Séminaire du 26 février

Le prochain séminaire HyperDonat aura lieu le vendredi 26 février à l’endroit habituel, CEROR 18 rue Chevreul 69007 Lyon. Il aura lieu un vendredi (c’est une première et un essai) de 14 heures à 17 heures.

Au programme, retour sur des éléments d’ecdotique dans les actes 3 et 4 de Phormion et examen de l’acte 5, de la préface et du prologue.

Après ce toilettage complet du Phormion nous seront prêts pour la mise en ligne d’une version stabilisée (on n’ose pas dire définitive). Comme vous l’avez vu, les versions qui se succèdent ont chacune encore des imperfections. Nous veillons à les éliminer tout en enrichissant l’annotation critique et le commentaire.

Ensuite, il nous restera à toiletter de même l’Eunuque et l’Andrienne tout en préparant les Adelphes pour la mise en ligne…


2 réflexions au sujet de « Séminaire du 26 février »

  1. Voici mes annotations lexicographiques et sémantiques.
    Il en restera une à terminer sur la question de l’étymologie du nom Phormio, que j’aimerais annoter, si c’est nécessaire. J’espère la finir le plus vite possible.
    Pour les lemmes 886 et 947, ce sont des questions qui aboutiront très vite à des notes définitives mais j’aimerais avoir d’autres avis avant de rédiger la note finale.

    Acte V

    746. 2. Sur futilis, cf Festus 71, 12 « Futiles dicuntur, qui silere tacenda nequeunt, sed ea effundunt. Sic et uasa futtilia a fundendo uocata. » (On appelle futiles ceux qui ne peuvent taire ce qui doit être passé sous silence mais qui les répandent. Ainsi les vases sont appelés futiles à partir du mot fundere.). Cf aussi Isidore (Or. 10, 110) « Futilis, vanus, superfluus, loquax, et est metaphora a vasis fictilibus, quae quassa et rimosa non tenent quae injeceris. » qui reprend l’idée de métaphore à partir du nom d’un vase.

    790 On trouve aussi la relation entre statim et aequaliter chez Nonius (393, 7): « statim producta prima syllaba, a stando, perserueranter et aequaliter significat ».

    841 La généralisation effectuée par Donat sur l’emploi de Fors Fortuna semble abusive. On trouve en effet une trentaine d’attestations de la formule dans la littérature latine, la plupart chez Plaute et Térence.

    856 Ne peut-on pas voir dans cette glose de « delibutus » en « unctus » et dans le commentaire sur le corps et l’âme une influence chrétienne, notamment de l’expression « delibutus unctione », pour parler de l’onction du baptême, même si le participe « delibutus » est attesté très tôt au sens de « oindre »?

    886 Je ne fais pas la même interprétation que Sarah de ce lemme. En effet, « adimere curam » n’est attesté qu’une seule fois jusqu’aux débuts de la littérature chrétienne de langue latine, précisément dans le passage que commente Donat. Mais je ne comprends pas davantage ce que Donat veut dire, donc je ne sais pas trop comment tourner la note.

    914 Il s’agit d’autant plus d’une noua locutio que cela semble être la seule attestation littéraire d’une construction de « incusare » avec « coram me ».

    942 L’expression « nullus sum » est exclusivement comique: on n’en trouve des attestations en ce sens que chez Plaute et Térence. Cf notamment Plaute (Le Marchand) v 468: « Nullus sum; occidi » (je suis perdu, je suis mort), où Plaute explicite le sens de cette expression.

    947 C’est peut-être moi qui dit une grosse bêtise, mais il me semble que la construction « condono + acc. » est plus attestée que ce que dit Donat chez les poètes comiques (Plaute, Térence) et est attestée également à l’âge classique.

    984 Donat aurait pu préciser « dans la comédie », car l’expression n’est attestée que trois fois en latin, en comptant ce passage du Phormion et la citation de Plaute.

    Prologue

    I, 11 Si la remarque de Donat sur l’étymologie grecque de πρόλογος est justifiée pour expliquer la fonction du prologue dans la comédie, grecque ou latine, elle se justifie moins au regard de l’étymologie latine, et notamment de la quantité de prō- dans prōlogus.

    Préface

    2.Donat ne peut pas se référer à la tradition littéraire puisque seuls Térence (dans le vers commenté ici) et Accius emploient transdere. Peut-être inclut-il dans son raisonnement transducere / traducere, doublet dans lequel transducere est plus attesté que tradere.

    6. 4 De fait, adulescentulus n’est pas attesté dans les tragédies latines qui sont parvenues jusqu’à nous.

    11. minus multo n’est pas inédit, puisqu’on le trouve chez Plaute (Bacch. v 672) mais il n’en demeure pas moins extrêmement rare en latin (cinq attestations, chez Plaute, Térence, Cicéron, Jean Cassien et Cassiodore).

  2. Voici mes annotations grammaticales. À vendredi !

    Acte V

    Scène 1

    744 : Ne faut-il pas plutôt traduire praetulit par « mettre d’abord », et en ce cas la scolie signifierait que concludo, parce qu’il porte le sème de fera, annonce saeua, métaphoriquement associé à uxor ?

    758.1 : Donat commente ici l’utilisation d’une P2 sg. à valeur généralisante, et dit qu’elle peut commuter avec l’indéfini quis + P3.
    758.2 : Certes, il n’existe pas de « participe parfait actif » en latin, d’où la tournure en cum + subj plus-que-parfait proposée par Donat. Mais il faut tout de même noter ici que Donat semble donner au participe présent une valeur temporelle forte ; or ce participe n’est-il pas plutôt caractérisé par un aspect de simultanéité avec le verbe principal ? A-t-on ici un exemple d’une langue latine plus comprise au IVe, du moins par les élèves de Donat ?

    Scène 2

    Scène 3

    790 : Après avoir procédé par synonymie pour définir l’adverbe statim, Donat procède par étymologie. Il s’agit sans doute ici de faire émerger la notion de racine, inconnue des latins, qui serait commune à status et statim. De fait, ces deux termes appartiennent à la même famille de mots, construite sur la racine i.-e. *steh2-

    Scène 4

    825.2 : La seule chose qui rendrait compréhensible cette scolie de Donat serait que le commentateur n’ait pas l’alternative sin patefit, n’est-ce pas ? Il semble y avoir en plus un problème de texte ….

    Scène 5

    836 : Je m’interroge sur la note. En effet, on a des tournures semblables en 946 (uis iterum subaudiendum est) et en 1049.2 (scilicet amicus iterum subaudiendum), et on ne peut guère lire, me semble-t-il, ces mots sous-entendus ailleurs. Je pense que iterum subaudiendum signifie non pas « il faut sous-entendre à nouveau tel mot », mais « il faut lire à nouveau tel mot, sous-entendu ici ».

    Scène 6

    Scène 7

    Scène 8

    922 : Après la note de realia, on peut peut-être ajouter que Donat, en répétant à l’envi scriptura et rescribo, cherche à faire apparaître que ces deux mots ont le même radical, appartiennent à la même famille, et, dirions-nous, sont construits sur la même racine.

    947 : C’est ici la construction archaïque de condonare + double acc. (te pour la personne gratifiée, argentum pour la gratification) que Donat remarque. Le lemme condonamus te, faisant apparaître l’objet de personne, en atteste, ainsi que la citation de l’Eunuque qui donne condonare au passif avec une accusatif de chose (Cf. ad Eun., 17), pour laquelle Donat avait déjà fait un commentaire de ce type.

    965 : Tournure correcte, mais sans doute étrange aux élèves de Donat.

    981.1 : renvoyer au vers 936.

    Scène 9 :

    1010.1 : Ce commentaire porte sur le datif éthique mihi, dont Donat nous dit que l’ajout est fait eleganter. Plus qu’une marque de raffinement de l’auteur, n’est-ce pas typiquement une marque d’oralité propre à la comédie ?

    1028 : ah bon ??

    1048 : Ce qu’il faut tirer de la scolie de Donat est que le pronom personnel sujet latin est toujours marqué stylistiquement puisqu’il n’est pas nécessaire. Ici, Donat semble proposer pour lui deux valeurs, mais son système n’est pas cohérent  : en 1048.1, il en fait un simple déictique qui remplace le nom, qui n’est pas pas connu, de celui qu’interpelle Nausistrata. En 1048.2, il semble proposer une alternative (an), mais la stratégie des puissants envers ceux qui leur sont inférieurs qu’il met en avant n’est pas portée, dans la phrase, par le pronom tu (qui serait plutôt méprisant), mais par tuum nomen dic etc.. La valeur fondamentale de ce pronom personnel sujet mise en valeur par Donat est une valeur déictique d’apostrophe de quelqu’un dont le nom n’est pas connu, éventuellement pour ensuite l’appeler par son nom et ainsi le flatter.

    Préface

    III 2 (MALEDICTIS DETERRERE) : le COD de deterrere n’est en effet pas exprimé, si ce n’est dans la complétive (il s’agit du sujet de scribat, c’est-à-dire le poeta, qu’aurait repris l’anaphorique eum ; cette construction est celle attendue). Il en va de même dans la citation, où iungam n’a pas de COD grammatical, mais logiquement, on comprend qu’il s’agit de la jeune fille dont il est question dans la relative, et qui est en le sujet. Si on a ici affaire à une rupture de construction (anacoluthe), il n’en va pas de même dans le texte de Térence, où le pronom est juste omis.

    Prologue

    14.1 : (note) n’est-ce pas l’inverse ?
    14.2 : Renvoyer au vers 2.

    15 : Ne faut-il pas traduire mire par « remarquable », et la scolie aurait pour sens que cet haberet est remarquable en ce qu’il rend indubitable qu’il faille médire de Luscius ?

    23.4 : cum + indicatif à valeur temporelle principale, comportant une notion adversative concessive latente, n’est plus compris au IVe, c’est pourquoi Donat éprouve le besoin de remplacer l’indicatif par un subjonctif, marquant d’avantage, pour lui, la notion de concession.

    24.1 : La construction adtendere animum + subordonnée interrogative indirecte étonne Donat. En effet lorsque ce verbe se construit avec une interrogative indirecte, il n’est pas accompagné d’animum, ce qui explique que Donat veuille séparer les deux syntagme et sous-entende un verbe principal pour quid uelim.

    26.2 : Faut-il tirer à ce point le texte pour garder une cohérence avec 26.1 ? Ne faut—il pas maintenir la question ouverte (si… si…) et admettre le pb de texte (surtout qu’il s’agit de la 2ème main, si je comprends bien ?)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.