Annotation, encore

D’une certaine manière, Donat est un simple annotateur de Térence. Nous pourrions présenter son « commentaire » d’une façon tout autre (sans doute plus conforme à sa présentation dans l’Antiquité) : avec le texte de la comédie de Térence et, vers après vers, des appels de notes. Et c’est dans l’appareil de notes de bas de page de la comédie de Térence que le savant Donat laisserait lire son commentaire. Signalons que cette présentation serait résolument moderne, car il n’y a pas de notes de bas de page chez les auteurs antiques, qui intègrent l’annotation (en général sous la forme d’une courte incise) à l’intérieur même du corps du texte.

L’édition papier de Wessner n’a pas pris ce parti, sans doute techniquement compliqué, car le texte des notes y serait notablement plus long que le texte annoté. Du coup, il ne laisse transparaître Térence que d’une manière rabougrie, avec force abréviations et initiales de mots.

Ce faisant, il transforme les « notes de bas de page » de Donat en texte. Et c’est ce « texte » que nous traduisons et annotons. Nos annotations sont donc bien, d’emblée, des « notes de notes » pour reprendre l’expression de BB dans un billet précédent. Et Donat est l’« auteur » que nous annotons. On voit le glissement : Térence est l’auteur et Donat est le commentateur ; Donat devient l’auteur et nous en sommes les commentateurs. La première conséquence directe est que nous ne nous intéressons pour ainsi dire pas à Térence dans notre hypertexte. La deuxième conséquence est que nous traitons Donat comme il traitait Térence, dans une mise en abyme assez troublante.

Nos méthodes sont comparables en bien des points. Par exemple, comme Donat le faisait avec son poète, il nous arrive de « retraduire » le grammairien, en tâchant de développer ses ellipses pour reconstituer un raisonnement. Donat signale souvent une elleipsis térentienne, dans ce qui prend chez lui le statut d’une note d’explicitation ; nous faisons de même quand nous développons l’argumentaire un peu sec ou tronqué de tel ou tel lemme. La « note » que nous apposons alors à notre commentaire est, elle aussi, une note d’explicitation.

Donat fait souvent de la critique textuelle : legitur et, « on lit aussi », est une tournure récurrente, par laquelle le grammairien fait part de plusieurs leçons des manuscrits qu’il a sous les yeux et de son option de lecture. Ainsi faisons-nous quand nous sommes en désaccord avec Wessner. Comme Donat tâchait de reconstituer un Térence original, nous essayons vaille que vaille d’éditer un texte de Donat compréhensible en en comparant les leçons. Et le legitur et de Donat devient, dans l’hypertexte, une note ecdotique. C’en était déjà une chez le grammairien.

Donat fait aussi de nombreuses citations qui viennent illustrer un propos de son commentaire (parfois un peu abruptement). Certaines sont des citations internes (Térence illustré par Térence), d’autres des externes (Térence illustré par Virgile ou Ménandre). D’autres, toujours anonymes, sont très intimement cousues au texte même du commentaire : ce sont les notices grammaticales où on retrouve des bribes de l’Ars de Donat (auto-citation : le « Donat de Térence » est justifié par le Donat grammairien) ou des morceaux d’un point de doctrine qui fait débat entre grammairiens (Térence otage d’un débat moderne). Que faisons-nous d’autre lorsque, en annotant Donat, nous ajoutons les principales définitions notionnelles qui se trouvent dans l’Ars pour illustrer un propos du commentaire (Donat illustré par Donat) ? Ou quand, si lesdites définitions ne se trouvent pas dans l’Ars de Donat, nous allons les chercher chez un autre auteur technique (Donat illustré par Quintilien ou pseudo-Longin) ? Ou quand nous donnons le point de vue actuel sur une notion technique, faisant de Donat l’otage d’un débat moderne ? Même le cas de Donat le commentateur justifié par Donat le grammairien peut, analogiquement, avoir un correspondant dans notre travail ; car c’est ce que nous faisons après tout ici même : ce carnet de recherche joue le rôle de l’Ars. HyperDonat l’hypertexte est questionné par HyperDonat le carnet de recherche…

Il reste quelques spécificités apparentes du modus operandi de Donat. Donat fait par exemple des remarques purement narratives, lorsqu’il raconte la pièce qu’il commente. Mais c’est un cas à part, car ces notules-là ne se trouvent pour ainsi dire jamais hors de la Praefatio du commentaire. Dans un livre moderne, on trouverait en position inaugurale ces remarques préfacielles, puis on s’attaquerait au texte de Térence avec ses footnotes (qui constitueraient le commentaire stricto sensu). Ces résumés ne sont donc pas des « annotations » mais un autre type de paratexte.

Donat fait aussi de nombreuses remarques sur le théâtre, sur la mise en scène qu’il s’invente de telle réplique ou de telle scène.  L’annotation d’HyperDonat ne le fait pas, puisque l’indication est fournie par Donat. Cela dit nous agissons analogiquement de même chaque fois que nous faisons (ou ferons) une remarque qui concerne l’histoire du genre du commentaire ; car, comme Donat commente la théâtralité de Térence, HyperDonat est invité à commenter la « commentarialité » de Donat.

Inversement, il y a des particularités d’annotation d’HyperDonat. La plus nette sans doute est la note de traducteur. De fait, il nous arrive de signaler un point de traduction, lorsque nous sommes mécontents de notre solution à cause d’un problème proprement traductologique : un jeu de mots dans le texte de Térence ou dans celui d’un autre auteur cité ne peut qu’être expliqué, à défaut d’être traduit ; une étymologie de Donat, par essence intraduisible, mérite une notule ; etc. A priori il ne devrait pas y avoir de note de traducteur chez Donat parce que Donat ne traduit pas Térence. Mais, à la réflexion, ce n’est pas si sûr. Car le latin archaïque de Térence s’apparente à bien des égards à une autre langue pour le tardif Donat. Il n’est donc pas exclu que nous ayons des sortes de NdT dans le texte du commentaire. Le schéma de base serait alors le suivant :

*à un lemme de Térence correspond une équivalence explicite de Donat (sous la forme d’un id est ou d’un quod significat, très fréquents) ; on a donc un schéma Y id est x.

*x est justifié dans la suite du commentaire du lemme Y au moyen de remarques métalinguistiques ; type : Y id est x quia (suit une remarque morphologique ou étymologique par exemple).

*la remarque métalinguistique concerne x mais implique Y.

Si ces trois conditions sont réunies, le commentaire s’apparente bien à une NdT bien qu’il n’y ait qu’un idiome concerné en apparence. Mais c’est qu’il s’agit de deux tranches synchroniques différentes, et même plutôt éloignées, du même idiome.

Récapitulons : Donat fait des notes ecdotiques, des notes génériques, des notes d’explicitation, des notes bibliographiques, des notes de traducteur… Nous aussi. Le risque est donc grand que le commentaire d’HyperDonat (donc notre système d’annotations) souffre des mêmes faiblesses que celui de Donat. Les diverses annotations n’ont pas même statut ni même fonction ; elles s’empilent néanmoins les unes sur les autres dans un évident disparate ; ce disparate est induit par l’ordre des lemmes de Donat, qui s’impose à nous dans sa linéarité, et cet ordre est induit par l’ordre des vers et des scènes de Térence, ce méta-texte que nous n’utilisons pour ainsi dire pas et qui nous dicte indirectement la structure même de notre travail d’annotation.

Le niveau du méta-commentaire, en l’état de notre réflexion et de l’organisation des méta-données,  ne dépasse pas celui du commentaire. Le point le plus gênant se retrouve dans les deux niveaux de façon cruciale : pourquoi Donat ne commente-t-il pas, à l’occasion de tel lemme, un point qui nous paraît capital, alors qu’il s’attarde sur une évidence ? Malheureusement, ce manque et ce trop-plein seront remarqués par chaque lecteur du méta-commentaire (à chaque fois à un endroit différent qui plus est). Car les attentes spécifiques de chacun de nos lecteurs ne peuvent être satisfaites, pas plus que les nôtres, aujourd’hui, ne le sont à la lecture de Donat commentant Térence.

C’est aussi la raison d’être de ce projet et son petit plus par rapport au travail de Donat ou par rapport à une édition papier du commentum. Car, nous, nous pourrons progressivement intégrer de nouvelles notules à l’architecture générale de l’hypertexte, remplir les vides et les lacunes, satisfaire peu à peu (grâce à la participation des utilisateurs) les frustrations des savants d’aujourd’hui. Comme on voit, on n’est pas près de se coucher…

CN


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.