Quand Tiberius Claudius Donatus rencontre Aelius Donatus…

Ce début du mois d’octobre voit l’entrée dans notre base informatique du livre 1 des Interpretationes Vergilianae de Tiberius Claudius Donatus, projet branche d’Hyperdonat dont l’initiative revient à Séverine Clément-Tarantino. Ce commentaire méconnu à l’Enéide de Virgile a vraisemblablement été écrit à la même époque que le commentaire de Donat aux pièces de Térence. Mais derrière l’apparente synonymie des deux Donat se cachent d’énormes différences qui ne sont pas sans poser quelques problèmes d’annotation et qui suscitent en particulier des questions sur la constitution de notre thésaurus.

Pour faire un rapide tour d’horizon des grosses divergences entre les deux ouvrages, le commentaire de Tiberius Donat est un commentaire continu qui ne comporte pas de « sections » : l’auteur se contente de commenter et de gloser (parfois même de paraphraser) le texte de Virgile de façon linéaire. Il suit en cela l’ordre des chants et leur répartition traditionnelle mais n’opère aucun découpage ; de là naît une première difficulté pour nous qui est de sectionner artificiellement le texte en choisissant (peut-être) de le répartir en fonction de grands épisodes dans chaque livre.

Outre cette première difficulté matérielle pour nous, un second problème -beaucoup plus important celui-ci-, se pose et ce dès la lecture de la Préface de Tiberius Donat. On a longtemps reproché au commentateur de Virgile de n’avoir produit qu’une œuvre très pauvre, frôlant sans cesse les limites de la paraphrase et remettant en question la nature même du genre du commentaire antique. Or, dans cet opuscule qu’il dédicace à son fils Tiberius Claudius Maximus Donatianus comme un petit aide-mémoire pour mieux comprendre et appréhender le plus grand de tous les poètes, il apparaît que Tiberius Donat utilise un lexique que nous définirions aujourd’hui comme appartenant au domaine métalittéraire. Ainsi, alors que chez Aelius Donat, le vocabulaire revêtait une coloration nettement grammaticale, Tiberius Donat introduit des notions qui aujourd’hui nous posent problème à nous philologues car elles n’entrent pas dans notre représentation moderne de la rhétorique et des genres littéraires mais qui nous posent également problème dans le cadre de notre travail d’hypertexte puisqu’elle nous renvoient au traitement de notre thésaurus et aux difficultés d’indexation évoquées dans un article précédent. A titre d’exemple, Tiberius Donat utilise l’expression « genus materiae » qu’il nous est difficile de traduire car cela correspondrait plus ou moins à ce que Cicéron ou Quintilien appellent « materia ». Mais alors, cette terminologie est-elle propre à Tiberius Donat ? Et si c’est le cas, comme la franciser au mieux ? Enfin, que faire quand d’un côté nous avons ce que Aelius Donat appelle « materia comicorum », au sens de « attirail auquel les poètes comiques peuvent recourir », et que de l’autre nous avons le « genus materiae » de Tiberius ? Ce « genus materiae » là pourrait se traduire par « genre d’éloquence » puisque Tiberius y inclut le genre épidictique (qu’il appelle au passage laudatiuum). Mais comment l’insérer dans une arborescence qui jusqu’à présent utilisait comme référence principale l’imaginaire, la terminologie et l’univers de pensée d’Aelius Donat ? Les exemples de ce type sont légion et lorsque le monde du théâtre (commenté par Aelius Donat dans une perspective essentiellement grammaticale) rencontre le monde de l’épopée (commenté par Tiberius Donat en termes littéraires et rhétoriques), il y a fort à parier que le choc des deux va nous pousser encore plus loin dans notre approche philologique et sa mise en œuvre informatique…

(Article réalisé par E. Raymond, en collaboration avec S. Clément-Tarantino)


2 réflexions au sujet de « Quand Tiberius Claudius Donatus rencontre Aelius Donatus… »

  1. Je relève deux choses particulièrement importantes dans ce que tu écris : 1- la différence d’articulation qui renvoie à la problématique de l’annotation dans le billet précédent. Pour Aelius il n’y a pas trop de soucis dans la mesure où il admet à la suite d’Evanthius un découpage en scènes (voir article de C. Nicolas dans « Commencer et Finir »), mais là il faut trouver un moyen de signaler que le découpage est purement arbitraire si on le conserve au final, ou alors -et c’est plutôt mon idée- le supprimer à l’édition définitive. 2-pour l’annotation métapoétique c’est effectivement plutôt réduit chez Aelius, mais ce n’est pas vraiment un problème pour le thésaurus. En revanche les difficultés de traduction que tu soulèves me laissent sceptique moi aussi. Quelqu’un aurait-il une idée?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.