Relecture de la traduction du commentaire au Phormion -Acte 1-

Pour le prochain séminaire Hyperdonat qui aura lieu le Samedi 21 novembre, ma tache était de relire et de corriger la traduction de l’Acte 1 du commentaire au Phormion. Mes commentaires, critiques et autres propositions sont regroupées dans le document de travail (PDF) attaché à ce message.

Mais avant de donner quelques explications sur mes commentaires, je tiens à souligner l’excellente qualité du travail de traduction effectué par Sarah Laborie l’an dernier sur le commentaire au Phormion. J’avais en effet, la tache quelque peu ingrate de critiquer cette traduction et mes reprises et critiques, même nombreuses et parfois de l’ordre d’un pointillisme compulsif (!), ne sauraient remettre  en question la qualité d’ensemble du travail de Sarah. J’espère juste que le lecteur de mes notes saura envisager mes critiques comme un point de départ à la réflexion et comme un document de travail sans prétention aucune.

Concernant à présent la lecture de ce document, j’ai surligné en jaune fluo les points dont il me semble qu’ils doivent être débattus en priorité lors du séminaire, non pas que les autres remarques soient inutiles, mais les petites fautes d’orthographe et autres malfaçons typographiques que j’ai signalées ne nécessitent aucune discussion. J’ai parfois reporté en bleu les commentaires portés sur le présent blog par Sarah Laborie et Christian Nicolas pour essayer de resituer un peu les débat. Quant aux italiques et termes en gras, je crains de ne pas toujours avoir respecté le style que nous avons utilisé sur le site Hyperdonat et je m’en excuse par avance, mais j’ai bon espoir que les lecteurs comprendront l’usage (allégé) que j’en ai fait.

Je vous souhaite bonne lecture à tous et à bientôt,

Emmanuelle Raymond

NB: Je n’ai pas mis le contenu de mon travail directement sur le message car le post aurait été beaucoup trop long, j’ai donc mis le document en lien attaché… relecture-acte-1-phormion


Une réflexion sur « Relecture de la traduction du commentaire au Phormion -Acte 1- »

  1. Voici mes remarques de rhétorique (et départements limitrophes) sur la scène 1. Beaucoup de notes devront renvoyer aux définitions du thesaurus. je ne développe donc pas :
    35, 3 introduction implicite ] Donat oppose ici ce qui serait dans la rhétorique judiciaire un « simple début » et une insinuatio, mais il adapte évidemment ces catégories au théâtre. Un simple début serait de faire se présenter le personnage de Géta directement en le décrivant. Ici au contraire Dave va présenter Géta par des notations dispersées dans toute la scène d’exposition.
    Changer la traduction « introduction implicite de ce personnage », « ce » désignant Géta.
    36, 5 moraliter] ce qui, selon Donat caractérise la parlure de l’esclave est l’absence de coordination qui donne une impression à la fois de coq à l’âne et de simplicité dans le goût d’un esclave sans culture qui ne sait pas « faire des phrases ».
    39, 2 « d’une façon étonnante »] Donat pointe probablement ici ce que peut avoir d’artificiel ce récit, qui ne vise qu’à renseigner le spectateur. En effet, il est clair que Dave parle tout seul de manière à la fois invraisemblable et conventionnelle dans ce type de scène.
    40,3 : l’épexégèse me paraît se trouver dans l’ajout des raisons pour lesquelles l’argent est rassemblé. Cela n’apporte rien à la pièce sauf une sorte de naturel.
    40, 5 : la question est celle du genre de ei : féminin ou neutre.
    41, 1 : l’idiotisme suppose une inversion des valeurs, mais aussi une mise en contexte certaine : il est propre au monde de la comédie que les mauvaises coutumes tiennent lieu de loi. La remarque vise donc en fait plutôt les conventions de l’univers comique et son goût pour la satire sociale.
    41, 3 : la généralité est la marque même de la sentence qui doit avoir comme ici une portée morale.
    41, 4 : remarque générique qui va dans le sens de notre explication de 41, 1.
    43,1 : ce qui est docte ici c’est le glissement de la généralité à un cas particulier qui prépare l’application que le personnage en fera à lui-même.
    46,2 : le rapport avec la citation virgilienne est au second degré : Géta n’a conservé de toute sa peine que très peu et la citation virgilienne souligne le pathétique de cet état de fait (En. 7, 243-244) :
    dat tibi praeterea fortunae parua prioris
    munera, reliquias Troia ex ardente receptas.
    50, 1 mittundi est propre car on faisait envoyer les cadeaux que des esclaves apportaient.
    50, 3 reprendre la traduction de 35, 3 et y renvoyer. Noter le phénomène de clôture du commentaire qui se termine comme il avait commencé sur la notion d’insinuatio.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.