Séminaire du 18 mars

Mes remarques sur acte V

763. 3 note de grammaire sur ce suffixe diminutif en –iscus.

766 2 Je crois que je ne comprends pas vraiment le commentaire de Donat sur deambulare chez soi ?

769 1 peut-on prendre parti dans cette alternative ? Peut on expliciter la différence de sens entre l’un ou l’autre interprétation ?

772 c’est la succession de questions très brèves, qui laisse à penser que le personnage est ivre certainement.

776 1 le fait de préciser pour Donat ‘haute voix’ est ce une manière de comprendre qu’il n’ ya pas là d’aparté ??

804 http://issuu.com/marie75006/docs/plaquette___couv Erasme parle de cet adage dans ce bouquin, cette citation est reprise apparemment par Socrate et plus tard Cicéron.

843 note sur le sémantisme de ces deux verbes à compléter : traho, il y a l’idée d’une certaine violence.

849 peut on préciser cet idiotisme ? pk remplacer facio par reddo qui n’est pas vraiment un verbe dont le sens est large…

855 je crois ne pas bien comprendre la fin du commentaire concernant le choix du verbe. Entre ducere et subducere, est ce que c’est parce qu’on compte ouvertement et devant tous que l’attention et le soin sont plus grands ???

873 Qu’est ce que Donat entend par ‘un père authentique ?’ est ce qu’il s’agit du père type des comédies ? Ou bien s’agit il de la sincérité du père..

877 on pourrait expliquer le comique ici, qui est accentué par l’usage de ce pluriel.

882 en quoi consiste cette facon caractéristique de ne pas employer le possessif. Que veut dire Donat ?

885 quelles différences de sens y a t il entre natura et consuetudo ? supposition : est ce que la nature, dispositions naturelles est en lien avec l’innée et donc est plus fort et plus révélateur du personnage que l’habitude qui peut etre lié aux pratiques liées aux conventions sociales ou autre et donc moins révélatrices ?

Séminaire du 18 février 2011

voici ma contribution  sur l’acte IV

Scène 1

517 1 ou est le tic de langage, sur quel mot porte-t-il ? est ce dans la manière de prononcer le terme ‘operis’ ?

521 2 peut etre faudrait il faire une note pour expliquer davantage la situation présente afin que l’on comprenne mieux l’expression : eiusmodi adulescentes.

522 comment peut on expliquer cet atténuissement du sens ? du coup est ce qu’il ne faudrait pas revoir la traduction de Térence et aller dans le sens de Donat en renforçant l’assertive comme il le préconise.

517.                     Ct.-ita ; nam hunc diem

518.                     misere nimis cupio, ut coepi, perpetuum in laetitia degere.

517.                     Ct.-Oui ; car ce jour,

518.                     j’ai méchamment l’intention, comme je l’ai commencé, de le passer tout entier dans le plaisir.

526 il est en effet fait référence au types de comédie, ici le senex, vieillard généralement débile, au sens physique du terme par opposition avec le seruus, qui lui est currens. Cette remarque portant sur l’incongruité de cette réflexion est d’autant plus choquante aux yeux de Donat qu’il est d’avis en 541 que le senex est bien faible physiquement ce qui motive l’invention de Térence d’apres lui.

Scène 2

540 peut etre devrait on changer la traduction de optimum par excellent…

546 note à faire sur l’épanaphore.

547 je ne comprends pas soit la traduction soit la portée du commentaire.

550 en quoi l’ajout de etiam connote-t-il le blâme ?

552 Nom de la figure ? pk eleganter ?

559 il faudrait modifier la traduction en francais notamment les relatives qui donnent un sens bizarre..

565 traduction de parcior.

587 qui parle des libations et offrandes aux divinités hypochtoniennes et les prescriptions qui s’y accompagnaient ?

Apparemment on brûlait entièrement les victimes afin de ne pas mélanger ce qui revient au monde d’en bas et au monde des vivants.

http://ressources.ciheam.org/om/pdf/r29/CI010628.pdf article sur le contenu libations et autres offrandes aux dieux infernaux

588 que dire de l’effet stylistique induit par l’asyndète ?

Scène 3

607 1 pk Donat fait il cette remarque sur ces termes ? est ce que ce vocabulaire tirerait plutôt du côté de la tragédie ?

Scène 4

628 1 traduction de alienum ???

Quelle différence existe-t-il entre les deux expressions ? est ce que ce n’est pas un pléonasme : ad me domum et c’est cette répétition en sorte qui est conforme à son caractère ?

635 2 ou trouve –t-on cette réflexion sur le nombre de pauses ?

Scène 5

638 3 occurence de pepulisti en apparence chez Cicéron, chez Pline mais aussi plus tard chez Boèce.

  • pello, ere, pepuli, pulsum : – tr. – 1 – choquer, heurter, frapper, mettre en mouvement; faire vibrer (un instrument). – 2 – frapper (les sens, l’âme), faire impression sur, toucher, remuer l’âme, ébranler, émouvoir. – 3 – pousser en avant, mettre en branle, lancer. – 4 – pousser dehors, repousser (par les armes), défaire, chasser, bannir, écarter, éloigner.
    – pellere subeuntes : repousser les assaillants.
    – fores pellere, Ter. Ad. 4, 5, 4 : frapper à la porte.
    – (e) foro pellere : chasser du forum.
    – pellere aquam de agro, Plin. 18, 26, 62, § 230: faire écouler l’eau d’un champ.
    – pellere calculos e corpore, Plin. 22, 21, 30, § 64 : expulser les calculs de la vessie.
    – pepulit argentum usus vitri, Plin. : le verre a détrôné l’argent.
    – aliquem ab aliquo pellere : éloigner qqn de qqn d’autre.
    – in exsilium pellere : exiler, bannir.
    – maestitiam pellere : bannir la tristesse.
    – famem pellere : apaiser sa faim.
    – tecta, quibus frigorum vis pelleretur, Cic. Off. 2, 11, 13: maisons propres à nous protéger contre la rigueur du froid.
    – longi sermonis initium pepulisti, Cic. Brut. 87, 297 : <tu as lancé le début d’une long entretien> = tu as entamé le sujet d’un long entretien.
    – lyram pellere : <mettre en mouvement (les cordes de) la lyre> = jouer de la lyre, faire vibrer la lyre.
    – humum pedibus pellere, Cat. 61.14 : frapper la terre du pied, danser.
    – quemadmodum visa nos pellerent, Cic. Ac. 2, 10, 30 (inter. indir.) : … comment nous sommes affectés de ce que nous voyons.
    – fit saepe ut pellantur animi, Cic. Div. 1, 36, 80 : souvent il arrive que les esprits sont impressionnés.
    – species utilitatis pepulit eum, Cic. Off. 3, 10, 41: l’apparence de l’utile fit impression sur lui.

Mais pas d’occurrences en tragédie…

647 3 ajouter une note sur la valeur indéfinie de quaedam qui permet de mieux comprendre le commentaire de Donat.

673 1 En effet, les occurrences de cet adjectif appliqués à la taille concernent des inanimés. On parle de seges grandissima chez Varron ou encore grandis epistula chez Cicéron.

Scène 7

728 on trouve cette expression chez Plaute Aul. Di bene uertant, c’est une invocation en effet fréquente. Est ce quelqu’un d’autre la commente ? est ce qu’on la trouve dans la tragédie ?

735 pourrait on expliciter un peu plus la variatio ???

739 quelle est l’expression remarquable a soulignée ?

752 2 est ce un avis partagé ou bien un réel parti pris de Donat sur la question ?

756 que dire de ce trait d’archaïsme ?

761 pourquoi parle –t-il de coloris ? possède t on le texte de Cécilius sur le sujet ?

Séminaire du 21 janvier 2011

Voici mes notes de lecture concernant l’acte III

288 1 Il faudrait faire une note en mettant en évidence le passage de la poétique d’Aristote. Cette réflexion de Donat sur le rapprochement de la comédie et de la tragédie est très intéressant puisqu’il s’agit de caractériser un genre de comédie très particulier qui tire de temps à autre du côté de la tragédie sans en être. On peut peut-être rapprocher ces caractéristiques de la tragi-comédie qui a tant fait couler d’encre dans les milieux de la critique littéraire.

3. que veut dire le commentaire ? le commentaire porte-t-il sur la mention de nutrix, rôle incarné par le personnage ? mais dans ce cas quel est le contraste avec la référence à Eschine ?

4. Le commentaire est complexe et porte sur divers plans. Tout d’abord l’emploi du possessif mea qui a pour effet stylistique d’introduire une certaine idée d’affection dans le propos. Il jour en quelque sorte le rôle d’hypocoristique. Donat relève ainsi le contraste opéré par cet emploi avec le reste de la phrase. Mais je ne comprends pas bien le lien qui est fait avec la suite : de fait….

Il est intéressant de noter le rapprochement que fait Donat par la citation de ce passage de l’Eneide qui est du point de vue de l’action dramatique semblable à une tragédie. Qu’est-ce qu’un nom relatif ?

291 1 note grammaticale à faire sur l’emploi de l’adjectif solus, a, um. 2. Ces commentaires portant sur la préparation des caractères répondent au commentaire portant sur la structure du passage. Ici nous sommes dans une phase d’attente.

5. sur quoi porte le commentaire ? 6. Est ce que la scholie n’a pas été déplacée ?

292. 1. Donat reste dans la thématique de la femme excessive qui fait des généralités lorsqu’elle se plaint et se lamente. La précision cède à l’excès du type de la femme.

294. 2 est ce que Donat juge le choix de l’expression pertinente par rapport à l’emploi de ce terme ‘remedium’ qui une fois de plus fait référence à la tragédie, comme si le personnage de tragédie était souffrant.

297 2 ne pourrait-on pas ajouter également le sens de ‘familia’ la maisonnée comprenant également les esclaves et le personnel de maison tandis que gens fait référence aux gens de la même lignée.

3. je ne comprends pas le commentaire c’est plutôt l’inverse : est mis en place une circonstance malheureuse avant le retour du comique ou bien est ce qu’il parle du comique précédent ?

Scène 2

1 il s’agit ici de l’entrée en scène d’un type de personnage bien connu, à savoir le seruus currens hurlant de mauvaises nouvelles et qui permet sur le plan dramatique de lancer la dynamique de l’intrigue comique, jouant ainsi l’élément perturbateur. On rencontre ce type dans d’autres comédies de Térence mais aussi chez Plaute, par exemple Curculio, v. 284-287, entrée fracassante de l’esclave. Ce type de personnage répond au type de senex currens mis en scène à l’acte V, à travers le personnage de Micion.

307 2 je ne comprends pas la traduction

308 3 est ce qu’on ne devrait pas changer la traduction de ignorans et marquer en français que le part porte davantage sur le participe.

314 peut etre faudrait il revenir sur l’étymologie de extinguerem pour comprendre le rapprochement avec le feu.

314 2 il faut peut etre apprécier le choix de la citation par Donat. Pour illustrer le principe des adverbes chronologiques, il choisit un exemple exprimant la vengeance et la torture, peut etre ce qu’il imagine en guise de punition pour celui qui a commis le viol.

318 Donat reprend ici un motif récurrent concernant le motif du regard et des yeux plus précisément. Cf. le regard dans l’Enéide.

319 1 Donat reste encore une fois dans le commentaire ironique envers le personnage. On peut relever l’exemple qu’il donne à propos des cochons. Il ironise en creux sur le personnage par ce rapprochement animalier.

3 ce rapprochement avec Virgile appuie le sentiment burlesque en quelque sorte cf. mélange des genres et des tons.

330 que veut il dire ?

340 je trouve cette alternative douteuse. Que faut il entendre par salutem ? cela n’a pas de sens religieux…

352 3 comment expliquer cet effet stylistique ?

354 commentaire qui relève l’ironie du passage.

Scène 3

369 est ce qu’il ne faut pas plutôt comprendre que la colère était jusqu’à présent contenue, valeur accomplie du participe et que maintenant elle éclate.

395 l’ironie est perçue à travers le procédé de la question oratoire qui contraint le personnage à l’évidence.

407 est ce que l’allitération permet d’appuyer le nom du personnage ? d’ou provient ce phénomène ? est ce une remarque qui concerne exclusivement l’intonation ?

Scène 4

464 que peut on dire sur l’influence philosophique du commentaire ? la question de l’omission est ici posée en creux. Quelle valeur peut on donner à l’acte commis involontairement ?

480 1comment comprendre le parallélisme avec Socrate ?

482 je ne comprends pas le lien avec le commentaire sur les femmes