Un thesaurus par langue, des équivalences traductionnelles

Suite à de très fructueux échanges avec un autre projet manipulant également un corpus parallèle multilingue (un billet viendra très rapidement sur ces échanges…) on a désormais une méthode d’indexation multilingue du corpus qui évite le risque d’aplatissement des notions que signalait l’équipe précédemment. Trois évolutions importantes :

1. On construit un thesaurus par langue, soit actuellement : français, latin, grec.

2. Dans chaque thesaurus :

  • Chaque entrée comprend trois niveaux : concept, terme (forme de surface du concept), occurrence (terme dans le contexte où il apparait au sein de corpus).
  • On exprime diverses relations  (hiérarchiques, etc.) entre les entrées

3. Entre les différents thesaurus, on exprime des équivalences traductionnelles :

  • Entre occurrences
  • Entre concepts

Il semble qu’on tient là une méthode suffisamment riche pour exprimer l’ensemble des relations conceptuelles souhaitées dans le cadre de ce corpus « biculturel », et qu’on bâtit ainsi un outil pour précisément explorer les glissements linguistiques et culturels au sein du corpus.

Note : les thesaurus sont construits en suivant les recommendations de la TEI, module dictionnaires : http://www.tei-c.org/release/doc/tei-p5-doc/html/DI.html


Une réflexion sur « Un thesaurus par langue, des équivalences traductionnelles »

  1. On peut se demander légitimement l’intérêt de la distinction concept terme, dans la mesure où on peut penser que le terme recouvre logiquement le concept. Toutefois, si l’on pense dans une logique de thesaurus multilingue dans une langue fléchie, l’intérêt devient évident :
    soit le mot français « métaphore », on admettra qu’il peut désigner également le concept de métaphore, maisce concept se dira par exemple en latin soit par translatio, soit par transferre verbe issu du précédent, soit par un pur et simple calque morphologique du grec metaphora.
    Les deux premiers cas montrent l’intérêt de la distinction entre terme et occurrence. Faut-il considérer que transferre, l’énoncé verbal est un terme ou une occurrence?
    La questtion trouve sa solution en disant que translatio est concept dans le thesaurus latin, transferre et translatio des termes et une forme comme transtulerunt ou translationem une occurrence.
    On voit ici l’intérêt du point 3 que précise Maud sur les équivalences traductionnelles et (accessoirement) les hiérarchies.

    Quel est le lien entre « métaphore » et translatio. La première réponse qui vient est l’un est la traduction française de l’autre. Certes, mais de quel autre! Le concept, le terme, ou l’occurrence.
    Si je traduis :
    « hoc a feris transtulit »
    par
    « il a tiré sa métaphore des bêtes sauvages »
    je vois aussitôt le problème et l’intérêt de ce qui est proposé.

    Considérons simplement la notion d’équivalence traductologique (que je marque par =)
    Au niveau du concept on a translatio = métaphore
    au niveau du terme on a transferre = (faire une) métaphore on remarque l’hétérogénéité morphosyntaxique des deux énoncés
    au niveau de l’occurrence on a transtulit = il a tiré…métaphore
    on voit alors bien, je crois, pourquoi et comment il faut structurer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.