Ouvrir, mais jusqu’où?

Une question fondamentale se pose à moi depuis quelque temps et nous l’avons effleurée avant-hier, samedi 11 octobre, au séminaire HyperDonat. Faut-il donner à tous les utilisateurs l’accès à toutes les méta-données, à tout le thésaurus et à toutes les fonctionnalités prévues ? Certes, il n’est guère opérant de donner seulement l’accès libre au texte du commentaire et à sa traduction. Mais que reste-t-il aux administrateurs, pilotes et concepteurs du projet, si on ne verrouille rien? Dans beaucoup de sites de niveau universitaire, seuls les administrateurs ont la clé de certains coffres et l’accès à certains trésors (thésaurus, donc). Et eux seuls sont en mesure de faire fructifier leur propre travail préalable en se construisant en quelques secondes tel ou tel document dynamique à partir de leur corpus. Ce privilège peut être considéré comme normal pour ceux (et ceux-là seuls) qui ont peiné pour construire l’outil. Il est sans doute exorbitant, en revanche, pour les chercheurs qui se seront juste donné la peine de trouver le site et qui, devant la facilité d’accès, croyant honnêtement avoir affaire à un outil complètement open et domaine public, s’en serviront sans prendre la peine de même citer leur source. Sans parler des moins scrupuleux…

Je penche pour une solution moyenne entre le très avaricieux et le trop généreux. Mais ça reste absolument théorique et je ne sais pas quelle allure cette solution moyenne peut prendre sur le plan technique: que peut-on bloquer? Quel contrôle peut-on opérer pour traquer les utilisateurs négligents ou malhonnêtes? Débat en cours.

Au séminaire a été aussi évoquée la question d’un thésaurus à interopérabilité constante. BB a parlé d’un système idéal dans lequel l’indexation conforme pour un commentateur d’Aristote aurait des incidences sur l’index pré-existant de Donat, dès lors que des notions se croisent d’un commentaire à un autre sans se recouper strictement. Exemple: la colère peut être indexée chez Donat, en tant qu’élément moteur de l’action comique. Chez un commentateur d’Aristote, la notion « colère » devra être rattachée à celle de « passions ». Et cette nouvelle architecture, due à l’aristotélisme, serait automatiquement intégrée à l’arborescence des index de Donat. Cela me paraît poser plus de questions qu’apporter de réponses.

A suivre, là encore.

CN