Chantier en cours sur les Adelphes (début)

Le séminaire HyperDonat a repris le 8 octobre, pour une première partie d’année consacrée à la mise en forme de la traduction du commentaire des Adelphes proposée par Christian Nicolas; nous soumettons à votre sagacité deux problèmes que nous avons rencontré dans la compréhension du début du texte, ainsi que la solution que nous avons collectivement élaborée. Toute remarque est évidemment bienvenue et, si nous retenons votre suggestion, nous ne manquerons pas de vous citer comme auteur de cette suggestion.

Difficulté numéro 1: texte Wessner “si quid e contrario”

26 storax nomina personarum, in comoediis dumtaxat, habere debent rationem et etymologiam. etenim absurdum est comicum, <cum> apte argumenta confingat, uel nomen personae incongruum dare uel officium, quod sit a nomine diuersum. hinc seruus fidelis Parmeno, infidelis Syrus uel Geta, miles Thraso uel Polemon, iuuenis Pamphilus, matrona Myrrina et puer uel ab odore Storax uel a ludo et gesticulatione Scirtus et item similia. in quibus summum poetae uitium est, siquidem contra rem repugnans contrarium diuersumque protulerit, nisi per ἀντίφρασιν ioculariter nomen imposuit, ut Misargyrides in Plauto dicitur trapezita.

Notre proposition : Wessner, suivant tous les manuscrits, édite une tautologie : « siquid e contrario repugnans contrarium etc. ». Teuber proposait de corriger « e contrario » en « a charactere » et Ritschl de supprimer le mot « contrarium ». Nous pensons qu’il s’est produit la chose suivante : « siquidem » a été victime d’une mécoupure due à l’abréviation probable en « siquidê », devenant « si quid e », et entrainant mécaniquement la transformation de « contra rê repugnans » en « e contrario repugnans », l’expression « e contrario » étant parfaitement banale. Avec notre texte, la scholie n’est plus du tout redondante. Térence a nommé son personnage contre le référent de son nom et Donat dit : soit il l’a fait exprès par antiphrase et c’est habile, soit il ne l’a pas fait exprès et c’est une faute.

Difficulté numéro 2 : texte Wessner “adiuua”, puis  “ne singula +utrûnâ secuta”

45 1 vxorem dvxit recte dicit, non ducere : semel enim hoc fecit Demea. 2 vxorem dvxit uarie per modos. 3 vxorem dvxit adiuuandum (1) pronuntiatione, ne singula utrimque assecuti uideantur

(Wessner édite adiuua qui est donné effectivement par certains manuscrits, mais nous préférons adiuuandum, bien représenté également dans la tradition manuscrite et plus conforme aux habitudes du commentateur. Le sens est identique.

Ce texte est celui édité par Robert Estienne, contre un texte incompréhensible des manuscrits qui conduit Wessner à placer ici une crux devant le mot « utrûnâ », effectivement dépourvu de sens. V nous met sur la voie en conservant « utrimque » qui a pu troubler des copistes. La leçon apparemment absurde de A « feci ita » peut accréditer le pluriel masculin d’Estienne, normalisé ensuite par « accord » avec « singula ».

Le compte-rendu des journées “La TEI en France : pratiques et perspectives” est en ligne

Le compte-rendu des journées “La TEI en France : pratiques et perspectives”, organisées par MutEC et qui se sont tenues à Lyon du 9 au 11 juin 2010, est en ligne :

http://www.mutec-shs.fr/compte-rendu-des-journees-mutec-2010-la-tei-en-france-pratiques-et-perspectives

Compte-rendu journée d’école d’été ALHiS septembre 2010 Saint-Etienne

Jeudi 9 septembre 2010, une partie de l’équipe Hyperdonat s’est rendue à l’une des trois journées d’école d’été organisées à l’université de Saint-Etienne par l’équipe ALHiS, que nous remercions de son accueil.
Au cours de cette journée, les différentes interventions ont apporté des éléments essentiels de réflexion sur la démarche éditoriale et ses divers aspects. Les conférences de la matinée ont en effet mis en évidence deux points cruciaux: la question de la pérennité de l’édition numérique et celle de la maintenance de ses outils. Ce premier point renvoie, en amont, au problème des garanties de conservation du patrimoine textuel – problème majeur auquel des silos institutionnels mis en place progressivement peuvent aujourd’hui apporter un élément de réponse.
Le deuxième point touche la définition même de l’acte éditorial, qui entraîne une réflexion épistémologique sur l’acte de lecture lui-même. En effet, proposer l’édition d’un texte par le biais d’outils numériques appropriés est un acte inséparable d’un certain parti pris de lecture, ce que l’on pourrait résumer par la formule : « éditer, c’est lire ». De fait, il est évident que le texte ainsi soumis à l’édition ne demeure qu’une forme supposée (on pourrait presque dire un « texte virtuel ») et qui est intimement liée aux choix de ses éditeurs. Autrement dit, pour reprendre l’une des formules heureuses de cette journée« le texte parfait est une chimère ». Ce point de vue est aussi celui du projet Hyperdonat, dont le principal objectif est de proposer non pas un, mais plusieurs parcours de lecture, afin de respecter ces enjeux.
Les ateliers de l’après-midi ont été consacrés à l’édition électronique sous un angle plus technique, ce qui a également permis de confirmer, pour ce qui est de notre projet, l’aptitude de l’outil d’édition et la capacité de nos logiciels à traiter d’autres types de textes présentant une morphologie complexe, tels que des textes juridiques. De plus, la présentation de deux autres projets – l’édition de la correspondance de P. Bayle (A. McKenna et F. Vial-Bonacci) et le projet des dossiers de Bouvard et Pécuchet (S. Dord-Crouslé et R. Tournoy) – a complété la présentation du nôtre, et a permis de souligner, outre l’avantage de nos choix éditoriaux, la nécessité de développer nos outils numériques afin de gagner en clarté et en rentabilité pour ce qui est de l’exploitation des données. Enfin, la présentation du projet des dossiers de Bouvard et Pécuchet a particulièrement retenu l’attention des membres d’Hyperdonat pour ce qui est du travail accompli sur le traitement des images: des réponses techniques ont ainsi été apportées suite à la démonstration d’outils tels que Scalable Vector Graphic, dont la manipulation relative au système d’encodage TEI semble assez facile et adaptable au projet Hyperdonat. Voilà qui vient prolonger une réflexion, déjà amorcée, sur l’insertion ponctuelle et courte de reproductions de manuscrits qui pourraient servir de témoins pour des passages du texte d’interprétation litigieuse. Ce dernier point demeure l’un des chantiers majeurs du projet et demande encore à être approfondi. Sur ce dernier point, nous publierons d’ailleurs bientôt dans ce même carnet une mise au point d’étape sur notre chantier éditorial.

Séminaire du 26 février

Le prochain séminaire HyperDonat aura lieu le vendredi 26 février à l’endroit habituel, CEROR 18 rue Chevreul 69007 Lyon. Il aura lieu un vendredi (c’est une première et un essai) de 14 heures à 17 heures.

Au programme, retour sur des éléments d’ecdotique dans les actes 3 et 4 de Phormion et examen de l’acte 5, de la préface et du prologue.

Après ce toilettage complet du Phormion nous seront prêts pour la mise en ligne d’une version stabilisée (on n’ose pas dire définitive). Comme vous l’avez vu, les versions qui se succèdent ont chacune encore des imperfections. Nous veillons à les éliminer tout en enrichissant l’annotation critique et le commentaire.

Ensuite, il nous restera à toiletter de même l’Eunuque et l’Andrienne tout en préparant les Adelphes pour la mise en ligne…

Séminaire du 16 janvier

A toutes et à tous l’ensemble de l’équipe HyperDonat souhaite une excellente année 2010.

Voici les voeux que nous formons pour notre projet cette année :
1-la mise à disposition d’une version zéro de l’ensemble de notre outil d’édition, annotation, publication.
2-l’achèvement de la mise en ligne des comédies (Adelphes, Hécyre)
3-l’avancée de l’annotation complète au moins pour le Phormion, l’Eunuque et l’Andrienne.
4-le début d’un travail d’édition critique du commentaire de Donat tenant compte des progrès dans la connaissance de la tradition manuscrite opérés depuis l’édition de Wessner 1902-1905.

Notre prochain séminaire aura lieu le samedi 16 janvier de 9 heures à midi à l’Université Lyon 3, 18 rue Chevreul salle 404.

Nous y traiterons la fin de l’acte 2 et les actes 3 et 4 du Phormion.