Hyperdonat…

Qu’est-ce qu’Hyperdonat ?

Hyperdonat est originellement un projet d’édition hypertexte avec traduction française du commentaire attribué à Aelius Donat (grammairien latin du 4e siècle) aux comédies de Térence. Le projet s’inscrit dans une réflexion plus vaste tentant de déboucher sur la mise au point d’un outil d’édition hypertexte de commentaires de textes de nature variée.

Un prototype (encore très imparfait) de notre projet éditorial est visible en http://hyperdonat.ens-lsh.fr.

Qui collabore à Hyperdonat ?

Hyperdonat a été imaginé par B. Bureau et C. Nicolas, PR de latin à l’Université Jean-Moulin Lyon 3 (EA 664 CEROR), il s’est construit en partenariat étroit avec l’Unité numérique de l’ENS-LSH (Lyon) et le soutien de la Région Rhône-Alpes (Cluster de recherche 13, « Culture, patrimoine, création » et son axe « éditions critiques » (dir. A. Mac Kenna). Hyperdonat rassemble aujourd’hui une vingtaine de chercheurs, enseignants chercheurs, ingénieurs et doctorants des universités Lyon 3, Grenoble 3, Rennes 2, et Naples… cette liste non exhaustive est ouverte à de nouvelles collaborations.

La direction éditoriale du projet est assurée par B. Bureau (Lyon 3), M. Ingarao (Ingénieure d’études ENS-LSH) et C. Nicolas (Lyon 3), avec la collaboration d’E. Raymond (allocataire de recherche, doctorante, Lyon 3).

Comment est né Hyperdonat ?

Hyperdonat repose sur un constat issu de la pratique des outils d’édition en ligne utilisés dans les disciplines de l’Antiquité. Il n’existe pas actuellement d’outil souple et modulable permettant à un chercheur d’éditer et publier en ligne un texte qui suppose pour être pleinement exploitable un « parcours de lecture » ouvert.

Ce constat est apparu très clairement à la lecture des textes anciens de commentaire aux œuvres anciennes en raison de leur forme très particulière et qui requiert pour l’édition un matériel spécifique. C’est pourquoi c’est le programme d’édition-traduction-commentaire du commentaire de Donat aux comédies de Térence qui a constitué la ligne directrice de la réflexion sur l’outil lui-même, auquel se sont ensuite associés d’autres chercheurs travaillant sur des textes posant des problèmes spécifiques (grecs en particulier).

Pour la prise en main de cet outil, les coordinateurs scientifiques et techniques du programme prévoient des formations dispensées aux collaborateurs en vue de permettre la meilleure utilisation possible de cet outil qui sera fourni à tous les collaborateurs et à leur centre de recherche pour utilisation libre.

A quoi peut servir Hyperdonat ?

L’enjeu de ce projet est double :

– sur le plan disciplinaire (sciences de l’Antiquité), il s’agit de rendre accessible à terme une bibliothèque de commentaires anciens en traduction française. En effet, c’est tout un pan de la littérature ancienne qui demeure inaccessible aux non-spécialistes, en raison de l’absence complète de traduction et de la présentation extrêmement difficile à exploiter des éditions papier. Or, le travail sur Donat montre qu’il s‘agit de textes dont la portée dépasse largement le cercle des antiquisants ; le commentaire de Térence comprend en particulier des indications sur le théâtre, la manière de mettre en scène, de concevoir les pièces et même de les jouer qui sont du plus grand intérêt pour les études théâtrales, mais il livre également des commentaires historiques, linguistiques, grammaticaux et rhétoriques souvent de grande qualité. De plus, dans le cas des textes grecs des scholies, l’empilement de strates de commentaire d’époques variées introduit à une véritable histoire de l’interprétation. Enfin ces textes étant destinés à l’enseignement, ils constituent une source irremplaçable sur l’histoire de l’enseignement et de l’éducation. La culture transmise par ces « manuels » est en réalité le fondement commun de la culture gréco-romaine, le socle sur lequel se développent ensuite les productions particulières. Il n’est pas sans intérêt de noter que Donat, dont rien dans le commentaire ne laisse supposer qu’il soit chrétien, est traité avec grand respect par Jérôme précisément parce que c’est lui qui a enseigné au futur Docteur de l’Eglise l’essentiel de ce qu’il sait en littérature, rhétorique et grammaire. Lus et utilisés pour l’enseignement au Moyen-Age et à la Renaissance, ces textes ont ensuite disparu, mais il est évident que leur impact sur la formation de la culture commune européenne ne doit pas être négligé. Or, faute de traduction et d’édition aisément consultable, cette enquête demeure encore à mener.

– sur un plan extra-disciplinaire, l’outil dans sa mise en œuvre finale d’éditeur de textes est conçu pour s’appliquer éventuellement à tout type de texte, bien au-delà des langues anciennes (voire du domaine universitaire). Il doit permettre à un utilisateur formé de mettre en ligne lui-même, en l’organisant à sa guise à partir des outils que lui fournit l’éditeur que nous réalisons, tout type de texte nécessitant cette structuration complexe. Le gain de temps réalisé est ainsi considérable, car l’auteur n’écrit plus dans sont traitement de texte habituel pour ensuite convertir ou faire convertir ses documents et les faire structurer, il écrit directement sa mise en forme, qui peut être immédiatement exploitée pour la mise en ligne. De plus, l’outil lui laisse la totale maîtrise de son texte et lui permet éventuellement de le corriger ou compléter à tout moment. Il est prévu aussi de concevoir des outils d’interrogation permettant la recherche rapide de données dans les corpus ainsi mis en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.