Annotation linéaire, annotation en épaisseur, quel type de notes pour quel type de texte?

Pourquoi annoter un texte qui est déjà une annotation?

Par sa division du texte en lemmes qui sont autant d’appels de notes, le commentaire de Donat se présente moins comme un texte organique que comme une succession de notes sur les comédies (mais voir les réflexions sur l’organicité du texte de Servius par exemple).
Une représentation simple pourrait être d’ailleurs de faire le choix de représenter l’articulation entre le texte de la comédie et celui du commentaire sous cette forme de notes à la comédie. Ce serait en réalité prendre partie contre l’organicité du texte que contredisent d’autres éléments, la présence d’une préface à chaque comédie, et même, par l’absurde, les éléments de liaison qu’introduit la main 2 (et…).
Un autre élément mérite ici d’être pris en compte, celui de l’allusivité qui, d’ailleurs n’est pas sans lien avec la nature même de notes que revêt souvent le texte. Le commentaire par exemple ne fournit pratiquement jamais de définition des figures qu’il identifie dans le texte de Térence, comme il ne précise parfois absolument pas quel est le rapport entre le texte de Térence et telle ou telle citation que le commentateur introduit par une formule lapidaire du type ut Vergilius… Le caractère elliptique d’un texte qui paraît être une sorte de livre du maître, destiné à des utilisateurs qui connaissent parfaitement les références et les définitions qu’il est donc inutile de leur rappeler, appelle donc une certaine forme d’annotation. Il faut toutefois noter que cette finalité (voir notre journée d’études sur les catabases) n’est pas unanimement acceptée, et que la question du public du commentaire demeure entière.

A quel niveau annoter?

Si l’on admet que l’allusivité du commentaire est problématique -ce qu’il est difficile de nier-, se pose la question de ce qu’il faut annoter pour réduire cette allusivité et rendre le commentaire plus aisément compréhensible. Au départ nous avons imaginé deux modes d’annotation : une annotation dite « notes de lecture », destinée à de simples éléments de compréhension (expliquer une construction ou un jeu étymologique peu clair par exemple) et des notes dites « expert » où se développe une sorte de commentaire du commentaire en miniature (étant bien entendu que le but d’Hyperdonat n’est pas de donner une édition commentée au sens strict).
Cette division en apparence simple ne nous satisfait plus vraiment après l’essai réalisé sur l’Eunuque. Loin de clarifier la question de l’annotation, elle induit des débats sur la place de telle ou telle note qui ouvre finalement sur une forme de subjectivité, voire d’arbitraire selon ce qu’on supposera que le lecteur (par principe « honnête homme », notion largement fluctuante) saura déjà en ouvrant le commentaire.
Il faut donc sans doute repenser cette catégorisation, et recomposer autrement notre système d’annotation. A ce point, la question des possibilités ouvertes par le traitement hypertexte du commentaire peut aider à avancer sur cette réflexion.

Annotation et thésaurus.

Dans la phase de prototype, le commentaire est accompagné d’un index dynamique, mais dont les fonctionnalités se limitent à envoyer du texte à l’entrée d’index correspondante et retour. Cet index est d’ailleurs en retrait sensible par rapport à l’articulation des données que nous avons conçue dans l’outil d’écriture, et qui vise à parvenir à un thésaurus organisé et cohérent où les notions s’organisent sous forme d’arborescences dont on verra d’ailleurs qu’elles ne rendent pas compte de l’articulation des connaissances que fournit le texte lui-même.
Le passage de la notion d’index (en tant que répertoire de notions) à celle de thésaurus (en tant que système organisé de notions) représente en elle-même une entreprise d’annotation, puisqu’elle aboutit à rapprocher des éléments distincts dans le texte, en les réunissant sous la forme d’une arborescence. La question qui se pose alors est celle de l’annotation classique (ce que l’on mettrait en bas de page dans une publication papier) par rapport à cette organisation des notions qu’induit le thésaurus.
Je laisse pour l’instant de côté la question des interférences entre les notions qui caractérise le thésaurus que nous construisons à partir des observations de Donat : certaines notions figurent dans plusieurs arborescences voire peuvent figurer dans la même à différents niveaux. Il faudra en reparler au fur et à mesure de l’avancée des outils d’interrogation du thésaurus.
La principale différence qui ressort de cette pratique est, à mon sens, celle du passage d’une annotation à plat à une annotation en épaisseur dont le thésaurus rend compte. Voici un exemple de ce que donne une tentative de structuration du matériau à partir de la notion de discours (état provisoire en mai 2008 corrigé depuis) :

qui se développe en :

Le travail sur le thésaurus nous a montré que la construction d’une arborescence comme celle des notions liées au discours croisait en réalité trois types de connaissances :

1- les liens entre les notions explicitement opérés par Donat du type : “l’éthopée est une figure de pensée”.
2- les liens entre les notions implicites chez Donat, mais explicites ailleurs dans la tradition artigraphique latine… : “la modération est rattachée à la composition du discours”, mais dans le corpus hermogénien et non explicitement chez Donat.
3-des liens que nous opérons nous-mêmes pour réaliser une arborescence cohérente, par exemple pour organiser les lieux géographiques entre le cadre même qui est celui des pièces -une Attique de convention-, et d’autres lieux évoqués dans les commentaires, mais distincts du lieu de l’action, comme l’île de Rhodes ou la Carie. On aboutit ici à des choix (ou des refus de choix) nécessaires. Par exemple le participe est une partie du discours selon les Anciens et un mode selon les Modernes. Si donc on l’analyse en termes modernes on le rattachera à la notion de mode au même titre que les notions d’indicatif et de subjonctif, mais si on l’analyse selon la représentation des anciens, on le rattachera aux parties du discours, avec le nom, le verbe, la conjonction etc.

Un autre élément important tient à la nature même des notions que nous rattachons au thésaurus, et qui, dans l’outil d’écriture, ne sont pas brutes, mais susceptibles d’enrichissement. La notion d’ellipse par exemple, est pourvue d’une définition antique tirée de Donat, Ars Maior. Le choix que nous avons opéré pour l’instant de privilégier l’annotation définitionnelle de Donat commentateur par Donat grammairien se justifie évidemment par l’implicite usage de sa propre grammaire dans son commentaire, mais est-elle suffisante? Cela implique (assez arbitrairement vu les habitudes des grammairiens et rhéteurs anciens) que Donat use d’une terminologie absolument cohérente dans ses diverses œuvres, et qu’il ne reprend dans son commentaire un mot que dans le sens qu’il a dans sa grammaire, ce qui reste à prouver. D’autre part, choisir une part de la tradition artigraphique contre une autre sous le prétexte qu’elle est la plus conforme aux données observées dans le texte présente un autre risque : celui de prendre pour norme ce qui peut en réalité s’avérer une exception dans la tradition. On arrive ici dans un cas où l’annotation elle-même (ici portée par le choix définitionnel) appelle une annotation complémentaire.
Cette différenciation des niveaux de savoir dans la constitution du thésaurus a, à mon sens, une double répercussion sur la composition même du système d’annotation où s’oppose une forme traditionnelle (type édition papier) caractérisée par une annotation linéaire et ce que suggère cette utilisation du thésaurus, soit une annotation en épaisseur.

Nouvelles hypothèses d’annotation…

A ce stade de notre réflexion, on pourrait envisager de constituer l’annotation selon les principes suivants.
On ne distingue plus selon le niveau (arbitraire) de connaissance prêtée au lecteur, mais selon des catégories plus objectives : notes ecdotiques (lorsque nous intervenons sur le texte), notes de commentaire (portant non sur la matière même du texte, mais sur son contenu).
Dans la seconde catégorie, il faut garder conscience de l’opération exacte que nous accomplissons en annotant (et donc la matérialiser) de façon à faire apparaître clairement les points où nous relayons le discours de Donat et le discours artigraphique antique par des connaissances ou des notions modernes. Evidemment, dans une note papier, la même distinction s’opère par le passage du discours de l’annotateur à la référence, bibliographique en source primaire ou secondaire, mais cette épaisseur de savoir est en réalité lissée par le support même qui n’a qu’un seul plan de lecture. Or l’hypertexte remet en cause ce lissage, et permet de structurer cette information sous la forme par exemple de notes de notes. Cette structuration plus fine de la connaissance doit permettre ensuite de construire un outil d’interrogation qui permette de faire la part des strates différentes de savoir juxtaposées dans l’annotation : la part de l’annotation où n’intervient que Donat (en quelque sorte se commentant lui-même, soit parce qu’il s’autocite, soit parce qu’il cite sa propre grammaire), la part où nous intercalons entre Donat et notre lecture la tradition artigraphique (selon quels principes et pour quelles raisons, il faut le préciser), la part enfin où nous commentons de notre point de vue moderne les données du commentaire ancien.
On peut représenter ainsi ce parcours d’annotation à construire :

(BB)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.