Séminaire du 11 octobre : annotations et thesaurus (décidément !)

Dans le billet qu’il a posté sous le titre « Annotation encore », CN revient sur la structuration même des deux textes Térence-Donat comme une succession d’annotations à divers niveaux de commentaire par rapport au texte de départ. Outre que cela confirme l’intuition de François Léger sur la structuration du corpus en vue de lui appliquer la TEI (les vers de Térence reçoivent des notes qui sont le texte de Donat que l’on annote, en particulier par la traduction qu’annotent ces notes que CN définit très précisément comme « notes de traducteur »), cela nous conduit à avancer dans la résolution (au moins jusqu’à ce qu’émerge un nouveau problème) de la question du passage de l’index au thésaurus que je posais ici même dans « Annotation en épaisseur ».

Ce qui est manifeste à la lecture du billet de CN, c’est que tant que nous n’avions pas mené cette réflexion sur la nature même d’une traduction par rapport au texte original, on ne pouvait pas y voir clair sur la structuration finale du thésaurus.

De fait, le plus évident (peut-être est-ce pour cela que nous ne l’avions pas vu), c’est que le thésaurus que nous construisons repose sur deux réalités totalement différentes, un texte original et sa traduction, c’est donc un thésaurus non seulement bi-lingue, mais si on peut utiliser ce mot bi-culturel. Ce constat nous permet maintenant d’y voir plus clair sur le problème que je posais (« Annotation en épaisseur ») de la distinction nécessaire entre les niveaux de connaissance que nous fournit le commentaire de Donat ou que nous lui imposons pour le (faire) comprendre.

Repenser le thésaurus en tenant compte du bilinguisme…

En évaluant à cette aune notre pratique de l’indexation, il est vite apparu que nos choix de départ aboutissaient (involontairement) au résultat exactement contraire à ce que nous recherchions. En privilégiant l’indexation par notion (formulées en français), nous ne pouvions pas rendre compte de cette articulation entre notre discours et celui de Donat, pas plus d’ailleurs que si nous avions procédé exclusivement à partir du latin.

Deux exemples, un pour chaque limitation :

1-indexation d’une notion « aplatissant » une série de termes : lorsque nous utilisions l’entrée d’index « blâme », nous y mettions outre le mot « blâme » lui-même, kakologos (grec), exprobratio, corripere, uituperatio, uituperare (latin). En un sens, nous étions fondés à agir ainsi, car la catégorie du blâme (uituperatio, psogos) est parfaitement circonscrite rhétoriquement (comme élément du genus demonstratiuum, genos epideiktikon), malgré la polysémie qui, selon les auteurs, et parfois selon les pages d’un même auteur, définit cette réalité. D’un autre côté, nous faisions arbitrairement le choix de penser que Donat considérait comme synonymes stricts les quatre notions et les deux langues qu’il utilise. On peut raisonnablement l’admettre pour uituperatio, uituperare (nom et verbe de même étymologie), ce qui fait que je ne parle que de quatre notions alors qu’il y a cinq mots, mais c’est une inférence plus que hasardeuse pour les quatre autres.

2-L’inverse maintenant : indexation par un terme « aplatissant » une série de notions : soit l’entrée d’index grecque elleipsis (ellipse). Il devient très rapidement évident que Donat met sous ce terme deux réalités totalement différentes. D’un côté, il nomme ainsi l’ellipse purement grammaticale, par exemple lorsque j’écris hoc a me dictum au lieu de hoc a me dictum est, et que le commentateur signale à ses élèves, que dictum n’est pas un nom, mais bien une forme verbale elliptique. Mais un peu plus loin, Donat va appeler « ellipse » un phénomène beaucoup plus complexe qui peut s’apparenter à l’ellipse narrative : par exemple il va constater que dans le déroulement chronologique d’une narration, Térence a omis une étape parce qu’elle était bien connue du public ou peu intéressante, et il va dire, « ici il y a la figure d’elleipsis », qui n’a évidemment pas le même statut que plus haut. Or le français traduit immanquablement dans les deux cas ellipse puisqu’il possède la même polysémie.

On voit alors se superposer trois problèmes :

1- pour une notion x, Donat a plusieurs « équivalents » (avec toutes les prudences qu’il faut pour juger des synonymies) : on dira donc x = soit a soit b soit c (mots latins ou grecs)

2-pour un mot latin ou grec, Donat paraît renvoyer à plusieurs notions : a = soit x soit y

cas qui se dédouble lui-même en deux possibilités lors de la traduction :

1- soit le français possède la même polysémie et je traduis par a’ tel que a’ = soit x soit y

2-soit le français ne la possède pas et je me retrouve dans la situation suivante

en latin : a = soit x soit y

devient en français

a’ = x et a » = y

Le risque ici est que, si j’indexe sur les notions, je confonde a et a’ ou a », c’est à dire la notion avec les équivalents linguistiques qu’en propose la traduction.

Exemple: pour le latin argumentum (a) qui désigne à la fois l’intrigue de la pièce (x) et l’élément d’un raisonnement (y), je peux utiliser la polysémie du français et dire « au latin argumentum correspond le français ‘argument’ », ce qu’aucun latiniste ne me reprochera. Mais ce faisant, je ne fais que déplacer le problème, puisque, quand je vais indexer « argument », il faudra d’un côté rattacher certains emplois à la dramaturgie, d’autres à la dialectique, le terme passant de toute évidence d’un champ à l’autre.

Si au contraire je choisis de traduire par « argument », les emplois d’argumentum où le mot désigne l’élément d’un raisonnement et par « intrigue » celui où il désigne l’argument théâtral (traduction qui suppose d’ailleurs  un déplacement de sens assez net, mais passons), je règle en un sens en amont la question de l’indexation (deux entrées : argument et intrigue), mais je la règle contre la pratique même de l’auteur que j’indexe qui, lui, dit pour les deux: argumentum. Dans les deux cas, mon indexation fausse les données du texte. Elle ne rend pas compte de l’architecture conceptuelle du texte, mais d’un discours que je tiens sur cette architecture.

D’où la conclusion :

il faut séparer notions et traductions et disjoindre l’indexation de la traduction.

Plus facile à dire qu’à faire, sans doute mais cela mérite qu’on s’y arrête parce que cela pose une spécificité de l’édition électronique par rapport à l’édition papier.

Au départ, ce que je suggère ici, et que d’un commun accord nous avons décidé de pratiquer, n’a rien de bien dépaysant : il ne s’agit de rien de plus que de créer un index uerborum, et un index rerum, index des mots et des notions, familiers aux éditeurs scientifiques.

La différence fondamentale est que l’outil informatique rend possible ce qui est impossible dans la publication papier, à savoir la superposition hiérarchisée de ces deux index, là où le livre nous oblige à choisir au départ soit l’un soit l’autre, puis à passer de l’un à l’autre, cloisonnant ce qui dans la procédure même d’indexation est en réalité constamment mêlé.

Cela peut alors donner une structure de ce type

Dans cet exemple, on voit comment se résout la question du passage d’une langue à l’autre lorsqu’il n’y a pas stricte adéquation entre les notions : ainsi la notion d’amplification qui aboutit à une traduction par « amplification » peut recouper selon les cas le grec auxesis ou le latin amplificatio mais ces mots dans d’autres contextes vont correspondre à la notion de gradation (traduit « gradation »), mais sans épuiser cette notion même qui s’exprime aussi en latin par gradatim, lui-même renvoyant dans d’autres contextes à la notion dans ce cas dramaturgique de progression. En procédant ainsi, on n’évite certes pas le parti-pris dont CN a bien montré qu’il est indissociable de l’entreprise même de traduction en tant qu’elle est une forme de l’annotation, mais, au moins, on rend visible le processus intellectuel qui nous fait faire tel ou tel choix. On n’échappe peut-être pas à l’arbitraire, mais le lecteur peut reconstituer notre démarche et l’accepter ou la refuser.

Comment concevoir l’interrogation avec ce type de structures ?

A ce moment, il nous a fallu en séminaire passer du côté du lecteur qui aborde notre travail. Il faut évidemment d’abord que ce choix éditorial lui soit expliqué, par exemple dans un avant-propos ou un manuel d’utilisation de notre outil, mais il faut aussi qu’il puisse choisir en fonction de sa recherche ou de sa compétence linguistique quelle requête il va pouvoir faire.

Par exemple, supposons un lecteur non latiniste, mais qui s’intéresse à la rhétorique et singulièrement aux figures de l’amplification. Sa requête sera naturellement « amplification » ce qui lui donnera l’équivalent en traduction de auxesis et amplificatio, mais il faudra que l’outil puisse lui montrer qu’ « amplification » n’est pas la traduction d’un seul mot latin, mais de deux, et que c’est nous qui avons choisi de procéder ainsi…

En revanche le latiniste (en l’espèce également helléniste) qui sait qu’auxesis peut désigner ce fait de langue, cherchera le mot latin ou grec, mais devra voir que notre traduction choisit de rendre ce mot tantôt par l’idée de gradation tantôt par celle d’amplification au besoin en utilisant les notes de traducteur.

Pour l’heure donc, il faut repenser dans cette logique l’organisation et, par suite, le marquage de nos index. Puis réfléchir encore (pour un prochain billet) à l’autre partie du débat, l’interopérabilité de thésaurus venus d’œuvres différentes.

À suivre donc bientôt… le temps de mettre au propre nos entrées d’index, selon ces nouvelles règles…

Non vraiment, comme disait CN, on n’est pas couché…