture d’Estienne ; les manuscrits donnent « quoddam » (« quodam » pour D), mais c’est bien l’adjectif, et non le pronom, qui doit être utilisé ici. De plus, si les manuscrits donnent l’indicatif « significat », V édite « sgt », ce qui, ajouté à la valeur adversative que « cum » a nécessairement dans cette scolie, incite à choisir « significet » et à suivre Estienne.
    248, 2 : Wessner édite « si aut pro cum aut seruiliter » ; le premier « aut » est une correction d’Estienne : l’ensemble des manuscrits donnent « autem » ; le second est un ajout d’Estienne. Ni la correction ni l’ajout ne nous semblent nécessaires, et c’est pourquoi nous éditons « si autem pro cum seruiliter ». =>traduction à modifier
    250, 4 : notons que cette scolie est totalement absente des manuscrits R, C, O et V.

    p. 413
    252, 3 : nous suivons les manuscrits R, C, O et V, qui donnent « recte monuit qui ait », là où les autres manuscrits donnent seulement « recte monuit ».
    252, 3 : le manuscrit de Cujas est le seul à mentionner correctement l’auteur de cette citation ; les autres l’attribuent à Socrate.
    252, 3 : R, C, O et V ne donnent pas « qui ait » avant la citation, au contraire des deteriores. Il me semble que ces derniers ne font en fait que déplacer « qui ait », et je pense donc qu’il faudrait le supprimer ici. A confirmer. + note pour rendre compte de l’état de la citation en grec dans les manuscrits (cf. apparat) ?
    253 : D et L donnent « miti pectore » plutôt que « pacato ore », mais cela ne nous semble pas devoir être conservé.
    254, 2 : Wessner édite « ad litigandum », qui est une conjecture d’Estienne ; les manuscrits donnent « alligandum ». On pourrait proposer la conjecture « ad alligandum » (pour passer à autre chose), mais le contexte vindicatif (le terme de « iurgium » vient ensuite) incite à suivre Estienne et à éditer « ad litigandum ».
    254, 2 : Wessner édite « raptim », qui est une conjecture de Bentley. On peut cependant conserver le texte des manuscrits (« partim ») : de fait, Démiphon ne rend que partiellement (partim) son salut à Phédria, puisque, s’il répète « salue », il n’interpelle pas le jeune homme en mentionnant le lien de parenté qui les unit (Phédria dit au contraire « mi patrue, salue ») ; il est en effet préssé de passer à autre chose. Les deux salutations ne sont donc pas strictement équivalentes.
    254, 2 : « reddita » est une conjecture de Hartman qui nous semble acceptable ; les manuscrits donnent en effet « addita » (« adita » pour R).
    254, 22 : « praeuertendo » est une correction d’Estienne ; les manuscrits donnent « peruertendo », ce qui n’a pas de sens.

    p. 414
    255, 1 : tous les manuscrits donnent « aposiopesis ».
    256, 1 : « valet hic est » est une conjecture de Bentley que nous conservons ; les manuscrits donnent en effet « uellem equidem hic enim », et renvoient ainsi au vers 257, ce qui nous semble être une erreur car le propos de la scolie ne porte manifestement pas sur ce vers, mais sur le précédent.
    258, 1 : remarquons que le passage « hic…absente (258, 3 » ne figure pas dans les manuscrits R, C et O.
    258, 3 : nous éditons « non » en suivant l’editio princeps ; les manuscrits donnent « nunc », qui fait contre-sens ici.
    259, 2 : les manuscrits donnent « reprehenditur », qu’Estienne corrige en « deprehenditur ». C’est préférable, il me semble, mais il faudrait confirmer. Par ailleurs, « fucus » est une conjecture de Goetz ; les manuscrits donnant « locus », Hartman propose « dolus », et Schoell, « falsilocus ». Outre que les deux solutions imposent de transformer « cuius » en « qui », elles ne contiennent pas la notion d’apprêt, de masquage qu’offre « fucus » et qui est particulièrement cohérente avec le propos de la scolie. Par ailleurs, on peut penser que c’est la rareté du terme qui a induit le scribe en erreur et l’a poussé à écrire « locus ». Nous retenons donc la conjecture de « fucus ».

    p. 415
    262, 1 : Wessner édite « o », en suivant une conjecture d’Estienne ; les manuscrits donnent cependant « õe » (V), « om~e » (C), et « omne » (R et O). Nous retenons donc plutôt la conjecture de Bentley (« uide »), car la brièveté du « o » proposé par Estienne nous paraît en contradiction avec le texte des manuscrits, qui est plus long.
    262, 2 : les manuscrits donnent « posset », mais nous retenons « possit », qui est une correction d’Estienne.

    p. 416
    267, 1 : tous les manuscrits donnent « oportet » ; « oporteret » est donc sans doute une correction de Wessner qui reprend ainsi la citation exacte, mais ce n’est pas précisé dans l’apparat… de même ensuite : les manuscrits donnent « qui », qui est corrigé (toujours par Wessner, semble-t-il) en « si ».
    267, 1 : le passage « nam…erant » ne figure pas dans le manuscrit C.
    267, 1 : « ad si Siculi essenté : « si » est un ajout d’Estienne que nous conservons.
    267, 1 : « subauditur rei » est une correction d’Estienne qui nous paraît indispensable ; les manuscrits donnent en effet « subauditur ei », qui n’a pas de sens.
    268, 1 : le passage « depinxit…imprudens » manque dans le manuscrit C.
    268, 1 : « quemadmodum iam praestruat » : notons (éventuellement) que Bentley propose « uiam » à la place de « uiam » ; mais l’emploi, dans la deuxième scolie au v.304, du verbe « praestruo » avec l’adverbe « iam », dissuade de le suivre sur ce point.
    2269, 3 : « pro illo » est une conjecture d’Estienne ; bien qu’elle soit assez éloignée de ce que proposent les manuscrits (« armaturo illo », qui n’a pas de sens), nous la retenons.
    269, 3 : la citation de Virgile comporte « hac » et non « hic ».
    270, 1 : dans le lemme, les manuscrits donnent « culpa » ; là encore, comme rien n’est précisé, je suppose que la correction est de Wessner.
    270, 1 : le passage « ut…Antipho (270, 3) » ne figure pas dans le manuscrit O.

    p. 417
    271, 1 : je ne comprends pas l’apparat.
    271, 2 : « dotis…minus (271, 3) » : ce passage manque dans le manuscrit O.
    271, 3 : « tractatio » est la leçon donnée par les deteriores. Notons que R propose « ratio », mais c’est sans doute une lectio facilior.
    271, 3 : les manuscrits donnent « accusat » ; « excusat » est une conjecture de Wieling. Il me semble qu’ « accusat » est possible ici : s’il s’agit bien en effet d’excusare le jeune homme, on commence dans un premier temps par accepter de l’accuser (s’il est vrai qu’il a commis ce crime, etc.).
    272, 2 : « si aut » est une conjecture de Sabbadini que nous conservons ; V donne en effet « sit », et R, C et O, « ut ».
    272, 3 : Schoell propose « qui nunc def. iudicem agam”, ce qui, me semble-t-il, ne résout pas les cruces. La leçon qu’édite Wessner peut convenir, mais il ne précise pas dans l’apparat si c’est bien celle que donnent les manuscrits, ou s’il s’agit d’une conjecture.
    273, 1 : le passage « quasi…forte (273, 2) » ne figure pas dans le manuscrit V.
    273, 2 : cette scolie porte en réalité sur le « nostrae » du v. 274. (d’où les cruces sur le lemme, que l’on peut donc enlever)
    273, 2 : « se » est une conjecture d’Estienne qui nous semble nécessaire (V donne « si »).
    274, 2 : « opportuna » est une correction d’Estienne que nous conservons ; les manuscrits donnent « opportune ».
    275, 1 : V donne ; on doit la correction à Estienne.
    275, 2 : le passage « duplex…iudicium (275, 4 » ne figure pas dans le manuscrit O.
    275, 2 : le manuscrit de Cujas donne CCC.
    276 : « moraliter » est une conjecture de Sabbadini ; les leçons des manuscrits (« cum alter » pour R, C, O et V ; « o cum alteri » pour le manuscrit de Cujas ; « non alterari » pour les deteriores) ne sont pas satisfaisantes.
    276 : R, C et O donnent « de his dicit » ; nous choisissons de conserver ce verbe.
    278, 1 : « conscium » est une conjecture d’Estienne ; « concilium », que l’on trouve dans tous les manuscrits, ne peut être compris que comme une erreur des scribes.

    p. 419
    279 : les manuscrits R, C et V donnent « sicophanta » ; est-il possible de considérer cette forme comme un accusatif grec ? (Wessner édite « sycophantam »)
    279 : Wessner suit le manuscrit de Cujas et édite « quod cedentibus moris est » ; cependant, tous les autres manuscrits donnent « ut cedentibus mos est », et cette leçon nous paraît préférable.
    280, 2 : « n. r. » est un ajout de Wessner.
    281, 1 : « scit » est une conjecture d’Estienne ; elle nous paraît nécessaire, dans la mesure où R, C et V donnent « sic », et O, « fuit ».
    281, 1 : R, C et V donnent « inducãtur », et O, « inducitur » ; Sabbadini corrige en « inducatur », et nous conservons cette correction.
    281, 5 : Wessner édite « ingeniose non negauit », ce qui semble aller parfaitement ; mais R et C donnent « ingenio senum congregauit » : il s’adapte au tempérament des vieillards ?
    282, 3 : le passage « haec…prologum (283) » ne figure pas dans le manuscrit O.

    p. 420
    284 : la citation exacte de Plaute est « nam ut in naui uecta es, credo timida es ».
    286, 3 : « nam » est une conjecture d’Estienne que nous conservons ; R et C donnent en effet « ne », O, « o ne », et V, « ut ».
    286, 3 : O donne « per auxesim », et V, « auxesis » ; la correction est d’Estienne.
    287, 1 : tous les manuscrits donnent « quanquam » au lieu de « quoiquam » ; la correction est sans doute de Wessner, mais rien de le prouve.
    287, 1 : les manuscrits donnent « columelle », qu’Estienne corrige, à raison, en « columella ».
    287, 1 : les manuscrits donnent « tu uero » ; Tubero est une correction d’Estienne.

    p. 421
    287, 1 : « uenere » est une conjecture d’Ilberg ; les manuscrits donnent « uero ».
    287, 3 : « in » est un ajout de Sabbadini qui ne paraît pas nécessaire : le datif peut être lu comme un simple complément de moyen sans préposition. Toutefois, le manuscrit R incite à lire au nominatif ; c’est d’ailleurs sans doute sur lui que se base Estienne pour proposer comme conjecture «  » ; de fait, Wessner lui-même se demande dans l’apparat s’il ne faut pas lire  ». On peut ajouter que V donne « auxesi ironia », et O, « auxesis ironia ». Il me semble que c’est le datif  qui a été mal lu et pris pour un nominatif, plus fréquent sans doute ; de même, du point de vue du sens, je crois que c’est davantage l’ironie qui découle de la gradation que l’inverse. Mais on peut en discuter.
    288 : les manuscrits donnent « spectare », ce qui n’a pas de sens ici ; Bentley propose « peccare », en s’appuyant sans doute que le « s » final du « quas » qui précède aurait été par erreur rattaché au mot suivant, et que le second « c » aurait été lu comme un « t ». C’est cette conjecture que nous choisissons d’éditer.
    290, 2 : ici le lemme n’a de tout évidence pas été reconnu, puisque les manuscrits donnent « horum commeruit », que Sabbadini corrige par « horunc o. immerit. ».
    290, 2 :  est un ajout de Wessner (à conserver me semble-t-il).
    290, 2 : le manuscrit R donne « horum ii signos », ce qui n’est pas satisfaisant. En revanche, V et les deteriores donnent « horum et sic nos ». Cette leçon pourrait être retenue, mais elle semble être une lectio facilior : C donne en effet « horum cesignos », ce qui prouve la présence de la forme « horunce » (donnée comme équivalent de « horunc »), suivie de l’expression « sic nos ».
    290 : Wessner propose de lire « optato » plutôt que « paruo » en se basant sur le commentaire à And. III, 2, 25 (« et uocalitatis causa sic dixit, ut sedulo optato certo, quam false sedule optate certe. »), mais je ne suis pas convaincue.

    p. 422
    292, 4 : Wessner édite « proprie », qui est une conjecture de Westerhof ; les manuscrits R et C donnent cependant « non etiam improprie », et O, « non improprie ». C’est cette leçon que nous choisissons d’éditer.
    293, 1 : le passage « uis…dictio est (293, 2) » ne figure pas dans les manuscrits C et O.
    294, 1 : le passage « haec…sino (294, 3) » ne figure pas dans le manuscrit C.
    294, 1 : toute cette scolie (le lemme excepté) est absente du manuscrit O.
    294, 2 : le passage « mitto…habent » ne figure pas dans le manuscrit R.
    294, 2 : le passage « uim…sino (294, 3) » ne figure pas dans le manuscrit O.
    294, 3 : le manuscrit V donne  ; la conjecture est d’Estienne.
    295, 1 : le passage « sub…maxime (295, 2) » ne figure pas dans les manuscrits R, C et O.
    295, 2 : «  » est un ajout d’Estienne qui est superflu.

    p. 423
    295, 2 : V donne «  » ; la conjecture est d’Estienne.
    295, 2 : le texte de la seconde main n’apparaît pas dans R et C.
    295, 2 : le passage « sed…non est » ne figure pas dans le manuscrit O.
    296 : « sed dotem daretis » est un ajout de Wessner. Rque : les morceaux du lemme qui se trouvent entre chevrons correspondent à ceux qui n’apparaissent pas dans R, C, V et les deteriores.
    296 : « p. p. » est un ajout de Wessner.
    297 : Wessner édite « uide quaereret quam sit idoneum » : « uide » est un ajout de sa part, et « quam sit » est une conjecture ; tous deux sont fondés sur un parallèle avec la scolie 302, 1 : « uide quam non laboret ad respondendum Geta ». R, C et V donnent « quaereret quasi idoneum », et O et les deteriores, « quaereret quam idoneum ». Le rapprochement entre les deux scolies ne nous paraissant pas aller de soi, nous préférons demeurer plus près du texte des manuscrits et éditer la leçon donnée par O. => modifier la traduction
    297 : tous les manuscrits (sauf O) donnent « turnus nunc », mais « nunc » n’apparaît pas dans le texte de Virgile.
    298, 2 : « non » est un ajout d’Estienne ; tous les manuscrits sauf O donnent ensuite, non pas « sed », mais « et ». Peut-être pourrait-on lire non pas « et » mais « aut », et éditer « inopem potius aut potius ducebat subdistinguendum est » (de fait, les deux solutions sont possibles : plutôt une pauvre qu’une riche, ou plutôt épouser que simplement fréquenter).
    300, 2 : « fingit ut » est une conjecture d’Estienne que nous conservons : les manuscrits, qui donnent « fingunt » ou « fingit » (O), nous y invitent en effet.

    p. 424
    301 : Wessner édite « exclusus », qui est une correction d’Estienne. Mais on peut très bien conserver ici la leçon donnée par les manuscrits : « exclusis » ; il faut le rattacher à « his » et traduire « laissant de côté ces points, il passe aux autres ».
    305, 1 : le passage « ordo…est (305, 2) » ne figure pas dans les manuscrits R et C.
    305, 2 : Wessner édite « senex », qui est une conjecture de Sabbadini ; O donne « Demipho » ; R, C et V donnent « sermo », et il me semble que l’on peut garder cette leçon. => traduction à modifier

    p. 425
    308, 1 : le passage « quod…aderit (308, 2) » ne figure pas dans les manuscrits R et C.
    308, 1 : les manuscrits donnent « respondit », mais Wessner corrige, à juste titre, en « respondet ».
    310 : le passage « non…dixiset » n’apparaît pas dans le manuscrit C.
    311, 1 : ici comme ailleurs, les manuscrits donnent tous « Sicilia ».
    311, 1 : l’expression « Getam exclamasse » figure dans tous les manuscrits sauf O ; elle n’est ordinairement pas reprise dans les éditions du commentaire. Rabbow considère qu’il s’agit d’un déplacement de 324, 2 (« et apparet Getam auersum exclamasse »), mais il y a trop de distance entre les deux occurrences pour que ce soit plausible. Par ailleurs, Sabbadini propose de déplacer « Getam exclamasse » après « dictum est » ; c’est sans doute la seule solution possible.
    311, 1 : Wessner édite « noster » ; mais dans la mesure où O donne « nostro », et où « nostro » se trouve dans le texte de Térence, c’est cette leçon que nous retenons.
    311, 3 : « reditum » est une conjecture d’Estienne sans laquelle le texte est incompréhensible. C donne en effet « redit ut », R, « reddit ut », et V, « redditam ».
    311, 3 : les manuscrits donnent à tort « precem », qu’Estienne corrige en « prece ».

    II, 2
    p. 426
    315, 2 : bien que le manuscrit O donne « quo », qu’Estienne propose « quod » et que Wessner se demande s’il ne faut pas lire « quia », nous suivons les autres manuscrits et éditons « qua ».
    315, 2 : Wessner ajoute un « est » qui n’est pas indispensable ; nous éditons donc « delinitus statim ».
    315, 3 : V donne « potus » ; R, C et O donnent « pote » ; Wessner propose d’éditer « potus et ». Mais la leçon « pote » convient, à condition que l’on construise « potis » comme le complément de « satur » (parfois attesté avec l’ablatif, me semble-t-il) : plein de boisson.
    316, 2 : ce lemme et sa scolie n’apparaissent pas dans les manuscrits R, C et O.

    p. 427
    317, 2 : le fragment de lemme « tute…exedendum » n’apparaît pas dans le manuscrit V.
    317, 2 : « nisi a Geta cogatur » est une correction proposée par Estienne ; les manuscrits donnent tous « nihil a Geta cogitatur » (sauf O qui donne « nisi ») ; on peut certes penser que cette leçon est fautive, et qu’elle est due à la présence, juste avant, du verbe « cogitare ». Mais on peut aussi choisir de l’éditer et comprendre l’ensemble de la phrase comme un système hypothétique : « si Géta ne monte pas de plan, Phormion reste là, etc. ». Cela me paraît cependant un peu téméraire du point de vue de la syntaxe…
    318, 1 : V donne  ; est une conjecture d’Estienne que nous conservons.
    318, 1 : Wessner formule une conjecture personnelle en éditant « quia de cibo est » ; V donne « quae », qui convient parfaitement et qui permet de rester plus proche du texte. C’est donc « quae de cibo est » que nous éditons.
    321, 1 : Wessner suit une correction de Bentley et édite « excusisse » ; mais les manuscrits donnent « exclusisse », et cette leçon peut parfaitement être conservée. (exclusisse torporem somni : chasser, repousser la torpeur du sommeil)

    p. 428
    321, 2 : cette scolie ne figure pas dans le manuscrit C.
    321, 2 : « litis » est une conjecture de Bentley ; R et O donnent « militis » (la syllabe « mi » résulte sans doute d’une mélecture du « paruum » qui précède ; V, sans doute par incompréhension de « militis », donne « uulgus ».
    322, 3 : les manuscrits donnent « te crimine eripit » (« te ex crimine eripit » pour O) ; « te » vient sans doute d’une association de « ex » avec le « dixit » qui précède ; quant à la troisième personne « eripit », elle est peut-être un écho de ce même dixit. La conjecture « ex crimine eripiam » (de Wessner ? ce n’est pas précisé) nous paraît en tout cas préférable.
    324, 2 : les manuscrits donnent « aduersum » ; « auersum » est une correction d’Estienne que nous conservons.
    324, 2 : Wessner édite « ipsi amico » qui est une conjecture de Schoell, là où les manuscrits ne donnent que « amice ». Nous nous contentons donc d’éditer « amico ».
    324, 4 : le passage « bene…Phormio (324, 5) » ne figure pas dans le manuscrit R.

    p. 429
    325, 1 : le texte exact de Térence est « di omnes perduint ».
    324, 6 : les manuscrits donnent « annum quod », mais nous suivons la correction apportée par Lindenbruck ( ?) et éditons « an numquid ».
    324, 7 : l’apparat ne permet pas de préciser qui ajoute « an » ; Wessner indique seulement qu’Estienne propose « an ex eo »…
    325, 2 : O propose « parte lecta », R et C, « par electa », et V, « parelceta » ; la correction est de Sabbadini.
    327 : à la différence de Wessner qui édite la conjecture de Hartman en éditant « enim umbraticorum hominum scurrilis oratio », nous adoptons la conjecture de Bentley, « enim mos ». V propose en effet « enim uis », et R, C et O « enim uim ». Hartman considère sans doute que ces leçons résultent d’une confusion avec les premiers jambages du mot « umbraticorum » qui suit immédiatement ; pourtant, la présence d’un « et » après « hominum » dans tous les manuscrits, que Hartman est forcé d’occulter, nécessite de lire un autre mot au nominatif coordonné au groupe « scurrilis oratio ». La solution que nous retenons (« enim mos umbraticorum hominum et scurrilis oratio ») permet donc de rendre compte, non seulement de ce « et », mais d’un autre mot entre « enim » et « umbraticorum » : « mos ». [je me demande même si l’on ne pourrait pas éditer « enim uis umbraticorum etc. », en donnant à « uis » son sens de « violence ».]
    328, 1 : les manuscrits donnent « ac supra », qu’Estienne corrige en « enim supra » ; « autem » serait peut-être mieux…

    p. 430
    329, 2 : le lemme ne figure pas dans les manuscrits R et C.
    329, 2 : V donne « acyrologia » ; la conjecture est de Bentley.
    329, 3 : les manuscrits donnent « acte acta », et de même, « calliope ».
    330, 1 : je ne suis pas sûre de comprendre l’apparat : les manuscrits donneraient « interrogare hic ideo interrogare dicitur et » ? de quoi est la conjecture ?
    330, 2 : les manuscrits donnent tous « alloquitur », sans doute en raison de la présence, immédiatement avant, du féminin « allegoriam ». Mais c’est bien « loquitur » qu’il faut lire, comme le propose Estienne.
    331, 2 : « accipias » est une correction de Schoell que nous retenons ; les manuscrits donnent « accipiat » (R, C et O) ou « accipe » (V).
    332, 1 : les manuscrits donnent « sic », ce qui n’a pas de sens ; nous éditons donc « sub », qui est une conjecture de Sabbadini.
    332, 1 : nous éditons « subiugatur », qui est une correction de Sabbadini ; V donne « subiungatur », R et C, « subiugantur », et O, « subiungitur ».
    332, 2 : cette scolie (exception faite du lemme) ne figure pas dans le manuscrit V.

    p. 431
    334, 2 : le passage « secundum…domum (334, 3) » manque dans les manuscrits R et C.
    334, 3 : C et O donnent « mire usus » ; Wessner édite la conjecture de Schoell qui selon lui s’appuie à cet endroit sur Pithoeus (Pierre Pithou ?), mais je ne vois pas précisément ce dont il veut parler.
    335, 2 : les manuscrits donnent « separatus », mais nous suivons la conjecture de Sabbadini qui sur ce point s’appuie sur Estienne, et nous éditons « si obaeratus ».
    336, 1 : notons que cette scolie se trouve après la suivante dans le manuscrit V et dans les deteriores.
    337, 1 : le passage « illo…illo (337, 2) » ne figure pas dans les manuscrits R et C.
    337, 1 : Goetz propose d’ajouter « retribui », et Estienne, « accipere ». Peut-être peut-on éviter d’ajouter un verbe dans le texte et se contenter de faire une note de traduction ?

    p. 432
    337, 2 : je ne vois pas bien ce qui justifie la crux, et je pense que l’on peut l’enlever. Wessner propose par ailleurs «  his », mais cela ne me paraît pas probant.
    337, 3 : « ab » est un ajout de Sabbadini que nous conservons.
    338, 3 : Wessner édite « rationem habet », qui est une conjecture d’Estienne. Mais nous suivons le manuscrit O qui donne « uim habet » ; V donne « numero », mais R et C, qui donnent « nõm », nous paraissent corroborer cette hypothèse.
    339, 1 : tous les manuscrits donnent « ad simbolum ». (est-ce Wessner qui corrige ? on n’en sait rien.)
    339, 1 : « haec non » est une conjecture d’Estienne ; la leçon donnée par R, C et O (« nec non ») n’a pas de sens, pas plus que celle donnée par V (« nedum »).
    339, 1 : il faut sans doute éditer « sed de sexto » puis laisser une lacune, et préciser en note que V donne « sed de cen », R, « redeas », C, « rdeas », et les deteriores, « sed de sexto salis ».
    339, 1 : le passage « translata…uoras » est lacunaire dans le manuscrit O.
    339, 1 : je ne sais pas de qui est la leçon « infertis » ; elle n’est pas donnée dans l’apparat.
    339, 1 : les manuscrits donnent « impetu expectans ».
    339, 1 : les manuscrits donnent « dominos », sans doute à cause de la proximité de « esse ».

    p. 433
    339, 1 : tous les manuscrits donnent « uorans », sans doute à cause de la proximité de l’autre participe présent, « ridens ». L’editio princeps corrige en « uoras ».
    339, 2 : les manuscrits donnent tous « simbolum ».
    341, 3 : le passage « et…ringitur (341, 4) » ne figure pas dans le manuscrit C.
    341, 5 : Wessner édite « latratoriis », qui est une correction de Schoell ; C donne certes « latratoris » ; mais O et V donnent « latratoribus », et R, « latrantibus ». C’est donc une de ces deux leçons qu’il nous faut éditer. (je choisirais plutôt « latratoribus », présente dans davantage de manuscrits que « latrantibus »)
    342, 2 : tous les manuscrits donnent « sic aliter », et c’est ce que nous éditons, au contraire de Wessner qui restitue « Cicero aliter ».
    343, 1 : le lemme et la première partie de la scolie (« quid…Geta ») ne figurent pas dans le manuscrit V.

    p. 434
    343, 2 : la citation de Plaute dit « summo ».
    346, 1 : « quandoquidem » est une conjecture de Wessner ; R et C donnent « quidem », et V « qui d~r ». Je ne vois pas à quoi cette abréviation peut renvoyer ; pour moi, c’est sans doute un « quidem » mal lu par le scribe. Pour autant, je trouve que la conjecture de Wessner est bien loin des manuscrits…

  2. Bonjour à vous !

    Tardivement … voici déjà la scène 1 de l’acte II, annotations de grammaire (sauf lexico / sémantique : à toi, Marie !)

    Scène 1 :
    231.4 : Donat remarque ici que comme chez Cicéron, tandem est mis dans une interrogation oratoire et n’a pas son sens plein d’adverbe de temps « enfin », mais un sens subduit, intensif, ce que traduit l’adjectif expletiuus (Cf. Priscien, 3, 110, 7 : idem in XI: «lacrimis ita fatur obortis»: et «tene, inquit, miserande puer, cum laeta ueniret, inuidit fortuna mihi?». nam cum dixisset fatur, superuacuum est inquit, nec mirum, cum expletiuae coniunctiones quantum ad sensum plerumque superuacue ponuntur.)

    232.1 : Je ne crois pas qu’il soit nécessaire de compléter la note de Sarah. Sinon à préciser que le reuereri sous-entendu porte sur nec meum imperium ? Donat, en précisant cela – qui à mon avis se comprend parfaitement – insiste sur le fait que meum imperium est parfaitement parallèle à simultatem meam, que ce sont deux COD de reuereri, et donc que la correction porte sur ce syntagme.

    233.1 : C’est encore ici l’infinitif exclamatif qui fait remarquer à Donat le caractère autonome de non pudere.

    234.1, 2, 3 : Ces trois scolies portent sur tandem, qui a ici son sens plein, contrairement à 231.4 ; sans doute le contraste entre ces deux emplois de l’adverbe motive-t-il – en plus de l’enjeu dramaturgique réel – l’intérêt de Donat à interroger l’intention dans laquelle est dit tanden à cet endroit.

    235.3 : Question : ce repperi que nous choisissons d’éditer est bien une P1 de parfait ? N’y a-t-il pas un pb de trad., surtout pour que ce soit cohérent avec la scolie ?

    238.1 : En mettant en regard ici les deux citations, Donat commente la différence entre les pronoms alius, alia, aliud et ille, illa, illud. Illud durum renvoie à ce que Démiphon vient d’évoquer, démonstratif à référence endophorique ; aliud, pronom indéfini, a lui en revanche une référence dite « par défaut », ce que Donat donne à voir en plaçant le syntagme aliud cura après atqui repperi iam, opposant ainsi une immédiateté marquée par la personne verbale et l’adverbe iam à une indéfinition, portée par l’impératif et le pronom aliud.

    241.1 : Faut-il préciser que Donat commente la répétition de nudus ?

    242.2 : L’adjectif aduersum fait pléonasme car le substantif aerumna a toujours un sens négatif.

    243.1 : Je ne suis pas forcément d’accord avec la traduction de inferioribus coniunctionibus (« par l’insertion de conjonctions ») ; Donat ne dit-il pas plus simplement que les trois substantifs en asyndète du début (superiora) font partie de la même énumération que ceux d’après (inferioribus) ?
    3 : le omes est-il celui du vers 241 ? Du coup, édite-t-on omnes ou omnis ? Cette scolie illustre la précédente.

    270.2 : Donat compare si admisit, conditionnelle à l’indicatif, qu’on glose généralement par « s’il est vrai que », à si est ut admiserit, autre conditionnelle à l’indicatif présent développée par une consécutive au subjonctif parfait. Donat professeur explique à ses élèves que le tour en si + indicatif suppose la réalité de la situation mise en question, sans prise de position du locuteur (par opposition au tour en si + subjonctif) puisque l’on peut lui substituer une tournure en est, au sens plein d’ « exister », + consécutive ; ainsi l’apodose de ce système conditionnel n’est pas non plus mise en question si sa protase est admise. C’est donc la véracité du système entier qui est interrogée, pas son lien logique.

    282.2 : J’ai un problème avec cette scolie… officium est bien le COD de functus est ? Donat donne-t-il functus officium comme un syntagme nom + adj à l’acc. ? Pourtant, il connaît sa grammaire ! Y a-t-il un pb de texte ? Et que veut-il mettre à l’ablatif ?

    290.2 : Note Sarah : Monteil aussi, non ? *-ce particule déictique « normale » pour pronom-adj de P1 apocopé, puis renforcé dans série hice, haece, hoce qui lui aussi subit l’apocope dans la forme horunce ?

    308.1 : Donat commente ici le jeu de mot sur le sens de ubi, figuré dans la question de Démiphon (il s’agit de demander « où en est » Antiphon), mais qui est compris au sens propre, locatif, par Géta, comme le montre sa réponse. La scolie 3 fait tout de même réfléchir à cette analyse : elle met en lumière, avec le cum concessif, la contravention de Géta à la maxime conversationnelle de vérité, puisqu’il répond foris, quand il sait qu’il ne pourra le trouver. Du coup, n’eût-il pas été plus simple de ne pas répondre par un CC de lieu appelé par le sens propre d’ubi ? Peut-être que Donat dans sa scolie 1 veut-il dire non pas que Géta cherche à éviter de répondre à la question de Démiphon portant sur les relations entre Antiphon et Pamphila, mais qu’il est tellement obsédé par le fait qu’Antiphon s’est enfui qu’il répond au sens propre d’ubi, adverbe de lieu, quand ce n’est pas nécessaire.
    2 : scolie qui porte sur la forme faxo, ancien futur sigmatique.

    311.2 : Donat trouve sans doute intéressant de commenter ce hinc parce qu’il est dans le même vers que (sous-entendu avec le parallèlisme entre la réplique de Phédria et celle de Démiphon) domum salutatum ; on a donc trois CC de lieux qui n’ont pas le même sens, deux d’entre eux étant directifs (domum et le supin salutatum), l’autre indiquant l’origine (hinc glosé par ab eo loco). Donat fait donc remarquer que l’action se fait en deux temps : il s’agit d’aller à la maison (domum) et de là (hinc) faire les salutations (salutatum).

    314 : En écrivant ne pro non, Donat remarque le problème sur ut ne, étonnant pour introduire une finale niée (on attend ne), mais que l’on trouve chez les bons auteurs. Il suppose donc qu’il s’agit d’une variante de ut non, négation normale d’une consécutive, mais il semble que le sens est plutôt final.

  3. Et la suite ! ouf !

    Scène 2 :

    315.4 : Pourquoi dumtaxat modo ? Admodum est bien attesté dans les réponses comme marque d’acquiescement. Et pourquoi sous-entendre uerbum ? Faut-il supposer que cet adverbe semble très étrange au IVe ?

    316.1 et 2 : Donat dit qu’il faut sous-entendre ais, car il y a probème sur aduentum ueritum, Phanium relictam solam et iratum senem, qui ne peuvent être sur le même plan malgré leur apparente construction parrallèle : ueritum semble être le sujet de l’infinitive qui a pour verbe abisse, mais Phanium relictam solam et iratum senem sont deux autres propositions infinitives dans lesquelles il faut sous-entendre est.

    325.1 : Le commentaire de Donat porte sur certes sur le démonstratif, mais celui-ci permet de gloser l’ensemble du groupe nominal isatec fortitudo en nimium audax. C’est, comme en 307, le sens péjoratif de iste que commente Donat. Ne faudrait-il pas revoir la traduction de quid est isatec en « pourquoi istaec » ?
    2 : pléonasme ex Terentiana consuetudine parce que denique est dans le dernier membre de la phrase… Cela signifie que le pléonasme a lieu parce que, de fait, il n’y a plus rien ensuite ?

    326.1 : Le génitif pluriel pedum se comprend comme C. du nom via ; Donat nous indique qu’il peut commuter avec un datif d’intérêt pedibus, qui lui semble plus naturel (pro). De fait on attend plus un lien logique d’ « intérêt » que de « possession » entre les substantifs via et pes. La seconde partie de la scolie porte sur le rapport entre verbe simple et verbe composé. Donat nous dit que le simple uidere peut prendre l’acception plus restreinte du composé prouidere (peut-être faut-il que Marie développe).

    329.3 : Je passe la main pour cette note, si toutefois il en faut une !

    331.2 : Nihil faciunt n’est donc pas une négation totale mais une négation partielle. Mais c’est là une remarque plus stylistique que purement grammaticale : Donat insiste sans doute plus sur l’emphase portée par nihil.

    332.1 : Le pléonasme porte donc sur quia et enim, que Donat doit lire commedeux conjonctions à valeur de cause, la première de subordination, la seconde de coordination. Donat semble établir une hiérarchie entre les deux, puisqu’il propose d’abord aut quia sub enim subiugatur : la coordination primerait donc sur la surbordination, sans faire pléonasme, puisqu’il propose ensuite une autre solution, celle de la redondance : aut ipsum enim superuacuum est. Pour lui, c’est enim qui est en trop, ce qui ne semble pas cohérent avec sa première proposition. Peut-être que Donat n’arrive pas à analyser enim comme un adverbe d’affirmation, et que c’est cela qui lui pose problème ?

    333.2 : cette scolie est-elle cohérente avec la tard. du vers ?

    334.1 : Encore une fois (Cf. 331.1), Donat insiste sur le fait que nihil n’est pas une négation totale, mais une négation partielle.

    337.3 : Donat explicite la référence du démonstratif illo, pas évidente puisque Phormion vient de faire une assez longue réplique allégorique, comme il l’a dit (Cf. 330.2).

    338.3 : Donat commence par donner différents sèmes du mot rex (rex alias regnator, alias dominus, alias diues significat), mais la véritable raison de sa scolie vient ensuite : il s’agit d’introduire pour ses élèves la notion de nomen relatiuum ad aliquid, (le roi ne se conçoit que s’il y a un parasite) mais en contexte (rationem habere), car l’exemple n’est pas toujours vrai. Il appuie sa démonstration avec l’argument suivant : si le roi n’impliquait pas la personne du parasite, le terme même de parasitus serait explicite, et non implicite (quod si non esset, non nemo tantummodo sed nemo parasitus diceret).

    340.1 : archaïsme ?

    343.2 : note Sarah ok.

  4. Bonsoir à tous,

    voilà mes remarques sur le début de l’acte II.

    Phormion – Acte II

    234. 2 « monitor » n’est en soi un terme ni péjoratif ni flatteur. Si Donat y voit une connotation flatteuse, on peut supposer que c’est en raison des qualités prêtées à celui qui conseille ou qui accompagne (sens premier que moniteur), qui sont souvent la sagesse et la clairvoyance.

    240. 2 Donat fait peut-être référence à la racine de statuere, dont instituere est le préverbé: sto signifie en effet « se tenir » et comporte un sème de « solidité » ou « assurance ».

    257. 1 Donat est le seul à éditer « uellem equidem ». Tous les manuscrits de Térence donnent « uellem quidem ». Du point de vue statistique, « uellem quidem » est plus fréquent que « uellem equidem », mais le sens des deux expressions est identique. À noter que c’est le seul emploi théâtral de cette expression.

    260 Le TLL cite ce vers de Térence pour illustrer une de ses définitions de gestio « i. q. vehementer cupere ».

    264. 1 L’expression « ecce autem » se trouve notamment chez les poètes, tragiques (Ennius), comiques (Plaute et Térence), épiques (Virgile, Valerius Flaccus, Silius Italicus, Stace), ainsi que dans des récits historiques ou des discours ou écrits polémiques.

    282. 2 Donat ne commet-il pas un contre-sens en construisant « functus » et « officium » ensemble alors que functus ne peut être qu’un nominatif, « functus est » étant le parfait de « fungor » dont « officium » est un COD? Sa remarque n’a donc aucune raison d’être.

    287. 1 Sur l’étymologie de columen: Ernout-Meillet (DELL) suggèrent l’hypothèse que columen soit un doublet de culmen, « avec lequel il est souvent confondu dans les manuscrits », sur le modèle tegmen/tegumen. Mais une évolution de sens a conduit à l’époque impériale à une répartition des emplois des deux termes: columen, voisin de columna, est employé dans un sens métaphorique à partir de son sens de « soutien, appui », alors que culmen signifie « sommet ».
    L’explication de columella par columna est reprise par Priscien (Gramm. II, 110, 14 et 112, 10) « consonantem siue non, geminant in diminutiuis l ante a, ut catena catella, |asina asella, gemina gemella, columna columnella. » et « haec enim |[unam] addunt syllabam diminutiuis, sicut etiam disyllaba eiusdem |terminationis, ut columna columnella, sicut agna agnella, tignum tigillum. ».

    290. 2 Je ne sais pas (par rapport à la note de Sarah) si on peut faire l’hypothèse que Donat considère le c final de hanc et hunc comme une particule déictique ou s’il explique que « hinc » et « hanc » comportent à la finale l’élément « -ce », sans se prononcer sur la nature de cet élément. Cf Priscien GLK III, 6, 7 « sed scriptorum neglegentia praetermisit unum c. et sciendum, quod accusatiui casus singulares et genetiui plurales m in n conuertunt c consequente: hunc hanc, horunce harunce » (mais la négligence de ceux qui écrivent enlève un c, même en sachant que l’accusatif singulier et le génitif pluriel changent le m en n quand un c les suit: hunc, hanc, horunce, harunce)

    302. 2 Forcellini donne des exemples, jusqu’à Sénèque, de constructions absolues de « credere » dans le sens « pecuniam committere ». Priscien (GL, 399, 6) semble considérer comme une faute la synonymie établie par Donat: dans le chapitre « De differentiis » du livre V de son Ars, il établit la distinction suivante « committere et credere. committimus consilia, credimus pecuniam. » qui indique bien qu’on ne peut pas, selon lui, construire « pecuniam » et « committere ».

    323.2 Je rejoins l’interrogation de Manue sur la traduction de « inflexio ». On a l’impression qu’ « inflexio » est un terme judiciaire alors qu’il relève sans doute plus de la rhétorique (en tout cas, et Forcellini et le TLL le considèrent comme tel).

    324.5 Donat peut d’autant plus légitimement s’interroger sur l’origine de l’expression « in neruum erumpere » qu’elle n’est attestée que dans le Phormion, à ce vers.

    329. 3 Donat ne précise pas que l’emploi de « dicam » à la place de « causam » est justifié par le contexte grec de la pièce. « Dica » est en effet essentiellement employé dans un contexte grec.

    332.3 (et note de Sarah) Le raisonnement de Donat, tel que reconstitué par Sarah, ainsi que celui qui serait plus explicite, tiendrait davantage si « frumen » était attesté à l’époque de Térence. Or la première attestation en latin littéraire de « frumen » est chez Cassiodore, et le terme n’est employé que par les grammairiens. Peut-on faire l’hypothèse qu’il s’agit d’un mot de la langue parlée, employé couramment à l’oral à l’époque de Plaute?

    339. 2 L’adjectif « asymbolus » est également attesté chez Aulu-Gelle (7, 13, 2) où il est présenté comme un synonyme de « immunis » (dans le sens « qui ne donne rien »). Dans ce sens-là («  hoc nomen constat inter parasitos esse confictum atque compositum »), l’adjectif grec ἀσύμβολος, dont il est un calque, est attesté dans les fragments de deux poètes comiques, Amphis et Timoclès.

  5. Voici le début de mes remarques et notes. Comme vous verrez c’est assez lourd, et je n’aurai peut-être pas fini à temps. Voici déjà jusqu’en 289, et il y a de la matière :

    Complément de la note 133 : en indiquant qu’il s’agit d’une controverse la seconde main pousse l’argumentation de Donat plus loin que ne le faisait le commentateur. Il se bornait en effet à considérer le fonctionnement de l’écriture térentienne par sa comparaison avec la rhétorique judiciaire de la persuasion en vue de déterminer pourquoi elle est dramatiquement efficace, la seconde main caractérise pour un public scolaire le type d’exercice dont il va s’agir
    231, 3 véhémence] la véhémence provient ici du fait que le crime d’Antiphon est présenté par celui-là même qui le dénonce comme dépassant l’imagination. On notera dans la suite le renvoi immédiat à ce modèle de véhémence qu’est le début de Catil. 1. Sur l’opportunité de recourir à cette figure, voir de Orat. 2, 317.
    231, 5 Donat commente en réalité la valeur de chaque mot itane : est-ce que le délit est constitué, uxorem duxit : quel est le délit; Antipho : qui l’a commis, iniussu meo : qui en pâtit.
    232, 1 age] age ouvre une nouvelle proposition en juxtaposition et non ce que l’on attendrait c’est-à-dire une coordination (normalement assurée par sed en cas de première proposition négative).
    232, 2 correction ] la correction porte sur simultatem et rend parfaitement claire la figure et l’exemple de Virgile : le vieillard commence par un énoncé particulièrement brutal (mon fils a enfreint mes ordres), mais, préparation pour la suite, il l’adoucit immédiatement tout en l’intériorisant (il n’a pas pensé qu’il me ferait souffrir), ce que l’on retrouve chez Virgile, où l’on accuse le sort, puis, plus grave sur le plan moral, la perversité du caractère.
    233 faute] le commentaire de Nigidius peut porter sur le fait que pudere désigne un état et que donc cet état ne peut être que le résultat d’une action antérieure. Sinon on voit mal l’intérêt du commentaire.
    235, 1 traduire d’étonnement au lieu d’admiration. Corriger TF « j’ai trouvé »
    235, 3 sur lui] le commentaire de Donat élude le sens au lieu de l’éclairer. Il ne s’agit pas tant de savoir si la personne qui trouve se sent coupable ou non que de montrer l’extraordinaire présence d’esprit de Géta qui a déjà tout prévu.
    236 reconnaît ] tout se passe comme si le vieillard mettait en scène une concessio, c’est-à-dire un aveu avec justification et recevait déjà comme valable cette justification, ce qui désamorce évidemment le risque de punition terrible. À rajouter ou substituer à la note 136.
    237 plus fort] la concessio serait simplement un appel à la clémence du juge ou à l’examen de circonstances atténuantes, le verbe tradere qui signifie littéralement « remettre sa cause entre les mains de l’adversaire » porte un total paradoxe, puisque loin de se défendre Antiphon paraît demander à ses adversaires de le défendre. Notons l’ironie puisque c’est en un sens exactement ce qu’a fait Phormion : se porter l’adversaire d’Antiphon dans le but de le favoriser.
    238 Ajouter à la note 137: on peut aussi considérer que le commentaire ne porte pas sur cette partie du vers mais sur etiamne lex coegit. En effet si Antiphon a vraiment été contraint par la loi, le vieillard n’aura plus aucune raison de s’irriter contre lui. Cette explication est la plus probable.
    239, 2 Virgile] le lien entre les deux citations s’opère par le sens de sperare qui ne signifie pas ici attente d’une bien, mais attente tout court.
    240 reprendre la traduction du 2 « ce verbe montre la tranquillité qu’il faudra à son esprit pour réfléchir », Donat interprète instituere comme un composé de statuere, dans lequel il reconnaît sans nul doute status donc stare, ce qui explique son commentaire.
    241 maxime] cela devient une maxime dans la reformulation de Donat qui montre ainsi comment s’opère peu à peu comme on a pu le constater pour les sententiae de Ménandre la récupération d’énoncés comiques à des fins moralisatrices. l’énoncé de Térence est nettement moins sentencieux que sa reformulation. Où l’on voit répétitions (maxime) antithèses (sapiens stultus), jeux phoniques (securus/stultus).
    242, 2 trop] car aerumna (tempête) à lui seul suffit à exprimer l’idée d’opposition.
    Compléter la note 139 en enlevant l’idée d’obscurité : la citation de Salluste montre bien le phénomène en question, asyndètes (a Pyrrho, Hannibale) suivies sur le même plan d’une structure coordonnée (aequore et terra)
    Note 140 ajouter : pahnomène que confirme la scholie suivante.
    Étranger] et non semper cogitet. Donat a d’ailleurs sans doute tort, mais changer la trad en tf.
    244, 1 malheur] Scholie étrange mais explicable en raison du système qu’adopte Donat lui-même. Pour lui, dans la tragédie, les morts ne peuvent affecter que des personnages étrangers l’intrigue, pour éviter le style tragique. C’est pourquoi malgré sa véhémence, la bienséance interdit de dire mortem filii parce que ce serait mettre un enjeu tragique sur la pièce. Toutefois Donat ne peut empêcher Térence d’écrire mortem uxoris. Or comme la mère d’Antiphon comme la plupart des mères de comédie est morte au moment du début de la pièce, ce la conforte en apparence le système du commentateur qui commente comme il le fait.
    2 corriger une la en la
    Compléter la note 141, voir 243, 1.
    245, 1 morbum] notons que Donat opublie les trois termes de la première énumération dont on voit mal du coup à quoi ils se rattachent.
    246, 1 ] traduire plutôt « il ne croyait pas que son fils… sinon on ne comprend rien.
    246, 2 corriger ceux qui implorent en intercesseur et note : Donat remarque ici une étape supplémentaire dans l’affaiblissement de la position sévère du vieillard. En disant des mots de precator, on le surprend à intercéder en réalité pour son fils.
    247 corriger traduction (avant que j’aille) par que j’aille au devant et ajouter à la note 142 : Donat remarque un cas d’interrogative/exclamative indirecte à l’indicatif, ce qui est assez fréquent dans la langue des comiques, mais très choquant pour le latin policé qu’enseigne le grammairien.
    248, 2 ou non] corriger la traduction « à la manière des esclaves en sorte qu’il y a doute sur ce qu’il désire vraiment dans son vœu : qu’il revienne ou non. Note: commentaire dont la fin est assez obscure : Donat comprend d’abord le sens évident, et fait de si redierit (ici futur antérieur) l’équivalent d’un impossible postquam suivi du futur antérieur, tour bien connu par ailleurs. La seconde explication est plus subtile : redierit est une vraie conditionnelle, très ambiguë : cela signifie soit « si le maître revient » ce qui revient à cum redierit, soit « à supposer qu’il revienne » ce qui laisse planer un doute sur ce que veut l’esclave. Le maître étant rentré cette hypothèse de Donat est purement gratuite et paraît n’obéir qu’à des considérations d’enseignement grammatical.
    249 note 144 : noter l’incohérence dans les deux lemmes qui laisse supposer un travail d’harmonisation de traditions insuffisamment achevé. La leçon esse fait difficulté et explique sans doute la scholie, car il faut une rupture de construction dans les sujets de l’infinitive pour admettre le nominatif. Le texte avec usque a d’ailleurs une certaine place dans les MSS de Térence et Donat ou celui qui ajoute cette scholie n’a peut-être pas tout à fait tort.
    250 variation ] comme le montre sans doute la scholie suivante entre énoncés verbaux impersonnels et personnels.
    4, catégorie] quicquam étant un semi-négatif il fait pléonasme avec nihil.
    5 outre la similitude de vocabulaire, la citation a une valeur intertextuelle évidente : compléter. La seconde main en revanche ajoute des citations dont on voit mal l’objet cf. note 146.
    251 mot pou mot ] quidquid praeter spem eueniat. En revanche le commentaire de Donat est douteux. c’est la répétition qui est comique sans qu’il y ait moquerie. Le public comprend en effet que quand on s’attend aux épouvantables punitions que vient d’évoquer Géta, tout imprévu qui en enlève tout ou partie devient délicieux. Dans les Adelphes en revanche la moquerie est avérée, ce qui a pu induire Donat en erreur.
    252, 2 ajouter renvoi à l’acte 1.
    Complément note 11 RCOV donnent le grec d’Isocrate sans lacune apparemment. Dans la citation des Conseils à Démonique traduire « quand bien même ils seraient injustifiés ».
    253 apaisé] la banalité du propos exclut tout reste de véhémence chez le vieillard.
    254 découdre ] soit ce commentaire est contradictoire avec le précédent, soit il faut entendre le commentaire de 253 comme ironique. Aucune des deux solutions n’est vraiment satisfaisante.
    255 répond credo ] il faut en effet qu’il y ait une forme de souhait ou de remerciement dans la phrase qui précède pour que le verbe puisse se comprendre : « je me réjouis de ton retour. -je te crois » est la solution plausible proposée par Donat.
    Second salut ] le pemier étant salue (254)
    256, 1 santé] en ne voyant pas le jeune homme son père peut penser qu’il est malade.
    Justification de l’ordre des lemmes
    255, 4 Incertaine] en effet hoc peut être le COD de responde ou celui de credo.
    257 changer tf en « je voudrais bien! »
    257, 2 colère] on voit mal pourquoi sinon parce que le jeune homme en ne voyant pas pourquoi le père peut être irrité contre Antiphon qui n’a fait qu’obéir à la loi confirme les suppositions du père : Antiphon a seulement fait ce qu’il devait
    258 1 traduire mire par paradoxalement pour avoir « en disant bonas il utilise de manière paradoxale un usage courant de la langue », la note est correcte.
    258, 3 patre] on reste dans la logique judiciaire; Au début de son réquisitoire comme dans le début du Pro Cluentio de Cicéron, l’orateur divise la cause en divers points qu’il examinera ensuite dans son discours.
    260, 1 question] celle posée par Démiphon évidemment, Donat travaillant ici sur l’art de l’enchaînement des répliques.
    Ajouter à la note 148 : Donat n’a sans doute pas bien compris ici. La remarque de Géta n’est pas ironique. Il s’enthousiasme de la manière dont Antiphon gère jusqu’ici la colère de Démiphon. Le fucus en question est une sorte de référence à son propre travail de commentateur. S’il peut faire toutes les remarques de composition qu’il fait c’est que la composition de Phédria est trop visible.
    261 dans tf traduire dari par comparaitre.
    262 3 ] jeu contextuel évident puisqu’il s’agit de l’ombre d’Hector qui apparaît à Enée.
    263, 1 ] l’objection apportée ici par Phédria consiste à dire que le crime n’est pas constitué puisqu’Antiphon n’a fait qu’obéir aux lois.
    264, 1 Virgile] nouveau jeu contextuel ce passage renvoie au prodige qui annonce aux Troyens la chute imminente de leur cité :  »
    Or voici que de Ténédos, sur des flots paisibles,
    deux serpents ».
    265, 1 de nouveau] la colère entraîne une généralisation marquée par omnes. Servius donne un commentaire du même genre pour la citation virgilienne qui suit, mais paraît le récuser comme contraire à l’usage : « si enim simpliciter intellexeris ‘crimine’, de negotio ad personam vitiosum transitum facis ». La variation est dans le passage du simple noris au composé cognoris.
    265, 3 : nouvelle citation contextuelle toujours prise à En. 2 : il s’agit de la capture de Sinon, ruse des Grecs pour entrer dans Troie.
    267, 1 accusés)] Le texte de Cicéron est très malemené par les manuscrits : on édite généralement: qui cives Romani erant si Siculi essent, cum Siculos eorum legibus dari oporteret, qui Siculi, si cives 2.2.32 Romani essent. Le commentaire est cependant loin d’être clair : si on recompose selon Donat l’énoncé de Térence, on obtient
    Si hic in noxa est, ille adest, si ille abest, hic praesto est, ce qui ressemble effectivement assez à l’énoncé cicéronien.
    270 insinuation ] évidemment parce que Phédria ne se sent pas en position de force, il commence donc par une sorte de concession qui va progressivement lui permettre d’arriver au cœur de sa défense.
    Bienveillance] changer la traduction en « modération » et note : Phédria ne se précipite pas pour défendre son cousin, ce qui serait louche, mais il commence par faire droit aux critiques formulées par son oncle.
    Ornementation] elle réside dans une forme de pléonasme qui a ici une valeur expressive : « il a laissé une faute entrer en lui ».
    271, 3 accusé] Donat poursuit sur la comparaison de ce dialogue avec un procès. Toutefois le lien entre les figures de la purgatio et ce que dit précisément ici Phédria n’est pas évident. Il faut donc comprendre que, au moment où Phédria aborde le cœur de l’affaire, Donat dévoile par avance ce qui va être la stratégie du jeune homme, annoncée dès l’insinuatio : atténuer la faute d’Antiphon pour finir par le disculper.
    272, 1 pas)] deux autres modes possibles de la défense : nier purement et simplement l’accusation ou au contraire adopter la position d’un coupable qui supplie le jury d’être indulgent. Evidemment l’intérêt de cette remarque est de souligner que la ligne de défense adoptée par Phédria est la plus cohérente puisque, au regard de la loi, Antiphon n’a rien fait de mal.
    271, 3 faute)] commentaire qui souligne bien la subtilité de l’enseignement rhétorique que Donat glisse dans le commentaire de cette scène. La question fondamentale est de savoir si Démiphon va punir son fils, ce que Phédria paraît accepter (c’est la concessio). Toutefois, le jeune homme en disant si peccauerit souligne que le délit n’est peut-être pas suffisamment clairement établi et que par conséquent sa concession peut très bien aboutir à un non-lieu pour Antiphon. Phédria recourt à la figure de permission (Her. 4, 39).
    273, 1 instruire ] la fonction de cognitor paraît ici renvoyer davantage aux réalités du temps de Donat qu’à celles de Térence. Phédria joue le rôle traditionnel du cognitor lorsqu’il agit patrocinantis auctoritate, c’est-à-dire qu’il représente Antiphon et apporte en son nom les éclaircissements nécessaires à la disculpation du jeune homme. Toutefois ici le mot cognitor est pris ici dans son sens tardo antique de juge, magistrat instructeur : cf. C. Th. 10, 10, 20.
    Sinon] rapprochement évidemment voulu avec un exemple parfait de fourbe que l’on croit. Cette comparaison, insistante depuis le début de la scène, rappelle quand même que la loi derrière laquelle se retranche le camp d’Antiphon a été utilisée de façon malhonnête par le jeune homme et son acolyte Phormion.
    s’associer] c’est ce qu’il fera au vers suivant avec nostrae.
    274, 2 âge] sur la valeur de l’âge dans la topique judiciaire, voir Cic. Inv. 1, 35, 6; Top. 73; Quint 3, 8,38; 4, 1, 13; 6, 1, 24 etc.
    275 , 1 interrogation] sur la valeur de l’interrogation voir acte 1.
    Accusés] Donat veut dire que le caractère propre de Phédria qui se montre ici sous un jour particulièrement recommandable s’accorde mal avec le fait qu’il ait pu tremper dans une histoire sordide, et de plus le nombre des accusés impliqués dilue la responsabilité au point de rendre impossible la condamnation du seul Antiphon.
    Étonnante] justement parce que dans le début il avait traité cette affaire comme s’il en avait été extérieur, plus en magistrat instructeur qu’en défenseur, disait Donat. En disant nostra il choisit son camp et c’est celui d ‘Antiphon.
    277, 1 traduction : « il met à la fin la chose la plus honorable afin de ne pas cesser visiblement de défendre Antiphon sans pour autant avoir l’air d’accuser les juges ». Donat remarque que Phédria s’en prend violemment aux juges dans un premier temps en les accusant d’inuidia. Mais dans un second temps, Phédria souligne que l’inuidia n’est pas le seul motif des juges qui peuvent aussi agir sous l’impulsion d’un sentiment louable (honestior), la misericordia. Il commente alors cet ordre inuidia / misericordia de la façon suivante: Phédria a mis en dernier ce qui disculpe les juges (misericordia) , afin de ne pas avoir l’air de déplacer l’accusation portée contre Antiphon sur les juges. Ainsi il ne s’expose pas au reproche de détourner la cause, puisqu’il ne critique pas les juges, mais se contente de défendre Antiphon en montrant que, en bien ou en mal, les juges peuvent ne pas être impartiaux. En réalité il y a un léger glissement de sens de uideretur entre la première et la deuxième proposition. Dans la première il faut le prendre au sens de « être manifestement, être au vu de tous en train de », et dans la seconde au sens de « paraître, sembler ».
    277, 2 première catégorie] : on retrouve le même antitheton proton en Eun. 1, 2, visiblement la figure désigne une antithèse de propositions (antitheton sententiis , cf. Susemb. : qui placere studeat bonis et minime multos laedere dans l’Eunuque et ici propter inuidiam adimunt diuiti, propter misericordiam addunt pauperi).
    278, 1 traduction : « il loue l’orateur en termes très agréables en faisant que, en invoquant tout ce qui est propre à persuader, le seul qu’il ne parvienne pas à convaincre ce soit celui qui connaît toute l’affaire ». Note : « Géta ne se laisse pas prendre parce qu’il connaît la manœuvre antérieure de Phormion, sinon il se laisserait convaincre, c’est donc que la force persuasive de Phédria est telle que la seule restriction possible à son pouvoir c’est d’avoir vu de ses yeux que toute l’affaire n’est qu’une machination.
    Indirectement] Donat souligne que la qualité ortaoire de Phédria est évidemment à mettre au compte de son créateur.
    279 a été Phormion ] c’est-à-dire celui qui est implicitement désigné au vers 273 par si quis malitia fretus.
    280 autrement ] par exemple noscere tuam causam esse iustam. Ici absolute désigne à la fois le recours à la substantivation de l’adjectif, à la brièveté de l’énoncé sans infinitif et surtout sans doute au rejet.
    281 pas un mot] Térence l’a dit au vers 132, mais Démiphon n’était pas présent. Donat pointe donc une invraisemblance. Comment Démiphon, ici comme au vers 236, sait-il qu’Antiphon n’a rien dit? Le commentateur s’efforce de limiter l’invraisemblance au nom de la volonté d’éviter du tragique dont on voit mal comment elle s’explique ici, sinon parce que Démiphon pourrait céder au désespoir, mais dans ce cas pourquoi ne l’a-t-il pas fait avant? D’ailleurs, en 236, Donat n’a rien dit de cette invraisemblance.
    4 pardonnable] la dérivation a fait passer la cause de l’état de capitale à celui de faute vénielle.
    5 traduction : « pour avoir une occasion de faire son éloge » et note : S’il avait nié le chef d’accusation, Phédria n’aurait pu dire qu’Antiphon s’est conduit en jeune homme bien en respectant scrupuleusement la loi et en épousant l’épiclère.
    282, 1 couleur]Sur cet emploi de color voir Roller 2008. On trouvera en Sen Contr. 9, 5 un parfait exemple de l’usage des colores. Donat dit uulgo parce qu’il s’agit (cf. Roller 2008) d’un emploi dérivé du mot initié par Sénèque le Père, mais devenu trivial dans la langue technique des rhéteurs.
    285 son maître] Phédria a assez bien défendu le camp d’Antiphon dont fait partie Géta pour lui éviter la meule s’il paraît devant Démiphon.
    286, 1 bienveillance ] même remarque que pour l’entrée de Phédria plus haut.
    287 amplification ] de custos à columen.
    Ajouter à la note 162 : Donat paraît donc inclure implicitement ici Antiphon .
    note 165 ajouter: Donat remarque que Géta ne s’accuse pas d’avoir fait le mal, tout au plus de n’avoir pas fait tout le bien qu’il pouvait tout en considérant que dans ce cas « in hac re » c’était impossible

  6. Voici la fin de mes remarques et annotations sur la scène 1 :
    292 spirituelle] Donat revient sur ce point déjà plusieurs fois évoqué, mais la citation de Salluste paradoxalement le contredit. Ce n’est pas tant spirituel qu’une marque probable d’archaïsme, dans lequel homo ou mulier sont pris pour des équivalents de quidam. Ce qui fonctionnait pour homo confidens à l’acte 1 paraît plus difficile à soutenir ici. A moins qu’il comprenne dans Jugurtha « il se cachait dans la hutte d’une femme, une servante qui plus est ». Dans l’exemple virgilien l’emploi de homo est clairement dépréciatif.
    Propre] Donat veut dire qu’orare a ici le sens de « parler » et non celui de « prier ». Le mot orator lui confirme que c’est bien le sens propre.
    293 accusation ] ici il perd la possibilité de faire témoigner l’esclave. Donat ignore cependant un point important. Si nous sommes en Grèce, Démiphon peut faire témoigner son esclave sous la torture, mais pas à Rome puisqu’il ne s’agit pas d’un procès criminel. Géta ne peut donc lui servir à rien. On notera que Térence ici n’a pas hellénisé son personnage. S’il ne le dit pas c’est peut-être parce que dans la législation contemporaine de Donat le témoignage des esclaves est encore réduit par rapport à la pratique de l’époque classique ou archaïque.
    294 revoir la traduction de vim causalem qui me paraît signifier « force de preuve ». La disculpation d’Antiphon peut effectivement reposer sur le fait qu’il s’est laissé abuser.
    295 ou moins] cognatus est un nomen relativum, il ne peut donc avoir de degrés, car la relation qui le constitue existe (et le mot est utilisable) ou elle n’existe pas (et le mot ne peut être employé). Ce qui explique que des commentateurs qui n’avaient pas vu la plaisanterie à la différence de Donat aient tenté de sauver maxime en le faisant porter sur autre chose. L’idiotisme ici réside dans le caractère drolatique de l’expression « cent fois parent ».
    296 sans doute un gros travail d’édition à prévoir.
    297 la haine] quaerere « chercher » paraît effectivement comme dans l’exemple virgilien signifier « envoyer chercher » au sens de « chasser quelqu’un en l’envoyant chercher… ».
    298 ponctuer] car sinon le vers signifierait « pourquoi a-t-il choisi d’épouser plutôt une pauvresse? » ce qui déplace le problème. Démiphon selon Donat accuse son fils de s’être marié, non de s’être marié avec une pauvresse, mais les commentateurs qui ponctuent inopem potius n’ont pas tort, car Démiphon qui est très avare peu s’offusquer au moins autant de la pauvreté de la fille que du mariage de son fils. Là où le texte de térence demeure volontairement ambigu, Donat perd une partie de sa finesse comique.
    299 note 171 à refaire : Géta paraît avoir compris inopem potius (ce qui va dans le sens d’un commentaire à la limite du contresens au vers précédent) et s’il s’amuse c’est en stigmatisant son maître pour sa ladrerie. Donat se contredit donc en partie dans ces deux scholies.
    300 proverbe] l’énoncé n’est pas vraiment un proverbe contrairement au passage correspondant de l’Heautontimoroumenos mais Donat a une conception assez large du prouerbium, qui désigne tout énoncé bref à portée générale. Dans l’Heut. En revanche c’est un vrai proverbe conformément à la définition antique : un énoncé bref, à portée générale et reposant sur une métaphore.
    303 irrationnels] Donat a parfaitement saisi le mécanisme dramatique de la scène qu’il résume ici avec une netteté remarquable. En prenant l’ascendant sur son maître par son ironie, Géta a conduit celui-ci à bout d’arguments mais l’a aussi terriblement agacé.
    2 caractère] c’est-à-dire sans doute à son avarice et à sa propension à la colère, certes, mais aussi à son impuissance que Donat a pointée dès le début de la scène.
    304 refaire la traduction de dum… « en voulant chasser la jeune fille ». En effet c’est pour se débarrasser d’elle qu’il va finir par payer les trente mines, voir l’acte 5.
    Note 175 refaire : c’est en effet Phormion qui montera toute l’affaire de la fausse dot, et se chargera de la récupérer.
    306 méprise] indique clairement que le commentaire porte sur istum malgré le lemme. Voir commentaire suivant.
    308 douceur] Donat comme d’ordinaire remarque les structures de bouclage de la scène, car Démiphon répète ce qu’il a dit en 254, mais l’adverbe souligne l’évolution dramatique.
    310 ne comprendraient pas] ce commentaire de Donat sur la réplique de Géta éclaire également son commentaire de 309, 2 qui sinon se comprend mal.
    313 avocats] Donat explique ici un point de civilisation qui n’est plus compris par ses contemporains. A son époque les avocats sont pratiquement des professionnels que l’on va consulter et que l’on paie. Dans la pièce comme d’ailleurs à Athènes seuls des amis ou des parents peuvent assister le plaignant.

  7. Ouf! voilà la fin de la scène 2 avec quelques incertitudes sur certaines notes. merci d’avance à tous ceux qui pourront compléter. Si parmi vous certains sont versés dans le droit romain (et athénien) qui joue(nt) un grand rôle dans cette scène, je suis preneur de toute amélioration de mes notes qui ne sont pas celles d’un spécialiste.

    317 réveiller] Donat donne sans doute ici la clé de son commentaire dont le rapport avec le texte est assez lointain: il s’agit d’une indication scénique complémentaire reposant sur une représentation qu’il a vue ou imagine. On retrouve une pareille indication en 320, 1 et 321, 1.
    Note 182 à refaire sans doute : mais je ne comprends pas bien la scholie .
    321, 2 querelle] les deux personnages se cherchent, ils vont donc inévitablement se rencontrer et s’affronter.
    322 incendio] Donat se souvient sans doute de Cic. Scaur. 27, 7 et de l’emploi de ce verbe dans les plaidoyers de Cicéron où il est très fréquemment employé pour l’acte même de la défense voir par ex. Clu; 70, 14, Sul. 27, 7 etc..
    323 tf traduire « du vieux ».
    Virgile ] nouveau rapprochement contextuel : si l’on suit Donat, Phormion qui arrive au moment où il va lui falloir toute sa ruse se prend pour Enée, furiis accensus et ira terribilis, face à Turnus. Une fois encore le commentaire passe par le jeu littéraire. Visiblement Donat s’amuse tout en approfondissant la psychologie des personnages térentiens.
    324 manifestement] on voit mal pourquoi sinon parce que Donat imagine ce jeu de scène ou l’a vu jouer ainsi. En quoi le fait de ne pas être entendu du parasite est-il en effet plus percutant que de l’être.
    4 Maxime] on a ici la définition de la maxime à laquelle il manque seulement la mention d’une portée morale.
    5 coutume romaine ] dans la plupart des cas à Athènes où est censée se dérouler la pièce, soit on ne met pas les gens en prison, soit ils y sont dans un état de relative liberté. Le fait d’enchaîner les prisonniers est exceptionnel à Athènes et limité à des délits très graves, mais constitue à Rome en revanche une peine prévue pour un certain nombre de délits même relativement mineurs.
    325 2 pléonasme] en réalité non car comme le souligne Donat ils ‘agit de marquer la fin d’une énumération. Le mot a donc une fonction. Pour y voir un pléonasme il faut relier ce mot à l’idée d’aboutissement qui se trouve dans erumpat.
    Note 186 : Donat s’avance peut-être beaucoup si comme il l’a dit ils ‘agit là d’un parasite de la pire espèce, pourquoi ne pas considérer que Phormion se vante de crimes réels.
    328, 2 important] c’est-à-dire dans l’ordre social : le citoyen après l’étranger.
    329, 1 fort ] voir plus haut sur l’expressivité des questions.
    2 au sens propre] Donat a déjà commenté ce mot à l’acte 1 mais son explication ici est beaucoup plus claire. Il parlait alors de question d’accentuation qui s’éclairent ici par le fait que le mot est selon lui l’exact décalque (accent compris) d’un mot grec.
    330 avance] Géta remplit ici le rôle de l’interlocuteur qui vient rompre la monotonie des monologues en relançant la parole . Donat a bien analysé ce phénomène en And. 1, 1 par exemple, où il prête cette fonction au personnage protatique.
    331 ore est mal traduit : « avec leur bec ». Donat joue sur la métaphore des rapaces utilisées par Phormion. Os en latin signifie à la fois la bouche du sycophante et le bec du rapace. Donat montre ainsi le jeu de mots.
    332 superflu] c’est en effet le cas, car l’autre solution proposée par Donat qui consiste à voir dans enim un corrélatif de quia est assez acrobatique. Dans la traduction il faut mettre le même horrible pléonasme en français « car en effet ».
    334 arrêtés ] le passé employé par Donat pourrait indiquer qu’il vise ici la législation athénienne de recouvrement des dettes , mais en réalité la procédure visée est la debitoris ductio, dans laquelle le débiteur indélicat pouvait être détenu dans la maison du créancier qui l’employait à divers travaux jusqu’à ce que la dette soit jugée acquittée par le travail du débiteur. Le parasite se voit donc déjà entretenu par sa victime et sans doute limitant ses services au strict minimum.
    337 trad. Uoluit n’a pas pour sujet le personnage, mais le poète : « il introduit une parenthèse contenant les mots qu’il veut introduire par la suite ». Note : Donat remarque ici que Térence utilise la parenthèse pour faire rebondir la conversation. Phormion va sauter sur les mots que lui a donnés Géta et enchaîner. Ainsi le dialogue gagne en vivacité et en vraisemblance.
    338, 1 Virgile] référence évidemment introduite par jeu, car la divinité inférieure (Eole) met au rang de ses privilèges accordés par les grands celui de manger à la table des dieux, ce qui rejoint le trait que Donat accuse chez le parasite, l’obsession de la nourriture.
    Nom relatif] le commentaire de Donat demeure assez obscur. Comme il le note lui-même rex n’est pas un nomen relatiuum, même si, selon lui, il fonctionne ainsi dans ce passage. Donat crée donc artificiellement le couple rex / parasitus, qui lui fait dire que parasitus est inutile après nemo puisqu’il est contenu dans l’idée même de rex. De toute évidence le mot rex a gêné Donat qui n’a absolument pas vu la plaisanterie ici alors qu’il la voit dans l’Andrienne : rex est un mot sans doute à connotation argotique « le boss, le dabe » je ne trouve plus la référence au roi du pétrole et ça m’agace!!!
    340 traduction apparence à changer en « apparat »
    341 accent aigu]sans doute une remarque métrique mais je ne sais pas laquelle.
    5 aboient ] le verbe signifie « grogner en montrant des dents » et peut reposer sur une onomatopée « faire grrrr ».
    342 lascivité mal traduit : « le goût des plaisirs »
    Cicéron ] nouveau jeu intertextuel : mature ueniunt désigne dans le Contre Verrès un repas où Rubrius fait boire son hôte Philodamos un austère sicilien avant de faire des propositions indécentes concernant la fille de ce dernier. Il n’y a guère de ressemblance textuelle sinon le verbe, mais le contexte invite les lecteurs de Donat à imaginer jusqu’où va l’emprise des parasites sur une maison.
    Ne comprenne pas ] à la lecture du commentaire Géta n’est sans doute pas le seul ne pas comprendre, sachant que l’allusion à Rubrius laisse supposer que Donat entend exactement sumere au vers suivant avec les connotations obscènes du français ‘prendre’.
    345, 2 ] l’expression dii praesentes est commentée ainsi par Porphyrion Carm. 1, 35, 2 : Praesens: ita dictum, ut praesentia dicuntur numina deorum, quae se potentiamque suam manifeste ostendunt, alors que Servius commente quant à lui praesens dea (Aen. 9, 142) en glosant id est ilico, statim et en G. 1, 10 quorum praesentia favor est. On voit que Donat combine les deux interprétations possibles.

    Note 205 à refaire : sustinere implique tenir sur sa position alors que repousser implique de prendre l’avantage sur l’autre et de le chasser de son terrain. Géta veut dire que le vieux va s’accrocher à sa position et en quelque sorte assiéger Phormion et que Phormion devra donc tenir bon et non simplement repousser l’attaque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.