Annotation Phormion Acte 1 (séminaire du 21 novembre)

Nous avons défini en séminaire la manière dont nous allions procéder pour enrichir l’annotation et procéder à une relecture attentive du commentaire au Phormion, notre petit dernier…

Il s’agit dans cette annotation de rendre le texte accessible à des lecteurs non-spécialistes, avec un confort de lecture maximal.

Nous avons défini les axes d’annotation suivants :

ecdotique

grammaire

rhétorique

realia dont théâtre

citations et intertextualité

relecture de traduction.

On y ajoute la relecture typographique qui se fera directement sur le site.

Nous avons partagé le travail entre les présents, mais il est évidemment tout à fait possible de nous rejoindre, en postant simplement en commentaire à cet article l’élément d’annotation que vous proposez. il n’est pas nécessaire que votre annotation soit complète ou totalement achevée. vous pouvez suggérer une note sur tel ou tel point et, dans la mesure du possible, nous nous chargerons de la compléter. Vous pouvez proposer une annotation multimédia en suggérant de possibles illustrations (visuelles ou pourquoi pas sonores).

Pour le 21 novembre nous annotons le commentaire au premier acte de Phormion disponible en ligne sur le site Hyperdonat, sans la préface ni le prologue.

Les éléments d’annotation seront ensuite validés par nous et insérés, et nous garderons pour discussion ceux qui ne sont pas terminés ou demandent à être retravaillés ensemble.


11 réflexions au sujet de « Annotation Phormion Acte 1 (séminaire du 21 novembre) »

  1. Vous trouverez ci-dessous les notes d’ecdotique concernant la scène 1 de l’acte I (la suite bientôt).
    Quelques remarques préalables:
    il faut supprimer ma note d’ecdotique sur le lemme 38 et bien éditer «quasi reddendi mora habere fuerit»; il faut aussi modifier la traduction: «comme si le retard dans la restitution était dû au fait qu’il n’avait pas la somme».
    lemme 41: bien penser à modifier le numéro des scolies, modifié par la disparition de la scolie 2.
    il faudrait une note realia sur les «denicalia» du lemme 40.
    il faudrait une note sur la citation «cachée» d’Horace (Car. II, 17, 19: «natalis horae») au lemme 48: le texte d’Horace mentionne, deux vers plus haut, la Balance («Libra»); peut-être cette allusion à Horace est-elle faite par Donat parce qu’il a encore en mémoire son exposé sur la «libra» et la «libella», six scolies plus haut? Je n’en suis pas sûre, mais cela mériterait peut-être d’être développé.

    Acte I

    Scène 1

    35 1 amicvs svmmvs mevs et popvlaris
    La ponctuation utilisée par Wessner peut prêter à confusion: il édite en effet «… inducat; cui dum hoc…», alors que «cui» est un véritable pronom relatif, et non un relatif de liaison. Nous corrigeons donc en «… inducat, cui dum hoc…».
    Wessner édite «quod ueluti aliena (a) tota fabula est»; le texte n’est pas satisfaisant en l’état: on peut donc éditer, à la place, «alienus a». Néanmoins, une autre solution est envisageable: «a» est en effet un ajout tiré des Scholia Bembina, et l’on pourrait le supprimer, éditer «alina tota», et considérer que «cui» est en facteur commun et à «narratur».
    Wessner édite «discat populus textum et continentiam rerum»; il s’agit d’une conjecture de Westerhof. Tous les autres manuscrits donnent «textum ex continentia» (à l’exception de O qui propose «textum et continentia» – ce qui n’a pas de sens); de fait, cette solution nous paraît préférable: elle permet en effet de restituer le lien qui unit «textum» et «continentia», la hiérarchie qui existe entre eux. Le public apprend en effet la trame («textum») de la pièce à partir («ex») du contenu factuel («continentia rerum»): les deux éléments ne sont pas sur le même plan (d’où l’abandon de la conjonction de coordination «et»), mais la trame de la comédie est constituée de faits, et l’on ne peut percevoir cette trame sans prendre connaissance, au préalable, de son contenu factuel.

    35 2 amicvs svmmvs mevs
    Wessner édite «miri», ce qui est la version donnée par les Scholia Bembina; tous les autres manuscrits donnent «mire», et c’est la leçon que nous retenons.

    35 11 popvlaris
    Wessner édite «uilis populoque factus»; or «e» est un ajout d’Estienne. Goetz propose d’éditer «fectus», ce qui nous paraît faire contresens (si le personnage est sorti du peuple, il ne peut plus être qualifié de «popularis»). Nous proposons d’éditer «populoque facetus», en considérant qu’il y a eu mélecture sur «facetus», et en proposant une construction de ce mot avec un datif d’intérêt. Cette restitution est conforme avec la logique de cette scolie, qui vise à faire la synthèse des scolies précédentes: on y retrouve en effet la notion d’humilité (présente dans la scolie 10 avec «humilis») et l’idée que le personnage est apprécié du peuple (que l’on trouvait déjà dans la scolie 8); cette synthèse est achevée dans la fin de la scolie 11, qui mêle les concepts d’humilité («sordidum»), de citoyenneté («ciuem» – cette notion était présente, plus haut, dans la scolie 9), et de popularité auprès du peuple («popularem»).

    37 1 iam pridem apvd me r.
    Wessner propose «et ille a me exigit»; R donne «ille mea», et c’est cette solution que nous retenons. Cela nous conduit à construire «exigit» avec un complément d’objet direct («mea») et à faire de la proposition subordonnée introduite par «ut» non plus une complétive, mais une finale. On pourrait également retenir la version donnée par V, qui propose «illemet»: cette forme renforcée du pronom «ille» est en effet attestée dans l’Ars de Diomède (GLK, I, 332, 11); son emploi serait justifié par la volonté de Donat, qui restitue ici le propos de Dave, de rendre ses paroles les plus vivantes possibles. Dans ce cas, la proposition subordonnée introduite par «ut» est bien une complétive dépendant de «exigit». Quoi qu’il en soit, les versions «ille me te» et «illi merito», donnée respectivement par C et D, ne nous paraissent pas convaincantes.

    38 4 confeci affero
    Nous éditons, comme Wessner «reddendi mora habere fuerit»; les manuscrits ne donnent pas «non», mais on aboutit à un contresens si on l’omet.

    39 1 nam erilem filivm
    est une conjecture d’Estienne qu’il nous paraît correct de conserver.

    40 3 mvnvs hoc cor.
    Wessner restitue la conjecture de Sabbadini et édite «munus ei c.»; tous les manuscrits donnent néanmoins «munus erit», et c’est ce que nous choisissons d’éditer.

    41 1 qvam iniqve comparatvm est
    Wessner édite «morem pro lege esse queritur» en suivant la conjecture de Sabbadini, mais tous les manuscrits donnent «morem pro lege conqueritur»; nous retenons donc cette version du texte.
    (41 2) Wessner édite «ei leg>itur “h>i”», or cette deuxième scolie n’apparaît pas dans R; par ailleurs, C, O et V proposent «ei legi». Nous proposons donc de supprimer la deuxième scolie et d’éditer «ei lege», «ei» renvoyant à Dave, et «lege» étant le complément d’agent de «constitutum».

    48 2 vbi erit pvero natalis dies
    Wessner édite «natalis »; «hora» est un ajout tiré des Scholia Bembina. Sans doute cet ajout est-il motivé par l’expression suivante «natale astrum», que l’on trouve chez Horace (Ep., II, 2, 187): on comprend que «natalis» ait été rétrospectivement complété par «hora», puisque cette expression se trouve également chez Horace (Car., II, 17, 19: «natalis horae»), d’autant que l’absence d’un indicateur de temps posait problème, puisque Donat vient de dire que «natalis» est mieux employé lorsqu’il est assorti d’un marqueur temporel. Remarquons pour finir qu’Eugraphius, dans son commentaire au Phormion, propose trois emplois de «natalis» avec un mot exprimant une durée, dont «hora» («semper natales cum suo tempore pronuntiantur, natalis annus, natalis dies, natalis hora»), et cite ensuite la même citation des Bucoliques que Donat.

    1. Beau travail Sarah! On attend la suite. Petite note à l’usage de tous les contributeurs. Ne mettez pas de chevrons dans vos post, cela perturbe considérablement WordPress.

  2. Correctifs proposés à la traduction du commentaire au Phormion, Acte I
    Auteur : CN

    Système : mettre Phédria, Géta, Chrémès systématiquement en cf (hors autonymie)

    Noms de titres en italiques : L’Andrienne, L’Eunuque, Les Bucoliques, etc.

    Pour Térence, systématiser Da.- ou Gé.- etc.

    I, 1
    35.1 (…) Le but est que, pendant qu’on lui raconte la situation antérieure parce qu’il est comme étranger à l’essence de la pièce, le public apprenne de lui la trame à partir des faits qu’elle contient, et…
    35.2 … et instruire le spectateur, il est remarquable qu’on trouve des traits d’esprit hors de propos, et aussi des…
    35.3 introduction détournée du personnage…
    35.12 Dave qui entre en scène est extérieur aux deux familles…

    37.1 … je devais de l’argent à Géta, et il réclame ce que j’ai…

    38.4 c’est bien dit, comme si le retard à rendre était dû au fait de ne pas avoir l’argent.

    39.1 les Grecs disent trophimos (‘nourrisson’). Et peut-être bien que les Latins aussi auraient pu dire alumnus (‘nourrisson’), s’ils n’avaient préféré le mot grec.

    40.3 C’est ‘cela’ (hoc), implicitement de l’argent, qui sera un ‘cadeau’ (munus), et c’est une forme… [ajouter une note pour dire qu’il s’agit d’une indication de mise en scène : Dave montre une bourse, que les spectateurs voient ; la remarque de Donat est donc destinée à expliciter pour le lecteur la gestuelle et l’objet montré]
    40.5 Mettre une majuscule au premier mot de la dernière phrase.

    41.1 par un particularisme (idiotismos) étonnant, il se plaint que la coutume ait force de loi : car comparatum signifie constitutum ei lege (institué pour lui par la loi). [Ajouter note ecdotique : nous lisons désormais en cl : constitutum ei lege. 2 Et hi qui… Cela implique un décalage des numéros de lemmes]

    43.4 [dans la citation de la seconde main, ajouter espace dans à Volcacius]

    45.5 [traduction de Salluste : « Si, citoyens, vous étiez peu capables de distinguer la différence… »]

    46.3 partum s’emploie au sens propre de ce qui s’acquiert dans la peine…
    46.4 …car on parle de plaga (‘plaie’) pour une perte financière (damnum), et de sanguis (‘sang’) pour sa fortune (res).

    48.1 les deux aliud doivent être dits comme des équivalents de multa (de nombreux).

    I, 2
    51,1 …si vraiment il évoque celui dont… [on édite ipsum au lieu de de ipso]

    55,1 Dans le même genre, il y a aussi cette formule namque…
    55,3 Et on dit qu’une ‘affaire’ (res) en ‘est arrivée’ (redit) là en parlant au sens figuré.

    56,1 Car c’est ce que signifie quid reddit.

    57,3 [il faut un epsilon à synthesis.]

    58 … C’est donc nécessairement un Dave qui ne sait rien qui entre en scène.

    62 Ergo est ici comme un reproche de lenteur. C’est donc parce que l’autre, en lui coupant la parole, l’empêchait de faire son récit alors qu’il était sur le point de le faire, qu’il dit ergo.

    63, 2 [note sur l’interrogation : en fait la réplique commentée et la citation de Virgile ont en commun de présenter des questions qui donnent plusieurs renseignements sur l’identité d’un personnage. La question « Connais-tu Chrémès, le frère aîné de mon vieux maître ? » est habilement destinée à renseigner le spectateur ou le lecteur sur les liens de famille qui existent entre les principaux personnages. Il en va de même avec le passage de Virgile et le vers de L’Eunuque cités pour illustrer ce procédé, qualifié d’économie (compendium).]

    67,2 …en disant epistolas au pluriel, il montre…

    68,2 [dans la citation de Dem. il faut un accent grave sur le iota final de oukhi ; le sens de la citation a-t-il été vérifié ?]

    70, 3 [ajouter un espace après « »]
    70, 5 prononcez me avec un accent aigu.

    72,3 …celui que les Grecs nommaient paedagogus…

    74 Térence : J’ai le souvenir d’être abandonné à une divinité qui m’en veut.
    74,1 C’est l’analyse d’Asper…
    74,2 il veut dire domino (à mon maître). Ou bien est-ce vraiment à une divinité ?

    76,1 …combien il est idiot d’être fidèle à un ‘vieillard’ (seni)…

    78,2 stimulus…
    78,3 Dans un autre sens, Virgile : …

    79,1 …qui n’inscrivaient pas devant leur étal…

    82, 2 …parce que c’est une ‘toute jeune fille’ (puellulam) et une ‘joueuse de cithare’ (citharistriam).

    86, 2 Et c’est de là aussi que vient chez les philosophes le sens de sectae (écoles philosophiques)…

    91, 1 sedemus au sens propre, comme dans une ‘boutique de coiffeur’ (tonstrina).
    91,2 …comme chez Virgile : « là-bas, mes sinsitres exploits… »… [ajouter note après la citation de Virgile : « apparemment Donat interprète la forme illi non pas comme un pronom au datif, ce qui est l’option d’ordinairement retenue, mais comme un adverbe de lieu de la question ubi (d’où le rapprochement avec ibi), vaqriante de illic ; il comprend donc ‘là-bas [aux Enfers], rappelle-toi de dire mes sinistres exploits et que Néoptolème dégénère de ses ancêtres’ »].

    96,1 argument du pathétique.(?)
    96,3 argument de l’honnêteté que…

    102,1 [ajouter note : « le commentaire porte sur l’emploi final de l’infinitif derrière un verbe de mouvenement, situation dans laquelle on attend plutôt le supin »]

    103,1 [ajouter un espace après « par brachylogie »]
    104,1 [ajouter une virgule après la parenthèse en grec]

    106,1 Cette expression vient du grec. Note : « sans doute faut-il comprendre que l’emploi de capillus au singulier est déterminé par le fait que le grec utiliserait ici (et peut-être Apollodore dans l’original) le singulier thrix ».

    112, 1 …il avait fait mention de la ‘petite vieille’ (anicula).
    112, 3 sur-le-champ

    117, 1 : ajouter note : « Donat signale l’emploi de nescire comme infinitif de narration, qu’on pourrait remplacer par un indicatif imparfait, et fait remarquer que les verbes suivqnts qui lui sont coordonnés sont, de fait, à l’imparfait ».
    117, 2 voyez l’ambiguïté, qui n’affecte pas la suite. Et ajouter note : « L’ambiguïté évoquée est sur la portée de la coordination : illam ducere peut, dans un premier temps, être compris comme en facteur commun des deux verbes (« il désirait et craignait le mariage avec elle ») ; mais la suite montre qu’il faut renoncer à ce facteur commun et comprendre « il désirait le mariage et craignait son père ».

    120, 2 Et dans l’ordre, Térence introduit d’abord le personnage du vieillard pour que soient plus graves les choses qui pouvaient rompre le mariage.
    120, 4 : et si quamuis n’était pas un déterminant ? Ne peut-on comprendre : « Ou bien sous-entendrons-nous quamuis (« quoique »), de sorte qu’on ait quamuis uirginem (« une fille , quoique vierge, … ? »).

    122, 2 Le nom Phormio ne vient pas de formula (formule judiciaire), mais du nom d’un panier fait en sparte appelé phormio, que nous appelons couramment… Note : « Phormio a formula est donc une étymologie, qui s’explique d’autant mieux si l’on écrit le nom du parasite à la latine, Formio ; cette orthographe est fréquente. C’est peut-être elle qui explique l’ordre canonique des pièces de Térence dans les manuscrits : And. Ad. Eun. Ph. Heaut. Hec., qui pourrait être alphabétique (selon l’ordre de l’initiale et d’elle seule, comme souvent encore dans le Haut Moyen Age), à condition qu’on écrive Formio. Cf. la Préface de Marouzeau au Théâtre de Térence, CUF, tome I, p. 12). L’hypothèse (absurde, évidemment) que Phormion tirerait son nom du mot formula, en référence sans doute à des formules de loi dont l’intrigue se sert, avec le subterfuge de la fausse parenté qui permet d’épouser une fille épiclère, est sans doute inventée pour faire un lien avec le titre grec de l’original d’Apollodore, Epidikazomenos, très juridique (littéralement : « celui qui fait adjuger ») ».

    123, 3 : pb du point final du lemme, sans doute espacé.

    125, 2 il intercale un autre sujet à l’intérieur de son récit.

    127, 2 : ajouter un accent d’enclise sur apograpsomai. Dans TL aussi, et supprimer l’espace après la parenthèse.

    131, 2 ce qui, dit-il, sera pour moi favorable et heureux, c’est de ‘combiner’ (confingere)

    134, 2 mimime iocularem (très peu plaisante)

    135, 3 epexégèse : comment est-ce que ça s’est fait (factum est) ?

    136, 2 note : « le commentaire est bizarre, sauf si Donat comprend que c’est Dave qui prononce tout le segment Quid narras ? Hoc quod audis. O Geta, quid te est futurum, ce qui n’est guère satisfaisant : pourquoi audis à la seconde personne ? Mais si la répartition donatienne des répliques est bien celle que nous avons dans les éditions de Térence, on ne s’explique pas bien pourquoi Géta prononcerait cette réplique comme s’il voyait Géta en piteux état… Le plus vraisemblable est donc d’imaginer que le commentaire et le lemme ne sont pas appariés. La scolie 136, 2 porte en réalité sur O Geta, quid te est futurum ? ».

    139, 1 sur-le-champ

    140, 2 (ne te ménage ni un tuteur ni un intercesseur). Ajouter une note : « le texte habituel de Térence dit plutôt nec tu aram tibi nec precatorem pararis (ne te ménage ni un autel ni un intercesseur) ».

    142 dernier mot : espace superflu avant le point final ? (en latin et en français)

    143, 2 toi tu voulais seulement ‘frapper’ (caedere), mais moi…

    144, ‘ sectatur (il poursuit)…

    I, 3
    154, 1 …parce que précisément ‘il lui veut le plus de bien’ (consultum optime uelit).
    154, 5 [ajouter espace après ]

    155 note 110 : dire plutôt : « Probus veut dire qu’incogitans est un adjectif (qu’il appelle nomen selon la tradition), et non pas un participe, puisqu’il n’existe pas de verbe *incogitare, alors que son contraire cogitans est un participe et non un adjectif. Analogiquement on pourrait faire la même remarque en français à propos, par exemple, du couple invaincu (adjectif seulement) vs vaincu (participe seulement) ».

    156, 2 conscius
    156, 3 le poète fait bien de mettre en scène un Antiphon effrayé…

    157, 2 espaces dans ? Trad. d’Ennius : « si seulement il n’y avait jamais eu dans les bois du Pélion de grosses branches coupées et tombées à terre ! ».
    157, 5 Et il faut comprendre ne au sens de non. [supprimer la note ou la modifier : « Donat veut dire que ne a ici un effet négatif, et qu’il ne faut donc pas confondre cette particule à valeur de souhait négatif avec la particule affirmative homonyme ne ‘oui vraiment’ ».

    158, 3 : Ou bien eo a-t-il la valeur de in tantum ?

    159, 1 … car il croit, d’après le sentiment de satiété qui en découle, qu’il…

    160, 1 …que de rester à l’écart d’elle à présent qu’il a une liaison avec elle ;

    161 Térence : qui doit briser cette liaison.
    161, 2 cl : consuetudine est mal coupé.
    161, 2 …il ne dit pas amor (amour),

    162 1 cl : mihi a un pb…
    162, 2 …suffire…

    164, cl : felicitas a un pb…

    165, 3 : supprimer la parenthèse (quamdiu)
    165, 5 : …c’est-à-dire « fût-ce pendant un très court instant »

    166 1 : je ne comprends pas la traduction de pactione transigere.

    167 1 Il s’agit de malheur, évidemment. 2 Il s’agit de profit et de bonheur.

    171, 1 compléter la note : « vraisemblablement, le scholiaste commente un texte qui comporte la conjonction et, au lieu de quod ».

    I, 4
    179, 2 On dit celere au neutre. Ajouter note : « Remarque de morpho-syntaxe : Donat signale que le mot est un adjectif neutre (d’où « si tu ne trouves une idée prompte ») et non l’adverbe celere, également plausible (« si tu ne trouves promptement une idée ») ».

    182, 2, note 120 : enquête à faire sur ce que veut dire Nigidius avec celari. Mais je n’ai rien trouvé

    184, 1 Lucilius in XIII // Lucilius au livre XIII
    184, 2 et 3 : supprimer le latin et les parenthèses : il n’y a là que de la reformulation

    185, 3 il fait bien de ne pas préciser lequel, car il monologue.

    193, 1 : remplacer soliloque (dernier mot) par monologue (qui est plus technique).

    194 Térence : sanun es ? Traduction : Repousser « Phé.-Rappelons-le » au vers suivant
    194, 1 : nous nous disons de façon elliptique (elleiptikôs) : domum pergam
    Ne faudrait-il pas exporter 194, 5 et 6 sous la forme 195, 1 et 2 ?
    En fait le vers 194 (Marouzeau) semble être Sanuns es ? Ge.-domum ire pergam : ibi plurimum est. Ph.-reuocemus hominem et le vers 195 : An.-sta ilico. Ge.-Hem ?

    196, 1 qu’il ne lui reste aucune autorité comme pédagogue.

    198, 1 uerbo expedi (développer l’abréviation du côté de la traduction)

    200, 2 ajouter une note pour signaler que le vers de Virgile offre la même ambiguïté de nature pour subito : on peut comprendre soit adverbe (comme dans la traduction proposée) soit comme adjectif : « Quand, surgissant sur un flot soudain, l’orageux Orion… »).
    200, 3 : après avoir dit ego…

    203, 2 Ou bien nullius condicionis (la vie d’aucune catégorie d’êtres vivants), …

    204, 1 ce dont il s’agit, comme nous l’avons dit plus haut, c’est de justifier qu’Antiphon cesse d’être présent, dans la mesure où l’argument de la pièce fait ressortir qu’il ne convient pas, d’un côté, qu’il dise quoi que ce soit contre son père ni que, d’un autre côté, quand il réapparaîtra, son père l’accable.

    205, 1 : trad. de Salluste : (ainsi c’est davantage de confiance qu’en raison de leurs arguments qu’ils sont renvoyés disculpés). Ajouter une note pour interroger le rapport à la citation ?

    206, 1 ici commeruisse pour…
    206, 3 il y a une valeur négative dans son immutarier.

    207 …la valeur d’une concession…

    208, 1 …cette question pouvait l’induire à … dialectique qui vise à contrer l’induction (epagoge), Ajouter note : « Le verbe adduci dit quelque chose de la forme interne du mot grec ἐπαγωγή, souvent rendu en latin par le calque morphologique inductio (cf. Cic. Top. 42 ; Quint. I. O. V, 10, 73 ; V, 11, 2 ; IX, 1, 31…) et qui désigne le mécanisme de l’inférence. D’où notre traduction par induire / induction ».

    210 Trad. de Térence : supprimer la hardiesse
    Trad. du lemme : l’audacieux, implicitement. (supprimer le latin)

    212, 1 : il montre que ce qu’il a forgé et simulé en fait d’audace commence à se défaire.
    212, 3 il dit deux choses : etc.

    215, 1 lemme (en français) mal configuré.
    215, 3 et parce qu’il est assez apeuré…

    216, 2 C’est ainsi qu’on s’exprime quand on veut signaler l’existence de plusieurs lieux, qui permet que, de manière éhontée, on file vers un lieu en en abandonnant un autre. Changer la note : je pense qu’il s’agit de dire quelque chose de la question quo ?…

    217, 1 tous ces mots ont une valeur de rappel vers soi.

    220 Térence : à moins que je ne me trompe.

    223, 1 ajouter note « L’atticisme remarqué est dans l’emploi d’un datif éthique ».

    226, 3 ajouter note : « et non pas, comme la formation du mot l’induit, ‘qui peut être facilement vaincu’, d’où la remarque de Donat ».

  3. Alors, suite à la lecture de vos savantes notes, je m’aperçois que le travail de Sarah est un préalable nécessaire à ma propre tache. Je m’explique: j’ai commencé par travailler à froid sur la relecture de l’acte 1 scène 1 et j’ai achoppé sur un certain nombre de points (je posterai plus tard un fichier joint avec les corrections). En reprenant les corrections ecdotiques proposées par Sarah, je m’aperçois que certains points de traduction qui me paraissaient litigieux (exemple 38,4 et le debuit/fuerit), sont en fait des endroits où le texte est manifestement problématique.
    Donc, tout ça pour dire que pour les autres actes, (je ne pense pas que ce soit faisable dans l’immédiat sur l’acte 1 d’autant que je ne veux pas accabler Sarah de travail), il faudrait que je puisse disposer des commentaires ecdotiques pour travailler la traduction à partir d’un texte soit définitivement établi soit dont l’établissement a été discuté en séminaire…

    Dernière chose… cet acte 1 est affreusement long!!! alors je ne sais pas ce que les lecteurs/séminaristes préfèrent: mes commentaires sur la traduction par petits bouts (et dans ce cas je peux d’ores et déjà poster les commentaires sur 1, 1) ou un grand fichier avec l’ensemble des remarques de trad. sur l’acte 1 ?
    J’attends vos réponses et avis,
    Merci

    1. Etant donné effectivement la longueur de l’acte, il vaut mieux sans doute procéder scène à scène pour les posts.

  4. Remarques d’ecdotique sur I,2
    Voici les remarques d’ecdotique relatives à la scène 2 de l’acte I. Il reste plusieurs questions, mais qui bien souvent ne sont qu’une demande de confirmation.
    Bonne lecture.

    I, 2

    (p. 363)
    51, 1: Wessner édite «siquidem ipso loquitur»; «de ipso» est une conjecture d’Estienne. Il est préférable de suivre la leçon donnée par l’ensemble des manuscrits, et d’éditer «siquidem ipsum loquitur». => trad. à modifier

    (p. 364)
    51, 3: Remarquons que le manuscrit V propose «tertia persona de se loquens usus est».
    53, 4: «accipe» est un ajout d’Estienne que nous conservons.

    (p. 365)
    54, 3: Wessner édite «redhibitio debiti» en se fondant sur le texte des Scholia Bembina: «redibitio»; tous les autres manuscrits donnent néanmoins «redditio», et c’est la leçon que nous choisissons d’éditer, en considérant qu’une mélecture de l’expression «redditio debiti» a conduit à «redibitio debiti».

    (p. 366)
    59, 1: Wessner édite «e re argumenti», ce qui est une conjecture de Teuber; l’ensemble des manuscrits donnent «uere argumentum» (à l’exception de R dans lequel «uere» est omis). Dans le commentaire de l’Eunuque, V, 2, v1, nous avons édité «e re argumenti», qui a été traduit par «c’est une nécessité commandée par l’intrigue que de…»; je traduisais pour ma part «c’est dans l’intérêt de l’intrigue que de…». => que dit l’apparat de l’Eunuque à cet endroit? harmonise-t-on ou pas?

    (p. 367)
    61, 2: «bono» est un ajout de Schoell que nous conservons.

    (p. 368)
    – 65, 1: Wessner édite «illic “quidni?”, hic “tam quam te”»: «illic quidni hic» est une conjecture de Sabbadini. L’ensemble des manuscrits donnent «illud quid nihil», à l’exception de C et V qui donnent «illud quod nihil». => que retenir et comment traduire? nous en étions là quand le TGV est arrivé à Lyon, nous n’avons pas tranché, et après y avoir réfléchi de nouveau, je n’ai pas réussi à décider…

    (p. 369)
    69, 1: les deux «qui» édités par Wessner sont des conjectures de Sabbadini que nous retenons; l’ensemble des manuscrits donnent «cui» à deux reprises.
    70, 1: Remarquons que C, O, et V proposent «quia» plutôt que «qua».
    70, 3: Nous éditons «omnium an domini? omnium, sed domini magis»; Wessner n’édite pas la réponse «omnium», que l’on trouve dans C et O, et qui justifie l’emploi, dans la suite du texte, de «sed» et de «magis».

    (p. 370)
    17, 1: Wessner édite «hic relinquunt filiis»; «hic» est une conjecture d’Estienne. Tous les manuscrits donnent «hinc», et dans la mesure où les deux termes sont ici employés indifféremment (cf. «et “hinc” et “hic”” legitur», nous donnons la priorité à la leçon des manuscrits.
    72, 2: Wessner édite «complebit», mais nous faisons le choix de suivre le manuscrit V, qui donne «compleuit»: il est ici question de la conduite de Géta, qui ne s’est pas comporté en magister puisqu’il a laissé les jeunes hommes tomber amoureux.
    72, 4: Nous éditons «a procul uel porro», alors que Wessner se contente de donner «a porro»; cette double étymologie figure dans les manuscrits C et O, mais aussi dans V qui donne «a porro uel procul».
    74, 1: L’ensemble des manuscrits donnent «in stalagmonisadeo»; Ribbeck propose «uisam» au lieu de «nisa». Nous éditons quant à nous «nisi a deo», ce qui permet d’éviter de trop s’écarter des manuscrits, comme le fait Ribbeck, tout en justifiant l’ablatif «deo» par l’emploi de la préposition «a».

    (p. 371)
    76, 4: Le manuscrit V précise «retulit perdidi», et nous faisons le choix d’éditer «rettulit perdidi» (en gardant la graphie «rettulit» présente dans tous les autres manuscrits), car cette leçon permet de percevoir plus clairement l’opposition «perdidi» entre «seruare» qui est ici en jeu.
    79, 1: Wessner édite «oportuerit»; c’est une correction de Sabbadini que nous conservons. R donne «oportuerat», mais ce plus-que-parfait n’est pas satisfaisant; O et V donnent «oportueret», et C, «oportuere»: aucune de ces leçons ne nous paraît convenir.

    (p. 372)
    80, 2: je serais assez favorable à «quartum» (V, C, O) au lieu de «tertium» (que semble donner R): cf. l’introduction à la version papier du Master 2. Mais le débat est loin d’être clos…
    81, 2: «puellulam» est une correction de Westerhof que nous conservons; les autres manuscrits donnent tous «puellam», or c’est bien «puellulam» qui figure dans le texte de Térence.

    (p. 373)
    86, 3: Notons que le manuscrit V cite plus longuement Virgile, puis qu’il mentionne les vers 63 à 65 de la deuxième Bucolique, et non le seul vers 65. Néanmoins, la citation donnée par le manuscrit est inexacte: le texte est en effet: «torua lena lupum sequitur lupus ipse capellam S. c. s. l. t. c. o. a. t. s. q. u.», alors que Virgile écrit «torua leanea lupum sequitur, lupus ipse capellam, / florentem cytisum sequitur lasciua capella, / te Corydon, o Alexi; trahit sua quemque uoluptas».
    87, 1: Wessner édite «cum τύπῳ»: c’est une conjecture d’Estienne que nous acceptons.
    87, 3: «plurali» est une conjecture nécessaire de Schoell; les manuscrits donnent en effet «singulari», ce qui fait contresens.

    (p. 374)
    90, 3: «domum» est un ajout de Goetz que nous conservons.
    92, 1: Wessner ajoute «mirae», ce qui nous paraît justifié.
    93, 1: «quid sit» est un ajout de Sabbadini sans lequel la scolie serait incomplète.

    (p. 375)
    98, 1: a priori, pas de doute sur la classification de cette «αὔξησις» au vu de l’apparat: elle semble bien être «secunda».

    (p. 376)
    101, 2: «non» est un ajout de Wessner sans lequel le texte fait contresens.
    101, 3: «παρασκευή» est une conjecture d’Estienne; V donne «παρασεης».
    104, 2: les manuscrits donnent «hic», et c’est cette leçon que nous retenons, bien que tous les manuscrits de Térence donnent «quo», et que Sabbadini propose de lire «hoc».

    (p. 377)
    106, 1: La plupart des manuscrits, ainsi que les Scholia Bembina, donnent «pexus», alors que V donne «passus»; le texte de l’Héautontimorouménos donne, selon les manuscrits, «passus» ou «sparsus». Nous proposons donc de corriger par «passus». => corriger
    103, 1 et 104, 3: «ἀσύνδετα κατὰ βραχυλογίαν» et «virgo pvlchra ἀπὸ τῆς καταπλήξεως» ne figurent que dans l’editio princeps; faut-il le signaler et/ou les supprimer?
    104, 4: «imvs venimvs videmvs virgo pvlchra»: ce lemme est un ajout de Wessner.
    106, 4: à ce que je comprends d’après l’apparat (mais je peux me tromper), Sabbadini a modifié l’ordre des mots, et fait passer «quasi» avant «est enim». L’ordre des mots était donc à l’origine «est enim quasi extra ipsam». Si c’est le cas, ne faut-il pas rétablir l’ordre des mots?

    (p. 378)

    (p. 379)
    109, 4: tous les manuscrits donnent «captus», mais il semble impossible de construire «captus» avec «in» suivi de l’accusatif; c’est pourquoi nous éditons «raptus», qui est une conjecture de Sabbadini.
    111, 2: je ne crois pas qu’on puisse tirer grand-chose de l’apparat (l. 11), mais j’aimerais avoir confirmation.
    112, 2: «peti» est une conjecture d’Estienne; les manuscrits donnent «petit», mais cette construction, qui met «petit» sut le même plan que «facit», nous paraît moins satisfaisante que celle qui consiste à faire de «adiri» et de «peti» deux compléments de «bene facit».

    (p. 380)
    114, 3: «ἄρσει» est une conjecture de Schoell; V et R donnent «αιρης».
    114, 4: Wessner édite «civem esse Atticam bonam «ciuem» quod ad iura pertinet, «bonam» quod ad ipsam». Mais «esse Atticam bonam ciuem» est un ajout de Wessner qui nous paraît superflu; on peut en effet tout à fait éditer «civem quod ad iura pertinet, bonam quod ad ipsam», en comprenant civem et bonam comme des lemmes.
    115, 2: tous les manuscrits donnent «a maioribus», et cette leçon nous paraît convenir; nous rejetons donc la conjecture d’Estienne, qui propose, en se fondant sur le «pertinet» de la scolie précédente, «ad maiores». => corriger la traduction
    115, 3: tous les manuscrits donnent «nuptias», et non «nuptas», qui est une correction de Bentley. On peut conserver «nuptias» et comprendre que les éléments mis en avant par Géta garantissent en général un beau mariage. (mais je ne suis pas sûre…)
    116, 2: problème d’attribution de la scolie: elle porte plutôt sur «lege id facere licere». => à corriger
    116, 3: problème d’attribution de la scolie: elle porte plutôt sur le v. 113 («ut sibi eius faciat copiam. illa enim se negat»), parce qu’il faut comprendre «facturam copiam». Note à rajouter: On peut trouver deux explications au déplacement de cette scolie: la première est que la répétition de «negat», aux vers 113 et 116, est à l’origine d’une confusion. La seconde, qui est peut-être plus satisfaisante, est que le commentateur opère comme un glissement, un retour en arrière, à partir du «faciat copiam» de la scolie 116, 2; en citant, dans sa scolie au vers 116, le vers 113, il revient sur celui-ci et précise son propos, dans un second temps: non seulement, comme il l’a déjà dit, il faut sous-entendre «facturam», mais c’est là une syllepse. problème: ici, manifestement, l’ordre des lemmes ne doit pas être rétabli, car on perdrait alors le mouvement du caractère qui, cela paraît évident ici, ne procède pas de façon strictement linéaire.

    (p. 381)
    119, 1: «si sperari» est une conjecture de Sabbadini qui paraît nécessaire; V donne «ne sperari», et R, C, et O donnent seulement «sperari».
    119, 3: Wessner édite «si cum, ut sit: cum redisset», mais «si cum ut sit» est une conjecture personnelle. Les manuscrits donnent seulement «cum si». Nous proposons donc de lire «cum is redisset», qui est une simple reformulation de «si redisset». (à confirmer)
    119, 3: V propose une citation de Virgile (En. V, 64 sq.), dont les abréviations sont fautives, pour illustrer l’emploi de si équivalant à cum => à préciser?
    120, 1: «dixerat» est une correction d’Estienne; R, C et V donnent «dixeras», et O, «dixeris». La troisième personne du singulier est ici la seule solution possible.
    120, 1: tous les manuscrits donnent «si», mais il faut comprendre, comme le fait Estienne, «qui».
    120, 2: «Et» est une conjecture de Lindenbrock (nom exact?); tous les manuscrits donnent «ex». => retenir «ex»? mais comment savoir si c’est une seconde main ou pas?
    120, 3: «quae supra» est une conjecture de Schoell; les manuscrits donnent «desuper», qui n’est pas satisfaisant.

    (p. 382)
    120, 4: Les manuscrits R et C donnent «subaudiuimus»; O et V donnent «subaudimus». Schoell avance, à titre de conjecture, «subaudibimus». Aucune de ces solutions ne nous paraissant satisfaisante, nous proposons «subaudiamus».
    121, 5: les manuscrits donnent «sensus», mais R. Kauer (Std Vind. XXII, p. 40 sqq.) propose de lire «uersus», en se fondant sur le commentaire au vers 325 du Phormion: Donat écrit, à propos de «denique»: «hanc particula in ultima ponit sententia». Néanmoins, comme «sensus» est la leçon donnée par tous les manuscrits sans ambiguïté, c’est celle-ci que nous conservons. Tout au plus peut-on remarquer que Ménage, dans sa lettre à Graevius du 21 mars 1688, lit bien «in fine sensus», mais comprend «in fine uersus», puisqu’il écrit: «il ne peut être révoqué en doute que Térence n’ayt fini son vers par denique; Donat, sur ces paroles du Phormion, quid fit denique, qui sont de la Scene 2. de l’Acte I. aïant remarqué que Térence a mis denique dans cet endroit-là à la fin du sens, comme dans celui-cy de l’Héautontimoruménos, Fodere, aut arare, aut aliquid ferre denique. Voicy les paroles de Donat: More suo posuit Terentius denique in fine sensus.» (cité par Maber, Richard G., in Publishing in the Republic of Letters: the Ménage-Graevius-Wetstein correspondence, 1679-1692. Rodopi, Studies in the history of ideas in the Low Countries n°6, 2005. p.105. C’est nous qui soulignons.)

    (p. 383)
    123, 3: «Nomentane» est une correction d’Estienne (les manuscrits donnent «montane»).
    123, 3: «autem per» est une conjecture de Wessner que nous conservons; V donne «aut qui», mais R, C et O donnent «aut per».
    123, 4: «παρενθέσεως» est une conjecture d’Estienne; R donne «παρηπηοσήωσ», et V, «παρηπηοσηῶσ».
    124, 1: Wessner édite «unde» qui est un ajout d’Estienne, de sorte que l’on lit: «ut rediret ad nominatiuum casum “qui”, unde aberrauerat et “illum” dixerat». Sabbadini quant à lui propose de remplacer «unde» par «a quo». En réalité, aucun ajout n’est ici nécessaire: «qui» n’est pas un autonyme, il faut éditer: «ut rediret ad nominatiuum casum qui aberrauerat et “illum” dixerat», et comprendre «pour qu’il revienne au nominatif, lui qui s’en était éloigné en disant “illum”».

    (p. 384)
    127, 1: je ne vois pas bien comment on peut se passer de la correction d’Estienne («a persona eius, cum quo agitur»): les manuscrits donnent «a persona iustum quocumque agitur» («quodcumque» pour V). Mais j’aimerais avoir votre avis…
    127, 2: nous éditons «ἀπογράψομαι σε», qui est une conjecture de Rabbow; V donne «απογραφην τοναι».
    127, 3: «in personis» est un ajout de Sabbadini.
    128: R, C, O et V donnent «ad personam» (pour ce qui touche au statut social…?): à restituer?
    130, 3: le texte de Salluste est «omnia haec».

    (p. 385)
    131, 1: «τὸ» est une conjecture de Sabbadini que nous conservons; les manuscrits donnent «totum».
    131, 2: Wessner édite «totum ἐν ὑποκρίσει»: «totum» est un ajout de Schoell motivé par le «totum» donné par les manuscrits dans la scolie précédente, et par le «totum» que l’on trouve dans la scolie suivante. Néanmoins, il ne nous paraît pas judicieux de le conserver, dans la mesure où l’on ne trouve rien, dans les manuscrits, qui le justifie.
    131, 3: «dicens» est une conjecture d’Estienne que nous conservons; la leçon «dicit», donnée par R, C et O, ne permet pas de construire correctement la phrase.
    132, 1: pour Hartman, cette scolie porte en fait sur le vers précédent, et plus précisément sur «quod erit mihi bonum atque commodum». => à corriger?
    132, 2: Wessner se demande s’il ne faut pas lire «proprie» plutôt que «prorsus»; je ne crois pas, parce que je ne vois pas quel serait a contrario le sens figuré de «refellere». Mais peut-être faut-il y revenir…
    133, 1: «συκοφαντεῖ» est une conjecture de Schoell; R donne «συτωφηλυα» et V, «σϋτωφηλυα» (et dans la marge «uel σϋκωφαντα»).

    (p. 386)
    135, 5: Wessner édite «“it, lauit, rediit” et “imus, uenimus, uidemus”», mais ce «et» est un ajout d’Estienne qui n’est pas nécessaire et que nous ne conservons pas.
    136, 2: cette scolie porte en réalité sur «O Geta quid te est futurum». => à corriger ou note seulement? tout dépend, à mon sens, si l’on tient compte du fait que cette erreur est peut-être révélatrice d’un certain mode de fonctionnement du commentaire; en l’occurrence, je pense que le lemme est ajouté dans un second temps, par une autre main que celle du ou des commentateur(s), qui ne s’attarde pas sur le contenu de la scolie mais répartit le lemme en fonction du texte «restant»: «hoc quod audis» n’était pas mentionné, on l’a donc rajouté en pensant que la scolie portait sur ce fragment du vers qui était le seul à ne pas être mentionné. C’est d’autant plus probant que le fragment en question possède une autonomie certaine: «hoc quod audis» constitue en effet une réplique à soi seul.
    136, 2: Wessner édite «et iam eum sub certo interitu defleas», en suivant Estienne qui conjecture «defleas» alors que tous les manuscrits donnent «defleat». On peut néanmoins conserver la leçon donnée par les manuscrits et éditer «defleat»: on considère alors que l’on change de sujet en cours de phrase, le sujet de «defleat» étant Dave, et «eum» renvoyant toujours au malheureux Géta.

    (p. 387)
    140, 1: «in tali re attigenda» est une conjecture de Schoell que nous conservons; V donne «in tali re tangenda», R et C, «in alia reticenda», et O, «in alio recitanda», mais aucune de ces leçons ne nous paraît convenir ni fournir un point de départ convaincant. sauf avis contraire…
    140, 2: comme M. Nicolas l’a souligné dans son post, il faut modifier la traduction de «tutorem» et mettre une note: la vraie citation est «tu aram etc.» (il me semble que les erreurs sur les citations internes sont assez rares, or coïncidence c’est l’Héaut. qui est ici cité…)
    141, 1: restituer «mimesis»? (c’est ce que donnent tous les manuscrits)

    (p. 388)
    144, 1: je ne pense pas qu’il y ait quelque chose à tirer de l’apparat ici, mais je voudrais confirmation.
    144, 2: tous les manuscrits donnent «paedagogus est ille», mais nous tenons compte de la correction de Sabbadini qui supprime «est» et rétablit ainsi la citation exacte.
    145, 1: notons que l’editio princeps donne «δεικτικῶς sic».
    146, 1: «nam» est un ajout de Schoell, et nous le conservons.
    146, 1: Wessner édite «non cum spe»; il s’agit d’une conjecture de Sabbadini. V donne «cum non spe», et R, C et O, «cum ne spem»: aucune de ces leçons n’est satisfaisante, mais on peut logiquement en tirer «non cum spe», qui convient parfaitement.

    (p. 389)
    147, 3: tous les manuscrits donnent «animaduertite quid» (sauf V: «animaduertite quoad»), que Wessner corrige en «animaduerte τὸ quid»; néanmoins, cette correction ne nous paraît pas nécessaire. (sûr?)
    150, 3: Wessner ajoute un «et» au début de cette scolie, mais il ne nous paraît pas nécessaire. Attention ce «Et» était indiqué comme de la 2e main! => vérifier les 2e mains, qui peuvent donc être tout simplement du Wessner…
    152, 1: Deux lectures sont possibles au vu de l’apparat critique:
    «ut Planesium, Glycerium»: on peut également rapprocher de cette leçon le manuscrit V, qui donne «planesium et glicerium».
    «ut plane sua Glycerium»: R et O donnent en effet «plane suam glicerium», et C, «plane sua glicerium». On peut alors traduire «Dorcium est un nom féminin, comme de façon claire, de “sa” (sua) Glycerium». «sua Glycerium» est en effet une allusion à Andrienne, 134: «mea Glycerium», dans laquelle le possessif féminin «sua» témoigne manifestement («plane») du fait que Glycerium est un nom féminin.
    => je pense qu’il faudrait chosir la solution 2) pour deux raisons: Planesium est un personnage de Plaute (Curculio), sa présence chez Donat n’est pas vraiment significative; et surtout, 1) me semble être une lectio facilior.

  5. J’ai le même problème que Manue pour les remarques grammaticales. Je bloque en effet sur un point en 39.1 qui me semble problématique et qui pourrait être éclairé par les remarques de Sarah et les témoignages des différents manuscrits, et la traduction que propose Christian Nicolas n’éclaire pas davantage ma perplexité.

    Sinon, même avis que Bruno Bureau: un postage scène par scène me semble davantage adapté à la lecture.

  6. Voici les remarques d’ecdotique sur I, 3.

    I, 3

    (p. 390)
    153, 3: Wessner édite «in qua sit audax locutor Phaedria»; «sit» et «locutor» sont des conjectures de Schoell, pour respectivement «sic» (dans tous les manuscrits) et «loquitur» (manuscrits R, C et O) ou «inducitur» (manuscrit V). Il est préférable d’éditer «in qua sic audax loquitur Phaedria», en construisant «sic» avec le «ut» suivant, et de traduire «dans laquelle Phédria s’exprime en audacieux».
    153, 3: Wessner édite «ut qui defensor futurus sit», «qui» étant un ajout de Bentley. Mais ce «qui» n’est pas indispensable, et on peut très bien éditer «in qua sic audax loquitur Phaedria, ut defensor futurus sit». Notons par ailleurs qu’Estienne a déplacé cette scolie (à raison me semble-t-il, mais c’est à confirmer), qui se trouvait à l’origine après «eo quod ait patrem», dans la scolie suivante.
    154, 4: Wessner édite «et aduenti et aduentus»; «aduenti et» est un ajout d’Estienne qui n’est pas indispensable. Nous éditons donc «et aduentus», que nous traduisons: «on trouve aussi aduentus».

    (p. 391)
    155, 1: «Probus “nomen incogitans”» est une conjecture de Schoell d’après Estienne; les manuscrits donnent tous «improbus non cogitans» (sauf O: «et probus non cogitans»).
    157, 4: l’apparat me laisse perplexe (abréviations impossibles à expliciter) => note?
    157, 5: «ne» est un ajout d’Estienne. (mais il me paraît utile de le garder; l’expérience a montré que ce passage est délicat à traduire… cela dit, si on renonce à «ne», on a seulement «non accipiendum», qui est peut-être plus clair: il faut comprendre «non». à débattre.)

    (p. 392)
    159, 2: on lit dans tous les manuscrits, après «ponitur»: «non potitus essem monomeres non ne (ut V) illa sed (hic RCO) potiri uoluisti posuisset». Nous suivons Estienne et Sabbadini qui ont considéré ce passage comme une redite et l’ont corrigé.
    160, 1: «igitur» est un ajout de Wessner.
    160, 2: tous les manuscrits donnent «continente», qui n’a pas de sens ici. Nous suivons donc la correction apportée par Estienne et nous éditons «contemnente».

    (p. 393)
    162, 1: les manuscrits donnent «desit», ce qui est une erreur.
    162, 2: les manuscrits donnent «aduersa et contraria», qui fait contresens. C’est pourquoi nous éditons comme Wessner la conjecture de Hartman: «aduersae contraria».
    162, 2: Wessner édite «scire autem debemus et enuntiatiue et per interrogationem»; le premier «et», qui est un ajout d’Estienne, n’est cependant pas indispensable, et c’est pourquoi nous ne l’éditons pas.
    163, 1: éditer «“non esuris” ut “pleno uentre es”», et non pas «aut» qui ne figure que dans un manuscrit, et traduire par «“tu n’as pas faim” au sens de “ton estomac est plein”». (?)
    163, 2: la citation de Juvénal me pose problème.
    164, 2: «optandam» est une correction nécessaire d’Estienne; les manuscrits donnent «optanda», qui est impossible à construire.
    164, 3: les manuscrits donnent «uiuentibus»; toutefois, R, C et O donnent «nubentibus», qui nous paraît préférable: l’idée de se marier entretient un lien plus étroit avec le contexte que l’idée de vivre, or celui-ci est rappelé dans la suite de la scolie par l’expression «ut modo». => modifier la traduction.

    (p. 394)
    164, 4: «auemus» est une conjecture de Sabbadini que nous conservons car elle nous paraît pleinement justifiée. R donne en effet «habemus», O, «habemus amamus», C et V «amamus» (avec dans la marge, pour C, «aliter habemus»). La forme «auemus» justifie donc bien l’hésitation entre «amamus» et «habemus».
    165, 4: «quasi dicat» est une conjecture de Wessner, d’après Estienne. Les manuscrits donennt «dictum quod». (je pense qu’il faut suivre Wessner, ici, mais c’est parce que je ne vois pas comment construire «dictum quod»… et ça me gêne, parce que «quasi dicat» me paraît être une lectio facilior).
    166, 1: Estienne propose de lire «pactionem transigere»; néanmoins nous éditons «pactione», qui rend parfaitement compte du sens du lemme. («pactione» se trouve-t-il dans les manuscrits? l’apparat ne le dit pas, mais renvoie seulement au Thesaurus glossarum, s. v. depecisci)
    168, 1: «παράλειψις» est une conjecture d’Estienne; le manuscrit V donne «παραληψις», et R, «παρελπσισ».

    (p. 395)
    169, 3: les manuscrits donnent «superius», ce qui est impossible à construire. Nous éditons donc «superioribus», qui est une correction de Wessner.
    168, 5: les manuscrits donnent «copia», ce qui est sans doute le résultat d’une mélecture. Nous suivons donc Estienne qui corrige ici en «copiam».
    171, 1: même remarque que M. Nicolas: cf l’apparat: «et] hoc igitur pro «quod» legit scholiasta».
    172, 1: Note: le manuscrit V donne «αποσιωπησισ III», et en marge «uel παρελκων».

    (p. 396)
    – 175: les manuscrits donnent «quod uelis retinere» au lieu de «quid uelis retinere», ce qui est sans doute une mélecture.

  7. Bonsoir à vous tous,

    Voici ma contribution. Je m’aperçois que mes notes recoupent parfois celles de M. Nicolas. Il me reste des tas de questions, qui, contrairement à celles de Sarah, sont de vraies questions. Vous ne trouverez pas ici de notes entièrement rédigées, mais des pistes de réflexion.

    Bonne lecture !

    Commentaire de grammaire, Acte I, sc. 2, à partir du vers 122.

    122, 1 : aposiopèse
    2 : étymologie de Phormion a formula ; rq. orthographique PH / F

    123, 3 et 4 : propose d’abord qui = utinam (3) dans formule de souhait (adv. exclamatif de souhait, « en quelque façon », ancien abl. de quis, Cf. 130, 2) puis (4) deux possibilités : « explétif » (= utinam ?) ou pronom renvoyant à Phormion (relatif N. masc. sg.), sans rapport avec suite du vers, lue comme une parenthèse « d’un certain genre » (pas de catégorie ?)

    124, 1 : ut rediret ad nominatiuum casum qui, aberrauerat semble appuyer 2e interprétation.
    2 : de quel qui s’agit-il ?

    125, 4 : is ou his ?

    127, 2 : passage en grec = trad. de Ménandre ?
    6 : note Sarah

    129 : qui pronom … interrogatif ? Sujet de fuerit et pater att. du sujet ? Infra quomodo significat = vers 130.

    130, 2 : qui = quomodo ancien abl. de quis, adv. interrogatif (Cf. 123, 3)
    3 : haec après énumération ?

    131, 1 : quod a pour antécédent la phrase précédente, avec les propositions interrogatives indirectes (qui fuerit … confingam). Explicité en 2.
    3 : Ce qui lui fait rapprocher bonum atque commodum de faustum felixque est d’une part le sens (+) mais aussi la forme (2 adj. coordonnés) et le matériau phonique commun, en [o] / [um] d’une part et [f] de l’autre.

    135, 1 : note Sarah
    2 : est-ce que la scholie adeo audax Phormio vient de l’aspect accompli de factum est ?
    3 : pertinence de la scholie ? Différence avec 4 ? Pourquoi ce commentaire ne porte-t-il que sur uentum est ?

    140, 3 : orare + datif pour + pro + ablatif ? Courant ?

    141, 2 : amitte = ueteres, dimitte = nunc et cit. Salluste et Virgile avec amittere : plus usité ?

    142, 1 : différencie precari et extorquere par résultat (impetrare).
    2 : ellipse du verbe
    3 : ellipse explicitée (manque verbe) ET précisée sur sens.
    4 : nihil pro non : lit nihil comme un adverbe. Mais precari peut-être tr. dir., auquel cas nihil peut être pronom.

    144, 2 : sectari, in ludum ducere et reducere v. 86
    puellulam, v, 81
    ille laudatif ? Moqueur ? Anaphorique ? Senti comme marqué.
    4 : de fait, manque un vb, comme le dit Donat, puisqu’on a ille qui citharistam (N. et Acc.).

    147, 2 : nondum négation partielle pour nous (tps), ce que Donat dit de façon moins « théorique » sans doute, avec quia ueniet, iam non plena negatio est. Noter que iam non est exact synonyme de nondum.

    151, 1 : Rq sur forme de la scholie : Donat poursuit le lemme à la P1, comme si c’était Dave qui parlait (tibi a me), pour expliciter le numquid aliud, sans dire ouvertement « par numquid aliud il entend… »
    2 : Je m’interroge sur la trad. : pourquoi « rien, si ce n’est … ». a priori, pas ds le texte ! Et cette scholie ἀστεϊσμός pro nihil remarque le caractère formulaire de la complétive en ut.

    152 : Note Sarah

    Acte I, sc. 3.

    154, 2 : in mentem uenire NUNC = recordatio / VETERES = recogitatio et consideratio
    3 : sic ueteres genitiuo casu proferebant porte sur la syntaxe (vb de mémoire + G) ou la morpho ?
    4 : plutôt sur la morpho (aduenti / aduentus). Gaffiot donne slmt cette occurrence pr aduenti (autres ?). Comparée avec ornatus / ornati (Gaffot : 2 occ. chez Térence) et tumultus / tumulti (Enn., Att., Plaute, Térence, Sall.). Note Sarah.
    6 : pourquoi édite-t-on uenit ? Parce que le subj. ne se justifie guère ? Ubi + ind. dans sub. circ. Tmp. … subj. pour répétition ?

    155, 1 : note Sarah
    2 : alias : où ? Pas trouvé dans pièce

    157, 4 : utinam ne uetus elocutio : juste pr citer Ennius ?
    5 : ne se comprend plus ?

    158, 2 et 3 : du coup, comment traduit-on eo ?

    159, 2 (+ note Sarah) : Certes Térence ne met pas les « deux alternatives », mais c’est l’irréel du passé qui les fait apparaître (s’il y a absence de réalité, c’est qu’il existe une réalité, Cf. Marc Baratin et Hélène Vairel)

    161, 1 : différencie quam mox de quando : dans les deux cas, interrogative / exclamative indirecte, mais quam mox est + marqué que quando, simple advb de date, par tournure en quam (advb interro-excl) portant sur mox, advb qui signifie « bientôt », apportant un sème de proximité, que Donat explicite par quia timet. Peut-être que Donat remarque plus la construction exspectare + interro ind. que la différence entre quando et quam mox ?

    162, 1 : Donat analyse aliis comme + marqué que mihi : pour lui, l’opposition naturelle à la P2 est la P1 (les 2 vraies personnes, celles du dialogue, surtout dans le cadre dramatique) et non la P3 (généralisation).
    2 : Donat remarque par la scholie et est figura ὑπόζευξις, nam ad utrumque aegre est sufficere potuit un parallélisme entre aliis quia defit quod ament aegre est et tibi quia superest dolet, phrases dans lesquelles le verbe principal aurait pu être en facteur commun, comme souvent en latin, surtout dans des cas de parallélisme aussi affirmés. Son commentaire stylistique ne s’arrête pas là : il nous dit que cette figure de style tend à mettre en opposition dolere et aegre esse, pour montrer que dolere est plus fort que aegre esse (laborauit, ut ostenderet plus esse dolet quam aegre est). L’implicite de la remarque de Donat est que le parallélisme est réalisé par aliis / tibi, quia x2, deesse / superesse et la forme des phrases juxtaposées (Datif d’intérêt, sub de cause, vb), et que ce parallélisme met en lumière une opposition entre les deux phrases par les couples d’antonymes aliis / tibi, deesse / superesse, opposition qui met en valeur le rapport entre les vb principaux et sur lequel porte son commentaire.
    3 : remarque-t-il dans cette scholie que tibi est en facteur commun pour dolere et superesse ? 4 semble le confirmer en rapprochant le pronom du verbe dolere.

    164, 3 : Comme en 2, dit qu’il faut comprendre le uita du texte (ut modo) felicitas ou fortuna accidens uiuentibus. En 3, il est en fait 1 des sèmes du mot uita ; on a en quelque sorte un hyperonyme, uita, et des hyponymes, mores, alimentum, animus, spatium uiuendi et felicitas ou fortuna accidens uiuentibus. D’une part la scholie nous invite à ne choisir qu’un sème parmi ceux de uita (Cf. optandam, ut modo), d’autre part elle place en rapport de synonymie felicitas et fortuna accidens uiuentibus.

    165, 3 : remarque qu’il y a une différence entre tamdiu (advb de temps) et quamdiu (advb interrogatif ou relatif).
    4 : s’interroge sur la raison pour laquelle on a tamdiu et non quamdiu : en fait une contraction de l’adjectif tantus, a um au neutre advbial (δεικτικόν) avec l’advb diu (quasi dicat: tantum diu). En réalité, confusion entre advb interrogatif et advb tporel.
    uel tantillo tempore : propose d’analyser le lemme commenté de façon ironique ? Pourquoi le point d’interrogation ?
    5 : cette scholie porte-t-elle sur l’absence du pronom de rappel devant le relatif (fréquent), ou sur le fait que l’objet de l’amour, bien que ce soit une femme, soit au neutre ?

    166, 2 : cetera abundat : voit un pléonasme syntaxique : on a en effet 2 COD pour conjicere, cetera et une interro ind. quid ego … Propose une solution : fait de cetera un C.C. Moyen/Manière en ajoutant per.

    168, 1 et 3 : paralipse = prétérition ?
    4 : nécessité du grec ?
    5 : Note Sarah

    169, 3 : sur quoi porte palam pour Donat ? Pourquoi fait-il cette remarque ?

    171, 1 : Note Sarah. Relatif de liaison.
    2 : sit rogas ? Sensi. Où ?

    172, 1 : pléonasme de 3e catégorie portant sur pronoms.
    2 : archaïsme mis en lumière par Donat semble être celui de faire un pléonasme de 3e catégorie, puisque le seul pt commun entre la cit. et la scholie est le fait qu’il y ait deux pronoms indéfinis dans la cit (plus satis). Cit. de qui ?

    174, 1 : de integro = deinceps ? Possible ?
    2 : + plausible…

    178, 1 : ei comme hei

    Acte I, sc. 4.

    179, 2 : pertinence de la remarque ? Celere porte sur consilium, donc forcément au neutre. Éviter confusion morpho ?

    180, 1 : Remarque emploi rare tr. dir. de impendere (ici te = acc.). Donne Lucrèce comme seul autre ex., et ce sont également ces deux seuls ex. que cite Gaffiot. Construction normale = alicui ou in aliquem. Peut-être Donat propose-t-il de lire une anastrophe, lorsqu’il dit en 2 Pro in te pendent mala.

    181, 1 : remarque le passage d’un monologue à la P2 à une P1.

    186, 4 : théorise comme σχῆμα διαπόρησις le monologue délibératif, en particulier qd il évoque ce qu’il pourrait faire ET quelles en seraient les csqces. A-t-on cela ailleurs ? (pas ds l’Andrienne, pas ds l’Eunuque).
    5 : certes loqui et purgare peuvent être des vb de paroles, mais qd même différence sémantique forte, non ? Loqui = vb neutre de parole, purgare Cf. purus, notion de purification, pas forcément par parole ! Pb de trad. sur quid sibi uult purgem me ?

    187, 1 : cum adversatif ?
    2 : Donat remarque ici une tournure avec animus au G. : me excruciat animi, qu’il compare avec l’Hécyre fecit animi ut incertus foret (v. 121), dont il dit qu’on attendrait plutôt un ablatif (« en son âme »). Explique cela par idiotisme et renvoie aux ueteres. ?

    189, 2 : insiste sur le caractère réflexif de la tournure (coïncidence pers. Vbale + pers. du pronom personnel)

    192, 1 : Donat ne fait sans doute pas ce commentaire parce qu’il voit un pb de logique (opposition ou csqce), mais parce qu’il ne sait pas si sed porte sur la seule interrogation (auquel cas on attendrait plutôt ergo), ou s’il fait le lien avec la phrase précédente (chgmt de sujet en les opposant, Cf. citation, et Cf. 215,1).

    193, 2 : j’ai besoin d’aide pour cette note !

    194, 1 : ellipse car pergere signifie « continuer », et non proprement « rentrer ». Mais Donat ne dit pas ce qui manque selon lui. Est-ce usque ad ? Est-ce un verbe du type ire, étant donné que pergere n’est pas forcément un vb de mouvement ?

    200, 1 : note ?
    2 : subito : abl. de subitus, a, um. Peut-être pris adverbialement, ou alors rester adj., qui peut bien entendu être à l’abl. lorsqu’il qualifie un nom à l’ablatif. Ici, l’ambiguïté demeure, puisqu’on a exitio : soit subito porte sur la phrase et est adv, soit il qualifie exitium, et est adjectif, c’est-à-dire qu’il appartient à la catégorie des noms selon les grammairiens latins (renvoyer à l’ars maior de Donat ?)

    201, 2 : note Sarah
    4 : peut-être cette scholie est-elle due au fait que Donat voit dans un passif à la P1 un sens « encore plus passif » que dans une phrase à la P2, car le locuteur se donne comme incapable de résister en connaissance de cause, alors que lorsqu’il dit qu’une autre personne, P2 ou P3, subira une action, il ne peut véritablement savoir à quel point elle tentera de s’y opposer (à développer ; c’est 4 uerbum uim cohaerentis qui me fait proposer cette interprétation).

    202, 1 : Certes pour le sens, mais nulla reste un adj., quand non est un adverbe de négation. Cf. toutes les rq sur nihil pro non, etc (ex. 142, 4) : comprend-on encore nullus, a, um et nihil comme adj. où pronom au IVe ?

    203, 1 et 3 : besoin de note ?

    205, 2 : Cf. ad Hecyram, 4, 3 : stvpidvs pro stupens ut timidisque superuenit Aegle. Y a-t-il une hiérarchie de correction dans l’adj ou le participe présent ? Est-ce un pb d’aspect (progressif, accompli, etc.) Que signifie véritablement pro ?

    206, 1 : nunc dicimus commeruisse pro commisisse, et commeruisse édité … ? À quoi renvoie le nunc ? Commereo = mériter. Committo = mettre à exécution.
    3 : Il faut sans doute ici une note … Donat commente-t-il la voix ? Juste le sémantisme du vb ?

    208, 1 : là encore, je ne comprends pas … pourquoi dit-il que la question de Géta appelle à une interrogative ? Peut-être faut-il s’interroger sur le sens de percunctans ? Attend-il un subj délibératif de la part d’Antiphon, qui réfléchirait à la réponse à apporter à Géta ? C’est possible, puisque Donat semble dire que la réponse d’Antiphon est trop tranchée, qu’il reste sur sa position sans avoir envisagé d’autres possibilités (cum male respondendo callidae interrogationis interrumpimus argumentum).
    2 : Pourquoi cette scholie sur hoc ici ? Ce qui met la puce à l’oreille, c’est qu’on a aussi un hoc dans le lemme précédent. Donc dit hoc relatiuum pour le différencier de l’autre ? Or il me semble que les deux hoc sont anaphoriques, mais qu’ils n’ont pas le même référent. Le premier hoc, celui de la réplique d’Antiphon, renvoie à ce qui doit être fait (le complément implicite de aliud grauius) et fonctionne avec illud (qui a pour référent aliud grauius) : la référence des deux pronoms est précise, et se déduit de la question précédente. En revanche le second hoc, celui de Géta, commenté par Donat, renvoie aux paroles et à l’attitude d’Antiphon en général, sa référence n’est pas purement endophorique (ou endodialogique !) mais plutôt exophorique. Est-ce que Donat a voulu commenter ? La scholie 3 propose une autre interprétation : hoc pour hic Antipho. Ce n’est pas incompatible avec l’interprétation qu’on vient de donner, c’est juste que Donat n’a pas les mots pour le dire… Ses deux interprétations hoc relatiuum puis hoc pour hic Antipho sont que hoc peut renvoyer respectivement aux paroles d’Antiphon, ou bien en général à sa personne, auquel cas le neutre est marqueur de mépris.

    213, 2 : note sur étymologie … sans doute Marie sera-t-elle plus à même que moi pour mettre une note savante!

    214, 3 : Donat propose ici une interprétation différente de celle qu’il donne en 2 : inuitum ne serait pas la reformulation de ui coactum, mais le préciserait, car Donat explique qu’on peut parfois se forcer soi-même. Inuitum indiquerait ainsi que ce qui l’a forcé est différent de lui-même, de la propria uoluntas.

    215, 1 : renvoie à 192, 1, et explicite la scholie. Tjrs même pb : si ne porte que sur question, on attendrait plutôt ergo (pas dit ici), mais Donat voit sed comme le passage à un autre sujet (transitum ad alteram rem ab ea quae agebatur = pro fine superioris sententiae ).
    2 : règle summa arbor commentée (la cime de l’arbre, l’arbre le plus haut)

    216, 2 : note Sarah. Quo lieu où l’on va, donc opposition entre 2 lieux, celui où se trouve le locuteur et celui où se rend celui qu’il interroge avec cet advb.

    218, 1 : besoin d’une note ?

    219, 3 : note facies / audies ?

    220 : racine i-e *pleh2-g-

    223, 1 : par atticisme ? Certes, pas besoin de ce datif étique, mais atticisme ?

    225, 2 : note de sémantique sur noxa (2 sèmes : res, neutre et culpa, -) + note Sarah.

    228, 2 : sedulo fait pléonasme car fiet aurait suffit … Déjà, pléonasme pas « classé », et d’autre part, il me semble que l’advb sedulo apporte un surcroît de sens à la réplique de Phédria, en indiquant qu’il prend vraiment à cœur de faire ce que l’esclave lui conseille. Est-ce le temps de l’impersonnel, futur à valeur de promesse (ce qui implique dc que Phé prend la chose à cœur) qui fait dire à Donat qu’il y a pléonasme ?

    229, 1 et 2 : adire, insidiae : note de sémantique ?

  8. Voici les remarques d’ecdotique sur I,4.
    Bonne lecture!

    I, 4

    (p. 396)
    180, 1: Wessner s’interroge dans l’apparat sur l’opportunité de restituer «nota» avant «accusatiuo etc.»; il se fonde sur le commentaire à Andr. 614 («et nota faciam ablatiuo casu») et sur le commentaire à Hécyre V, 3, 2 (je n’ai pas le texte, il faudrait que Fanny jette un coup d’oeil!). Pour ma part, je ne suis pas convaincue pour l’instant, mais on peut discuter…

    (p. 397)
    181, 2 (l.6): je ne comprends pas l’apparat.
    182, 1: «sustinet» ne se trouve que dans un manuscrit; les autres proposent «suae tenet»; mais je ne sais pas si l’on peut employer «maximam partem culpae tenere» comme on dit «maximam partem sustinere»…
    181, 3: «antequam» est une conjecture d’Estienne que nous devons conserver; R, C et O donnent en effet «antiqua», et V, «cum iniqua».
    184, 1: «quicomque» et «iuuassit» sont deux conjectures, respectivement de Mueller et de Sabbadini, que nous conservons. Les manuscrits donnent tous «inuasit»; R, C et O donnent «quiquoque» et V, «qui hoc». Mais je ne comprends pas de qui est la conjecture «horae»: tous les manuscrits donnent «hora et»; ce doit être du Wessner mais j’aimerais avoir confirmation avant de compléter la note.

    (p. 398)
    184, 5: «πρὸς τὸ» est une conjecture d’Estienne que nous conservons; les manuscrits donnent «presto».
    186, 3: notons que le manuscrit V donne «ρημον»; c’est probablement en se fondant sur lui que Sabbadini propose la conjecture «παρόμοιον». C’est pourtant la leçon «παροιμία» que nous retenons; elle figure dans l’editio princeps, et nous paraît confortée par un extrait de la Souda: «Πλίνθος. παροιμίαι: Πλίνθους πλύνεις: Χαμαὶ ἀντλεῖς: Φακὸν κόπτεις: ἐπὶ τῶν ἀδυνάτων καὶ ἀνηνύτων καὶ μὴ ὄντων λέγεται.» (Souda s. v. πλίνθος)
    186, 3: «πλίνθον πλύνεις» est une conjecture d’Estienne que nous conservons; V donne «τιαηνθοντηαυνεησ».
    186, 5: nous éditons «peccando», qui est la leçon donnée par tous les manuscrits, et non «placando», comme le fait Wessner qui suit sur ce point une conjecture d’Estienne. => modifier trad. et texte
    186, 6: nous éditons «nec sui», qui est une conjecture de Schoell; R, C et O donnent «si», et V, «et», mais aucune de ces deux leçons ne convient.
    186, 6: nous conservons la conjecture d’Estienne: «habere»; les manuscrits donnent «habet» ou «habent», que la structure de la phrase ne permet pas de conserver.
    187, 2: «τῷ ἰδιωτισμῷ» est une correction d’Estienne; V donne «τῶ ανσοτισμο».

    (p. 399)
    188, 2: notons que la totale restitution du polyptote est issue d’une conjecture de Klotz; R, C et O donnent seulement «eius eo», et V, «eius ei».
    188, 2 «sic» est une conjecture de Rabbow que nous conservons; les manuscrits donnent «si».
    189, 1: Wessner édite «sibi per eam», et suit sur ce point une conjecture d’Estienne. Les manuscrits donnent cependant «peccati», et l’editio princeps, «peccanti»; c’est cette dernière leçon que nous choisissons d’éditer, car elle nous paraît parfaitement convenir. => modifier trad. et texte
    189, 2: Wessner suit une conjecture d’Estienne et édite «ut dicimus»; nous préférons nous en tenir aux manuscrits, qui donnent «et dicimus». => à confirmer
    190, 1: «colligendis» est une correction qui figure dans l’editio princeps; les manuscrits donnent «collidendis» (R, C et V) ou «colliendis» (O), leçons qui sont assurément des mélectures.
    190, 2: Wessner édite «πρὸς τὸ “recte ego mihi uidissem”.», mais « πρὸς τὸ» est un ajout d’Estienne que nous ne considérons pas comme indispensable. => à confirmer

    (p. 400)
    191, 1: Wessner édite «πρὸς τὸ “conicerem in pedes”.», mais « πρὸς τὸ» est un ajout d’Estienne que nous ne considérons pas comme indispensable. => à confirmer
    194, 2: Wessner suit une conjecture de Schoell et édite «et secum uidetur»; mais les manuscrits R et V donnent «et sic uidetur», et c’est cette leçon que nous éditons. => modifier trad. et texte
    194, 5: «sanun es» est une conjecture de Sabbadini; nous ne retenons pas la leçon donnée par les manuscrits («sanusne es»).

    (p. 401)
    198, 1: corriger la traduction: aliter = autrement! (l’apparat donne aussi «moraliter» plutôt que «aliter», mais je ne crois pas que cette leçon doive être retenue).
    198, 3: «proprie uim suam» est une conjecture de Schoell que nous retenons; les manuscrits donnent en effet «proprie enim suam», ce qui n’est pas satisfaisant.
    198, 3: nous éditons «intellectus ex quiete» en suivant la conjecture de Sabbadini; les manuscrits R, C et O donnent en effet «et», et ce mot est omis dans V.

    (p. 402)
    202, 3: «scilicet» est une conjecture de Sabbadini que nous conservons.
    203, 2: «παροιμία» est une conjecture d’Estienne; V donne « παρομιον».

    (p. 403)
    206, 2: V donne «hoc», et R, C et O, «hec»; mais «hos», qui est une conjecture d’Estienne, est la seule possibilité.

    (p. 404)
    209, 1: Wessner édite «hinc terrorem» en suivant une conjecture de Sabbadini; mais R, C et O donnent «hunc terrorem», et c’est cette leçon que nous éditons. => modifier trad. et texte (+ note: «cette peur» = la peur qu’il s’en aille)
    209, 4: supprimer [enim], qui est effectivement omis dans certains manuscrits.
    212, 1: notons que les manuscrits R et C citent Eunuque, 445, en ajoutant immédiatement après le lemme «et hoc uerbum ut “par pari referto”» (et ce propos est comme “par pari referto”).
    212, 2: supprimer [et] (je n’ai pas vraiment compris la position de Wessner ici)

    (p. 405)
    213, 2: supprimer qui est un ajout de Wessner; je ne pense pas que ça justifie une note.
    213, 3: «percutiat»/«perueniat»: «percutiat» est une conjecture de Schoell et les manuscrits semblent donner «perueniat»; mais l’apparat justifie «percutiat» en citant Nonius 363, 1; je n’ai pas pu consulter le site du CGL, inaccessible pour le moment; si quelqu’un y arrive…
    214, 1: la leçon «fac» est donnée par l’editio princeps; les manuscrits donnent «ac», ce qui n’est pas satisfaisant.
    213, 4: «eum» est une conjecture d’Estienne. Le mot est absent dans le manuscrit O; R, C et V donnent «cum eo», qui est sans doute une mélecture induite par la suite du texte («cum quo»).

    (p. 406)
    217, 2: Notons que le manuscrit O donne, au lieu de «alibi», «in and.».
    219, 1: je pensais éditer «a destituto» plutôt que «adhuc tuto», qui est une conjecture, mais j’aimerais confirmation (a destituto: par quelqu’un d’abandonné?)

    (p. 407)
    225, 1: nous éditons «quasi diceret magna» (leçon donnée par tous les manuscrits), contrairement à Wessner qui suit une conjecture d’Estienne et édite «quasi de re magna». => sûr? si oui, modifier trad. (comme s’il parlait de sujets élevés (?)) et texte

    (p. 408)
    – 230, 2: éditer plutôt «hortantis», donné par tous les manuscrits (hormis celui qui donne «hortationis»; modifier trad. et texte

  9. Voici mon annotation des lemmes 35 à 121 de l’acte 1.

    Scène 1

    35. 1 προτατικὸν πρόσωπον : cf commentaire de l’Andrienne prologue, I, 8 et acte I, 28, 5, où on trouve l’hapax latin « protatica ». Selon le TLL, le terme « scribitur litteris et gr. et lat. », plus souvent en grec qu’en latin
    35. 10 Le rapprochement popularis / humilis est étonnant: on ne retrouve cette synonymie que chez Donat.
    36. 2 On retrouve également l’exemple dans l’Ars Dosithei (section) »de adverbio ».
    37. 2 Comme de nombreux diminutifs comportant le suffixe -llulus/a/um, l’adjectif pauxillulus, a, um et l’adverbe pauxillulum sont attestés essentiellement chez les premiers dramaturges latins, puis en latin tardif voire chrétien, sans que cette formation soit productive et attestée chez les auteurs dits « classiques ». Dans le cas de pauxillulus, après Naevius, Plaute et Térence, et avant le latin chrétien, on trouve une seule attestion, chez Aulu-Gelle (16, 4). Certains de ces diminutifs ne sont attestés que chez des grammairiens, comme agnicellulus,
    38. 1 « Proprie » s’explique par la valeur du préverbe con- dans conficio: conficio signifie « faire intégralement », con- n’a donc pas de valeur sociative.
    39. 1 Si alumnus semble une traduction plus littérale de τρόφιμον (cf commentaire de Servius sur l’Énéide, XI, 33), l’expression « erilis filius » est bien davantage attestée dans le théâtre de Plaute et de Térence, ainsi qu’en latin chrétien (à vérifier cependant).
    40. 6 Corraditur: contrairement à ce qu’a l’air d’affirmer Donat, le sème « difficulté » n’est pas présent dans tous les sémèmes de ce verbe.
    42. 1 Je ne comprends pas la remarque qui veut qu’il y ait dent à la place de addant. Confusion de modes? Que dit l’apparat critique?
    43. 8 Dimensum est évidemment à rapprocher de metior, et plus précisément de dimetior, dont le parfait est dimensus sum. Cette remarque de Donat tendrait à prouver que les grammairiens latins avaient conscience du rapprochement étymologique entre mensis et metior, que l’état actuel de la recherche ramène à une même racine indo-européenne. Cependant, Nonius (525, 5) écrit « demensum Terentius in Phormione quasi deminutum posuit », ce qui exclurait tout rapprochement étymologique avec mensis ou metior.
    46. 3 Au sens premier, pario ne comporte aucune idée de souffrance, de peine ou de difficulté. Aucun rapprochement étymologique ne fait état de cette notion / de ce sème. C’est « labore » qui porte l’idée de souffrance. Il n’est pas impossible que Donat ait été influencé par la thématique chrétienne de l’enfantement, et notamment le verset de la Genèse « tu enfanteras dans la souffrance », qui lie fortement souffrance et enfantement, et qui, peut-on supposer, ajoute le sème « souffrance » au sémème de « pario ».
    48. 2 Le substantif « natalis » au sens d’anniversaire est également attesté, entre autres, chez Cicéron (Att. 7, 5, 3), Horace (Ep. 2, 2, 210) et Pline le Jeune (Ep. 6, 30, 1).

    Scène 2

    53. 5 Les deux interprétations (celle de Donat et celle prêtée à d’autres, qui ne sont pas nommés) sont en réalité tout à fait compatibles. L’adjectif « lectus » est le participe passé de lego (lire, mais dont le sens premier est « ramasser, recueillir ») pris adjectivement, et il signifie « choisi, de choix, d’élite », ce qui va dans le sens de la synonymie postulée par Donat avec « bonum » ou « splendidum ».
    59. 4 «alias » ne peut faire référence qu’aux autres comédies de Térence puisque « insciens » n’est employé qu’une seule fois dans le Phormion.
    69.1 Vérifier dans une édition critique la leçon donnée pour le vers 69 dans les manuscrits de Térence. Certaines éditions donnent « quoi », de même qu’elles donnent « quoius » ou « cujus » au v 60. Si Donat a eu ces variantes sous les yeux, ça peut expliquer sa précision sur le fait qu’il s’agisse d’un datif.
    70. 5 L’emploi de l’impératif, seule analyse possible d’ « acue », peut surprendre. On attendrait plutôt un adverbe du type « acute ».
    72. 4 Une autre étymologie pour « provincia » est donnée par Festus dans l’abrégée de Paul Diacre « prouinciae appellantur quod populus Romanus eas prouicit, i.e. anteuicit ». Isidore de Séville (Orig. 14, 5, 19) propose un rapprochement avec procul: « Prouinciae … ex cause uocabulum acceperunt. Principatus namque gentium, qui ad reges alios pertinebat, cum in ius suum Romani uincendo redigerent, procul positas regiones prouincias appelauerunt. » Ernout-Meillet, dans le DEL (Dictionnaire Étymologique de la langue latine) suggèrent l’hypothèse d’un mot d’emprunt déformé par de nombreux rapprochements.
    86. La note de la seconde main « hinc et philosophorum sectae » n’est pas d’une grande précision grammaticale. Elle s’inspire peut-être du commentaire de l’Eunuque (262) : «  ‘sectari iussi’ proprie, nam et sectae philosophorum ab hoc significatu dictae sunt ». D’après Ernout-Meillet (DEL), le lien entre sectari et secta est l’inverse de celui postulé par Donat et sectari vient de secta.
    105. Donat est peut-être allé un peu trop vite en parlant de sens propre, « proprie ». Le sens propre d’aderat est plutôt « être au près de ». Le sème d’aide est portée par « adiumenti », qui vient de « adiuvo », pas par « aderat ».
    107. Ernout-Meillet (DEL) considèrent le rapprochement entre forma et formus, fornax, etc… comme une étymologie populaire (que l’on trouve également dans l’abrégé de Paul Diacre) qui ne doit pas être conservée. On ne la trouve chez aucun autre grammairien que Donat. Sur formus « l’adjectif n’est plus conservé que chez les grammairiens pour expliquer forceps et fornax » (DEL p 248). Si ce rapprochement existait déjà du temps de Térence, le commentaire de Donat sur ce vers reste pertinent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.