Séminaire du 16 janvier

A toutes et à tous l’ensemble de l’équipe HyperDonat souhaite une excellente année 2010.

Voici les voeux que nous formons pour notre projet cette année :
1-la mise à disposition d’une version zéro de l’ensemble de notre outil d’édition, annotation, publication.
2-l’achèvement de la mise en ligne des comédies (Adelphes, Hécyre)
3-l’avancée de l’annotation complète au moins pour le Phormion, l’Eunuque et l’Andrienne.
4-le début d’un travail d’édition critique du commentaire de Donat tenant compte des progrès dans la connaissance de la tradition manuscrite opérés depuis l’édition de Wessner 1902-1905.

Notre prochain séminaire aura lieu le samedi 16 janvier de 9 heures à midi à l’Université Lyon 3, 18 rue Chevreul salle 404.

Nous y traiterons la fin de l’acte 2 et les actes 3 et 4 du Phormion.


5 réflexions au sujet de « Séminaire du 16 janvier »

  1. Bonsoir,

    Voici mon travail sur la fin de l’acte II et les actes III et IV (toujours la grammaire, sans lexico ni sémantique).

    Acte II sc. 3 :

    349 : Cette scolie explicite la référence du pronom haec.Peut-être Donat ressent-il le besoin de faire ce commentaire pour que ses élèves ne confondent pas cette expression en esse + datif avec une tournure en esse copule, qui verrait s’appliquer la règle de l’attraction du démonstratif sujet au genre et nombre de l’attribut ?

    351.4 : Donat remarque une ellipse en rasion de l’incorrection syntaxique de pro deum immortalium car on attend un ablatif après pro). En revanche, je ne comprends pas pourquoi il propose de rétablir fidem à l’accusatif ! Il ne s’agit ni d’une intégration de l’autonyme – puisque fidem est le sujet de deest – ni de la forme du mot attendue dans l’expression, qui serait fide. ??

    352.1 : Remarque sur la valeur sémantique de l’adjectif démonstratif hanc, qui a, selon Donat, une valeur déictique (nous dirions qu’il fait référence à un élément inscrit dans la situation d’énonciation, et identifiable par rapport à celle-là, ce que le commentateur nous dit par quasi notam omnibus). Donat fait sans doute cette analyse parce que ce pronom-adjectif de est celui qu’on rapproche de la P1, donc de la plus grande proximité par rapport à la situation d’énonciation.

    354.1 : J’ai une autre interprétation que Sarah de l’ambiguïté soulevée par Donat. À mon avis, elle ne porte pas sur le sujet de l’infinitive, mais sur la référence du pronom. Je propose la note suivante :
    L’ambiguïté relevée par Donat est celle du pronom ejus. Fait-il référence à Démiphon, ou à Phanium ? Donat nous dit que le sens rend évident qu’il s’agit de Phanium, mais de fait, la grammaire aussi ; en effet, s’il s’agissait de Démiphon, sujet de l’infinitive (se), on aurait suum, réfléchi direct, et non ejus.

    357.1 : Donat remarque l’emploi du passif impersonnel comme marqueur stylistique de l’euphémisme.

    358 A 2 : Plus exactement, insimulare a plucieur constructions. Il peut admettre l’accusatif de l’accusé et le génitif de la faute (c’est le cas ici, erum étant l’accusé et malitiae la faute), mais aussi l’accusatif de la faute et signifier « mettre en cause, incriminer, repprocher » (comme c’est le cas dans la citation de Cicéron, scolie précédente : nihil eorum, quae Galli insimulabant, negauit). Donat relève simplement une des constructions du verbe dans le cas présent.

    360 B : La démonstration de Donat se fait en 3 temps, comme il l’indique : audax se rapporte au caractère d’Antiphon, pris en mauvais part, l’impudence, qui selon Démiphon a caractérisé son action avec  ; etiam signifie que ce que Démiphon constate a déjà eu lieu (uim adhibitam uxorem ducere), et enfin accusatum porte sur la nature même de l’action d’Antiphon envers Démiphon, violence et coercitive, comme l’a été celle envers Phanium, pense-t-il.

    362 B 1 : Pertinence de la remarque ? Sans doute s’agit-il d’expliciter la référence du pronom illum.
    362 B 4 : Il s’agit de l’emploi euphémistique du comparatif grandior (habet significationem a positiuo minus), qui reste bien entendu un comparatif par sa morphologie. Mais est-ce cohérent avec 6 ?

    363 A 1 : Cf. 164.2 et 3 : Donat isole ici un sème de uita par synonymie.

    363 B 2 : B n’a pas le même texte que A pour Térence ; il donne en effet cui opera uita erat. Ce qui explique notre scolie : opera est l’ablatif (sans préposition) de opera, ae, f. et non opus, operis, n. comme dans A, et a donc la même désinence (sans parler des quantités) que le nominatif uita. Il s’agit donc de préciser que bien qu’ils soient à côté, ils ne sont pas au même cas. Sur le septième cas, Cf. Donat, Ars maior, 625, 4 (de nomine) : quidam adsumunt etiam septimum casum, qui est ablatiuo similis, sed sine praepositione ab, ut sit ablatiuus casus ab oratore uenio, septimus casus oratore magistro utor.

    367 : Encore une fois, il semble que la sémantique de uita intéresse énormément Donat !(Cf. 164.2 et 3, 363 A 1). Je suggère que Marie fasse un article ;).

    368 B 1 : Où manque-t-il uidisti ?( dans uideas te atque illum ut narras!) Je comprends que ce serait le verbe de la complétive de narras, mais en ce cas, pas de mode personnel … Et la suite ne m’aide pas beaucoup.

    369 B 1 : Donat explicite l’adverbe ita.

    370 A : Ne faudrait-il pas traduire ob hanc dans ce vers et simplement quam dans le suivant ? Dans son commentaire, Donat s’intéresse d’une part à ob qu’il donne pour synonyme de pro, et à la référence de hanc, qui renvoie à filia ipsius, c’est-à-dire Phanium.
    370 B 1 : Là encore Donat commente la valeur sémantique du démonstratif de P1 hic, haec, hoc, comme un déictique. Bien que la personne en question ne soit pas présente, la situation d’énonciation fait que l’on sait très bien de qui il est question.

    373 A 2 : aisne > ain : syncope + chute voyelle finale ? Il s’agit d’une forme de la langue orale ; la majorité des occurrences se trouve dans les comiques, mais il y en a aussi chez Cicéron, dans ses discours (Planc. 49).

    381 A : Cf. scolie 130.2.

    382 B : Cela dit, proinde, si je ne m’abuse, n’est jamais conjonction mais toujours adverbe, même quand il a un sens de conséquence (quoique Gaffiot nous dise qu’il soit généralement suivi du subjonctif ou de l’impératif). Quoi qu’il en soit, Donat oppose ici, plus que ses natures, ses sens logiques, soit la comparaison, soit la conséquence.

    383 : C’est-à-dire que nosse est le complément des deux verbes nego et ais.

    390 B : B ne lit pas le même texte de Térence que A, d’où cette scolie : pour lui, Stilipho est au nominatif, en connotation autonymique, et inquam une incise, puis c’est le COD sous-entedu de noueras, à l’accusatif donc. Il s’agit d’une syllepse grammaticale.

    396 A 3 : Cf. scolies 130.2 et 381 A.

    424 A : Donat fait sans doute ce commentaire pour signaler la forme d’impératif futur, plus marquée que celle de présent.

    433 A : Donat commente la périphrase employée par Phormion, metant ainsi en lumière la base de son argumentation, soit l’âge de Démiphon.

    440 B : la scolie porte sur le lemme si quid opus fuerit. On peut éventuellement comprendre que Donat sous-entend me, mais je me demande si l’ellipse commentée n’est pas plutôt sur domo me. Et puis je ne comprends pas bien cet ablatif. N’attendrait-on pas plutôt un accusatif ou un locatif ? Et ce me ne peut-il pas être le complément d’opus fuerit ?

    Acte II sc. 4 :

    Acte III sc. 1 :

    465 : Donat fait commuter cum istoc animo avec huius animi. D’une part il donne comme équivalent à une structure en cum + ablatif un peu étonnante un complément de qualité au génitif, d’autre part ce dernier présente un adjectif démonstratif déictique, huius, de P1, alors que istoc, dans la structure concurrente, est associé à la P2, ce qui se conçoit parfaitement ici ; mais comme on l’a déjà dit (Cf. 352. 1 et 370 B 1), hic, haec, hoc comme déictique de la plus grande proximité se justifie également, et on remarque que Donat a déjà insisté sur cette valeur sémantique auparavant. Peut-être s’agit-il de la suite de son « cours » sur ce point précis.

    467. 1 : Cette remarque, pas extrêmement utile en soi, permet sans doute de commenter l’infinitif exclamatif du vers précédent.

    469 : Donc potiretur est également syntaxiquement correct dans ce vers.

    478.1 : Il manque en effet le verbe de la principale.

    Acte III sc. 2 :

    485.3 : quin est ici adverbe exclamatif, avec un impératif.

    525.2 : Donat commente l’ambiguïté de la référence du pronom, qui fait le jeu de Dorion.

    Acte III sc. 3 :

    537.1 : Pourquoi cette remarque ici ? (C’est la première fois que je la vois, donc je m’interroge !)

    Acte IV sc. 1 :

    Acte IV sc. 2 :

    Acte IV sc. 3 :

    611.1 et sqq. : Dans Gaffiot, pas de singulier pour complures. Et compluria est rare ( forme attendue = complura) ; c’est sans doute pour cela que Donat insiste sur la correction de cette forme (secundum regulam). Plure pour plus ? C’est vrai ?

    635.1 : Donat procède ici par synonymie. Facessere, le lemme, est donné comme synonyme de la tournure se facere, puis de abire. Or si facessere et abire ont en eux le sème « lieu d’origine » (facessere, intransitif, signifie en effet « s’en aller », comme abire), se facere signifie simplement « se rendre quelque part, aller » dans la langue tardive (Apulée, Métamorphoses, 5, 2), et c’est l’adverbe de lieu huic qui lui donne ce sème d’origine (ainsi, se facere huic, il signifie « partir d’ici »).
    Si le début de cette scolie peut apparaître à première vue comme un exemple de traduction d’un mot de la langue classique plus compris (facessere) par une tournure de la langue tardive plus habituelle aux élèves (se facere), la présence d’un troisième synonyme, abire, qui n’est pas précisément tardif met en question cette interprétation. Puis Donat effectue une seconde synonymie de la tournure se facere. Construit avec l’adverbe huc, il a pour synonyme accedere, « aller vers ». Ainsi, par cet enchaînement de réflexion par synonymes, Donat nous semble plutôt effectuer une differentia entre facessere et se facere. Si l’on reprend son raisonnement, facessere a pour synonyme se facere huic, qui a pour synonyme abire. Mais se facere peut également se construire avec huc, et singifier alors accedere, avec un sème directionnel que ne peut avoir facessere. Alors, si l’on s’en tient à cette première scolie de Donat, facessere ne peut être synonyme d’accedere.
    Or, pourquoi être « passé » par se facere ? Pourquoi ne pas avoir dit (schématiquement) facessere = abire ≠ accedere ? Peut-être d’une part à cause de la proximité phonique des deux mots ; facessere ne fait que bouleverser phonétiquement l’ordre de la séquence se facere, mais tous ses éléments se retrouvent à l’oreille. Et sans doute la tournure se facere est-elle plus connue des élèves de Donat ; comme il s’agit également d’un verbe de mouvement, elle vient d’autant plus facilement à l’esprit. D’autre part, facessere peut également être synonyme de facere, même si cela n’est pas illustré dans le lemme commenté.
    En 635.2, on a en effet facessat pro cedat, alias faciat, et une nouvelle synonymie pour facessere (à moins qu’alias signifie « dans un autre manuscrit », Cf. note Sarah) : cedere, qui signifie « aller, marcher », mais plus précisément et dans un plus grand nombre d’occurrences « partir, quitter » (ce qui correspond à notre abire), et facere, sans plus de précision ici, mais en 635.3, on nous parle d’un sens proverbial (prouerbialiter), et d’une expression lexicalisée comparable à celle qu’emploie Plaute argentum huic facite. Certes facessere transitif a le sens d’ « exécuter avec empressement, occasionner », et peut être par là synonyme de facere « faire » ; mais présentement, dans le lemme commenté, il n’a pas de COD, donc même le tour populaire ne peut être lu ici. On peut donc en conclure que Donat a utilisé l’expression se facere dans la première partie de son raisonnement pour les raisons qu’on a dites (proximité phonique avec facessere, synonymie avec « facessere-abire ») et en raison de l’autre sème de facessere, « exécuter avec empressement, occasionner », qui trouve facere pour synonyme, bien que ce ne soit pas réalisé chez Térence. Notons enfin que Donat termine par la synonymie entre huc se facere et huc accedere, ce qui laisse à penser que l’intérêt de sa réflexion a dévié de facessere à se facere, verbe de mouvement pur qui accepte différents sèmes d’origine, de direction, etc.

    666.1 (scolie qui fait peur) : Les pb d’édition ne me concernent pas, mais là, il y en a un, non ?

    680.1 : Donat signale l’existence d’un locatif pour Lemnos (-us), i, f.

    Acte IV sc. 4 :

    Acte IV sc. 5 :

    723.2 : Ce commentaire est étonnant car la réponse de Chrémès, magni, est un complément au génitif attendu de quid. Et peut-on proposer quelque chose pour tua ?

  2. Voici mes remarques sur 2, 3, assorties de quelques commentaires sur les rapports entre les leçons A et B qui confirment les intuitions de Sarah, mais peuvent aussi aider à dater les compilations (au moins dans un cas). J’ai mentionné des passages particulièrement obscurs où j’ai besoin de l’aide de tous. La suite arrive dans les meilleurs délais.

    Bonne lecture :
    348 : Comme il plaît aux rhéteurs : commentaire extrêmement important, parce qu’il met en évidence le schéma explicatif retenu par Donat (cf. Jakobi 142 et suiv.).  Donat procède exactement comme un rhéteur, il définit le type de sujet (controversia) et en donne le sujet : « quelqu’un sera forcé… on s’oppose à lui ». Pour terminer sa présentation, il définit l’éthos des deux personnages que pourraient jouer les élèves de la classe de rhétorique de manière à donner un cadre à leur travail : l’un sera un bon père de famille, l’autre un vil sycophante.  Le verbe congruere utilisé pour définir le travail du poète qui fait coincider les propos de ses personnages avec ces éléments éthiques complète cette présentation oratoire de la scène.
    Traduction changer simplici « simple », en « sans artifice ».
     
    348,2 : instructi : « équipés de tout le nécessaire ».
    350, 1 : indication scénique tirée à n’en pas douter de « quaeso », qui implique la présence des « avocats ».
    350, 4 tf quin tu hoc age : à traduire par « veux-tu bien… »
    351, 2 mépris] non que le pronom marque en lui-même le mépris, mais le verbe agitabo introduit cette nuance. Tf traduire :  » celui-là, je vais le secouer » pour coller avec le commentaire du lemme 2.
    351, 4 traduire : « se jette spontanément tête baissée contre l’accusation » et note : en utilisant une exclamation devenue absolument topique à l’époque de Donat pour traduire l’indignation, Phormion se pose en victime , ce qui ne peut évidemment manquer d’exaspérer Démiphon qui d’emblée va se trouver pris à la gorge, non par la force de l’argument , mais par l’appel à l’évidence que constitue un tel début.
    352 B de tous ] hanc a ici une valeur déictique « celle dont je parle ».
    352, 2 B telant] accuser le premier c’est en effet donner l’impression que l’on est la victime et que l’on est certain de son bon droit.
    352, 4 B] Donat a une théorie précise sur l’usage du nom propre : si le nom du personnage est plus honorable que son métier, il faut le désigner par son nom, dans le cas inverse, il faut le désigner par son métier. Dans tous les cas, répéter un nom propre introduit un élément passionnel, ici la colère feinte et le sarcasme, ailleurs comme dans l’Eunuque, la tendresse et l’attachement.
    354 B compléter note : le fait que Donat fasse cette remarque prouve toutefois que son public devait s’accorder quelque libertés avec la syntaxe du réfléchi.
    355 A et B se complètent parfaitement.
    A emporté] ce qui implique que les vieillards qui le suivent traînent derrière et qu’il les exhorte à avancer. Soit Donat a vu jouer ainsi cette scène, soit il invente une mise en scène cocasse pour interpréter cet impératif.
    B] la scholie B compète la A en ajoutant la raison qui explique ce jeu de scène cocasse : Démiphon redoute Phormion et n’ose pas lui parler sans ses renforts.
    356 B 1 solennelle] on voit mal ici ce qui concrètement pousse Donat à faire cette remarque, il n’y a en effet aucune marque de serment. Sans doute par rapport à ce qu’il a déjà dit, est-ce le nom propre Stilphonem qui ajoute du poids à l’affirmation. La scholie 2 ne contredit pas celle-ci, mais ajoute une indication scénique .
    357 B 1 de Démiphon] le commentateur se trompe manifestement car on sait, et il l’a lui-même noté que Démiphon est pour le moins près de ses sous.
    357 B 2 pour comprendre la remarque de la seconde main, il faut se situer dans la logique de Phormion : si Démiphon dit qu’il ne connaît pas le père de la jeune fille c’est parce qu’il feint de croire que ce n’est pas Stilphon (voir scholie 5 où la main principale confirme cette lecture). Peut-être faudrait-il déplacer la seconde main?
    358 B 1 refaire la traduction : « parce qu’il existe quelqu’un qui, bien qu’il ignore les parent de la jeune fille, ou plutôt dise les ignorer, ne l’en néglige pas pour autant ». Cela dit ça reste pas très clair.
    A présente ici l’état de la dernière phrase de B avant que le commentateur B ne prenne position contre cette lecture. A est sans doute l’œuvre d’un autre commentateur seulement cité par B qui le critique.
    Salluste ] Citation évidemment contextualisée. En renvoyant le discours de Phormion défendant les pauvres aux menées séditieuses de la plèbe qui se jette tête baissée dans la conjuration de Catilina, Donat condamne la basse démagogie de Phormion qui espère apitoyer les juges en jouant le numéro du défenseur des pauvres.
    359 AB 1 cas d’égalité des scholies qui peuvent provenir d’un original commun abrégé de deux manière différentes. Les scholies 2 en revanche étant propres il faut supposer soit deux commentaires distincts soit un choix différent opéré par les deux compilateurs.
    TF male audies :  » tu vas m’entendre!  »
    360 A revendiqué] c’est-à-dire plaidé dans le procès qu’il a perdu intentionnellement de manière à épouser sa bien-aimée.
    B contresens à mon avis dans la traduction : « il montre que Démiphon a la ferme conviction qu’on a usé de violence contre son fils pour le marier »; note derrière « on », Démiphon voit évidemment Phormion qu’il accuse d’avoir eu l’audace de contraindre son fils à se marier.
    361 ueteratorie à traduire par « en vieux briscard ».
    A 2 me paraît un résumé succint et maladroit de B
    Correction à corriger il montre que jusque là il s’est emporté et a été hostile à son fils. La scholie me paraît porter sur une critique de Démiphon et non d’Antiphon, mais il faut alors supposer un changement de sujet entre cette proposition et la suivante qui paraît porter sur le fils. Toute cela est bien confus d’ailleurs.
    Possit non pas  » ne pouvait » mais « ne peut ». Ils ‘agit évidemment de Démiphon.
    362 3 le connaître] Le sens de la scholie n’est pas clair. Donat veut-il que l’on comprenne « il le connaissait moins », c’est-à-dire un peu, mais pas autant que Démiphon.
    362 6 changer trop grand en trop vieux et note : cette scholie bien qu’émanant de la même tradition que le reste du commentaire de ce vers paraît contredire complètement la scholie 4 qui donnait à grandior un sens d’atténuation « assez vieux ».
    363 AB, ici A est évidemment une version abrégée de B.
    Pauvreté ] le scholiaste B analyse ici le mécanisme du pathétique de l’argumentalis narratio qui est faite non pour éclairer sur l’affaire elle-même, puisqu’il s’agit d’une digression sur le père de la jeune fille, mais pour impressionner favorablement l’auditoire en le touchant. C’est ce que résume très clairement 365 A 1, mais on notera que B n’est pas aussi explicite.
    Refaire la note 577 et la traduction « et de manière à être plus crédible » : la note est : ce qui apporte « plus de crédibilité », c’est qu’alors qu’il donne dans le pathétique, Phormion est assez rusé pour ne pas en ajouter : ce vieillard modèle de toutes les vertus ne se plaint pas de son parent, il se contente de raconter objectivement ses malheurs. De ce fait il devient irrésistiblement sympathique.
    367 AB : ici encore A résume clairement B, mais on voit dans A 2+3 une succession de scholies assez peu cohérentes pour témoigner d’une compilation que le commentateur n’a pas complètement lissée.
    368 AB dans un contexte très compliqué où les interprétations se multiplient de façon contradictoire comme le montre B, A met un peu d’ordre et sélectionne une interprétation didascalique à la fois simple et assez petinente. B paraît au contraire fournir dans le plus grand désordre un catalogue d’explications entre lesquelles le commentateur ne tranche pas.
    clairement dit] indication didascalique : Géta doit dire cela de manière à être entendu de Phormion avec qui tout est organisé et qui s’en moque, mais surtout de Démiphon qui croira ainsi que Géta est de son côté en voyant comment son esclave le défend.
    B 2 vérité] si tel est le cas, Géta est stupide et compromet la réussite du plan de Phormion. Cette scholie paraît donc à la limite du contresens.
    370 AB ici les deux scholies se complètent parfaitement. TF ob hanc n’est pas traduit : « pour cette fille »
    Noter le problème textuel sur « non ».
    371 AB les deux traditions se complètent, mais A fait de la lexico alors que B fait de la syntaxe.
    Fraudo] citation en contexte, qu’il faut allonger un peu pour comprendre l’apodose. :
    me puer Ascanius capitisque iniuria cari, / quem regno Hesperiae fraudo et fatalibus aruis. Mais ce n’est certainement pas cette apodose peu marquée qui itnéresse Donat. Ce qui lui plaît ici c’est le jeu sur les contextes. Phanium est comparée à Ascagne ce qui évidemment ajoute du pathétique à la sitaution et aide le commentateur à faire sentir ce qu’il trouve de pathétique au discours inventé par Phormion.
    Anciens] parce qu’à l’époque de Donat l’adverbe illiberaliter a pris un sens très atténué « de façon mesquine ».
    Important ] Donat commente ici sa citation des Adelphes et non le texte du Phormion où il n’y a pas d’auxèsis.
    372 AB les deux scholies 2 montrent que A a abrégé B (référence de Probus), mais la scholie A1 peut provenir soit d’un passage que le compilateur de B n’a pas retenu soit d’une autre source.
    Parenthèse ] il y a parenthèse parce que la réplique de Géta ne porte pas sur l’affaire et ne répond donc pas strictement à Phormion.
    Térence] la manière dont la scholie est rédigée laisse supposer que le compilateur soit a déjà trouvé dans sa source la référence à probus soit l’a mentionnée lui-même. En tout cas cela prouve que cette scholie ne peut être de Probus lui-même.
    373 AB pour B3 même source que A, mais B ici abrège, à moins que ce ne soit A qui abrège B mais développe un peu la seule scholie qu’il retient.
    Lucilius ]passage déjà cité en And. 183, 2 pour commenter carnifex.
    Inaudible] le compilateur donne ici une précieuse indication sur l’usage graphique dans son exemplaire. Au lieu d’écrire « ain » qui se rencontre également, l’éditeur de son exemplaire a graphié ai’n pour montrer qu’il y a là une forme contractée. Peut-être le fait que A n’en dise rien peut-il indiquer que l’exemplaire consulté par A ne porte pas ce signe.
    374 AB deux scholies identiques bien que formulées différemment.
    Affaire ] c’est un extorqueur parce qu’il a voulu récupérer les biens de la jeune fille à son profit (au moins le fait-il croire!), c’est un falsificateur de lois, parce qu’il a essayé de forcer Antiphon à épouser Phanium en jouant sur la loi de l’épiclérat.
    Corriger TF assez mauvais ici.
    375 AB A reprend B 2 et élimine le reste.
    B1 public] étonnante analyse qui peut reposer sur une anecdote remontant à l’époque de la création de la pièce ou à une représentation réelle. Le public, dont on sait que lors des comédies il est fort agité, voyant Géta agonir d’injures le personnage antipathique de Phormion aurait pu avoir la tentation d’y aller de son propre couplet. Pour peu que Phormion eut trouvé des défenseurs le spectacle pouvait rapidement se transporter sur les bancs du public.
    B3 traduire « attention loyale » par « acte de loyauté »
    376 TF repasser injures dans ce vers note Donat commente ici évidemment seque dignas. Pour TF il faudrait traduire : il t’a chargé d’injures que tu ne mérites pas mais qu’il mérite lui. / Aujourd’hui il n’a pas arrêté.
    377 AB A paraît une reformulation assez libre de B.
    Horace ] citation en contexte, puisqu’il s’agit de donner à Ulysse une leçon de parasitisme. Donat creuse ainsi la psychologie de Démiphon qui sent que son esclave en fait trop pour être vraiment sincère.
    378 Virgile ] Citation utilisée en contexte : le sage roi Latinus reprend Turnus qui vient de proposer d’affronter seul Enée. Comparer Phormion à Turnus introduit évidemment une sorte d’acharnement antipathique dans le personnage comique et comparer Démiphon à latinus évite le ridicule au vieillard.
    379 vieillard ] les deux scholies 2-3 portent en réalité sur l’emploi de mihi, considéré par Donat comme ouvertement emphatique et posant le vieillard comme une personne à laquelle on doit le respect. La première citation virgilienne identifie ici Démiphon à Priam et Phormion au parjure Sinon. Quant à celle des Bucoliques, elle s’explique moins bien si l’on tient compte du fait que Ménalque qui pose la question est plus jeune que Damète, mais prend tout son sens si l’on considère que, dans la tradition interprétative du texte dans l’Antiquité, Ménalque est identifié à Virgile. Il n’est pas impossible que Donat s’autocite ici commentant ce passage.
    Traduire damoetas par damète.
    380 consistants ] ce commentaire se trouve déjà en And. 353, 3 par exemple.
    382 AB se complètent parfaitement.
    Tibi] citation virgilienne en contexte : Turnus reproche violemment à Drancès de l’encourager à la lâcheté en conseillant la diplomatie plus que la guerre. Encore une fois Phormion le querelleur est rapproché du Rutule.
    384 bouffon] On peut comprendre soit que le commentaire porte sur l’ensemble du vers et qu’il s’agit d’une expression devenue une sorte de proverbe, soit qu’il ne porte que sur « eho » qui est une marque de parler populaire. La première hypothèse est plus probable, bien que l’on ne possède aucune autre attestation de cette expression.
    388 mire : je me demande s’il ne faut pas traduire par « paradoxal ».
    390 AB se complètent parfaitement.
    Épitrochasme] la définition donnée par Donat est plus large et moins claire que la définition généralement admise (voir sujet); en revanche l’éthos de la figure est très clairement établi par les deux références: le passage de Cicéron relie clairement la figure à l’invective (ici contre Catilina), tandis que celui de Virgile reprend un exemple déjà utilisé plus haut, l’apostrophe extrêmement violente de Turnus à Drancès et associe la figure à la véhémence.
    Syllepse] la figure est loin d’être aussi clairement établie que paraît le dire le scholiaste, car la répétition du nom propre à deux cas différents s’y oppose. Il y aurait effectivement syllepse si l’on reliait directement Stilpho à noras, ce qui n’est pas le cas.
    393 AB se complètent
    Crédible] parce que nous savons, comme les autres assistants que Démiphon aime beaucoup l’argent.
    Était] le temps de ce verbe est intéressant pour dater cette scholie. En effet, le commentateur paraît faire référence à un état de fait passé, ce qui ne peut convenir s’il écrit au IVe siècle où la pratique est bien celle des héritages pécuniaires. Faut-il voir ici la trace d’une rédaction tardive, voire médiévale ?
    396 B complète A
    Corriger TF en fonction de la scholie A 1 : « comme tu dis ».
    Aucun poids] analyse très subtile du mécanisme par lequel Térence construit l’affrontement des personnages. En refusant de répondre aux insultes de Phormion, Démiphon marque en réalité des points, d’abord parce qu’il se montre modéré, mais aussi et surtout, parce qu’en refusant de s’énerver et en restant dans l’affaire, il met Phormion en danger. Celui-ci va devoir en effet lui répondre et donc inventer de nouveaux mensonges qui pourront permettre à Démiphon de le confondre. On voit bien ici comment la référence à la rhétorique judiciaire est utilisée par le scholiaste comme un moyen de montrer l’efficace de la parole théâtrale.
    Concession ] il n’y a pas vraiment « concession », dans la mesure où Démiphon ne reconnaît pas que Phanium est sa parente, mais cela revient au même pour la stratégie argumentative, puisque le vieillard impose ainsi à Phormion une explication qu’il est bien en peine de donner. Ainsi, comme la concession, cette remarque oblige l’adversaire à changer sa propre stratégie.
    398 vaincre] on voit mal le sens de la remarque, puisque Géta n’a aucun intérêt à ce que Phormion soit vaincu par Démiphon car cela mettrait son maître dans une situation impossible. Peut-être faut-il comprendre que Géta veut pousser son maître à plus de combattivité ?
    interposé] Donat indique ainsi une portée métathéâtrale de la remarque. On sait que Térence à la différence de Plaute ne brise jamais l’illusion théâtrale, toutefois ici Géta peut jouer le rôle du public.
    402 ajouter à la note 588 : ce commentaire est sans doute un peu forcé, car cette réplique paraît presque être une remarque du vieillard pour lui-même.
    405 liberté] Phormion peut se livrer sans souci à cette attaque contre la tyrannie de Démiphon puisqu’on sait qu’on ne peut rejuger une affaire déjà jugée. Phormion est donc tranquille. Quelle que soit l’autorité de Démiphon il ne pourra obtenir de second procès pour une chose jugée.
    408 compléter la note 589 : Donat organise de manière très pédagogique ses exemples : le premier illustre l’absence de zeugme puisque quam est répété, le second le zeugme de la première catégorie ou propter quam n’est pas répété induisant ainsi la figure. Le troisième exemple montre une forme semblable à la première avec répétition de la conjonction, mais l’ordre des mots y est bouleversé ut neque, neque ut, ce qui peut rendre la perception de la figure plus délicate.

    409 refaire TF je veux bien faire comme si elle était ma parente et comme le veut la loi / lui donner une dot…
    Alium] à défaut de l’épouser lui-même, Antiphon pouvait la doter et l’envoyer se chercher un autre mari. On notera que la loi citée par Térence est assez élastique dans sa formulation puisque dans sa première occurrence il n’est pas précisé que le parent puisse doter l’épiclère.
    411 règle] toujours conformément à l’autorité de la chose jugée, si le juge a condamné Antiphon à épouser l’épiclère, on ne peut revenir sur cette décision.
    413 AB se complètent
    force ] sur la force de l’interrogation comme vecteur de véhémence, voir ailleurs par exemple 275, 1; 329, 1.
    Injurieux ] une differentia un peu différente est donnée en And. 5.
    Volonté ] je ne comprends pas le sens du commentaire.
    415 courtisane, voir commentaire de Donat ad loc.
    volonté] l’idée de volonté est incluse dans la finale introduite par ut ne.
    419 proverbe] allusion à la valeur indéterminée de la troisième personne du pluriel avec un verbum dicendi.
    proférée] même commentaire par exemple en Eun. 54; Pho. 208.
    420 AB se complètent mais on notera un redondance assez étrange dans la scholie A comme si le compilateur avait laissé subsister deux scholies identiques.
    Ineptis] noter la différence entre le texte commenté et le texte du lemme.
    Ineptia] comprendre  » la même racine qu’ineptia », les latins n’ayant pas de moyen linguistique ou typographique d’isoler une racine dans un mot.
    Abluero ] Démiphon est ici comparé à Enée qui, au moment de fuir Troie, montre toute sa piété. Encore une fois le rapprochement valorise Démiphon.
    422 AB se complètent
    424 conclusive] sans doute en raison de la forme d’infinitif futur putato, qui relève en dehors de la comédie des textes législatifs. Démiphon en tant que pater familias fixe l’arrêt qui règlera la conduite de la famille.
    425 tali] Donat semble accorder ici une valeur péjorative à hac, ce qui demeure assez douteux.
    426 traduction : « feceris : il veut que le vieillard s’en aille plutôt qu’il ne chasse son fils ».
    Avec Antiphon] je vois mal en quoi cette réplique précise cela, mais les deux compilateurs ont l’air former, merci de m’aider à trouver une explication!
    428 instanter] noter que les deux équivalents que donne le compilateur ne sont absolument pas équivalents et modifient nettement le sens du vers suivant que l’on choisit l’un ou l’autre.
    433 tuam] Phormion insiste ici avec une sorte de pathétique sur le besoin qu’aura rapidement Démiphon de quelqu’un pour s’occuper de lui.
    440 AB se complètent.

  3. Voici mes remarques sur la fin de l’acte 2, l’acte 3 et l’acte 4 scène 1 et 2 :
    441 délibération] pour une fois Donat n’introduit pas de modalisateur , sans doute parce qu’il s’agit bien de la délibération (ici bouffonne) qui suit la présentation des arguments des deux parties.
    447 uis] c’est-à-dire comme nous éditons et non comme il est aussi possible de comprendre Ego cratinum censeo « moi je suis d’avis que cratinus ». Corriger TF en « Moi? Cratinus, à mon avis,… »
    449 revoir la traduction d’apò : « en se fondant sur l’argument » et note : il s’agit d’un remarque de topique, pour qu’un conseil soit agréé il faut 1- que le donneur de conseil soit jugé digne d’estime, 2- que le conseil montre de la bienveillance envers celui à qui il s’adresse.
    453 refaire la note 594 : S’il critiquait Cratinus, Hégion se mettrait en situation de dévaloriser son conseil, car il se montrerait guidé peut-être par l’inimité personnelle contre Cratinus. En se contentant de critiquer son avis, il ne s’expose à aucun soupçon d’inimitié personnelle. Térence et surtout son commentateur s’amusent fort de cette parodie de procès.
    456 à part] dire qu’une chose impossible est utile est absurde. Il n’y a donc que le possible (on ne peut pas revenir sur l’autorité de la chose jugée) et le juste (tenter une telle manœuvre serait indigne).
    459 rien] en proposant de repousser le jugement, Criton ne dit en effet rien qui puisse éclairer Démiphon.
    464 bellaturi] peut-être allusion contextualisée de façon amusante par le commentateur, mais en l’absence du contexte sallustéen, il impossible de le prouver.

    3, 1 :
    467 Indicatif] de dedisse à credidisti.
    Déponent] le sens est à peu près équivalent, mais potiretur est sans doute plus expressif, ce qui explique qu’il ait été choisi par les éditeurs modernes. Métriquement les deux variantes sont indifférentes.
    477 confutatio] généralement les modernes tiennent ces termes pour synonymes, ce qui n’est pas le cas de Donat qui distingue entre ce qui porte sur des arguments refutatio, comme l’indique le mot qui signifie « réfuter », et ce qui en est la conséquence sur la partie adverse qui se trouve ainsi confondue (confutatio). Au départ ces deux termes ne semblent pas appartenir à la même tradition oratoire puisque confutatio ne se rencontre que dans la rhétorique à Herénnius et jamais chez Cicéron qui dit refutatio comme Quintilien. Mar. Vict. Cic. Rhet. 1, 8, 179 montre bien que le mot confutatio en est venu à son époque qui est aussi celle de Donat à désigner la partie du discours traditionnellement nommée refutatio. Mais les exemples tardifs montrent également que ce terme s’emploi effectivement plutôt pour des personnes que pour des arguments.
    478 personnage] sans doute s’agit-il de Géta qui à la différence d’autres esclaves de comédie n’est pas enclin à se vanter de ses succès, ce que confirme la scholie suivante.
    484 assiduité] Géta pense évidemment aux exercices physiques que Phédria se donne grâce aux bons offices du leno qui lui permettent de voir sa bien-aimée.

    3, 2 :
    485 Dorio] la plupart des éditeurs font consister le vers 485 en ce seul mot, faut-il alors en tenir compte et corriger l’agencement de Wessner?
    réclamation] Donat poursuit dans la logique judiciaire qui a été la sienne jusqu’ici. Si la réclamation peut entraîner une délibérative, c’est parce qu’elle suppose que la personne à qui on la fait va devoir examiner le bien-fondé de la requête.
    Seulement] c’est-à-dire qu’il ne faut pas y voir une conjonction de subordination.

    491 gros souci récurrent de décalage TL TF à corriger jusqu’en 502.
    Ajouter à la note 599 : l’aposiopèse est sur nequid qui laisse présager le pire, et l’euphémisme sur suo suat capiti qui atténue la menace.
    493 honnête] parce qu’il est honorable d’être traité par quelqu’un à l’égal d’un parent légitime.
    494 bien] sans doute à la fois drôle (parce que Phédria veut tellement être cru qu’il en rajoute de manière infantile) et supposé efficace pour convaincre le leno.
    496 aposiopèse] la phrase en effet ne se termine pas parce que Dorion coupe Phédria.
    506 proverbe ] vérifier dans les Sprichtwörter. Il demeure ici un doute sur le texte grec Peut-il être une citation de la pièce modèle?
    521 homéotéleute ] l’homéotéleute est considérée par les auteurs soigneux (Horace) comme indigne de la poésie raffinée, parce que trop peu subtile. Donat souligne ici que ce qui est déconseillé de son temps plaisait autrefois.
    525, 1 interrogatif] ce qui implique que ne est une particule interrogative et non un adverbe d’affirmation.
    Par l’entremetteur] Donat semble indiquer qu’il y a ambiguité sur haec pour savoir si cela désigne « haec dies » ou bien « la fille » elle-même. Effectivement le pronom peut être ambigu.
    525, 5 plus haut] on voit mal où dans la pièce sinon dans la réplique qu’il vient de prononcer.

    3,3 :
    534 : il y a agencement en effet, parce que l’intrigue va désormais rebondir sur la question du rachat de la courtisane, qui va motiver le transfert d’argent qui va suivre.
    537, 1 prononcé] Donat veut il dire qu’on prononce adiuerit ou que le second u est une consonne? Je penche pour la seconde explication qui est cependant étrange pour des latinophones. Faut-il y voir un indice de rédaction très tardive?
    537, 2 cosmiter ] la note 159 doit être ramenée là.
    547 bien dit] parce que le mot preces ne s’emploie d’ordinaire qu’au pluriel en langue « classique » (sauf chez les comiques et dans la vieille langue), Donat fait remarquer que cet emploi singulier n’est pas un solécisme, mais un archaïsme d’ailleurs élégant. Lactance, le Cicéron chrétien, écrit Inst. 5, 19, 32 : quis hic malae menti aut malae preci locus est ? Le singulier est d’ailleurs très bien attesté en langue tardive chrétienne, mais Donat s’en tient strictement à l’usage classique apparemment. Le mot se trouve en And. 601 et n’appelle aucun commentaire.
    552 temptare] Donat a utilisé ce mot assez rare en Eun. 116 pour une forme particulière de l’insinuatio qu’il appelle basis.
    558 amoureux] évidemment, vu avec les yeux de l’amour, demander 30 mines, ce n’est rien pour une beauté qui n’a pas de prix. Cela fait quand même 6000 drachmes soit, pour ce que pouvait connaître le public de Térence du cours contemporain de la drachme, quelque chose comme près de 17 kilos d’argent.

    4, 1 :
    578 alicui ] Donat veut faire comprendre qu’il faut ici entendre non pas supporter une condition, mais bel et bien le sens précis de cette expression « chercher un parti pour quelqu’un ». Dicimus est sans doute assez exagéré car l’expression n’est guère usitée hors de la langue comique.
    590 abluero] sur la portée de cette citation, voir ci-dessus Pho. 420.

    4,2
    592 élégante] sans doute à mettre en rapport avec l’emploi d’homo en comédie souvent noté par Donat : « je n’ai jamais vu type plus fin que ce Phormion. Je vais voir ce type… »
    605 TF traduire hospitem par « le pèlerin » ou quelque chose de ce genre.
    Salluste] référence très amusante et choisie à dessein. Salluste s’en prend à ceux qui dédaignant les grandes entreprises se contentent d’une vie qu’ils subissent. Ici le rapprochement laisse penser que Géta trompera si bien l’hospitem qu’il subira toute l’intrigue sans rien pouvoir faire pour s’en sortir.

  4. voici la fin de l’acte 4. Attention il y a une remarque textuelle importante au vers 709.

    4,3
    610 Apocope ] Donat considère que la forme pleine du mot est uoluptas ou facultas. La même idée se trouve chez Diomède GLK 1, 452. Facul se trouve chez Ennius, Afranius, Lucilius, et Pacuvius.
    611 complura] cette opposition entre pluria et plura est un lieu commun de grammairien puisqu’Aulu-Gelle lui consacre tout un chapitre 5, 21 avec de nombreux exemples tirés des anciens auteurs. Pour Charisius l’emploi térentien paraît quasiment unique (cf. 75 et 159) et il l’attribue aux Adelphes par erreur sans doute.
    614 moment] c’est donc un adverbe de temps et non un adjectif.
    635 bon exemple de scholie extrêmement désordonnée et confuse qui montre combien le commentaire a souffert dans cette partie de sa transmission.
    639 altercari ] ce sens a déjà été évoqué en And. 410, 3-4 avec cette référence.
    647 grecque] on remarquera que le compilateur qui jusqu’ici citait directement le grec d’Apollodore passe ici par une traduction. Sans doute n’a-t-il pas la pièce, ou s’adresse-t-il à des lecteurs qui n’entendent pas le grec.
    654 parenthèse] on pourrait s’attendre à ce que l’énoncé parenthétique soit ut aperte tibi nunc famuler, mais en réalité Donat vise bel et bien les deux vers 654-655. En effet le raisonnement qui commence à et etiam nunc reprend celui qui s’achevait à ad ditem dari en précisant que bien que ce soit réduire la fille en esclavage si c’est là la volonté de Démiphon, il agira en conséquence.
    661 grec] ici il ne fait aucun doute que le compilateur cite la pièce modèle et remarque que térence a adapté le proverbe qui s’y trouvait. Cela ne rend que plus étonnante l’absence du grec en 647, preuve sans doute d’un désordre important dans la transmission du texte puisqu’en 668 de nouveau le compilateur cite Apollodore.
    678 compléter la note 629 : le commentateur s’amuse de ce contexte où Ménalque (Virgile dans la tradition interprétative) qui a été dépossédé de son domaine envoie bien contre son gré un cadeau au nouveau maître.
    679 comique] on peut se demander ce qui est propre à la comédie ici, que ce soit une affaire d’argent qui résolve le nœud, ou qu’il parle de cet argent en indiquant des réalités triviales pour expliquer sa provenance.
    680 épexégèse] parce que la provenance de cet argent est étrangère à l’intrigue. Mais le commentateur vient de dire le contraire en soulignant que savoir d’où venait cet argent préparait l’ultime crise. Sans doute faut-il distinguer entre le niveau immédiat du discours et celui de l’oikonomia de l’ensemble de la pièce.
    681 fructum ] car fructus étant masculin, Térence aurait écrit eum.

    4, 4
    682 il faut sans doute changer la traduction TF de « soutirer » qui ne rend pas la plaisanterie relevée par le commentateur.
    696] vérifier Sprichtwörter. Erasme dans ses adages commente ainsi : IN nervum ire, Donatus, aut quisquis is fuit interpres Phormionis Terentianae, demonstrat esse proverbium, pro eo, quod est, decipere. Sumpta a sagitratiis metaphora, quibus illud evenit interdum, ut, dum nimium tendunt arcum, rumpant, aut sibi nervum aliquem fatigent, ut confine sit illi, de quo dictum est alias, u)porr(h/comen to/ kalw/dion, pa/nu teino/menon. Dictum est autem, In nervum ibit, pro eo, quia est, in vincula ibit. Antiquitus enim, qui solvendo non essent, vincti tradebantur creditoribus, donec opera compensarent cred tam summam. Veretur enim adolescens amans, ubi eum in locum traheretur Phormio, ut aut puellam domum ducere cogeretur ex pacto, aut certe pecuniam acceptam renumerare: ni faciat, vinciendus, et, iuxta leges, corpote luiturus, quod aere non posset. Sibi magis consulturum illum, ut vel prodat omne commentum, vel vere mulierem abducat. Porro, Conicere in nervum, et Eximere e nervo, pro eo, quod est, ob aes alienum vinctos abducere. Sed verba Terentii subscribemus: At enim non ducet, novi. Ceterum, cum argentum repetent, nostra causa scilicet in nervum potius ibit.
    698 honorable] parce que le mot est une forme de litote « tu le mets de côté ». Changer éventuellement TF.
    709 note 638 il faut lire évidemment recrescere qui a trompé un copiste parce que le verbe est rare.
    716 libido] parce que le mot libido porte en lui une connotation de désir incontrôlé qui domine le sujet, alors que la volonté marque au contraire un sujet pleinement responsable de ce qu’il entreprend.
    717 évidemment] il n’y a rien de moins évident que cette proposition du compilateur, car nos est clairement déjà le complément d’objet direct de eiciat et on ne voit absolument pas comment construire ici mulierem. Quant à croire que Chrémès s’identifie à la femme c’est assez acrobatique, la seconde interprétation étant bien préférable.

  5. Bonjour,

    voici mes propositions d’annotation. Elles sont peu nombreuses mais peu de passages de ces actes se prêtent à des remarques étymologiques et autres.

    351. 4. Par rapport à la note de Fanny: il ne s’agit pas de pro préposition mais de pro interjection, qui se construit avec le vocatif (exemples chez Térence lui-même, dans les Adelphes au v.196, ou chez Cicéron « pro dii immortales »); on trouve également « pro deum hominumque fidem » chez Cicéron (Verr, 4, 7). Fidem est donc bien la forme attendue du mot dans cette expression.
    Il faudrait peut-être une note sur la distinction des deux prō (tous deux avec ō) avec un renvoi aux Adelphes.

    380 La distinction que fait Donat entre « aio » et « dico » s’explique peut-être par les emplois d’ « aio » pour rapporter des paroles, des rumeurs, ou pour introduire des citations ainsi que les propos qu’on prête à quelqu’un.

    382 A Cette remarque étymologique de Donat s’explique peut-être par la grande rareté du terme (trois emplois chez Cicéron pour ce qui est de la langue classique).

    420. B 2 Il y a discordance entre le lemme et le commentaire de Donat: le lemme est « ineptis », Donat commente « ineptus ». Ce commentaire étymologique est faux, qu’il s’agisse de l’étymologie d’ineptus ou d’ineptio, puisque Donat « inverse » la relation entre les termes: c’est ineptus qui donne ineptia et ineptio. De même, sapio ne vient pas de sapientia, c’est sapientia qui est formé sur sapio.

    428 A Le premier commentaire « sine dolo » est peut-être une explication étymologique de sedulo, dont le premier membre est la particule archaïque « sed- », « se-), qui marque la séparation, l’éloignement ou la privation. «Sine dolo » est le sens littéral de « sedulo ».

    500 Cf Servius Aen. 5, 310: ‘phaleris’ equorum ornamentis; sermo graecus est. Isidore de Séville relève également l’origine grecque du mot. Il est curieux que Donat, qui aime à signaler ce qui est d’origine grecque dans l’oeuvre de Térence, ne commente pas l’origine de ce mot.

    610 Cf «  nouissima per apocopen, id est |abscisionem, ut uolup pro uoluptate, et ut si accusatiuo sine m littera |domu dixeris » (Diomedis ars: GL 1, 452, 27)
    Volup provient effectivement d’une apocope, mais de uolupe, neutre de *uolupis, qui n’est plus attesté que chez les comiques dans l’expression figée uolup(e) est « il m’est agréable ». Le DGL d’Ernoult-Meillet fait de uoluptās un dérivé de uolup, suivant le raisonnement inverse de Donat et de Diomède. La forme uolup est surtout employée par Ennius, Plaute et Térence, alors que uolupe est employé par les grammairiens ou par les auteurs de l’Antiquité tardive qui l’emploient per se ou qui la commentent.
    Quant à facul, il ne s’agit pas d’une apocope de facultās mais d’un archaïsme pour facile, et il n’est pas comme employé comme nom mais comme adverbe. Il est cependant très peu employé: on n’en relève que cinq exemples dans le CLCLT, chez Pacuvius, Accius, Afranius et Lucilius ainsi que chez Festus lui-même (pas dans l’abrégé de Paul Diacre).
    611 Sur ce lemme, cf un article de Ana Isabel Magallón García, El Comentario a Terencio de Donato: la lengua de Terencio y los veteres, Revista de Estudios Latinos (RELat) 2, 2002, p 17-32.

    668 C’est à bon droit que Donat utilise l’expression usitatum est (il est d’usage que) puisque l’emploi de sexcenta pour indiquer une grande quantité non dénombrée est attesté à toutes les époques de la latinité.

    708. 2 et 3 L’hypothèse retenue actuellement pour expliquer l’origine de « hariolus » est un rapprochement avec haruspex, dont l’étymologie est peu claire. « Hariolus » serait un dérivé en -lo- du premier membre de « haruspex ».
    709. 3 Cf Varron « Aries, ut quidam dicebant ἀρήν veteres, nostri aruiga, hinc aruignus. Haec sunt quarum in sacruficiis exta in olla, non in ueru cocuntur, quas et Accius scribit et in pontificiis libris uidemus. In hostiis eam dicunt aruigam, quae cornua habeat; quoniam is, cui oui mari testiculi dempti, et cornibus caret; ideo ui natura uersa, ueruex declinatum. » (Aries (bélier), comme disaient les anciens, ἀρήν, auquel correspond notre mot aruiga, d’où aruignus. Ce sont les victimes dont les entrailles sont cuites, lors des sacrifices, dans une marmite et non sur une broche, ce qu’Accius mentionne et que nous voyons dans les livres des pontifes. ) Ce passage est cependant assez obscurs dans les manuscrits qui donnent également ariuga à la place de aruiga, et ariugas, aruigas ou ariugus au lieu de ariugus. Ces hésitations sur les termes exacts ne facilitent pas les explications étymologiques.
    Le DLL écarte l’étymologie de Donat ainsi que celle de Varron.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.